AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.19 /5 (sur 403 notes)

Nationalité : Russie
Né(e) à : Moscou , le 08/10/1892
Mort(e) à : Ielabouga , le 31/08/1941
Biographie :

Marina Ivanovna Tsvetaïeva (Марина Ивановна Цветаева) est une poétesse russe.

Son premier recueil, "L'Album du soir", est édité alors qu'elle n'a que 18 ans.

En 1912, elle épouse Sergueï Efron qui lui donnera trois enfants. Après la révolution son mari rejoint les troupes des armées blanches. Marina retourne à Moscou où elle sera bloquée durant cinq ans. Elle aura à subir les terribles privations de ces années, en 1920 sa fille meurt de faim.

En 1921, elle apprend par Boris Pasternak que son mari est finalement en vie et qu'il réside à Prague. Pour Marina, c'est le début de dix-sept longues années d'exil, qui commencent par Berlin, puis Prague et Paris.

Les années 20 voient les poèmes de Marina rencontrer la faveur du public. En 1928, en rendant hommage à sa force poétique elle s'aliène les milieux de l'émigration. Même si elle écrit beaucoup pendant son exil, elle souffre d'être rarement publiée à cause de sa prise de position.

Son mari travaille avec la police secrète soviétique et participe à des attentats contre des opposants anti-staliniens, ce qu'elle semblait méconnaître. Sa fille Alia regagnera l'URSS en 1937, bientôt suivie par son père qui échappera ainsi à la police française.

En 1939, n'y tenant plus, Marina et son fils rentrent en Union soviétique. Le malheur l'y attend : son mari est fusillé en 1941, sa fille passe huit ans en prison. En 1941, Tsvetaïeva et son fils sont évacués à Ielabouga, dans la république de Tatarie. Elle s'y retrouve sans aucun soutien et se pend le 31 août 1941.

Son fils disparaîtra pendant la guerre et c'est grâce à sa fille revenue des camps Staliniens que nous connaissons son œuvre.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Marina Tsvetaieva   (62)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Accompagnée de Dorothée Hannequin (The Rodeo), Anne Millioud-Gouverneur (violon), Robi & Emilie Dautricourt 1ère partie : « Je suis un songe et tu me rêves » (M. Tsvetaïeva) « Les femmes parlent de nuit. Elles parlent d'infini, d'orage et d'empreinte du vent. Les femmes voyagent en territoire du rêve et parlent de pays où tout serait permis. Il n'y a pas de chronologie, pas de géographie , mais un parcours en liberté à la rencontre des poétesses. On convoque les voix de Tsvetaïeva, Sappho, ou d'Antonia Pozzi, autant d'écrivaines à (re)-découvrir dans un paysage atmosphérique fait de pianos réverbérés et de chorales spectrales. Accompagnée d'un choeur de musiciennes et du piano, je tenterai de dessiner les contours de cette histoire de la poésie au féminin, dans une traversée des langages poétique, sonore et visuel placée sous le signe du rêve. Premier volet de cette proposition. » Cleo T.

+ Lire la suite
Podcasts (26) Voir tous


Citations et extraits (419) Voir plus Ajouter une citation
Marina Tsvetaieva
Fabinou7   12 juin 2021
Marina Tsvetaieva
"Nos poèmes, ce sont nos enfants. Ils sont plus âgés que nous parce qu'ils vivront plus longtemps que nous. Plus âgés que nous depuis l'avenir. Voilà pourquoi ils nous sont aussi parfois étrangers."
Commenter  J’apprécie          820
Marina Tsvetaieva
Moovanse   22 août 2015
Marina Tsvetaieva
Neige, neige

Plus blanche que linge,

Femme lige

Du sort : blanche neige.

Sortilège !

Que suis-je et où vais-je ?

Sortirai-je

Vif de cette terre



Neuve ? Neige,

Plus blanche que page

Neuve neige

Plus blanche que rage

Slave...

Rafale, rafale

Aux mille pétales,

Aux mille coupoles,

Rafale-la-Folle!



