AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.31/5 (sur 50 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Bordeaux , 1976
Biographie :

Diplômé d’une Licence du Département des Lettres de l’Université de Clermont-Ferrand, Mathieu Siam réalise un Master spécialité Littérature de jeunesse de l’Université du Maine.

Au sein de l’association 9e art en Vienne il occupe successivement des postes à responsabilité. Il crée, entre autre, des rencontres et des animations. Ces actions dans le domaine de la bande dessinée l’ont conduit à être membre du jury "Prix public" du FIBD d’Angoulême et mandaté pour trois ans au conseil d’orientation de la CIBDI.

En Parallèle à ces actions de médiation, il pratique le dessin et l’écriture. Il suit les cours de dessin de l’artiste Michel Bona puis de Xavier Jallais et intègre la triade Scénario "bande dessinée" de la structure narration (issue du DU Écriture de création).

En 2011, il rejoint l’atelier Bidibull et il reçoit le grand prix de la ville de Saint-Benoît pour sa poésie illustrée en bande dessinée. En 2013, il crée un spectacle dessiné autour du western qu'il co-scénarise avec Damour, Nicolas Dumontheil et Benjamin Flao.

En 2014, il écrit et illustre "Pain perdu". Cette histoire fera l'objet de lectures en classe. "Galet" (2016) aux éditions Comme Une Orange est son premier ouvrage édité.

page Facebook : https://www.facebook.com/moeb.jazz

+ Voir plus
Source : http://www.bedetheque.com
Ajouter des informations
Bibliographie de Mathieu Siam   (7)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Galet - Mathieu SIAM


Citations et extraits (41) Voir plus Ajouter une citation
Je pense à mes amis qui sont partis.
Les arbres de mon âge
connaissent parfois la solitude.
Commenter  J’apprécie          160
C’est alors que je pêche une idée : à défaut de pouvoir marcher, je peux naviguer.
Je me glisse dans une barque et me laisse porter jusqu’au pont. Au-delà, je ne connais pas.
C’est l’aventure.

Étrangement, l’aventure ne sent pas les épices et le chocolat chaud comme je l’imaginais. Non. Elle sent plutôt l’herbe fraîche, le chèvrefeuille, la soupe du soir.
Commenter  J’apprécie          120
Des écoles et des maîtres, il n’a rien su, rien vu peut-être, rien pris à coup sûr. Ingénument, il va comme il peut, de pauvres moyens spontanés le servent tant bien que mal, il s’approche autant qu’il est en lui, des formes qu’il veut figurer.et l’on y sent une conscience magnifique, une sincérité que nul déboire n’arrête, un vouloir patient et continue. Et je pense conclure par : Surpris, nous le sommes pour notre plus grand plaisir.
Commenter  J’apprécie          110
Ce ne sont pas les faits que nous allons juger, mais vous !
Commenter  J’apprécie          130
Il y a très longtemps, on m'appelait "Nuage d'eau".
J'étais le miroir du ciel.
Plus tard, on m'a nommé "l'Entourant".
Je protégeais les terres.
Avec le temps, mon nom est devenu "Océan".
Commenter  J’apprécie          110
Je suis un peintre d'empreintes.
Partout où je passe,
je vois des traces.
Je les empreinte.
Commenter  J’apprécie          111
Pour répondre à votre question, monsieur le président, que valent les tableaux ? Je pourrais vous faire une réponse analytique de critique d’art, vous expliquer que la valeur d’une œuvre dépend de la pertinence des couleurs, de la lumière, de la composition, des idées, du propos, du traitement… Mais un tableau, dans le sens noble du terme, est bien plus que tout ça. L’œuvre incarne l’implication complète de l’artiste qui a surmonté ses faiblesses et ses erreurs par des conseils ; du travail et une croyance indéfectible en son art. rousseau nous offre une vision singulière et indiscutable du monde. Les motifs, les ponts, les fauves ont bien peu d’importance dans ses tableaux… car ce que nous montre Rousseau, c’est l’émerveillement. Une vision exacerbée comme seuls peuvent en avoir les enfants. La beauté des premiers printemps, les odeurs de la pluie, les peurs innées et l’Amour. À travers ses œuvres, nous plongeons dans ces sensations de notre jeunesse, enfouies au plus profond de nous.
Commenter  J’apprécie          70
Yadurgha, mon amour. Quand j’ai évoqué mes rêves dans ma sinistre chambre, je peux te l’avouer, c’était de toi dont je parlais. Tu es l’Amour. La réalité t’a faite encore plus belle que je ne l’imaginais. Mais comment aurais-je pu prévoir qu’une personne puisse être aussi merveilleuse que toi. Nos baisers sont riches comme de la terre fertile où fleurissent de doux silences. Hier soir, je lisais ces mots de Chateaubriand : Des arbres de toutes les formes, de toutes les couleurs, de tous les parfums se mêlent, se croisent ensemble, montent dans l’air à des hauteurs qui fatiguent les regards. Quand je reviendrai mon Amour, nous construirons un jardin luxuriant, infranchissable par les hommes sans cœur. Nous y trouverons le bonheur. Comme je regrette d’être parti. Je t’aime ma Yadurgha. Prends soin de toi.
Commenter  J’apprécie          70
Monsieur Henri Julien Félix Rousseau, retraité de l’Octroi de Paris, est accusé de faux et usage de faux. Messieurs les jurés, nous avons établi hier que Monsieur Sauvage, commis de 3ème classe à la banque de France, déclara à Monsieur Rousseau avoir été victime d’usurpateurs. Il lui demanda de l’aide pour récupérer son argent. Monsieur Rousseau n’y vit pas d’inconvénient. Sur les instructions précises du banquier véreux, Rousseau réalisa de faux chèques. Le 9 novembre 1907, Rousseau se présenta à la succursale de la banque de France de Meaux, où le caissier lui remis 21 billets de 1.000 francs correspondants au montant des faux chèques. Il donna les billets à Sauvaget qui lui offrit 1.000 francs pour le service rendu.
Commenter  J’apprécie          70
Soudain, un voile blanc déchire le ciel, plus vraiment la nuit, pas encore le matin.
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Mathieu Siam (52)Voir plus

Quiz Voir plus

Essayistes

Lequel de ces deux livres a été publié en premier ?

Critique de la raison dialectique (J.-P. Sartre)
De l'esprit des lois (C. de Montesquieu)

15 questions
8 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..