AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.59 /5 (sur 46 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 16 sept. 1906
Mort(e) à : Allemagne , le 14 avril 1945
Biographie :

Maurice Sachs, de son vrai nom Maurice Ettinghausen, né le 16 septembre 1906 à Paris et décédé le 14 avril 1945 en Allemagne, est un écrivain français.
Maurice Sachs naît à Paris le 16 septembre 1906 dans une famille d'origine juive mais irréligieuse, anti-cléricale et républicaine . Son père, Herbert Ettinghausen, abandonne le domicile conjugal et divorce en 1912. A 17 ans, sans ressource, Sachs doit se débrouiller seul. Il est recueilli par les delle Donne et rencontre Jean Cocteau, dont il devient le secrétaire. Il se laisse convertir par Jacques Maritain au catholicisme le 29 août 1925, et va même jusqu'à entrer au séminaire. Un scandale dû à son homosexualité affichée l'en fait chasser. Recueilli par Max Jacob, qui l'encourage à écrire, Sachs tente de faire fortune par diverses escroqueries et indélicatesses jusqu'à se brouiller avec tous ses proches. En septembre 1930, il s'enfuit aux États-Unis d'Amérique. Trois ans plus tard, ses rêves enfuis, il rentre en France. En 1935 Sachs publie son premier roman,Alias. Au théâtre, il collabore avec Pierre Fresnay. On lui doit aussi, en 1936, une plaquette à la gloire du Parti communiste, Maurice Thorez et la victoire communiste. En 1937, ruiné et épuisé, il se fait interner pour échapper à ses créanciers. En 1939, il achève un livre-confession Le Sabbat, dont la déclaration de guerre empêche la publication.
En 1940, Maurice Sachs anime sur Radio Mondial une émission de propagande, destinée à convaincre les Etats-Unis d’entrer en guerre contre l'Allemagne et les nazis l'inscrivent sur la liste des propagandistes antifascistes à arrêter. Lors de la débacle, il se réfugie à Bordeaux avant de rentrer à Paris le 29 juin 1940. Là il se livre au marché noir jusqu'en septembre 1942, où, compromis et ruiné dans divers trafics, il se cache à Anceins dans l'Orne, en compagnie de Violette Leduc, qu'il fait passer pour sa femme. En novembre, à bout de ressources, il s'engage au STO (Service du travail obligatoire) et part pour Hambourg. En avril 1943, il y offre, sous un nom d'emprunt, ses services à la Gestapo comme espion et agent provocateur. Il mène alors une vie d’aventurier, fréquentant les milieux homosexuels de Hambourg, les Français de la LVF (Légion des volontaires français contre le bolchevisme), vivant de combines et d’escroqueries, et dénonçant les trafiquants du marché noir à ses nouveaux maîtres. Il vit avec deux jeunes collaborateurs français, Philippe Monceau et Paul Martel. Le 16 novembre 1943, apr
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

http://www.passion-bouquins.com http://www.facebook.com/pages/Blog-Passion-Bouquins/327561607257926 34e Forum du livre Saint Louis 2017 Entretien avec Barbara Israe?l, lauréate du prix Nice Baie des Anges et prix des Hussards 2017 pour son roman Saint Salopard, le mystère Maurice Sachs

Podcast (3) Voir tous


Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   28 novembre 2013
Au Temps du Boeuf sur le Toit de Maurice Sachs
Il a paru ( à compte d'auteur, du reste) un livre révolutionnaire-dans le sens des Lettres- qui s'appelle DU COTE DE CHEZ SWANN, un autre qui s'appelle A L'OMBRE DES JEUNES FILLES EN FLEURS. qui les achète ? On en parle dans quelques maisons où l'on est particulièrement curieux et éclairé comme chez le comte Etienne de Beaumont, ou dans le bureau de Jacques Rivière ) la N.R.F., mais le grand public s'en moque. On trouve les titres trop longs, etc. (p.32-33)
Commenter  J’apprécie          70
VACHARDTUAPIED   11 avril 2013
Au Temps du Boeuf sur le Toit de Maurice Sachs
Nous autres civilisations, nous savons maintenant que nous sommes mortelles.

Et nous voyons maintenant que l’abîme de l’histoire est assez grand pour tout le monde.

Les grandes vertus des peuples allemands ont engendré plus de maux que l’oisiveté jamais n’a créé de vices.

