AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.55 /5 (sur 11 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1965
Biographie :

Marin Tince a exercé divers métiers à Paris.

Il écrit depuis toujours, mais il n'a jamais publié.

"Et l'ombre emporte ses voyageurs" (2019) est son premier roman.

Il vit en province où il travaille.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Et l'ombre emporte ses voyageurs, Marin Tince - rentrée littéraire 2019 éditions du Seuil


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
sidony   17 août 2019
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Et puis à quoi ça sert l’enfance au bout du compte, c’est rien qu’une loupe, le pays des sensations, alors à quoi ça sert, pourquoi qu’on déboule pas tous dans un œuf déjà adulte ? C’est vrai, on s’en épargnerait des soucis, bien des tracas, bien de la morfle.

L’enfance ça sert à se fabriquer du dépôt, charger du fret qu’on va se trimballer tout du long des jours, jusqu’au bout, et de plus en plus qu’on avance, pis qu’on décline, comme une fosse derrière soi se creuse et nous suit partout.
Commenter  J’apprécie          100
Colchik   03 novembre 2019
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Petit on peut guère deviner les dessous de la surface, soupçonner même c’est du boulot, petit tout vous imprègne immédiat, ça vous choque et vous colle, une page blanche où tout s’imprime en vrac, ensuite faut gommer, effacer pour réimprimer autre chose.

Jusqu’à la mort on tente de gommer les tatouages de l’enfance, ce poison.
Commenter  J’apprécie          60
Colchik   14 novembre 2019
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Et il est à dire en effet oui c'est un beau pays, splendides falaises pavées d'or, mélancolie des genêts, solitude des ajoncs, pendants gracieux de cette mer en ciel. De regarder ça m'exténuait, tout ça vraiment trop immense pour de petits yeux. Mais quand même il faut bien se démener au milieu de toutes ses déchirures de crêtes et cieux farouches pour entrevoir son côté majestueux planqués sous ses chialements d'âme à cette lande. Une contrée rude et féroce que l'on doit seul apprendre à aimer durant l'enfance, puis qui vous tatoue pour l'existence d'une manière sauvage.
Commenter  J’apprécie          40
Babelcoyo   26 février 2020
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Comment ça fait pour rester debout tout, tenir encore le coup depuis le temps ? Comment ils s’y prennent tous pour nous faire marner comme des bêtes de somme pour trois centimes, la paye symbolique ? Je demande, comment ils font ?

Comment tout s’emboîte idéal ?

Tout se tient car la mort existe. Tout n’est plus rien la mort en moins. Retirez-la, enlevez-nous notre fin certifiée alors on verra tout se barrer de traviole, la planète et les belles idées des bonshommes grimaçant dessus, les règles, les lois, les sentiments même, tout cul par-dessus tête. Toutes leurs bardées de convictions sublimes, leurs certitudes rivées ancrées, les conventions, les belles retenues, tout ça d’entraîné loin au large par de funestes baïnes. Tout de fini, foutu, barré.

Je me suis relevé à cause de la mort.

