AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.51 /5 (sur 144 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Martine Magnin est passionnée de sémantique, de philosophie, de psychologie, et d'antiquités.

Fille de l’historienne et écrivaine Maguelonne Toussaint Samat, elle a vécu toute son adolescence à L’Isle-Adam.

Elle se consacre aujourd’hui à l’écriture, après avoir consacré sa carrière à la communication sous toutes ses formes au service des entreprises et des institutions.

"Le Petit Livre Rouge des Meilleurs Vœux" (2014) est son premier essai publié.

Elle partage sa vie entre sa Provence natale et Paris.

Ajouter des informations
Bibliographie de Martine Magnin   (18)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
mariechrist67   25 juillet 2020
Bien mal acquis... de Martine Magnin
Je vais peut-être passer pour un vieux radoteur, mais "à mon époque" on ne se serait pas contenté d'opiner du chef et de classer un dossier suspect. On mettait notre honneur à traiter les dossiers à fond. Maintenant, il faut générer du chiffre, obéir à des quotas, et surtout travailler vite. C'est la course au profit.
Commenter  J’apprécie          150
mariechrist67   13 juillet 2020
Le confort de l'autruche de Martine Magnin
Oui, je sais, ma mère avait vingt-trois ans seulement. Est-ce une excuse ? Juste une explication possible, une très minuscule circonstance atténuante.

Le sentiment naturel de responsabilité parentale, le devoir fondamental de protection et d'assistance à enfant en danger, ces préoccupations évidentes lui étaient étrangères. Elle, qui faisait déjà tellement de son mieux.

Elle, qui m'aimait certainement, à sa façon.

Elle, qui n'avait que vingt-trois ans.

Ma mère, que j'avais du mal à nommer autrement. Ma mère, c'était la fonction sans l'attention, l'emploi sans la présence, le titre sans les obligations, le rôle sans la réalité, l'affectation sans la confiance. La mère sans majuscule, la mère minuscule, absente, lâche, démissionnaire. La mère qui ne voyait rien, n'entendait rien, ne disait rien.

La mère inutile. La mère autruche.
Commenter  J’apprécie          130
mariechrist67   21 juillet 2020
Bien mal acquis... de Martine Magnin
Quelle chaleur aujourd'hui ! L'air palpite et pulse comme un coeur invisible ou comme les ailes d'un papillon à l'agonie, même les mouches stupéfaites s'arrêtent en plein vol. Seules les cigales chantent sans faiblir. C'est l'été comme on l'aime par chez nous.
Commenter  J’apprécie          110
mariechrist67   11 septembre 2020
Qu'importe le chemin de Martine Magnin
Ces deux noms accolés, cette coexistence inconfortable « Enfants » et « malades », est déjà un malaise en soi, une contradiction gênante, une regrettable antinomie. C’est un contresens, une incohérence, un oxymore, car les enfants ne devraient pas être malades, les autres oui, les adultes, les vieillards, éventuellement, peut-être, s’il le faut vraiment. Mais eux non, surtout pas. Ils doivent être toujours heureux, souriants, actifs, confiants, en progrès, en devenir, intacts et protégés dans leur statut d’enfant.
Commenter  J’apprécie          90
mariechrist67   25 août 2020
La mort sur son 31 de Martine Magnin
Si l’on tentait aujourd’hui de dresser un bilan de sa vie, certainement une idée stupide, on se trouverait en face d’un amalgame assez banal de moments doux et de passages plus complexes ou ardus. Comme tout un chacun, Juliette avait traversé des instants très heureux, certains même jubilatoires et d’autres plus sombres et douloureux ; pourtant, depuis quelques années, le cours de sa vie s’était doucement assagi et presque assoupi. Quittant les bouillonnements d’un torrent parfois torturé pour gagner en sagesse et en modération, le cours de ses jours abordait lentement une sérénité paisible, comme un ruisseau à peine frémissant. Peut-être trop confortable d’ailleurs
Commenter  J’apprécie          70
denisarnoud   02 mars 2016
Mensonges et faux-semblants de Martine Magnin
C’est le moment précieux où le doute envisage de laisser la place au calme.

C’est le moment où mes parts d’ombre et leur nuisance lâchent prise pour accueillir le réconfort d’une paix fragile.

C’est le moment où les fantômes sont contraints d’affronter la lumière du jour.

C’est aussi celui où les bons génies doivent être enfin remerciés.
Commenter  J’apprécie          70
talou61   27 avril 2021
À l'ombre des saules en pleurs de Martine Magnin
En fait, il y a beaucoup plus d'amoureux des bêtes à pattes et à ailes que je ne le supposais. Les gens sont bizarres, mais peut-être moins qu'on ne le pense, quand on sait que 80 % des êtres vivants terrestres sont des insectes, ce qui devrait aussi nous rendre plus humbles lorsque l'on sait que les humains (famille des Hominidés) ne sont qu'une modeste partie des mammifères vertébrés présents sur la planète, qui eux-mêmes ne représentent pas plus de 10 % des êtres vivants vertébrés ! !
Commenter  J’apprécie          60
akcd   03 janvier 2017
Qu'importe le chemin de Martine Magnin
Sans bruit, sans qu’on s’en aperçoive, la bête tapie perfidement dans l’ombre était revenue une nouvelle fois, sournoisement et avidement, pour enjôler à nouveau Alexandre. Sans cœur et sans moralité, la machinerie honteuse des dealers avait repris son action de séduction et de corruption. L’argent se volatilisait, les appareils photos disparaissaient, les travaux photo prenaient du retard, le matériel d’agrandissement inutilisé fut remisé au fond d’un placard. Toujours naïfs et bêtement optimistes, on n’y vit que du feu, aucun signal d’alarme ne nous parvint, notre intuition de parents était débranchée.
Commenter  J’apprécie          30
talou61   20 avril 2021
À l'ombre des saules en pleurs de Martine Magnin
La sève généreuse monte et se faufile, les saules en frétillent de plaisir et tressent leurs franges avec délicatesse avec de longs soupirs de plaisir.
Commenter  J’apprécie          40
collectifpolar   01 mars 2021
Bien mal acquis... de Martine Magnin
Hier, mon chien Tarzan a été lâchement empoisonné. Un bon bougre de chien de garde qui ne gardait plus que son écuelle, une pauvre bête qui avait peur de son ombre, qui n’avait jamais mordu quelqu’un et qui avait presque quatorze ans. En le découvrant, j’ai pleuré comme un con. Le mec responsable de ça est vraiment un pauvre lâche.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Êtes vous un vrai fan de Harry Potter 7?

Comment se nomme les objets dans lesquels Voldemort mes ses morceau d'âme?

Horcruxes
Portoloin
Reliques

10 questions
1941 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 7 : Harry Potter et les reliques de la mort de J. K. RowlingCréer un quiz sur cet auteur

.. ..