AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Critiques de Mathilde Chau (11)
Classer par:   Titre   Date   Les plus appréciées
Noir
  19 juillet 2020
Noir de Mathilde Chau
Je remercie énormément les éditions Noir d'absinthe pour l'envoi, en service presse, de leur recueil de nouvelles : Noir.

13 auteurs nous invitent dans leur noirceur, au cœur de leurs mondes imaginaires, sombres reflets de notre univers...

L’humain s’y dévoile sous son jour le plus sordide, pour notre plus cruel plaisir de lecteurs :)

Le résumé de ce recueil me tentait surtout qu'on trouve ici une romancière que j'apprécie tout particulièrement : Louise Le Bars. C'est d'ailleurs elle qui ouvre le bal avec Intime Projection – Scène d'Ouverture un court texte qui m'a captivé. J'aime son écriture, sa façon de décrire les choses et je suis ravie que ce soit elle qui ai commencé ce recueil.

Vient ensuite Cancer Urbain de Morgane Stankiewiez, un texte tout aussi bien écrit et captivant.

J'ai ensuite pris plaisir à découvrir Souvenirs fugitifs de Sarah Buschmann. C'est une excellente nouvelle, le personnage principal est touchant. Et ce fût une belle claque ! J'avais découvert cette autrice avec l'Absinthe, nouvelle présente dans le recueil La folie et l'absinthe ; cela m'a fait très plaisir de la retrouver car je trouve qu'elle a une plume très parlante.

Nous trouvons aussi : Le sang du Cénacle de KeoT ainsi que Pourri de Stéphane Miller. Là encore, des textes forts qui ne laissent pas indifférents. Petite préférence pour Pourri, je dois avouer que j'ai un peu moins apprécié Le sang du Cénacle, mais ceci est très personnel :) Si vous le lisez, vous penserez peut-être différemment.

J'ai beaucoup aimé Licorne de Sarah Delysl. Elle revisite le mythe de la licorne d'une façon très originale, j'ai trouvé ma lecture dépaysante, captivante et j'ai là encore passé un bon moment, très fort car … c'est noir... comme le titre de l'ouvrage l'indique ;)

On trouve aussi Mort de Cyril Fallavollita ; Smoke Gets In Your Eyes d'Alexandra Fiordelli ou encore Bouches (in)utiles de Patrice Quélard. Ce sont des textes pertinents, bien écrits, qui décrivent bien la noirceur de ce monde...

Difficile d'en dire plus, je ne veux pas vous lasser en faisant une chronique hyper longue, et puis nous avons ici des nouvelles. Donc des textes courts, il serait dommage de trop en dévoiler.

Niveau noirceur, Wilfried Renaut n'est pas en reste avec La nuagerie . Je dirais même qu'il excelle dans le genre ! Tout comme Michelle Labeeu avec Un, deux, trois. Je ne risque pas d'oublier ce dernier texte de sitôt.

J'ai un peu moins accroché avec Du jambon pour les cochons de Jordi Vila Cornellas. Par contre, j'ai beaucoup aimé Sur le seuil de Mathilde Chau.

Et pour clore ce recueil noir.. c'est noir ;) je demande... Louise Le Bars avec Intime Projection – Scène de finale pour un final à la hauteur de l'ouvrage :)

Noir est un recueil de nouvelles que je vous recommande sans aucune hésitation.

Il est bien écrit, aucun texte n'est en dessous de l'autre. Après, tout dépend de la sensibilité de chacun, certains vont plairont plus que d'autres. Cela a été mon cas mais aucun auteur ne m'a déçu. J'ai été touché par l'univers de chacun, leur façon de voir les choses et je suis vraiment ravie de ma découverte. De toute façon, il est rare que je sois déçu par les publications de cette maison d'édition, et je les relirais sans aucune hésitation.

Ma note : 4,5 étoiles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Nutty Wolves - Anthologie
  17 mai 2018
Nutty Wolves - Anthologie de Mathilde Chau
Je remercie chaleureusement la maison d'édition Nutty Sheep pour l'envoi du recueil de nouvelles Nutty Wolves.

