AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.61 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Max Milan écrit des romans. "L'Arche des ombres - Le rêveur de la Neva" (Ginkgo, 2019) relève du thriller psychologique, "Le visage de la folle" (Rivages Noir, 2012) est un roman noir, "Le Dieu blanc" (Coppelius, 2015) est une épopée viking, "La Somnambule funambule" (phB éditions, 2017) est un roman onirique et humoristique. Ses œuvres ont néanmoins un objet d'étude commun: l'angoisse – déstabilisatrice –, mais fondatrice. Max Milan s’intéresse aux états de conscience modifiés, au sommeil, aux diverses nuances de la folie. Plus que comme romancier, il se définit lui-même comme un conteur.

Ajouter des informations
étiquettes
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
Sylv   25 février 2015
Le Dieu blanc de Max Milan
Dehors, le froid est vif et Amina, qui vient d’entrouvrir la porte, hésite à quitter la pièce. Dans l’âtre, caché dans la cendre, un feu secret dévore les braises. La masse grise diffuse une douceur bienfaisante aux dormeuses. Mais la lumière légère dans la fraîcheur aiguë de ce matin d’hiver, et ce vent qui va et vient, qui claque, qui gifle et qui, désinvolte, s’engouffre sous sa robe, tout attire Amina vers ce beau matin de Noël azuré.

Dans un élan joyeux, elle s’avance. Tout de même, il fait bien froid. Elle réarrange son châle et resserre sur elle les pans de sa cape fourrée tout en marchant d’un pas vif. Le jardin est tout barbouillé de givre. Les pins et les cèdres ploient sous leur fardeau de neige. Amina franchit le portail et s’engage dans les ruelles tortueuses qui descendent vers le port Sophien. Les abords du Palais sont calmes et rien ne vient troubler ni abîmer la lumière qui émerge de l’étendue radieuse de la mer de Marmara.
Commenter  J’apprécie          10
Armano   06 mars 2017
La Somnambule funambule de Max Milan
Le matin, on réussit bien, suivant la nécessité où l’on est de se lever, à glisser d’un degré de conscience à l’autre, des rêves, que l’on prolonge en histoires, aux pensées diffuses et sans volonté de la journée qui nous attend, au bref silence qui prépare le mouvement brutal hors du lit, à moins qu’il ne s’agisse de l’étape préliminaire avant la redescente dans la douceur d’un second sommeil, d’autant plus délicieux qu’il a été choisi et qu’on s’y abandonne.

Pendant les heures de veille, on module, au gré des nécessités, le degré de notre conscience et de notre lucidité. De même au sein du sommeil, il doit être possible, sans en rompre la continuité, de faire évoluer le degré de notre inconscience.
Commenter  J’apprécie          00
Armano   06 mars 2017
La Somnambule funambule de Max Milan
Sandra est en colère. Il y a cette pression qui s’exerce à l’intérieur d’elle. Et il y a ce mur de verre froid, poli, sur lequel elle s’écrase lentement, à l’image de ces vitrines de boutiques chics, sur l’avenue Montaigne ou rue du Faubourg Saint-Honoré, ou de ces fenêtres de beaux immeubles, où son regard va chercher les expressions d’une vie plus colorée, foisonnante, multiforme.

Tant de fois, ces vitres lui ont renvoyé son reflet, celui d’une fille aux contours mal définis, au visage flou, à l’existence incertaine, d’une fille posée sur l’asphalte, dont la pluie brouille l’image, que le vent fait pencher, et qu’avec un peu plus d’insistance, il pourrait emporter.
Commenter  J’apprécie          00
Armano   06 mars 2017
La Somnambule funambule de Max Milan
Le ciel est obscur et nuageux au-dessus de Sandra. Sa courte chemise de nuit lui colle à la peau. Elle n’a même pas froid. Pourtant un vent glacé érafle l’ardoise humide. Les pieds adhèrent avec force, les orteils accrochent. Elle reconnaît le relief complexe, plein de redans, du toit de son immeuble. La Mosquée est juste là, avec son minaret vert, le Panthéon domine, sous la corolle des nuages, avec ses drôles d’échafaudages qui lui font une forme d’œuf, de l’autre côté, le jardin des Plantes, mollement étendu avec sa terre nue et ses plantations dévastées de décembre, et la Seine, encore plus désolée.
Commenter  J’apprécie          00
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Edie, Fais-moi peur !

On peut trouver plusieurs raisons à la fascination qu’il continue à exercer sur nous, à commencer par la couleur de sa barbe, qui est déjà un élément étrange, plaçant ce personnage dans un cadre inquiétant, ni tout à fait réaliste, ni tout à fait surnaturel… Il y a ensuite un objet qui change de statut : la clé que sa nouvelle femme ne doit utiliser sous aucun prétexte se révèle être magique, acquérant une valeur symbolique dans un récit au réalisme terrifiant. En ouvrant la porte interdite, sa femme découvre en effet les corps des précédentes épouses de son mari, et, terrifiée, laisse tomber la clé dans le sang, qui restera tachée à jamais. Qui est l'auteur de ce conte ?

Charles Perrault
Jean de La Fontaine
Hans Christian Andersen
Grimm

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : psychopathe , tueur en série , littérature , contesCréer un quiz sur cet auteur