AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.21/5 (sur 562 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 14/09/1927
Mort(e) à : Le moulin d'Andé , le 8/06/2016
Biographie :

Maurice Pons est un écrivain français.
Il a publié sa première nouvelle en 1951, Métrobate, chez Julliard. Quatre ans plus tard, toujours chez le même éditeur, paraît le recueil de récits Virginales, prix de la Nouvelle, qui fut adapté par François Truffaut (Les mistons).
Maurice Pons touche à plusieurs métiers - comédien en amateur, journaliste, éditeur - avant de se retirer en 1957 au Moulin d'Andé, résidence d'artistes et centre culturel, où il s'est éteint paisiblement en juin 2016. Il écrit Le cordonnier Aristote, roman autobiographique et subversif, en 1958, Le passager de la nuit, récit sur la guerre d'Algérie, en 1960 (il signe par ailleurs le manifeste des 121, contre cette guerre) et Les saisons, en 1965 (Christian Bourgois). Considéré comme son chef d'œuvre, cette fable romanesque et cauchemardesque, inclassable est régulièrement rééditée. C'est à cette époque qu'il a quitté les habits de jeune ambitieux de la littérature, plutôt de droite, pour devenir un écrivain engagé très à gauche et épris de justice.
Chez Christian Bourgois, il publie également Chto ! (1970). Maurice Pons est aussi édité par Denoël (Rosa, 1967, La passion de Sébastien N., 1968, Mademoiselle B., 1973, Douce-amère, 1985), Mercure de France (La psychiatrie à visage ouvert, livre d'entretiens avec Cyrille Koupernik, 1979), Quai Voltaire (Le Moulin d'Andé, 1992, Souvenirs littéraires et quelques autres, 1993), ou encore Caligramme (La dormeuse, 2001). Le Dilettante réédite aussi certains de ses livres et publie Délicieuses frayeurs en 2006. Ses récits sont courts, délicats mais acides, entre situations cocasses et itinéraires dramatiques.
Parfois scénariste et dialoguiste pour le cinéma, il a surtout été reconnu comme un grand traducteur de Tennessee Williams, Arthur Miller, Jonathan Swift et Norman Mailer, entre autres.
+ Voir plus
Source : Livres Hebdo
Ajouter des informations
Bibliographie de Maurice Pons   (29)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Les Mistons (1957) film réalisé par François Truffaut , bande-annonce


