AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Brompton, Londres , le 15/04/1804
Mort(e) à : Stapleford , le 04/01/1889
Biographie :

Mary Philadelphia Merrifield était une écrivaine britannique spécialisée dans l'art et la mode. Elle est ensuite devenue algologue (experte en algues).

Elle est née Mary Philadelphia Watkins à Brompton, Londres en 1804. Son père, Sir Charles Watkins, était un avocat spécialisé dans le transfert de propriété. En 1826/7, elle épousa John Merrifield et donna naissance en 1827 à un fils, Charles Watkins Merrifield , et à un deuxième fils Frederick Merrifield en 1831. Ils déménagèrent plus tard à Dorset Gardens, Brighton. Son mari travaillait comme avocat et elle entreprit la traduction d'un livre sur la peinture de l'artiste du XVe siècle Cennino Cennini . Le livre, Traité de peinture , a été publié en 1844.

En 1846, elle publie The Art of Fresco Painting , une commande de la Commission royale des beaux-arts , avec l'aide de ses deux fils. En 1850, elle expose ses peintures lors de la première exposition d'art organisée au Pavillon Royal de Brighton.
+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Mary Philadelphia Merrefield   (1)Voir plus


Citations et extraits (3) Ajouter une citation
L’écrivain désirerait convaincre l'élève de l’importance d’obtenir une connaissance complète de la partie technique de la peinture du portrait , et de la manière dont les différentes teintes sont composées. Cette habileté ne peut s’acquérir que par la pratique , c’est-à-dire , par une répétition continuelle : et l’avancement sera bien plus certain , si l’on s’est rendu maître des premiers procédés avant de s’occuper du Uni. Toute personne s’occupant de peinture sait combien on peut apprendre touchant les méthodes de peindre , par les ouvrages non terminés des grands maîtres, qui ont été soigneusement conservés jusqu’à nos jours. Nous recommandons à l’élève de préparer ainsi quelques peintures non terminées, comme moyen de recours aux premiers degrés de coloris , touchant lequel, comme les teintes se forment principalement en travaillant les couleurs séparément, et non par leur mélange sur la palette, une peinture finie ne peut fournir que peu d’enseignement.
Commenter  J’apprécie          10
Le papier à peindre pour portraits doit être épais et modérément grené. S’il est trop mince, il ne supportera pas le frottement; s’il est trop fin et uni, les couleurs seront sujettes à s’arracher; s’il est trop raboteux, il sera impossible de donner aux chairs une surface douce. Le papier préféré par beaucoup d’artistes, est l'extra-double éléphant de Whatman, de quarante pouces sur vingt-six (mesure anglaise.) Ce papier est assez rude pour bien retenir la couleur, et suffisamment doux pour assurer une bonne égalité de surface. L’élève doit observer qu’il y a un bon et un mauvais côté du papier, et que les nœuds et autres défauts étant plus apparents sur le mauvais côté, toute peinture doit être faite sur le bon. 11 est facile de distinguer le bon côté d’une feuille de papier entière du mauvais, en la dressant contre la lumière, et en regardant Je nom du fabricant, qui se lit convenablement du bon côté et à l’envers au mauvais côté. Quand le papier a été coupé de manière à ce que la marque de la fabrique ne soit plus visible, il faut le tenir dans une position oblique entre l’œil et la lumière, et l’on distinguera le bon côté par certains petits nœuds et protubérances à la surface, et le mauvais côté par des creux là où les nœuds ont été enlevés ; et comme ce côté-ci n’est pas fini avec la même perfection que le bon, il serait dangereux de s’en servir pour un dessin de quelque importance. On devrait faire une marque au crayon sur les coins du bon côté du papier, avant de le couper, afin de pouvoir le reconnaître sans peine.
Commenter  J’apprécie          00
Le portrait à l'aquarelle
Pour une personne non habituée à l’emploi des couleurs, il semble que c’est une tâche bien difficile que de peindre une tête d’après nature, et d’imiter avec soin et précision, ou même pouvoir distinguer les gradations délicates des teintes et la forme correcte de chaque trait, telle qu’elle est modifiée par la perspective. Espérons que les directions contenues dans les pages suivantes rendront cette délicieuse étude comparativement aisée à ceux qui la commencent avec une connaissance complète du dessin, de la lumière et de l’ombre. Avant, cependant, de décrire les procédés pour peindre une tête à l’aquarelle, il est nécessaire de nous occuper des matériaux à employer, savoir: le papier, les pinceaux et les couleurs.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Mary Philadelphia Merrefield (1)Voir plus

Quiz Voir plus

Rêves et réveils

"La vie est un sommeil, L'amour en est le rêve Et vous aurez vécu Si vous avez aimé". A quoi rêvent les jeunes filles est une comédie de:

Victor Hugo
Alfred de Musset

10 questions
104 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}