AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.07 /5 (sur 1466 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Varsovie, Pologne , le 27/04/1922
Mort(e) à : Ciney, Belgique , le 25/04/2016
Biographie :

Martin Gray, né Mietek Grayewski, est un écrivain franco-américain d'origine juive polonaise.

Il a dix-sept ans lorsque les nazis envahissent la Pologne le 1er septembre 1939. Il est transféré dans le ghetto de Varsovie où son père travaille au Judenrat. Il trouve le moyen d'en sortir en soudoyant des soldats nazis et devient ainsi un contrebandier faisant des allers-retours pour ramener de la nourriture dans le ghetto grâce aux tramways. Lors d'une rafle, son père est attrapé pour être déporté. Grâce à ses connaissances, Martin lui sauve la vie en l'aidant à s'échapper. Plus tard, sa mère, ses deux frères et lui-même sont déportés à Treblinka, où sa mère et ses frères sont exterminés immédiatement. Compte tenu de sa santé physique il n'est pas tué, et travaille dans divers kommandos, dont les sonderkommandos, qui sont chargés d'extraire les corps des chambres à gaz. Il s'échappe de ce secteur pour retravailler dans les secteurs de réception des déportés.
Occupé ensuite dans un kommando qui charge le linge dans les wagons, il s'enfuit de Treblinka en se camouflant dans l'un de ceux-ci. À son retour à Varsovie, il retrouve son père, qui sera abattu devant ses yeux, quelques jours après lors de l'insurrection du ghetto.
Enfin il rejoint l'Armée rouge où il finit la guerre et marche sur Berlin le 30 avril 1945. Il est lieutenant du NKVD (police politique soviétique).

Après la guerre, il décide de rejoindre sa grand-mère maternelle à New York en 1947. Il s'y enrichit en vendant à des antiquaires américains des porcelaines et des lustres non antiques, qu'il fait fabriquer en Europe.
Citoyen américain en 1952, il rencontre le mannequin Dina Cult et l'épouse en 1959. Ils s'installent à Tanneron dans le Sud-Est de la France. Mais en octobre 1970, lors de l'incendie du Tanneron, il perd sa femme et ses quatre enfants. Remarié deux fois, il est père de cinq enfants.

Dans son œuvre la mieux connue, "Au nom de tous les miens" (1971), il décrit une partie de sa vie.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Martin GRAY au Camp de Rivesaltes
Podcasts (1)

Citations et extraits (183) Voir plus Ajouter une citation
TheBee   12 juin 2010
Au nom de tous les miens de Martin Gray
C'est vrai, je suis devenu égoïste, c'est vrai je peux voir un mourant et passer près de lui sans m'arrêter. Parce que j'ai compris que pour le venger il me faut vivre, à tout prix. Et pour vivre, il faut que j'apprenne à ne pas m'arrêter, que je sache le regarder mourir.

Mon égoïsme c'est ce qu'ils m'ont laissé comme arme, je m'en suis saisi, contre eux. Au nom de tous les miens.
Commenter  J’apprécie          1340
boubi   11 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
Savoir accepter l'autre tel qu'il est.

Être joyeux du bonheur qu'il trouve.

L'aimer dans sa totalité : pour ce qu'il est, laideur et beauté, défauts et qualités.

Voilà les conditions de l'amour, de l'entente.

Car l'amour est vertu d'indulgence, de pardon et de respect de l'autre. (171)

...

Aimer c'est en même temps partager des mots, des regards, des espoirs et des craintes. (176)

...

Aimer, c'est réussir à donner à l'autre confiance en lui. (183)
Commenter  J’apprécie          1060
boubi   11 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
Ce que l'on donne à un enfant, il le rend un jour.

Et ce qu'on lui refuse, il le refuse.

Et le mal qu'on lui fait, il peut le faire.

