AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.93 /5 (sur 80 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Genève , 1983
Biographie :

Matthieu Mégevand est un écrivain suisse.

Il a grandi à Genève et vécu à Sydney, Paris et Berlin.

Titulaire d'une licence en philosophie et d'un master en histoire des religions, il a travaillé comme journaliste pour le bimestriel "Le Monde des religions" et comme chroniqueur pour la revue "Choisir".

En 2007 paraît son premier recueil de nouvelles "Jardin secret" (Éditions L'Âge d'Homme), puis un roman "Les Deux Aveugles de Jéricho" (Éditions L'Âge d'Homme) en 2011, prix de la Société littéraire de Genève 2011 et sélectionné pour le prix Senghor 2012.

En 2013 paraît "Ce qu’il reste des mots" aux éditions Fayard, une réflexion littéraire et philosophique sur le drame de Sierre (un accident de car dans lequel 28 personnes périrent dont 22 écoliers).

En 2015, il devient directeur de la maison d'édition Labor et Fides.

En 2016, il publie un nouveau récit, "Les lueurs" aux éditions l'Âge d'homme. "La bonne vie" (Flammarion), paru lors de la rentrée littéraire 2018, met en scène la vie du poète Roger Gilbert-Lecomte.

page Facebook : https://www.facebook.com/matthieu.megevand

+ Voir plus
Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Matthieu Mégevand   (6)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Matthieu MégevandLautrec Lecture par l'auteur – Mise en musique par Emilie Zoé Lautrec, c'est la légende de Montmartre, le peintre du Moulin-Rouge, du Mirliton, celui qui immortalise Bruant, la Goulue, Jane Avril. Mais c'est aussi un petit homme foutraque, issu d'une famille de la haute noblesse de province, atteint d'une maladie génétique qui fragilise ses os et interrompt sa croissance. Fasciné par les cabarets, les bals, les bistrots, les théâtres et les prostituées, il peindra des hommes et des femmes toute sa vie, négligeant le paysage et la nature morte. Alcoolique, rongé par la syphilis, il meurt à trente-six ans en laissant une oeuvre foisonnante et inclassable. En mettant en scène l'obsession de Henri de Toulouse-Lautrec pour la peinture, celle qui montre les êtres humains dans ce qu'ils ont de plus brut et de plus vivant, Matthieu Mégevand s'éloigne des représentations habituelles pour dresser le portrait de l'artiste en voyant et de l'homme en possédé. Avec le soutien de la Fondation Pro Helvetia À lire – Matthieu Mégevand, Lautrec, Flammarion, 2019. À écouter – Emilie Zoé, « The very start », Hummus Record 2018, récompensé par un Swiss Music Award. Le mercredi 4 décembre 2019 - 20h
+ Lire la suite

Citations et extraits (87) Voir plus Ajouter une citation
Souri7   29 juillet 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
[...] Ce ne sont ni les métiers ni le milieu social qui déterminent une rencontre, mais des obsessions qui convergent et se nourrissent mutuellement.
Commenter  J’apprécie          370
Souri7   21 juillet 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
La famille Lecomte est épargnée et rentre à Reims dès la fin des hostilités. Ce n'est plus une ville mais un champ de ruines. La cathédrale, ensevelie sous ses propres gravats, soufflée, écorchée, ses gargouilles arrachées des chéneaux, ressemble à une immense tombe. Les façades des immeubles éventrées, les maisons ravagées, les trottoirs défoncés, les arbres coupés en deux, des gouilles remplies d'eau croupie trouent les rues avec parfois, tout au fond, un cadavre décomposé. Les habitants repeuplent peu à peu la cité, balayent les décombres et rebâtissent. Roger grandit dans un paysage d'outre-tombe et voit - il ne lit pas dans les manuels d'histoire ni n'entend radoter un vieux grand-père - il voit de ses yeux vierges ce dont l'homme est capable.
Commenter  J’apprécie          350
Souri7   22 juillet 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
[...] Ce ne sont ni les métiers ni le milieu social qui déterminent une rencontre, mais des obsessions qui convergent et se nourrissent mutuellement. Ainsi la toile des amitiés grandit [...]
Commenter  J’apprécie          300
cardabelle   03 août 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
" Ce que nous cherchons ... nous cherchons les instants bouleversants qui redonnent enfin du suc à cette vie inquiète .

En peignant , en écrivant , mais aussi en admirant une huître ou une simple palissade , nous cherchons , affamés , ces nourritures incalculables ! "



p.75
Commenter  J’apprécie          290
Adriatik   16 septembre 2018
La bonne vie de Matthieu Mégevand
"Toute chute ne coïncide pas avec un échec. On ne monte pas amoureux. On tombe."
Commenter  J’apprécie          232
Bazart   08 décembre 2019
Lautrec de Matthieu Mégevand
« Sur l’estrade, l’orchestre a entamé un nouveau quadrille. La foule s’écarte, laisse passer les danseuses, les talons frappent le sol et les mains l’air. La Goulue s’est levée, le visage écarlate, les seins nus, elle s’approche de Lautrec, pose sa main sur son crâne, et lui lance : « Vas-y dessine-moi ! » comme un maître sommant son chien. Le petit homme plisse les yeux, lèche ses babines, une bosse se forme sous son pantalon.



Il attrape son cahier, son crayon, trouve une page vierge, et regarde. D’abord la Goulue ondule, malaxe sa poitrine, lève sa jupe, écarte les cuisses. Elle reste un long moment les jambes ouvertes, ses hanches qui bougent au rythme du quadrille. Le petit homme trace des traits sur la feuille comme on masturbe un sexe. Il a les yeux gonflés, les dents qui mordent sa lèvre. »
Commenter  J’apprécie          130
Croquignolle   06 juin 2016
Ce qu'il reste des mots de Matthieu Mégevand
Il n’y a rien d’extraordinaire. Ou plutôt : l’extraordinaire s’est découvert dans l’ordinaire, dans le partage total, complet, absolu de nos deux personnes. Dans l’affection, la compassion, la douceur ; dans tous ces états de réception et d’offrande auxquels nous avons osé nous soumettre.
Commenter  J’apprécie          120
Croquignolle   06 juin 2016
Ce qu'il reste des mots de Matthieu Mégevand
S’émerveiller, s’émouvoir, et produire de l’amour. Notre unique réponse.
Commenter  J’apprécie          130
marlene50   21 juillet 2021
Lautrec de Matthieu Mégevand
" L'amour, c'est autre chose .... l'amour, c'est seulement quand l'envie vous prend .... mais alors à en crever ... l'envie qu'on ait envie de vous ... à en crever aussi !"
Commenter  J’apprécie          121
Croquignolle   06 juin 2016
Ce qu'il reste des mots de Matthieu Mégevand
Le lien d’amour qui nous unit : d’abord un simple fil, plus ou moins tendu ; et puis, avec ce partage, démultiplié, le fil se renforce, d’autres ficelles s’enroulent autour jusqu’à former un lien épais, massif, qui ressemble aux cordes dont les bateaux se servent pour s’amarrer au port. Aux racines entrelacées d’un banian. Hannah et moi sommes enchevêtrés, définitivement complices.
Commenter  J’apprécie          100

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Matthieu Mégevand (97)Voir plus


Quiz Voir plus

Tout doit disparaître de Mickaël Ollivier

Comment s'appelle le personnage principal

Jean-Marc
Hugo
Maxime

20 questions
60 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur