AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.03 /5 (sur 155 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) : 1952
Biographie :

Mark Spragg est né en 1952 et a grandi dans un ranch du Wyoming. Il évoque son enfance et sa jeunesse passées parmi les chevaux au cœur d’une nature rude et majestueuse dans Là où les rivières se séparent.

Outre "De flammes et d'argile", publié aux États-Unis en 2010, il est l’auteur de deux autres romans, dont "Une vie inachevée", qui a été porté à l’écran par Lasse Hallström, avec Robert Redford dans le rôle de Einar.

Son œuvre est aujourd'hui traduite en quinze langues.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce du film Une vie inachevée, adaptation du roman de Mark Spragg


Citations et extraits (82) Voir plus Ajouter une citation
marina53   10 mai 2018
De flammes et d'argile de Mark Spragg
Les choses paraissent toujours plus douces quand elles nous manquent. (…) Tant qu'on les a, on n'imagine pas à quel point elles pourraient nous manquer.
Commenter  J’apprécie          350
marina53   10 mai 2018
De flammes et d'argile de Mark Spragg
C'est le problème avec les bons moments. Ça ne dure jamais assez.
Commenter  J’apprécie          340
le_Bison   02 novembre 2012
Le fruit de la trahison de Mark Spragg
Mon père disait toujours que la sympathie, ça se trouve dans le dictionnaire entre suppositoire et syphilis.
Commenter  J’apprécie          320
marina53   16 février 2017
Une vie inachevée de Mark Spragg
Ces rides, ce n'est rien.

Ces cheveux gris, rien non plus.

Ce ventre qu'ont distendu

Les nourritures du passé,

Ces chevilles douloureuses

Et enflées,

Mon cerveau qui s'embrume,

Ce n'est rien.

Je suis toujours le petit garçon

Qu'embrassait ma mère.



Mark Strand, Not dying
Commenter  J’apprécie          292
marina53   12 mai 2018
De flammes et d'argile de Mark Spragg
Le sol était jonché de canettes de bière, de tubes en carton roussis, de pétards de fusée, de bouts de papier et de plastique arrachés à des feux d’artifice, de capotes et de leur emballage, de plusieurs dizaines de douilles. Il en remplit le sac puis déversa le tout dans une poubelle enchaînée à un piquet au milieu des arbres, avant de le remplir une seconde fois. Lorsqu’il eut ramassé tous les détritus, il détacha les culottes et les jeta à leur tour. Il ne se rappelait pas avoir assisté dans sa jeunesse à une fête incluant tous ces éléments à la fois. Il se rassit contre le coffre ouvert pour regarder les voitures passer sur l’autoroute en pensant que s’il avait été plus jeune, ou peut-être en meilleure santé, tout ce paysage n’aurait pas eu l’air aussi désolant.
Commenter  J’apprécie          270
le_Bison   17 janvier 2017
Là où les rivières se séparent de Mark Spragg
Je pense au premier ours mort que j’ai vu. Il était dépecé, son cadavre nu ressemblait remarquablement à celui d’un gros homme. Mon cheval l’a senti, a fait un écart, s’est cabré et m’a jeté en l’air. Quand je pense à cet ours, je rougis. J’ai l’impression que c’est un crime de les tuer, alors que ma famille vit de leur mort. On m’a appris que tout crime mérite châtiment.