J'apprécie de lire des nouvelles de temps en temps, et ce recueil ci me tentait beaucoup car il parle de... loups garous :)

J'adore ces bestioles, toutes les légendes qui les entourent et je n'ai pas du tout été déçue par ces 15 nouvelles.

La première histoire est surprenante et donne bien le ton. C'est original, très bien ficelé, bien écrit. Toute une ville protège un homme, en soi classique mais je ne m'attendait pas à un tel dénouement.

L’alcôve, la seconde nouvelle, est une de mes préférées. Nous allons dans un institut de beauté un peu spécial, avec une patronne très attachante.

Je ne vais pas toutes les détailler car il y a en a quinze, mais quelle bonne surprise :)

Toutes sont bien écrites, bien ficelées, avec des surprises. Il y en a peut-être une ou deux qui m'ont moins plu, et encore ce n'est pas flagrant.

Je suis rarement aussi enthousiaste vis à vis d'un tel ouvrage mais honnêtement, ce recueil est vraiment réussi.

J'ai parfois souri car on trouve de l'humour, et évidemment j'ai frissonné car certaines scènes font un peu peur. J'ai trouvé que l'écriture de la sixième nouvelle : Clinique, était très agréable et même poétique par moment.

Je mets quatre étoiles et demie, j'ai passé un bon moment avec Nutty Wolves. Si vous aimez les loups garous n'hésitez pas à découvrir cet ouvrage :)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Nutty Wolves - Anthologie
  20 septembre 2017
Nutty Wolves - Anthologie de Mathilde Chau
Hello, à tous,



Anthologie réalisée pour les fans des bébêtes poilues en tout genre.

Certaines de ces nouvelles sont de vraies pépites avec des coups de coeur pour certaines. Certaines sont assez flippantes, j'ai sursauté à 3-4 reprises.

Chacune des histoires est très bien écrite, d'un très bon niveau. Que l'on accroche ou pas, les atmosphères sont très bien retranscrites et assez angoissantes.



Un vrai plaisir - A découvrir de toute urgence
Commenter  J’apprécie          60
Noir
  04 octobre 2020
Noir de Mathilde Chau
Vous appréciez les histoires un peu (beaucoup) sombres ? Les intrigues qui vous retournent la tête ? et les univers angoissants ? Alors le recueil de nouvelles Noir chez Noir asbinthe est fait pour vous ! Il se compose de treize nouvelles écrites par : Louise Le Bars, Morgane Stankiewiez, Sarah Buschmann, KeoT, Stéphane Miller, Sarah Delysle, Cyril Fallavolita, Alexandra Fiordelli, Patrice Quélard, Wielfried Renaut, Michelle Labeeu, Jordi Vila Cornellas et Mathilde Chau.



Pour ma part, j’ai eu un petit coup de cœur de pour cette anthologie. Les nouvelles et moi, ça passe et ou casse… Souvent, j’ai le sentiment d’inachevé en les lisant. Ici, pas de tout ! J’ai savouré chacune d’entre-elles même si certaines m’ont davantage plu que d’autres. Toutes sont très sombres, parfois sanglantes, dérangeantes, et toutes sont superbement menées, souvent surprenantes.



Attention, il faut parfois avoir le cœur bien accroché ! Une scène en particulier m’a bien fait grimacer…



Le recueil mixte les genres pour mon grand plaisir. Si la ligne directrice reste l’enquête policière/le thriller, les auteurs de ce recueil nous proposent des histoires dans des genres variés : contemporain, fantasy, fantastique ou encore science-fiction. Leur style d’écriture est toujours recherché, agréable à lire. De très belles plumes !



Les histoires offrent également beaucoup de variété dans leur univers, leurs personnages, leurs thématiques. Le thème du noir est exploité sous toutes ses formes. On ne se lasse pas du tout !



Mais très clairement le gros point fort pour moi de ce recueil est la manière dont les auteurs ont mené leur histoire. Certaines nouvelles vous retourneront la tête. Toutes ou presque font l’objet de retournements de situation étonnants. J’ai été surprise, manipulée et happée par ces intrigues ! Cela donne envie de lire d’autres histoires de ces auteurs.



