AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.23 /5 (sur 265 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Strasbourg , le 14/09/1927
Mort(e) à : Le moulin d'Andé , le 8/06/2016
Biographie :

Maurice Pons est un écrivain français.
Il a publié sa première nouvelle en 1951, Métrobate, chez Julliard. Quatre ans plus tard, toujours chez le même éditeur, paraît le recueil de récits Virginales, prix de la Nouvelle, qui fut adapté par François Truffaut (Les mistons).
Maurice Pons touche à plusieurs métiers - comédien en amateur, journaliste, éditeur - avant de se retirer en 1957 au Moulin d'Andé, résidence d'artistes et centre culturel, où il s'est éteint paisiblement en juin 2016. Il écrit Le cordonnier Aristote, roman autobiographique et subversif, en 1958, Le passager de la nuit, récit sur la guerre d'Algérie, en 1960 (il signe par ailleurs le manifeste des 121, contre cette guerre) et Les saisons, en 1965 (Christian Bourgois). Considéré comme son chef d'œuvre, cette fable romanesque et cauchemardesque, inclassable est régulièrement rééditée. C'est à cette époque qu'il a quitté les habits de jeune ambitieux de la littérature, plutôt de droite, pour devenir un écrivain engagé très à gauche et épris de justice.
Chez Christian Bourgois, il publie également Chto ! (1970). Maurice Pons est aussi édité par Denoël (Rosa, 1967, La passion de Sébastien N., 1968, Mademoiselle B., 1973, Douce-amère, 1985), Mercure de France (La psychiatrie à visage ouvert, livre d'entretiens avec Cyrille Koupernik, 1979), Quai Voltaire (Le Moulin d'Andé, 1992, Souvenirs littéraires et quelques autres, 1993), ou encore Caligramme (La dormeuse, 2001). Le Dilettante réédite aussi certains de ses livres et publie Délicieuses frayeurs en 2006. Ses récits sont courts, délicats mais acides, entre situations cocasses et itinéraires dramatiques.
Parfois scénariste et dialoguiste pour le cinéma, il a surtout été reconnu comme un grand traducteur de Tennessee Williams, Arthur Miller, Jonathan Swift et Norman Mailer, entre autres.
+ Voir plus
Source : Livres Hebdo
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Les Mistons (1957) film réalisé par François Truffaut , bande-annonce
Podcasts (1)

Citations et extraits (55) Voir plus Ajouter une citation
Maurice Pons
wellibus2   08 juin 2016
Maurice Pons
Ecrire, c'est aligner les voyelles et les consonnes pour en faire des corbeilles de beauté
Commenter  J’apprécie          411
genou   14 mars 2017
Chto ! de Maurice Pons
Pourquoi pensez-vous que les gens vont au théâtre ? Pour écouter ce que récitent les acteurs ? Pas du tout. Pas du tout. Les hommes vont au théâtre parce qu'ils y rencontrent des femmes... et les femmes vont au théâtre parce qu'elles y rencontrent des hommes.... Imaginez que, par un décret du tsar ou des circonstances quelconques, les salles de spectacles ne soient plus mixtes : un jour les hommes, un jour les femmes.... Je vous le dis, les théâtres seraient vides - vides. Les églises aussi d'ailleurs.
Commenter  J’apprécie          350
Maurice Pons
wellibus2   10 juin 2016
Maurice Pons
Je pense qu'on n'invente rien absolument. L'imagination, l'inspiration, la création, tout cela se fabrique à partir de ce que l'on est, de ce qu'on vit, de ce qu'on connaît, des gens que l'on rencontre, des souvenirs de lectures ou de spectacles... La création littéraire comme on dit consiste à déformer la réalité, à tricher avec le réel et le vécu, à " mentir vrai " comme dit superbement Aragon. Et cela pourquoi ? Je réponds par un conseil de Ingmar Bergman : " Sois toujours intéressant. ". Cela vaut autant pour un livre la moindre nouvelle que pour un film la moindre séquence.



"Le Matricule des Anges"

Avril 2006 N° 072

Philippe Savary
Commenter  J’apprécie          290
wellibus2   10 juin 2016
Les saisons de Maurice Pons
Moi, je ne veux pas croupir avec vous dans cette pourriture....

. Quand un monde est inhabitable, on le change, ou on en change.

Adieu ! Il me reste une main pour écrire, un pied pour marcher.

J'irai enrichir un autre monde puisque je sais désormais qu'un autre monde existe.

(...) Et je garde, excusez-moi, en dépit de tout, une espérance dont vous n'avez pas idée.
Commenter  J’apprécie          190
Maurice Pons
Myriam3   11 juin 2014
Maurice Pons
-Vous mettez plusieurs années à réfléchir à un livre avant de l’écrire ?

-Oui, je le laisse naître d’abord, mûrir, s’épanouir peut-être… ou alors se dessécher et disparaître !



Encres Vagabondes
Commenter  J’apprécie          190
Myrabelle   16 mars 2012
Les saisons de Maurice Pons
Je vais ici pouvoir écrire, écrire, écrire. Je vais vider mon coeur de tout son pus. Il ne m'arrivera rien, j'en ai la conviction. Et pourtant, hier encore, j'ai été traversé par une image : lorsque ce crâne de mouton m'est tombé dans les pieds, je l'ai vu soudain multiplié par mille fois lui-même, j'ai revu l'amoncellement des charniers que je ne veux plus voir, et le sourire des dents humaines ; j'ai senti à nouveau la brûlure de l'enfer. Oui, j'ai cédé encore à la tentation de l'image... En serai-je jamais délivré ? C'est mon livre qui m'en délivrera.
Commenter  J’apprécie          150
wellibus2   16 juin 2016
Le passager de la nuit de Maurice Pons
J'expliquais à mon compagnon, brièvement, mon point de vue sur Buffon, et lui proposait de dîner sous son ombre savante.

--- Si vous voulez, dit-il poliment. Mais, comme pour adopter le ton futile de mes propos, il ajouta : on sera mieux qu'à l'ombre d'un général.
Commenter  J’apprécie          150
Pujol   22 octobre 2009
Les saisons de Maurice Pons
[...] je suis écrivain [...] je travaille à mains nues. Je façonne mes mots, avec des voyelles et des consomnes que j'accroche les unes aux autres, un peu à la façon du vannier. Mais avec mes petits paniers, mes corbeilles, j'essaye d'attraper la beauté.

Commenter  J’apprécie          120
novalis   14 septembre 2007
Les saisons de Maurice Pons
Les villageois n’avaient jamais rien entendu de pareil. Ils recevaient la musique en silence, comme la neige reçoit la neige.
Commenter  J’apprécie          120
psycheinhell   07 octobre 2012
Les saisons de Maurice Pons
Quand un monde est inhabitable, on le change, ou on en change. Adieu ! Il me reste une main pour écrire, un pied pour marcher. J'irai enrichir un autre monde puisque je sais désormais qu'un autre monde existe. (...) Et je garde, excusez-moi, en dépit de tout, une espérance dont vous n'avez pas idée.
Commenter  J’apprécie          110
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
39 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..