Et puis aussi un peu à cause de la vie, elle qui me défilait dans le rosbif encore plus lentement à l’horizontale. Fadé gentiment d’un petit corps en vibrations, d’une cervelle en tourbillons, je m’épuisais de repos.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Colchik   23 novembre 2019
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Sa froide et implacable main au monde je me l’avais moi, certifiée impitoyable, bien appliquée hermétique sur la nuque. Dans les étrons de l’agonie il me l’enfonçait ma binette le monde, je peux dire, je connais. Ça a pas ressemblé à rien mais tout comme ma naissance si on réfléchit. Mes parents ils sont comme deux cerceaux perdus, dérivant dans le cosmos avec des arabesques lentes. Deux cerceaux flottant dans l’espace qui, une centième de seconde, se sont superposés exactement. Il me fait l’impression de ça leur coït, la synchronisation extrêmement fine et momentanée de deux cerceaux le temps juste pour moi de jaillir du centre de cette étrange porte éphémère, la traverser juste avant qu’ils ne retournent dériver lentement chacun de leur côté. Moi, l’unique cartouche.
Commenter  J’apprécie          30
Colchik   16 novembre 2019
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Elle savait dans ses répugnances que nous naissons tous en haut d’une montagne habillés comme pour le blizzard et que la vie consiste à descendre en se déplumant, elle savait ça , comme on connaît les larmes sans jamais avoir encore pleuré.
Commenter  J’apprécie          40
Babelcoyo   01 mars 2020
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Aussi on mesure souvent assez mal l’ignorance des gens. On les regarde et l’on pense, lui là, eux, elle, il a marché sur le même chemin que moi, le mien présent, celui que je me tartine en ce moment, qui m’emberlificote sérieusement. Il sait, on se dit, il connaît déjà tout ça, il a en lui le savoir, la connaissance il la possède. Et puis non, en fait il a traversé toute l’odyssée sans avoir absolument rien vu ni compris du voyage, en myope du cœur et du citron il est passé.
Commenter  J’apprécie          30
Babelcoyo   03 mars 2020
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Faut se l’avouer, comme moutons en plaine on se laisse vivre, même l’habitude du tourment nous la chante peinarde l’existence, jusqu’au jour où une parole nous uppercute la pastèque et les flancs. A des phrases entendues un jour des vies entières on s’accroche parfois. Les mots j’affirme ça aide mieux que le copain de Belleville, la tante des Batignoles, ça éclaire les mots tout du long de la vie. Mais ceux qui nous la pourrissent on peut les compter aussi. Etonnant comme les paroles douces ne restent pas en nous, même l’effet du baume de l’époque a disparu dans leur souvenir. Les mots assassins ont par contre eux des ondulations si vives et si longues qu’ils peuvent encore tuer des années après, ruiner des existences. Leur effet parfois jamais ne s’efface. Pour un mot, un jour, on déteste une trombine pas revue depuis moult décennies, possible cannée déjà. Mais ça fait du bien drôlement de haïr, ça occupe. Ça revient, être amoureux, à ça aussi, ça l’occupe parfaitement la théière. Sauf que c’est le contraire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Babelcoyo   27 février 2020
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Si d’après un savant mélange de jeu d’ombres et de miroirs, sous un angle extrêmement précis et pointu, au milli, si positionné ainsi face à une personne on pouvait voir apparaître le vrai visage de l’âme, tout au bout de cette ligne, on en verrait de ces choses, trombines toutes de hideurs monstrueuses. Les louftingues tiendraient pas cinq minutes sur les boulevards. Désertes les rues. Mais comme c’est pas aussi flagrant on la ferme. Pourtant déjà faut voir le nombre de malades qui arpentent gentiment les faubourgs de la société, les bien entamés du melon totalement intégrés, réussissant à merveille, gagnant même des sous, des sommes pas racontables, camouflés indécelables dans les cocktails. Faut voir ça.
Commenter  J’apprécie          20
Babelcoyo   18 février 2020
Et l'ombre emporte ses voyageurs de Marin Tince
Les choix de nos routes, les renoncements, les coups imprévus du sort nous laissent des foyers de déceptions jamais tout à fait morts, des braises de désillusions jamais défuntes qui toujours en sourdine couvent encore sous les cendres du passé, des alandiers d’inquiétudes mal éteints qui nous sèment pour l’avenir comme des métastases de regrets tout le long de ce chemin de halage où notre âme remorque sa tristesse. Et plus cette migration dure, plus on s’enfonce dans les ans et plus la vie nous pénètre les chairs, l’âme et le coeur. Nous sommes de vieux enfants tristes au masque clair devenu sombre avec l’âge qui se donnent des airs, chacun encaissant à sa façon cet excédent de détresse et de répugnance.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Voyage à Pitchipoï

Combien y a-t-il d'enfants ?

1
3
Aucun
2

12 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : Voyage à Pitchipoï de Jean-Claude MoscoviciCréer un quiz sur cet auteur