AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.97 /5 (sur 372 notes)

Nationalité : Iran
Né(e) à : Téhéran , le 09/08/1980
Biographie :

Maryam Madjidi est née en 1980 à Téhéran, et quitte l’Iran à l’âge de 6 ans pour vivre à Paris puis à Drancy. Aujourd’hui, elle enseigne le français à des mineurs étrangers isolés, après l’avoir enseigné à des collégiens et lycéens de banlieue puis des beaux quartiers, des handicapés moteur et psychiques, des étudiants chinois et turcs, et des détenus. Elle a vécu quatre ans à Pékin et deux ans à Istanbul.

"Marx et la poupée", son premier roman, obtient le prix Goncourt du premier roman 2017 et le prix Ouest-France Étonnants Voyageurs 2017.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Portrait chinois de Maryam Madjidi
Podcasts (3) Voir tous

Citations et extraits (99) Voir plus Ajouter une citation
ssstella   02 octobre 2018
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
La douce tristesse dans tes yeux. La timidité, tu n'osais parler cette langue étrangère, à la place des mots, tu souriais. Le sourire qui s'excuse, le sourire gêné de ceux qui ne parlent pas la langue du pays.
Commenter  J’apprécie          340
fanfanouche24   08 septembre 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
La petite fille doit donner ses jouet aux gamins du quartier. Elle n'en a absolument aucune envie. Mais ses parents lui ont enseigné que la propriété est une vilaine chose. Ils ont lu ça dans un livre de Makarenko. Elle ne comprend pas ce que ça veut dire ce mot , "la propriété".

- Pourquoi je dois donner mes jouets ?

- Parce qu'on ne peut pas les emporter avec nous là-bas.

- Mais je veux pas.

-Ecoute, c'est beau de donner, tu comprends ?

- Non, je suis obligée de donner, c'est pas la même chose. Je veux pas ! (p. 20)
Commenter  J’apprécie          311
Eve-Yeshe   02 octobre 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
Les Farmeh Commando sont des femmes qui s’attaquent à toute femme mal voilée ou habillée de manière provocante. De « manière provocante » veut dire dans l’intention de violer l’esprit pur et chaste de l’homme qui s’efforce de ne pas être tenté par ces créatures diaboliques mais qui a l’esprit tellement bien placé dans le cul et le sexe des femmes que le moindre poil féminin le fait sortir du droit chemin. P 69
Commenter  J’apprécie          310
ssstella   16 octobre 2018
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
La petite fille de six ans et sa mère sont à la maison. La petite fille regarde sa mère, qui regarde par la fenêtre. La mère parle de moins en moins. Sa langue est réduite à la communication minimale, aux échanges utiles et vides du quotidien.

[....]

Déjà en Iran, les rêves de la mère disparaissaient peu à peu. En France, le peu qu'il restait tombait évanoui, un par un, sur la moquette de la chambre, juste en dessous de sa chaise.

Lambeaux de son exil forcé. Ses projets, ses ambitions, ces petits bouts de rien auxquels on tend et qui construisent une vie. Tout s'effritait et je te voyais t'effacer peu à peu, devenir de plus en plus floue, les traits de ton visage s'estompaient, ta voix devenait de moins en moins audible, tes gestes avaient la lenteur des personnages apparaissant dans les rêves, ni tout à fait réels, ni tout à fait des chimères.
Commenter  J’apprécie          290
ssstella   22 septembre 2018
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
Elle voit les rêves de sa mère au-dessus de sa tête, elle essaie d'attraper ces oiseaux par mille ruses et elle n'y parvient pas.
Commenter  J’apprécie          260
Annette55   10 août 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
"Je déterre les morts en écrivant ..C'est donc ça mon écriture?Le travail d'un fossoyeur à l'envers. Moi aussi j'ai parfois la nausée, ça me prend à la gorge et au ventre.

Je me promène sur une plaine vaste et silencieuse qui ressemble au cimetière des maudits et je déterre des souvenirs, des anecdotes, des histoires douloureuses ou poignantes; ça pue parfois.L'odeur de la mort et du passé est tenace.Je me retrouve avec tous ces morts qui me fixent du regard et qui m'implorent de les raconter.

Ils vont me hanter comme mon père, qui se réveillait en sueur chaque nuit durant des années.Invisibles, ils suivent mes pas............parfois je me retourne brusquement dans la rue et je vois des bouches effacées! "
Commenter  J’apprécie          230
nadejda   13 août 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
Il était une fois les yeux de la mère



Elle passe des heures à regarder les yeux de sa mère.

Des yeux de sa mère sortent des mélodies muettes que la petite fille tente de transcrire sur des cahiers d'écoliers. Donner voix à tes yeux.

(...) Petite voleuse des bijoux de ton âme. Je préfèrerais te deviner,t'imaginer.

Je t'écris.

Je n'écris pas à "tu", à "toi", non, je devrais plutôt dire "J'écris toi".

Je barbouille ton visage de mes rêveries, je le mêle à mes mensonges, à tout ce qui me console, je plonge mes mains dans des pots de peinture à la recherche de tes yeux.

Je te trempe dans des liquides faits de fantasmes et d'angoisses et je te ressors de là, nettoyée, sublimée, transformée. Je voudrais te tirer à l'infini pour que tu ne meures jamais.
Commenter  J’apprécie          220
Palmyre   07 février 2018
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
Tu sais ce que ça fait d'être nulle part chez soi ? En France, on me dit que je suis iranienne. En Iran, on me dit que je suis française. Tu la veux ma double culture ? Je te la donne, va vivre avec et tu viendras me dire si c'est une "belle richesse" ou pas.
Commenter  J’apprécie          230
nadejda   12 août 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
La pierre



Un homme est assis, seul, dans sa cellule.

Il tient dans une main une pierre, dans l'autre

une aiguille à coudre.

Il creuse la pierre avec la pointe de l'aiguille.

Il grave un nom.



Chaque jour, il taille, il sculpte ce nom dans la pierre.

Ça lui évite de perdre la raison dans sa prison.

Ce nom c'est Maryam. Elle vient de naître et pour tenter

de combler son absence auprès d'elle, il lui fabrique

un cadeau qu'il espère lui donner un jour.

Il a trouvé cette pierre dans la cour de la prison

et en cachette, il a réussi à dérober

une petite aiguille à coudre.
Commenter  J’apprécie          210
Annette55   11 août 2017
Marx et la poupée de Maryam Madjidi
"Les photos des jeunes pendus à des grues dans les rues de Téhéran paralysaient ses mains pour un instant et le coeur serré, il aspirait une longue bouffée de cigarette, soupirait, murmurait quelques vagues mots de désolation et reprenait sa déambulation somnambulique dans les cercles concentriques de la Toile, en passant d'un site à l'autre.

Je te répétais sans cesse d'arrêter ça, de ne plus regarder ces images choquantes et terrifiantes...

Tu me répondais que c'était la seule chose qui te restait , la seule chose qui restait de ton combat: "t'informer, rester Informé, Informer les Autres..".......
Commenter  J’apprécie          200
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L’italien sans peine avec les écrivains

Il deserto dei Tartari (1940)

Dino Buzzati
Giovanni Drogo
Carlo Levi
Valerio Zurlini

16 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature italienne , 20ème siècleCréer un quiz sur cet auteur
.. ..