Citations et extraits (93) Voir plus Ajouter une citation
Maurice Pons
Ecrire, c'est aligner les voyelles et les consonnes pour en faire des corbeilles de beauté
Commenter  J’apprécie          461
Il arriva par le sentier de la cluse, vers le seizième mois de l’automne, qu’on appelait là-bas : la saison pourrie.
C’est Louana qui l’aperçut la première, et plus tard, lorsque le Conseil se réunit pour statuer sur le cas de l’étranger, elle intervint pour revendiquer ce premier regard. Elle avait ce visage d’enfant mongole, hilare, écarlate, qui n’était pas du pays ; elle avait ces intonations étranges qui faisaient qu’on l’écoutait toujours avec stupeur. — C’est moi qui l’ai vu la première ! devait-elle crier ce jour-là au Conseil.
Et elle avait ajouté en éclatant de rire : À travers le cul de ma mère !
(Incipit)
Commenter  J’apprécie          439
Dès la première enfance, dans le pays, on suçait des patarots imprégnés d’alcool, et on ne s’en portait pas plus mal. Au contraire, on estimait que pendant les grands froids, la liqueur de lentilles constituait un blindage des organes qui permettait de résister. On ne craignait pas d’en abuser. Et voilà que ce Mathusalem, au premier verre, tombait à genoux comme une communiante ! Ah ! de quel fragile fardeau s’était imprudemment chargée la commune !
Commenter  J’apprécie          3810
Pourquoi pensez-vous que les gens vont au théâtre ? Pour écouter ce que récitent les acteurs ? Pas du tout. Pas du tout. Les hommes vont au théâtre parce qu'ils y rencontrent des femmes... et les femmes vont au théâtre parce qu'elles y rencontrent des hommes.... Imaginez que, par un décret du tsar ou des circonstances quelconques, les salles de spectacles ne soient plus mixtes : un jour les hommes, un jour les femmes.... Je vous le dis, les théâtres seraient vides - vides. Les églises aussi d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          370
Tout autre que lui, poussant la porte vitrée, alourdie par un insolite et arrogant entrelacs de ferronnerie, eût été saisi par l’odeur fétide qui régnait dans la salle : était-elle due aux vomissures qui souillaient le plancher de bois sous les tables ? aux écuelles immondes qui traînaient sur le sol auprès de la cuisinière et au-dessus desquelles bourdonnaient des essaims de grosses mouches ? aux chaussures, aux bandes molletières d’uniforme que les deux douaniers du pays, seuls clients du café à cette heure, avaient retirées pour les faire sécher dans le four de la cuisinière ? Ou bien était-ce l’odeur personnelle et familière de l’énorme paysanne emmitouflée de laine noire qui régnait sur les lieux, visiblement atteinte d’éléphantiasis et que Siméon, en entrant, surprit dans une bien étrange opération : assise à califourchon sur les genoux de l’un des douaniers, – le douanier en second à ce qui devait apparaître bientôt – qui la maintenait contre lui en lui plaquant les deux mains ouvertes sur les fesses, elle lui pressait entre deux doigts les ailes du nez, et la séborrhée sale dont elles étaient gorgées jaillissait des pores en petits vermisseaux à têtes noires. À chaque éclosion ils éclataient de rire entraînant dans leur hilarité le Chef des Douanes qui arbitrait le jeu et comptait les coups avec intérêt.
Commenter  J’apprécie          357
Chez nous, les grenouilles, elles servent à autre chose. C’est pour les femmes… À cause des enfants, tu comprends. Les maris ne le savent jamais ! Et pourtant, ça les chatouille, là-dedans !
Commenter  J’apprécie          3615
Siméon, sous la pluie, parcourut un village aveugle.
Il marchait à pas très lent, tenant son bâton à main nue, le dos courbé sous le havresac et la tête basse. Il portait un manteau de gabardine noir, dont il avait relevé le col. Mais la forte pluie lui glissait entre le col et la nuque, le faisant par instant frissonner.
Il était jeune encore, mais si laid, et d'une laideur si pathétique, qu'on ne lui donnait plus d'âge. Il avait le teint basané, mais sale sous la barbe vieille. Il avait plus d'une paume de distance entre ses gros yeux et un nez proéminent qui lui donnait l'air triste d'un vieux bélier. Les sourcils lui mangeaient le front et le visage.
Commenter  J’apprécie          320
Maurice Pons
Je pense qu'on n'invente rien absolument. L'imagination, l'inspiration, la création, tout cela se fabrique à partir de ce que l'on est, de ce qu'on vit, de ce qu'on connaît, des gens que l'on rencontre, des souvenirs de lectures ou de spectacles... La création littéraire comme on dit consiste à déformer la réalité, à tricher avec le réel et le vécu, à " mentir vrai " comme dit superbement Aragon. Et cela pourquoi ? Je réponds par un conseil de Ingmar Bergman : " Sois toujours intéressant. ". Cela vaut autant pour un livre la moindre nouvelle que pour un film la moindre séquence.

"Le Matricule des Anges"
Avril 2006 N° 072
Philippe Savary
Commenter  J’apprécie          321
Quand un monde est inhabitable, on le change, ou on en change.
Commenter  J’apprécie          330
Moi, je ne veux pas croupir avec vous dans cette pourriture....
. Quand un monde est inhabitable, on le change, ou on en change.
Adieu ! Il me reste une main pour écrire, un pied pour marcher.
J'irai enrichir un autre monde puisque je sais désormais qu'un autre monde existe.
(...) Et je garde, excusez-moi, en dépit de tout, une espérance dont vous n'avez pas idée.
Commenter  J’apprécie          250

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Maurice Pons (936)Voir plus

¤¤

{* *} .._..