Les personnages sont très bien développés dans ces écrits pourtant très courts. Ils sont consistants, complexes, réalistes. Les auteurs réussissent à merveilles à nous transporter auprès d’eux et dans leur tête.

Les nouvelles



De brefs retours sur chaque nouvelles :

[...]
Lien : https://lacossedeceline.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Noir
  30 juin 2020
Noir de Mathilde Chau
Noir est une anthologie qui porte très bien son nom. On enchaîne les histoires toutes plus sombres que les autres dans des atmosphères pesantes et parfois stressantes. Je suis vraiment admirative face à la diversité des styles et des talents. Bien sûr, il y a des nouvelles qui nous touchent plus que les autres, mais j’ai vraiment trouvé une anthologie de qualité.



Chaque texte nous surprend à sa manière et les fins sont juste grandioses. J’ai toujours admiré les personnes capables d’écrire des textes aussi courts tout en arrivant à nous surprendre. Parce qu’il faut poser une ambiance, décrire des passages, tout cela dans un laps de temps très court et proposer une fin surprenante, ce n’est vraiment pas quelque chose d’évident. Et dans cette anthologie, chaque texte y arrive. Il y a une ambiance particulière, des enjeux spécifiques, parfois même des personnages qui nous touchent et qu’on cherche à comprendre.



Il y a vraiment des passages et des fins où on se sent comme trahis. Pas dans le mauvais sens, mais plutôt pour dire “wouah, l’auteur / l’autrice a réussi à nous faire croire ça, mais en fait c’est génial !” C’est toujours difficile pour moi de parler d’une anthologie, il y a tellement de diversités et j’espère vraiment réussir à vous faire comprendre combien j’ai apprécié découvrir celle-ci.



Et le plus étonnant, c’est qu’en plus de nous surprendre, certains arrivent à nous parler de sujets importants et très actuels. Bien sûr, ils ne s’inscrivent pas tous dans une réalité, mais ceux qui le font dégagent un sentiment comme quoi cela pourrait être possible. Et ça c’est beau. Il n’y a rien de forcé, rien de trop. C’est parfaitement rythmé et vraiment très équilibré.



Vous savez que je suis une âme sensible, une trouillarde et une petite nature, et pourtant, j’ai dévoré cette anthologie. Pourquoi ? Parce que malgré son côté très sombre, il y avait une vraie beauté dans les styles des auteurs et pour certains, une petite touche de poésie très appréciable. Avec des mots bien tournés et des idées originales, chaque auteur a réussi à me conquérir.



C’est le premier ouvrage que je lis de chez Noir d’Absinthe, j’ai toujours voulu découvrir ce qu’ils proposaient, surtout après leur campagne Ulule (tellement hâte de lire le roman qui va sortir). Et maintenant que c’est chose faite, je ne suis pas déçue. Et j’ai hâte d’en lire d’autres ! J’ai vraiment adoré la façon dont ils travaillent et la manière dont ils gèrent leur maison d’édition. C’est, pour moi, un véritable modèle dans le milieu. Alors si en plus tous leurs textes sont fabuleux, je ne peux qu’applaudir.
Lien : https://loudesbois.fr/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Noir
  17 octobre 2020
Noir de Mathilde Chau
NOIR de Noir d'Absinthe anthologie dirigée par Emilie Chevalier Moreux (aka ACM) pour une plongée dans le roman noir et dans les horreurs de l’homme. Il faut dire que je l’attendais avec une impatience non maîtrisée ce petit bébé. Pour parler un peu de ma vie, j’avais vu passer l’appel à texte qui donnait grandement envie mais qui soulevait aussi et surtout une belle question : qu’est-ce que le roman noir ? Au détour de 13 nouvelles, on appréhende toutes les facettes de ce genre si particulier, aussi fascinant que provocateur ! Le roman, en lui-même, est de toute beauté. Noir d’absinthe nous habitue à des merveilles et ne déroge pas à la règle. Vous n’arrivez pas à lire le titre sur la photo ? C’est normal, moi non plus. Il faut dire que du noir sur du noir, c’est loin d’être évident ! Un beau mat et une belle présence dans l’étagère, où ses pages n’ont pas fini de nous inviter entre leurs lignes. J’aime beaucoup les anthologies, qui permettent de s’offrir une lecture chaque soir en pénétrant dans un nouvel univers. J’ai donc largement pris mon temps avec ce petit bébé, me délectant à chaque fois des horreurs qui pouvaient s’y cacher. Prêt à me suivre ? C’est parti !





« Intime Projection » de Louise le Bars : retrouver la plume de Louise, avec tout le bonheur que ça sous entends, fut un véritable plaisir. Je pense vraiment être passée à côté de beaucoup de subtilité du texte mais j’ai été happée par les personnages et par ce cinéma, si emblématique de l’époque du noir. Est-ce que vous aussi vous avez craqué et lu le début et la fin avant de lire le reste ?





« Cancer Urban » de Morgane Stankiewiez : nul besoin de m’épancher de la sorte sur une nouvelle que j’avais déjà lu. L’humour de Morgane ajouté à cet archétype de personnage qu’elle maîtrise si bien rends le tout réellement plaisant. J’ai toujours autant adoré la fameuse phrase sur le défaut un brin nazi, qui, même si je m’y attendait, m’a encore fait rire. Aurais-je vu une légère bouffée de Kult là dedans ? Non.... pas toujours quand même Morgane ?



« Souvenirs Fugitifs » de Sarah Buschmann : J'ai été tellement touchée par le personnage principal. Partir dans les maisons de retraite, avec tout ce que ça sous entends fut vraiment intense. On retrouve bien le métier de Sarah, si fidèle à une psychologie parfaitement interprétée. J'ai eu réellement de la peine pour le héro et, à travers lui, toutes les personnes âgées dans le même état. Puis la fin... mais la fin quoi ! Tout ce que j'aime dans une nouvelle, avec une fin plus que touchante et surtout dont on se rappelle !





« Le sang du Cénacle » de KeoT. Bon, j'ai déjà bien assez faite ma fangirl auprès de l'auteur mais je suis tombée amoureuse de sa plume à l'histoire parfaitement menée et de l'intrigue réellement prenante. J'adore la fantasy et là, plus que tout, j'avais réellement l'impression de retrouver dans un jeu vidéo, dans une quête très obscure de Skyrim ou dans certaine quêtes de l'extension Blood and Wine de The Witcher. Mention toute particulière à la goule, best personnage ever. KeoT est clairement un auteur à suivre et j'ai hâte qu'il sorte d'autre petit chef d'oeuvre ;)





« Pourri » de Stephane Miller. En tant que propriétaire de rat, j'ai désapprouvé ! Et j'en dirais pas plus pour pas vous spoiler mais je me suis retrouvée à insulter l'anthologie comme une idiote à trois heures du matin. Une réaction comme ça, ça ne peut prouver qu'une chose : le texte est génial, réaliste et les personnages tellement pourris. J'ai même lâché un NIARK à la fin, tellement j'étais contente de la manière dont ça se termine.





« Licorne » de Sarah Delysl : malheureusement, si j'ai trouvé la plume superbe, je n'ai vraiment pas compris du tout le texte. C'est noir, c'est agréable mais pas de petits frissons de mon côté.





« Mort » de Cyril Fallavollita : Un personnage non nommé, une fliquette désabusée et une offre des plus incongrus. Ce texte m'a réellement surprise et je l'ai trouvé très cynique mais très parlant. Le monde dans lequel on vit en sort, cinglant. Et la chute de fin m'a fait de la peine pour l'héroïne. Une fin très douce amère, ce qui n'était pas pour me déplaire tant j'adore ça.





« Smoke Gets In Your Eyes » d'Alexandra Fiordelli : Le seul texte qui m'a vraiment laissé sur ma faim. J'étais ultra impliquée, je tournais chaque page fébrilement. J'ai sursauté avec le personnage principal et clairement j'ai même retrouvé la goutte de frisson éprouvée plus jeune en lisant un roman dont je ne me souviendrais jamais du nom. Mais je n'ai pas compris la fin, et j'en étais vraiment désolée. Pour le coup, je pense que ça se joue à peu de chose et qu'il plaira grandement à d'autre. Je n'ai juste pas réussi à vraiment comprendre.





« Bouche (in)utiles » de Patrice Quélard : Ce texte fut difficile au début pour moi. Je ne comprenais pas le vocabulaire et j'étais largée. L'univers me parlait, avec une touche de mad max rigolote (dis-je alors que je n'ai jamais vu un seul film) mais j'avais énormément de mal à me laisser happer par la plume. J'ai forcé un peu, car je sentais un énorme potentiel. Et lorsque l'histoire c'est terminé j'ai réellement lâché un : quoi, déjà ? La chute est extra et j'avais envie de tout brûler après. Une belle ode à la rébellion !





« La nuagerie » de Wilfried Renaut. Cette plongée dans le noir ne m'a clairement pas laissée indemne. J'ai adoré suivre les aventures d'un personnage aveugle, chose trop peu vu en littérature. L’ambiance nous transporte tout de suite. La plume m'a rappelé le bonheur que j'avais en lisant du Pierre Bottero plus jeune et c'est un véritable compliment tant j'aime cet auteur. L'héroïne est intéressante et le dénouement très doux amère. Quoi de mieux ?





« Un, Deux, Trois » de Michelle Labeeu : j'ai pleuré. Voilà, je n'aurais pas d'autre chose à dire. Je ne m'y attendais pas, j'ai été engloutie par le récit et j'ai pleuré très fort à la fin. C'est tragiquement beau et surtout tellement réaliste... L'histoire arrache le cœur, mais c'est si bon !





« Du jambon pour les cochons » de Jordi Vila Cornellas. Mention spéciale pour placer ce texte juste après Un, Deux, Trois. Parce qu'un peu de douceur fait vraiment vraiment du bien. J'ai ris en compagnie de ce merveilleux loser qu'est le héro et j'attendais vraiment de voir la suite pour découvrir quel nouveau malheur allait lui tomber sur la tête. J'ai toute fois une remarque : quand aurait nous une suite se passant dans cet univers beaucoup trop cool ! Je veux plus d'elfe, toujours plus d'elfe !





« Sur le seuil » de Mathilde Chau. Un texte qui donne envie de hurler, de se rebeller et d'en vouloir à la Terre entière. Ici, encore, on plonge dans le noir, le véritable Noir. Celui qui pue et effraye mais qui est pourtant si proche de ce que l'univers pourrait un jour devenir. J'ai adoré ce texte et j'avais un énorme sentiment de malaise à la lecture. Tout est très bien mené pour nous porter jusqu'à la chute, tant du personnage que la nôtre.





Enfin, vous l'aurez compris mais j'ai réellement adoré cette anthologie. Voir autant de très bon texte réuni tous ensemble est un vrai bonheur. Si certain texte m'ont moins plus que les autres, ils n'en restent pas moins véritablement bon et un énorme bravo à tous les auteurs pour porter de telles plumes. Maintenant, j'ai hâte de voir ce que nous réserve le nouvel appel à texte de Noir d'Absinthe et quelles horribles monstresses ils vont nous sortir du placard:)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Noir
  09 novembre 2020
Noir de Mathilde Chau
Noir, c’est un recueil de nouvelles qui atteint son but avec brio, nous livrer la noirceur sous toutes ses formes, nous dresser un portrait percutant de l’âme humaine et dans ses plus vils travers !
Lien : https://elodit.fr/2020/11/09..
Commenter  J’apprécie          10
Noir
  04 septembre 2020
Noir de Mathilde Chau
Noir, c'est la dernière publication des éditions Noir d'absinthe qui rend hommage aux livres et aux films noirs des années 40. Une anthologie composée de 13 histoires, sombres et haletantes.



N'ayant encore jamais lu de livre de cette maison d'édition, j'ai pensé qu'un recueil serait un bon début pour découvrir la plumes de ses auteurs. J'ai particulièrement aimé la diversité des histoires, il y'en a pour tous les goûts : fantasy, horreur, thriller,...A chaque début d'histoire, je me demandais : dans quel univers vais-je tomber ?et j'ai adoré cette sensation, un peu comme lorsqu'on déballe un cadeau surprise.



