AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.17 /5 (sur 3 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Sarrebruck , le 06/05/1902
Mort(e) à : Hambourg , le 25/03/1957
Biographie :

Maximillian Oppenheimer, dit Max Ophüls, puis Max Ophuls, est un cinéaste français d'origine allemande.

Il commença sa carrière comme acteur stagiaire en 1919, mais entra dans la production théâtrale en 1924. Deux ans plus tard, il devint directeur de création du Burgtheater à Vienne. Il y rencontre l'actrice Hildegard Wall (1894-1980), qu'il épouse la même année. Leur fils Marcel, futur réalisateur de documentaires (notamment "Le Chagrin et la Pitié", 1971 et "Hôtel Terminus: Klaus Barbie, sa vie et son temps", 1988), naît le 1er novembre 1927 à Francfort-sur-le-Main.

Après avoir monté près de deux cents pièces, il se tourna en 1929 vers le cinéma en devenant chef-dialoguiste sous la direction d'Anatole Litvak à Universum Film AG (UFA) à Berlin. Il travailla dans toute l'Allemagne et dirigea son premier film en 1931, une comédie au format de court-métrage, "Dann schon lieber Lebertran" (On préfère l'huile de foie de morue) (considéré comme perdu).

Anticipant la menace que faisait courir la montée du nazisme, Max Ophuls, qui était juif, se réfugia en France en 1933 après l'incendie du Reichstag et devint citoyen français en 1938. Après la défaite de 1940, il gagna les États-Unis en passant par la Suisse et l'Italie en 1941, mais ne put travailler à Hollywood, qu'à partir de 1947.

Il revint en Europe en 1950 pour tourner une série de chefs-d'œuvre : "La Ronde" (1950), "Le Plaisir" (1952), "Madame de..." (1953), avec son actrice fétiche, Danielle Darrieux, ainsi que "Lola Montès" (1955).

Il meurt à Hambourg d'une cardiopathie rhumatismale.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Max Ophuls   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

"Foisonnant", "labyrinthique", "gargantuesque", les adjectifs ne manquent pas pour qualifier le roman "Illusions perdues" d'Honoré de Balzac. Il ne faut pas oublier que les trois parties ont à l'époque été publiées séparément entre 1837 et 1843. Pour son film, Xavier Giannoli concentre le récit sur l'aventure parisienne de Lucien de Rubempré, c'est-à-dire la partie centrale du roman intitulée "Un grand homme de province à Paris". Histoire d'amours déçues et découverte des faux-semblants et des lois cachées qui règnent dans la capitale, Illusions perdues est aussi une critique acerbe du journalisme qui est en pleine mutation dans les années 1830. le capitalisme envahit tous les domaines, le journalisme devient une manière d'éclairer les lecteurs que d'obéir aux actionnaires et aux annonceurs. Tout n'est qu'arrangement et corruption. Au destin incertain de poète, Lucien de Rubempré préfère rapidement les avantages faciles qu'il peut tirer de la critique journalistique. Xavier Giannoli livre un film d'une étonnante actualité et trouve dans ce sujet qu'il a en tête depuis une trentaine d'années l'inspiration pour une mise en scène élégante et fluide qui rappelle Luchino Visconti et Max Ophuls.

+ Lire la suite


Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Morts violentes

L’écrivain américain Ernest Hemingway est mort….

assassiné
exécuté
tué à la guerre
suicidé
dans un accident

12 questions
14 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur