AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.97 /5 (sur 115 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Hanoï, Vietnam , le 07/06/1934
Mort(e) à : Quincy-sous-Sénart , le 28/12/2015
Biographie :

Maurice Coyaud est un linguiste français, spécialiste des langues et des cultures de l'Asie de l'Est.

Il est spécialiste du russe, du mandarin, du mongol, du birman, du tagalog, du coréen et du japonais.

Il était directeur de recherche au CNRS depuis 1973, et membre du laboratoire LACITO de 1976 jusqu'à sa retraite en 1999.

Il a publié de nombreux essais, romans, anthologies, traductions. Il a été chargé d'inspection générale du chinois de 1979 à 1998.

Il a notamment enseigné quatre ans à l'école Polytechnique où il a créé l'enseignement de japonais, à l'INALCO (professeur de chinois en 1979-1980) aux universités Paris-III, Paris-V, Paris-VII, Paris-X (professeur de linguistique) et à l'EHESS...


Source : wikipedia
Ajouter des informations
Bibliographie de Maurice Coyaud   (38)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (62) Voir plus Ajouter une citation
petitsoleil   15 mai 2013
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
Ne pas chercher à remplir ce qui doit rester accueillant au vide. Ne pas chercher à émonder ce qui ne demande qu'à éclore librement.



Simplement, rester attentif au jeu imperceptible des mots du quotidien, qui ont plus d'un tour dans leur sac. Ils nous disent au plus juste de quoi sont faits les instants dont nous sommes faits : menues choses sur lesquelles le regard distrait passe sans s'arrêter, et qui sont pourtant la trame indiscutable de la vie, la substance de toute mémoire.
Commenter  J’apprécie          260
gavarneur   07 mai 2018
Peintures érotiques de Corée de Maurice Coyaud
La courtisane rougit en le lisant, puis saisit son pinceau et lui répondit sur le même registre :



On dit que vous êtes de fer,

Je vous avais cru fer rouillé.

Mais à ce que je vois maintenant,

Vous êtes un fer authentique.

Quant à moi je possède un soufflet,

J'ai désir de le fondre.

Page 70
Commenter  J’apprécie          251
Fabinou7   27 mars 2021
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
“sur les écrans de papier

elles font des arabesques

les chiures de mouches”



Issa
Commenter  J’apprécie          262
petitsoleil   15 mai 2013
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
Cette brièveté dans l'expression, cet art de l'impromptu, nous le retrouvons chez les peintres japonais et chinois. La rapidité de pinceau est à leurs yeux la vertu cardinale : quelques traits, jetés sur le papier avec une apparente désinvolture, suffisent à cerner l'image avec une miraculeuse précision.

Là encore, il s'agit d'évoquer beaucoup en montrant peu, l'essentiel étant laissé au blanc de la page qui symbolise l'espace indéfiniment ouvert - où l'image (comme la note en musique) peut résonner indéfiniment.
Commenter  J’apprécie          130
TheTeaCha   26 août 2015
Aux origines du monde : Contes et légendes du Japon de Maurice Coyaud
LA FIANCÉE DU DRAGON



Jadis, une certaine année, il n’avait pas plu du tout. Les paysans étaient extrêmement ennuyés. Les petites pousses de riz avaient à peine commencé de croître. Pas d’eau. Pas moyen de sarcler. Les paysans de chaque village priaient les dieux, pour obtenir de l’eau. En vain. Ils devenaient malades d’inquiétude.

Dans un certain village vivait un paysan, nommé Tokubei, qui avait une jolie fille. Il avait prié pour avoir de la pluie, mais rien à faire. Pas une goutte. Il s’avisa de se tourner vers le dieu dragon Ryûjin et lui dit :

– Si vous daignez nous octroyer la pluie, je vous offre ma fille unique !

Il pria de toute son âme. Alors, une chose bizarre se produisit. Soudain, le ciel se couvrit de nuages noirs, le tonnerre tonna gorogoro ! La pluie se mit à tomber.

Les villageois, ravis, se mirent à sarcler. Le riz se mit à pousser correctement. L’automne venu, on moissonna. Mais celui qui avait prié le dieu dragon et lui avait promis sa fille n’était pas tranquille. Il avait gardé secret ce vœu, sans le révéler ni à sa femme ni à sa fille.

Un jour d’automne, arriva au village un jeune homme, marchant lourdement, las, urouro, et s’arrêta devant sa maison, et demanda l’hospitalité:

– Je n’ai pas réussi à vendre mes éventails. Veuillez m’accueillir !

Plein de compassion pour le pauvre jeune homme, notre paysan l’accueillit et l’installa dans une chambre qui était libre.

Le lendemain, le nouvel hôte ne démarra pas, alléguant sa faiblesse. Les jours passèrent, le jeune hôte ne s’en allait pas. Mais il se liait avec la jeune fille de la maison. Ils sympathisaient. La jeune fille déclara vouloir l’épouser. Le soir du jour fixé, on fit la cérémonie de mariage. Le plateau d’offrandes était étalé. Soudain, le fiancé, tsut ! se leva et dit à la fiancée :

– Voici le jour venu, enfin ! Je suis le dieu dragon ! Selon le vœu fait par ton père, je te prends pour épouse !

Il enveloppa la fiancée dans sa large manche, et aussitôt, se transformant en un grand serpent, il appela un nuage, où, se lovant, il disparut dans le ciel.



(conte n°70, p.162 sq)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
TheTeaCha   26 août 2015
Aux origines du monde : Contes des peuples de la Chine de Maurice Coyaud
LE COQ ET LE CANARD



Un jour un coq et un canard allèrent se promener au bord du fleuve. Tout en marchant, le coq se vantait de sa beauté. Il se moquait du canard :



- Avec tes pattes qui ressemblent à des feuilles d’arbre et ta démarche dandinante, ah ! ridicule !



Le canard répondait :



- Tu as une paire d’ailes magnifiques ! Avec elles, tu peux voler et haut !



Le coq ne voulait pas avouer sa faiblesse. Il prit son élan, afin d’atteindre l’autre rive du fleuve, et de montrer ainsi ses capacités. Au beau milieu du fleuve, il tomba. Comme il ne savait pas nager, il sombra, coula, criant :



- Au secours !



Le canard vint à sa rescousse. Alors, il lui dit :



- C’est grâce à ces vilaines pattes que je t’ai sauvé.



Le coq resta coi, rougit de honte. Depuis lors, les coqs n’osent plus se vanter, et ont la crête rouge.



(conte n°38, p.93-94)
Commenter  J’apprécie          90
Rabanet   30 mars 2010
Tigre et kaki et autres contes de Corée de Maurice Coyaud
Jadis, une très jolie fille s'appelait Kusŭl "perle". Chaque jour, elle puisait de l'eau au puits Okryu-chǒn, et la donnait à boire aux passants assoiffés. Cela gratuitement. C'était la plus belle fille du monde : sourcils noirs, nez bien proportionné, yeux calmes et profonds comme des lacs. On croirait une fée céleste descendue sur terre.
Commenter  J’apprécie          80
Moan   02 avril 2012
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
Dans le vaste ciel

le blanchoiement de la plume

Se fige

Kyoshi
Commenter  J’apprécie          90
cheminvert7   04 août 2011
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
Je lève la tête

L'arbre que j'abats

Comme il est calme



Issekiro



En plein jour j'ai vu

Une fourmi

Elle me hante cette nuit



Seishi



En ce monde nous marchons

Sur le toit de l'enfer et regardons

Les fleurs



Issa
Commenter  J’apprécie          70
petitsoleil   17 avril 2013
Fourmis sans ombre : Le Livre du haïku de Maurice Coyaud
Bruits : déchiffrés avec une attention toute musicale. Monodies : pott pott de la fauvette ; cri du marchand de loches. Polyphonies, polyrythmies : crépitement de la grêle et grésillement du télégraphe ; bourdon sourd de la cloche, bruit mat des fruits trop mûrs tombant ; cri des cailles et roulement du tonnerre. Accord parfait : un saut de carpe, tout proche, une note de harpe, plus loin, derrière la colline ...



Bruit de la grêle

Bruit du télégraphe

Paysage nocturne à la fenêtre



Setsujin



Arrivant sur la neige

Elles font pott

Les fauvettes



Bôsha
Commenter  J’apprécie          60

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Nombres et chiffres dans les titres de livres

L'assassin habite au ......

21
22
23
24

20 questions
179 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur

.. ..