J'ai aimé le fait que la qualité des histoires soient égales, chaque auteur/autrice a son style qui lui est propre. Parfois plus poétique, plus direct, plus imagé, etc. Ils on su réinterpréter le thème de la noirceur à leur façon. Honnêtement, il est impossible de s'ennuyer avec cette lecture.

Cet ouvrage m'a clairement donné envie de découvrir un peu plus la plume de ces auteurs/autrices.



Bref, laissez-vous surprendre par ce beau condensé de noirceur.



Mention spéciale pour « Licorne » de Sarah Delysle et son humour décalé à souhait et pour « Le Sang du Cénacle » de Keot, quel bel univers !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Noir
  30 juillet 2020
Noir de Mathilde Chau
Lire un recueil de nouvelles, c’est toujours les montagnes russes. On adore certaines nouvelles, on se pose des questions sur d’autres, on découvre de nouveaux auteurs, mais au final, on est toujours sûr de passer un bon moment. C’est exactement ce que j’ai retrouvé avec Noir, une anthologie sur le thème de la noirceur humaine. 13 nouvelles, 13 auteurs qui nous délivrent un reflet sombre de l’humanité, au cœur de leurs mondes imaginaires. Ne vous y trompez pas, certaines histoires, malgré cette noirceur ambiante, n’oublient pas de semer un peu d’espoir ♥.



L’anthologie commence fort avec Louise Le bars, autrice que j’avais découverte grâce à son merveilleux Vert-De-Lierre. Son introduction était trop courte à mon gout tant j’aime ses répliques qui séduisent mon côté féministe ;): « Vous me décevez, je le déplore. Après tout, vous n’êtes qu’un homme. Vous vous croyez tous tellement puissants. »



Parmi les nouvelles qui m’ont le plus marquées, se trouvent celle de Sarah Buschmann: « Souvenirs fugitifs ». Quelle jolie plume! J’ai adoré comment elle a mené sa nouvelle jusqu’au retournement final très réussi. Son livre « Sorcière de chair« , a du coup rejoint ma PAL, pour que je puisse redécouvrir son écriture fluide et efficace.



Je vous conseille aussi la nouvelle « Licorne », qui décrit une enquête policière dans une société survivant difficilement au milieu d’une nature détruite. C’est une vision acerbe d’un futur possible et sur notre façon de traiter notre planète. Une bonne piqûre de rappel. Comme le protagoniste principal, on finit par se dire que ça ne vaut peut-être pas la peine de sauver les derniers humains, mais d’un autre côté… On ne peut s’empêcher d’espérer.



Gros plus aussi pour la nouvelle « La Nuagerie ». Déjà parce qu’avoir une héroïne aveugle, c’est rare et ça fait du bien. Et ensuite parce que l’univers crée était très sympa. Dans un monde où le soleil brûle tout, les villes sont protégées par des dômes. Une nuagerie crée des nuages à l’intérieur du dôme, assurant ainsi un écosystème et la survie de ses habitants. Mais ce dôme implique aussi une perte de lumière importante permettant aux aveugles d’acquérir certains pouvoirs… Et c’est là qu’on retrouve notre héroïne qui part en chasse d’un serial killer.



J’ai aimé lire et découvrir toutes les nouvelles de cette anthologie. En lisant « Noir », vous allez certainement faire votre propre palmarès, en aimer d’autres. Mais une chose est sûre, vous aller aimer plonger dans ces univers sombres où certains hommes sont proches de la folie, ou même sont déjà tombés au plus profond de celle-ci.
Lien : https://veryimportantbook.ho..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Nutty Women
  08 mai 2020
Nutty Women de Mathilde Chau
Nutty Woman est un recueil de nouvelles mettant en avant des femmes fatales.



Au tout début de ma lecture, j’ai été dubitative. J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dans la première histoire. Malgré un texte très original, je suis passé à côté du texte. Peut être était-ce cela le problème, trop extravagant pour moi. En général, je suis la première a aimé ce qui sort de l’ordinaire. Malheureusement, cette première histoire m’a laissé stoïque. Ça m’a ralenti dans ma lecture et m’a freiné pour lire la suite. Heureusement, je me suis accroché ce qui m’a permis de découvrir de très belles nouvelles.



Certaines histoires m’ont agréablement surprise. Globalement, la majorité des nouvelles ont pour base le fantastique. La femme est présente dans toute sa splendeur. Elles sont fatales mais aussi dangereuse. Derrière un physique de rêve, il ne faut pas oublier la personne. La femme est tantôt peinte comme une héroïne, tantôt comme un bourreau. Mais, derrière ce qui s’apparente à de la cruauté, est-ce réellement elles les bourreaux de l’histoire ? Toutes les histoires ont la même base. La femme est confronté à l’homme face à ses vices et son pire visage. Elles nous montre qu’elles sont fortes et ne sont pas de petites choses fragiles. Le physique peut être leur meilleure arme, la rendant fatale en tout point. Quelque soit l’histoire, elles ont toutes un caractère fort et imposant. Si quelqu’un en a une bonne paire, ce sont bien ces femmes. Les regards se portent sur elles attirant toute l’attention de la foule. Les auteurs nous montre une autre image de la femme et les embellissent. Fini d’être une victime, elles sont les maitres et ne se laisseront plus faire ni avoir par qui que ce soit.



Il y a de nombreuses bonnes idées de la part des auteurs. Même si certaines m’ont moins marqué ou plu, il est important de souligner l’originalité dont ils ont fait preuve à travers leurs textes. 11 textes, 11 idées différentes dans tous les genres confondus. Ils ont une base fantastique ou SF et d’époques différentes. Les textes se lisent vite, parfois trop vite. Dans l’ensemble, j’ai aimé l’écriture des différents écrivains et aucun ne m’a déplu. Il y a un choix très hétéroclites dans les textes, de quoi plaire à tous les lecteurs. Il y en a pour tout le monde. J’ai pris plaisir à découvrir les textes. Certains comportent même une morale à la fin, chose que j’ai bien apprécié.



Pour conclure, malgré quelque petits bémols ou des histoires qui m’on moins touché, j’ai aimé lire ce recueil. Ça me chance de ce que je lis d’habitude, moi qui ne suis habituellement pas attiré par ce type de livre. Il y a du potentiel dans ce roman, certaines nouvelles pourraient amener à devenir une histoire. Pour toute les femmes qui doutent d’elles et de leur pouvoir, ce recueil fait du bien et nous montre que nous ne sommes pas de petits choses fragile et sans défense. A découvrir !


Lien : https://sur-la-route-de-nos-..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Dimension Aéropostale
  15 septembre 2018
Dimension Aéropostale de Mathilde Chau
Manuel Essard s’en sort pas mal du tout comme anthologiste, il n’y a pas de textes vraiment très faibles comme souvent dans les anthologies Rivière Blanche. L’agencement des nouvelles est aussi assez adroit.



Au niveau contenu, la qualité reste toutefois très moyenne, on a beaucoup à faire a des textes clin d’œil ou hommage plus qu’a des histoires vraiment développées, seuls 3 ou 4 sur 20 le sont. La narration et le style ne sont pas toujours très adroits, mais l’objectif de l’hommage est bien rempli ; on y parle et référence beaucoup les grandes figures de l’aéropostale, surtout Mermoz. On y trouve une majorité de textes de fantastiques, un peu de science-fiction et même deux textes d’héroïque fantasy.



Dans les textes en dehors du mien, seul celui de Thierry Soulard m’a vraiment marqué avec son histoire inattendue, un style agréable avec un humanisme tout en finesse : un incident étrange détruit les appareils électriques dans tout le nord de la France, une femme pilote de l’armée se retrouve à devoir emmener un étrange passager dans vieux Breguet 14, seul coucou pouvant encore voler sur sa base aérienne.



Donc une antho clin d’œil seulement pour les vrais amateurs d’aviation et d’aéropostal je dirai …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          02


Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

l'arabe du futur

La mère de Riad est-elle :

Anglaise
Parisienne
Bretonne
Pyrénéenne

5 questions
105 lecteurs ont répondu
Thème : L'Arabe du futur, tome 1 de Riad SattoufCréer un quiz sur cet auteur