Mais si l'on gonfle ses jeunes voiles au souffle de la force, du courage et de la droiture, alors il vogue et sait affronter la tempête. (83)



Éduquer un enfant, c'est s'offrir à lui en exemple. (84)
Commenter  J’apprécie          710
boubi   11 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
Protéger un être, un enfant ou un homme, ce n'est jamais lui masquer les risques de l'existence...

Protéger quelqu'un, c'est d'abord lui apprendre à voir, lui montrer le danger en lui, autour de lui. C'est le rendre capable de l'affronter et de le vaincre. (85)



Commenter  J’apprécie          590
boubi   11 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
L'homme peut être seul au milieu des autres.

Mais celui qui est ouvert au monde, celui qui sait demeurer fraternel, celui qui est solidaire des autres, celui-là, même solitaire, n'est jamais seul. (117)

...

Il suffit du regard d'un homme pour briser la solitude. Et ce regard viendra. Mais il faut d'abord croire qu'il existe. (119)

Commenter  J’apprécie          520
Selindej   27 février 2011
Au nom de tous les miens de Martin Gray
‎Toute la journée, j’ai marché dans le ghetto. Des enfants fouillent dans les poubelles, une femme son bébé mort dans les bras mendie ; un couple élégant, l’homme superbe, bras croisés, la femme maquillée, chantent au milieu de la chaussée. Là on vend des livres par paniers entiers, ici un homme est allongé sans connaissance : sans doute le froid et la faim. Tout va mal : la mort est partout.
Commenter  J’apprécie          491
Martin Gray
gouelan   19 août 2018
Martin Gray
Je n’ai qu’une certitude :

Ceux que j’ai aimés, ma famille, mes camarades, mes enfants,

Demeurent vivants en moi.

Ils guident encore mes pas.



Leur être fidèle, ce n’est pas s’enfermer dans la douleur.

Il faut continuer de creuser le sillon : droit et profond.

Comme ils l’auraient fait eux-mêmes.

Comme on l’aurait fait avec eux, pour eux.



Être fidèle à ceux qui sont morts,

C’est vivre comme ils auraient vécu, c’est les faire vivre en nous,

C’est transmettre leur visage, leur voix, leur message aux autres.

Ainsi la vie des disparus germe sans fin.



Je ne sais pas si je dois me dire croyant.

Je ne puis dire : je crois en Dieu.

Je ne puis dire non plus : je crois…



Ce que je sais seulement,

C’est que la mort ne détruit pas l’amour que l'on portait

A ceux qui ne sont plus…



Je le sais parce que tous les jours je vis avec les miens…



Ce que je sais aussi, c’est que la vie doit avoir un sens.

Ce que je sais encore, c’est que l’amour est la clé de l’existence.

Ce que je sais enfin, c’est que l’amour, le bien, la fidélité et l’espoir



Triomphent finalement toujours du mal, de la mort et de la barbarie.



Tout cela, je la sais, je le crois…



Dieu est-il au creux de ces certitudes ?

Je ne sais pas… Je cherche…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          461
boubi   11 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
L'enfant n'a pas d'abord besoin d'objets. Il a faim des autres. Besoin de sentir à tout moment l'ombre protectrice, bienveillante, attentive, de ceux qui l'ont porté et voulu.

Donner à un enfant , c'est se donner soi. A tout moment. Alors il peut pousser droit, et ses racines seront profondes, fortes.



Les parents sont la semence de l'enfant et la terre dans laquelle il pousse. (79)
Commenter  J’apprécie          430
boubi   10 décembre 2011
Le livre de la vie de Martin Gray
Les mots et la parole ont une force insoupçonnée. Ils sont la tourmente ou la brise. La pluie qui dévaste ou l'eau qui irrigue. (25)
Commenter  J’apprécie          380
Martin Gray
sagesse66   27 septembre 2018
Martin Gray
Les mots et la parole ont une force insoupçonnée.

Ils sont la tourmente ou la brise.

La pluie qui dévaste ou l'eau qui irrigue.
Commenter  J’apprécie          380
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
138 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur cet auteur
.. ..