AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.79 /5 (sur 220 notes)

Nationalité : Suisse
Né(e) à : Zurich , le 15/01/1911
Mort(e) à : Zurich , le 04/04/1991
Biographie :

Max Frisch est né à Zurich dans une famille d'origine autrichienne.

Il entreprend tout d'abord des études littéraires qu'il doit interrompre, en 1933, à la mort de son père. Il fait du journalisme, voyage beaucoup, écrit un premier roman, Jürg Reinhart (1934) et, en 1936, commence, assez tardivement, des études d'architecture (son père était architecte) qu'il terminera en 1941. Dès lors, et pendant une quinzaine d'années, Max Frisch mène une double carrière d'architecte et d'écrivain.
En 1955, ayant acquis la notoriété littéraire, il abandonne l'architecture pour ne plus se consacrer qu'à l'écriture.

C'est un auteur abondant qui souvent transpose au théâtre des thèmes de son œuvre romanesque ou de son Journal et qui donne de certaines de ses pièces jusqu'à trois versions successives (ainsi de La Muraille de Chine 1946, 1955 et 1972 ou du Comte Öderland 1951, 1956 et 1961).

Ses pièces de théâtre et ses romans traitent de certains thèmes clés, liés à la crise intime et fonctionnelle des sociétés modernes : le conflit entre identité personnelle, communautaire et sociale, la question du double et de l'altérité, l'influence du hasard et du destin, l'errance géographique et existentielle, le rôle de la nature et du mythe, la relation imparfaite entre les sexes, la vie ratée ou encore la confiance et la trahison.
+ Voir plus
Source : www.universalis.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Max Frisch   (28)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Une présentation du Journal berlinois (1973-1974) de Max Frisch par sa traductrice, Camille Luscher. Disponible dans toutes les bonnes librairies dès le 6 octobre 2016. http://editionszoe.ch/livre/journal-berlinois-1973-1974

Podcasts (7) Voir tous


Citations et extraits (115) Voir plus Ajouter une citation
colimasson   25 novembre 2013
Homo faber de Max Frisch
Je suis dans le wagon-restaurant, bois des alcools et regarde par la fenêtre, je ne pleure pas, je voudrais simplement ne plus être là, ne plus être nulle part.
Commenter  J’apprécie          180
colimasson   28 octobre 2013
Homo faber de Max Frisch
Je les trouve amusantes, leurs danses d’aujourd’hui, amusantes à voir, cette sauterie existentialiste, où chacun danse tout seul pour soi, faisant ses propres bouffonneries, entortillé dans ses propres jambes, comme secoué par la fièvre, le tout légèrement épileptique, mais amusant, plein de tempérament, je dois l’admettre, mais, moi, je ne puis faire cela.
Commenter  J’apprécie          172
colimasson   17 novembre 2013
Homo faber de Max Frisch
[…] voyager, Messieurs, c’est moyenâgeux, nous avons aujourd’hui des moyens de communication, sans parler de demain ou d’après-demain, des moyens de communication qui livrent le monde à domicile, c’est de l’atavisme que d’aller d’un endroit à l’autre. Vous riez, Messieurs, mais c’est ainsi, voyager, c’est de l’atavisme, viendra le jour où il n’y aura plus du tout de trafic, et seuls les couples de jeunes mariés, en fiacre, se déplaceront encore à travers le monde, et personne d’autre –vous riez, Messieurs, mais vous allez voir !
Commenter  J’apprécie          153
colimasson   09 novembre 2013
Homo faber de Max Frisch
Et plus de trois ou quatre jours de vie commune avec une femme, cela fut toujours pour moi, à vrai dire, le début de l’hypocrisie ; du sentiment le matin, aucun homme ne supporte cela. Mieux vaut encore faire la vaisselle !
Commenter  J’apprécie          150
colimasson   30 août 2013
Esquisses pour un troisième journal de Max Frisch
Ce qui, dans tous les systèmes, préserve le plus les hommes d’Etat d’une exécution, ne relève qu’en partie de ce que l’on appelle la sécurité rapprochée, son armée de gardes du corps ; pour l’essentiel, c’est notre certitude que les hommes d’Etat sont à chaque fois et aussitôt remplacés par leurs semblables.
Commenter  J’apprécie          140
bibliophage   19 mars 2009
Homo faber de Max Frisch
Etre seul est ce qui me convient le mieux, car je ne tiens pas à rendre une femme malheureuse, et, les femmes, c'est ce qu'elles cherchent, être malheureuse.

(p.14)
Commenter  J’apprécie          140
Max Frisch
Mimimelie   07 janvier 2019
Max Frisch
Pire que le bruit des bottes : le silence des pantoufles.
Commenter  J’apprécie          150
colimasson   15 juillet 2013
Esquisses pour un troisième journal de Max Frisch
Notre tourisme, notre télévision, nos changements de mode, notre alcoolisme, notre toxicomanie et notre sexisme, notre avidité de consommation sous un feu roulant de réclames, etc., témoignent de l’ennui gigantesque qui affecte notre société. Qu’est-ce qui nous a amenés là ? Une société qui, certes, produit de la mort comme jamais, mais de la mort sans transcendance et sans transcendance, il n’y a que le temps présent, ou plus précisément : l’instantanéité de notre existence, sous forme de vide avant la mort.
Commenter  J’apprécie          100
colimasson   30 juin 2013
Homo faber de Max Frisch
La probabilité (que sur 6 000 000 000 de coups de dé à six faces, le « 1 » sorte approximativement 1 000 000 000 de fois) et l’improbabilité (qu’exceptionnellement il se trouve six « 1 » sur six coups de dé avec le même dé) ne diffèrent pas en leur essence, mais uniquement sous le rapport quantitatif, et c’est simplement la plus grande quantité qui d’emblée paraît plus vraisemblable. Mais quand, pour une fois, l’improbable surgit, il n’y a là rien de supérieur, point de miracle ou autre chose semblable, comme le prétend le profane. Quand nous parlons de probabilité, l’improbabilité y est toujours comprise, et ce en tant que cas limite du possible, et lorsque surgit l’improbabilité, il n’y a, pour nous autres, pas lieu de s’étonner, d’être bouleversé, de fabuler.
Commenter  J’apprécie          90
colimasson   11 août 2013
Don Juan ou L'Amour de la géométrie de Max Frisch
CELESTINE : Ils sont tellement bizarres pour le linge de dessous, et surtout les plus délicats. Porte du rose ou du lilas et les voilà effrayés par ton mauvais goût. C’est comme la littérature, parle du dernier roman et tu verras un freluquet s’en aller bâiller à la fenêtre en soupirant : « il y a un monde entre nous ». C’est pourquoi je vous le dis toujours, parler littérature, c’est creuser un abîme entre vous et le client. Même chose pour le linge de dessous, exactement. Il y a des hommes qui se feraient tuer pour aller prendre un drapeau, mais qu’un chiffon de soie rose traîne sur le tapis et il n’y a plus personne. Des goûts et des couleurs on ne discute pas. Pas de linge de dessous, c’est encore le mieux ; ça les affole mais ça ne les déroute jamais.
Commenter  J’apprécie          90

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Monstres de la mythologie grecque

Je suis une créature hybride, mi-homme mi-cheval.

Le Minotaure
Le Centaure
La Cavale
La Manticore

12 questions
2942 lecteurs ont répondu
Thèmes : monstre , mythologie grecque , créatures mythologiques , mythologie , mythesCréer un quiz sur cet auteur