(…) La paix est peut-être l’état de choses dans lequel l’hostilité naturelle des hommes entre eux se manifeste par des créations, au lieu de se traduire par des destructions comme fait la guerre.
Commenter  J’apprécie          40
sab02   01 octobre 2016
Mémoire moral de Maurice Sachs
Oh, certes, j'avais toujours quelque méfait à expier mais je n'aimais pas les gifles et je les notais une par une sur un calepin, bien décidé à les rendre plus tard.
Commenter  J’apprécie          40
sab02   01 octobre 2016
Mémoire moral de Maurice Sachs
Il faut aussi se rappeler lorsqu'on élève son fils que toute la vie de l'homme se passe à actualiser les rêves de l'enfance.
Commenter  J’apprécie          40
cathcor   15 février 2012
Le sabbat / souvenirs d'une jeunesse orageuse de Maurice Sachs
Au fait, nous connaissons bien un peu aussi ce conformisme du non-conformisme.
Commenter  J’apprécie          40
sab02   01 octobre 2016
Mémoire moral de Maurice Sachs
Ce n'est pas ici le procès de mon père ni de ma mère ni de leurs pères ni de leurs mères, mais celui plutôt de tels démons qui les habitaient et de moi-même quand je ne sus pas lutter contre.
Commenter  J’apprécie          30
Seiren   17 janvier 2015
Le sabbat / souvenirs d'une jeunesse orageuse de Maurice Sachs
Dans ces moments où tous les enfants se demandent: " Que feras-tu plus tard?" je répondais invariablement:: "Je serai écrivain"

Je ne voyais rien d'autre qui valût la peine de vivre. Et d'ailleurs, je ne vois aujourd'hui rien d'autre, en effet, qui puisse me faire vivre heureux.

Commenter  J’apprécie          20
Medelie   13 décembre 2012
Alias de Maurice Sachs
Un Parisien qui nous eût entendus aurait bien ri. Que des jeunes gens allassent chez Mme Charpon au lieu de se rendre au bordel mais pussent mettre en balance l’un et l’autre plaisir, voilà qui aurait amusé l’observateur et bouleversé la maîtresse de maison. Il y avait pourtant pour nous association d’idées inconsciente entre les deux « salons », car si nous devions perdre à l’un notre pucelage de chair, nous nous imaginions assez confusément que nous pouvions perdre à l’autre notre pucelage d’esprit. Bref, si le bordel devait nous donner l’occasion de jouer de nos armes les plus familières, le salon de Charpon nous paraissait désigné pour faire nos premières armes littéraires.
Commenter  J’apprécie          10
denisl45   05 juillet 2015
Chronique joyeuse et scandaleuse de Maurice Sachs
Mais quelque chose venait d'emporter tous mes scrupules, toutes mes hontes possibles, tout mon refoulement. C'était le désir, mais un désir prodigieusement violent que je n'avais pas le temps d'analyser, qui me possédait jusqu'aux entrailles et qui me porta jusque dans la rue comme un fou. Quel que soit l'objet de leur désir, tous les hommes connaissent ce besoin, épars en tout le corps, de faire l'amour, tous les sens sont complices les uns des autres. dans un vertige je partis au hasard des rues, ivre d'angoisse de trouver, titubant de besoin, prêt à tout donner pour saisir quelque part un sexe, n'importe quel sexe.
Commenter  J’apprécie          10
VACHARDTUAPIED   14 avril 2013
Alias de Maurice Sachs
Même la personne la moins au fait de la psychologie humaine eût compris que Mme Charpon vivait un des plus doux moments de sa vie, qu'elle touchait enfin à sa victoire. Et le bonheur était en elle, ineffable, car il n'est de joie plus forte que celle de la revanche. Combien de grandes vies n'ont eu d'autres moteur! Et combien il y a peu de joies comparables à celles qu'on éprouve lorsque après une longue attente on atteint enfin à la situation à laquelle personne ne vous croyait plus capable d'atteindre. Il faut avoir entendu notre père dire: «Toi qui ne sais rien...» Notre employeur dire: «Vous qui n'arriverez jamais à rien...» Notre meilleur ami écouter avec un sourire las l'exposé de nos plus chers projets, il faut avoir vu des années sur tous les visages une amabilité non exempte de doute, une apparence de confiance mêlée toujours d'une profonde méfiance. Il faut avoir follement espéré l'impossible, accepté de savoir seul que l'impossible était possible encore pour comprendre toute la joie d'une revanche. Ô jeune poète dont on moquait dans ta province la poésie, mais qui vieillard as rapporté chez toi la Légion d'Honneur, ô fils d'épiciers qui es entré à l'Académie Française, on vous pardonne votre enfantin attachement à ces institutions périmées puisqu'elles sont votre revanche sur vos parents incrédules, sur vos voisins railleurs, et sur vos propres faiblesses, car si la revanche est douce en ce qu'elle venge d'autrui, elle est plus douce encore en ce qu'elle venge de soi-même.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Occupons nous, faisons un bébé ...

1- On s’ennuie si on faisait un bébé … 2 - Ah non, c’est l’« apocalypse bébé »…

Stephen King
Virginie Despentes
Charlotte Link
Pascal Voisine

8 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , humour , enfantsCréer un quiz sur cet auteur

.. ..