Quand j’avais onze ans, l’un de nos employés m’a emmené dans une décharge en lisière de Yellowstone, au beau milieu de la nuit. Nous sommes restés dans le pick-up, avec le chauffage et les phares allumés, pour regarder une vingtaine de grizzlys qui se disputaient les meilleures ordures. C’était un spectacle dégradant. Les ours étaient batailleurs, cupides. Ils se battaient pour des résidus en putréfaction, ils s’attaquaient au milieu des vieilles couches-culottes, des canettes et des bouteilles en plastique. Ils n’avaient pas l’air d’être des ours. On aurait dit un congrès de gros ivrognes crasseux. Je plissais les yeux de mon mieux pour rendre la scène floue. C’était un truc pour m’empêcher de pleurer pour garder de ces animaux une image idéale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
marina53   16 février 2017
Une vie inachevée de Mark Spragg
Il aurait dû y avoir un vieux con pour m'expliquer ce que c'est de vieillir. (…) Il y a sans doute eu un vieux con pour me l'expliquer, mais je ne l'écoutais pas.
Commenter  J’apprécie          270
le_Bison   17 avril 2016
Là où les rivières se séparent de Mark Spragg
L'idée que ce vieillard a un jour touché une femme sans avoir à la ligoter me fait l'effet d'un serpent qui serait tombé dans le col de ma chemise. Si je pense à ses mains se posant sur n'importe quelle femme (ses ruminations sur les femmes sont précises), toutes les femmes deviennent suspectes. Mes fantasmes deviennent aussi rances que le whiskey qu'il lampe. Je préfère que les filles qui existent dans mon imagination ne connaissent rien des ivrognes titubants. Je préfère que les filles qui existent dans mon imagination ne connaissent que moi.
Commenter  J’apprécie          250
le_Bison   13 janvier 2017
Là où les rivières se séparent de Mark Spragg
Nous avançons à travers le bavardage des écureuils. D’énormes corbeaux, de la taille de ceux qu’on sculpte sur les totems, nous regardent du haut de branches mortes, le soleil joue sur le luisant de leurs plumes noires et polies, sur les perles noires de leurs yeux. Le parfum des pins est partout. L’odeur plus légère du tremble borde la rivière.
Commenter  J’apprécie          240
le_Bison   28 mai 2018
Là où les rivières se séparent de Mark Spragg
Je suis réveillé de bonne heure par un cri inquiétant et incessant. Je ne me dis pas : Ce sont les cris d'une femme, d'un ours ou d'un cheval.

Je ne dis rien. Je sens mon cœur battre plus vite, s'emballer. Pendant un instant, j'ai l'impression que la terre tremble et va s'ouvrir, que je suis pris dans les mâchoires d'un immense accident. Je saute hors du lit, j'enfile mon pantalon, je mets mes bottes et je cours hors de la maison. Je cours tout en passant ma chemise. Le bruit paraît surnaturel, aussi furieux que le hurlement d'un dieu courroucé. Je cours vers ce bruit parce que je suis convaincu de ne pouvoir y échapper.

Mon esprit parcourt le rapide catalogue des victimes. Il y a le cri de l'homme coincé sous un derrick cassé et écroulé, cri de douleur et de stupeur intenses ; le cri d'un couguar qui a pris une balle dans le ventre, d'un aigle à tête chauve tombé dans ce que j'imaginais alors être un combat perdu, combat familial ou sexuel. Je sais maintenant que tous ces sons ne font qu'un, un son qui dépouille les os de leurs muscles, qui réduit l'auditeur à l'état de squelette vibrant, nu et blanc comme un diapason d'ivoire. Je cours plus vite. Je pense à un ermite fou, accablé par le poids de sa solitude. Je pense que c'est ce que je risque de trouver. Je pense au hurlement comme à une prière folle, déchaînée, arrachant un homme à ses passions.

Le cri m'attire vers son centre, contracte et relâche mes tendons et mes ligaments, précipite mes genoux en l'air, rend tout mon corps élastique et rapide, sous l'effet de la peur. Ce n'est pas tant que je veux connaître la source du bruit. C'est que je veux le faire cesser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          225

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Au ciné avec Elmore Leonard

A quelle heure part le train pour Yuma dans le film réalisé par Delmer Daves en 1957 d'après une nouvelle d'Elmore Leonard?

3 h 10 pour Yuma
10 h 30 pour Yuma
5 H15 pour Yuma

9 questions
27 lecteurs ont répondu
Thèmes : polar noir , romans policiers et polars , littérature américaine , adapté au cinéma , cinema , cinéma americain , westernCréer un quiz sur cet auteur

.. ..