Toi une, toi foule,

Toi mille, toi râle,

Rafale-la-Saoule

Rafale-la-Pâle

Débride, dételle,

Désole, détale,

À grands coups de pelle,

À grands coups de balle.



Cavale de flamme,

Fatale Mongole,

Rafale-la-Femme,

Rafale : raffole.





(1923)

Commenter  J’apprécie          722
nadejda   21 novembre 2011
Vivre dans le feu : Confessions de Marina Tsvetaieva
Je suis exclue de naissance, du cercle des humains, de la société (...) Je suis sans âge et sans visage. Peut-être suis-je la Vie même.

... Je sais qui je suis : Une danseuse de l'âme.

Commenter  J’apprécie          700
Marina Tsvetaieva
Piatka   13 janvier 2016
Marina Tsvetaieva
L'amour est pour moi le lien privilégié de l'infini et l'étroitesse m'a toujours étouffée.
Commenter  J’apprécie          690
Lali   07 février 2011
Le ciel brûle de Marina Tsvetaieva
Les nuits sans celui qu’on aime — et les nuits

Avec celui qu’on n’aime pas, et les grandes étoiles

Au-dessus de la tête en feu et les mains

Qui se tendent vers Celui —

Qui n’est pas — qui ne sera jamais,

Qui ne peut être — et celui qui le doit…

Et l’enfant qui pleure le héros

Et le héros qui pleure l’enfant,

Et les grandes montagnes de pierre

Sur la poitrine de celui qui doit — en bas…



Je sais tout ce qui fut, tout ce qui sera,

Je connais ce mystère sourd-muet

Que dans la langue menteuse et noire

Des humains — on appelle la vie.
Commenter  J’apprécie          590
Marina Tsvetaieva
sabine59   11 avril 2020
Marina Tsvetaieva
Chaque chose doit resplendir à son heure, et cette heure est celle où des yeux véritables la regardent.
Commenter  J’apprécie          563
Piatka   31 décembre 2015
Les poésies d'amour de Marina Tsvetaieva
Dans la brume un monde s'élance - nomade :

Sur la terre ennuitée errance - des arbres

Le vin d'or en train de monter - aux grappes

De maison en maison tournée - d'étoiles

Les cours d'eau à rebours inclinent - à fuir

Et moi je veux sur ta poitrine - dormir.



14 janvier 1917
Commenter  J’apprécie          534
Marina Tsvetaieva
Piatka   10 novembre 2013
Marina Tsvetaieva
L'enfant commence en nous bien avant son commencement. Il y a des grossesses qui durent des années d'espoir, des éternités de désespoir.



Le diable et autres récits

Commenter  J’apprécie          511
Fabinou7   29 mai 2021
Insomnie et autres poèmes de Marina Tsvetaieva
“Ah, nuit !

Quelque part des sources courent,

je glisse vers le sommeil.

Je dors presque.

Quelque part dans la nuit

un homme se noie.”
Commenter  J’apprécie          470
nadejda   08 octobre 2013
Insomnie et autres poèmes de Marina Tsvetaieva
(...)

Je suis passée sur terre d'un pas de danse ! --- Fille du ciel !

Un tablier plein de roses ! --- sans écraser les jeunes pousses !



Je le sais, je mourrai au crépuscule, ou le matin ou le soir !

Dieu n'enverra pas une nuit d'épervier pour mon âme de cygne !



D'une main douce, j'écarterai la croix sans l'embrasser,

Je m'élancerai dans le ciel généreux pour un dernier salut.



La faille du crépuscule, ou le matin ou le soir --- et la coupure du sourire...



---- car même dans le dernier hoquet je resterai poète !



Décembre 1920

Commenter  J’apprécie          440

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le jeu des titres

Quel animal est élégant pour Muriel Barbery ?

Le chat
Le hérisson
La taupe
L'écureuil

12 questions
8653 lecteurs ont répondu
Thèmes : littératureCréer un quiz sur cet auteur