AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.88 /5 (sur 12 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Arras , le 06/05/1758
Mort(e) à : Paris , le 28/07/1794
Biographie :

Maximilien de Robespierre est né à Arras dans une famille de la bourgeoisie de robe. Orphelin de mère à l'âge de 6 ans et abandonné par son père, il se réfugie dans le travail. Ayant obtenu une bourse, il réussit de brillantes études au lycée Louis le Grand à Paris où il s'enthousiasme pour les idées de Jean-Jacques Rousseau.

En 1781, Maximilien de Robespierre revient à Arras et s'installe comme avocat. Il s'engage dans la politique et est élu en mai 1789 député du Tiers Etats de l'Artois pour les Etats généraux.

Siégeant à l'Assemblée nationale Constituante, Robespierre se fait remarquer par son éloquence en défendant la liberté de réunion, la liberté de la presse, le suffrage universel ainsi que l'instruction gratuite et obligatoire.

D'abord partisan d'une monarchie constitutionnelle, il devient, après la trahison de Louis XVI, l'un des principaux adversaires de la monarchie et s'impose comme un partisan des réformes démocratiques.

Après la chute de la monarchie, Robespierre est élu à la Convention nationale dans plusieurs départements, mais choisit d'être représentant de Paris. Il contribue à faire voter la condamnation à mort de Louis XVI.

En mai 1793, Robespierre obtient la proscription des girondins et deux mois plus tard, il est élu membre du Comité de salut public qui met en place la dictature montagnarde dont il est l'inspirateur avec Bertrand Barère de Vieuzac, Collot d'Herbois et Billaud-Varenne. Pour faire face aux menaces (première Coalition et soulèvement de Vendée) et conserver les acquis de la Révolution, le Comité de salut public cherche d'abord à éliminer les factions, notamment les radicaux d'Hébert, les modérés de Danton et les "Indulgents" de Camille Desmoulins et installe le régime de "La Terreur". Robespierre atteint le sommet de sa puissance en juin 1794, en étant élu président de la Convention nationale grâce au soutien de la Commune de Paris.

L'intensification de la Terreur qui découvre toujours de nouveaux "ennemis du peuple" conduit des membres de la Convention nationale et du Club des Jacobins à organiser une conspiration. Robespierre est mis en minorité à la Convention nationale et destitué le 27 juillet 1794. Mis en garde à vue à l'Hôtel de Ville, il ne peut être sauvé par un soulèvement de soldats de la Commune de Paris. Il meurt guillotiné.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Maximilien Robespierre   (21)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (32) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Loris Chavanette vous présente son ouvrage "Danton et Robespierre : le choc de la Révolution" aux éditions Passés composés. Retrouvez le livre : https://www.mollat.com/livres/2545722/loris-chavanette-danton-et-robespierre-le-choc-de-la-revolution Note de musique : © mollat Sous-titres générés automatiquement en français par YouTube. Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Linkedin : https://www.linkedin.com/in/votre-libraire-mollat/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Vimeo : https://vimeo.com/mollat
+ Lire la suite

Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Maximilien Robespierre
Nastasia-B   28 novembre 2013
Maximilien Robespierre
La plus extravagante idée qui peut naître dans la tête d’un politique est de croire qu’il suffise à un peuple d’entrer à mains armées chez un peuple étranger, pour lui faire adopter ses lois et sa constitution. Personne n’aime les missionnaires armés…

(N. B. : peu de présidents américains ont suivi ce conseil de Robespierre !)
Commenter  J’apprécie          877
Maximilien Robespierre
de   10 mai 2013
Maximilien Robespierre
Le peuple ne demande que le nécessaire, il ne veut que justice et tranquillité ; les riches prétendent à tout, ils veulent tout envahir et tout dominer. Les abus sont l’ouvrage et le domaine des riches, ils sont les fléaux du peuple : l’intérêt du peuple est l’intérêt général, celui des riches l’intérêt particulier
Commenter  J’apprécie          621
Nastasia-B   26 août 2020
Oeuvres de Robespierre de Maximilien Robespierre
Je tremble que l’intrigue ne s’empare encore des générations futures, pour perpétuer l’empire des vices et les malheurs de la race humaine.

Le but de la société civile est de développer les facultés naturelles de l’homme pour le bonheur des individus et de la société entière. Le seul moyen d’atteindre ce but, c’est l’accord de l’intérêt privé avec l’intérêt général ; c’est la direction des passions du cœur humain vers les objets utiles à la prospérité publique. Les bonnes lois, les lois que j’appelle conformes à la nature, c’est-à-dire à la raison, sont celles qui établissent cette heureuse harmonie ; les mauvaises sont celles qui la troublent.

Partout où les lois sont fondées sur ces principes, elles sont elles-mêmes l’éducation publique : partout où elles les violent, l’éducation publique est nécessairement mauvaise. Soumise à l’influence d’un gouvernement vicieux, elle ne sera entre ses mains qu’un nouvel instrument de corruption et de tyrannie. Pour un peuple qui a de mauvaises lois, l’éducation publique est un fléau de plus ; la dernière ressource qui lui reste est de conserver dans l’indépendance de la vie privée et de l’éducation paternelle le moyen de tenir encore, par quelque lien, aux principes éternels de la justice et de la vérité. Le chef-d’œuvre de la politique des despotes est de s’emparer de la raison de l’homme pour la rendre complice de la servitude. Législateurs, le véritable caractère de votre mission, pour devenir les précepteurs de vos concitoyens, c’est la bonté des lois que vous leur proposerez. Vous prétendez vous-mêmes que l’un des principaux objets de l’instruction publique sera de graver vos lois dans les esprits.

Comment voulez-vous que nous les apprenions avant qu’elles existent, ou si elles étaient telles qu’il fallût plutôt les désapprendre ? Quelles lois avons-nous jusqu’à présent ? Celles que la tyrannie royale et constitutionnelle nous a données, et que vous désavouez tous les jours vous-mêmes. Commencez donc avant tout par nous en donner de meilleures.

Quelles que soient celles que vous nous donnerez, n’oubliez pas que votre raison ne doit pas tyranniser la raison universelle, et que l’autorité publique doit laisser à l’opinion publique la liberté de perfectionner les lois et le gouvernement. Nous avons bien des préjugés à vaincre, avant de concevoir seulement que la source de toutes les mauvaises lois, que l’écueil de l’ordre public, c’est l’intérêt personnel, c’est l’ambition et la cupidité de ceux qui gouvernent. L’homme qui exerce un grand pouvoir s’accoutume facilement à le regarder comme un domaine particulier ; il est toujours tenté d’en abuser pour élever sa volonté propre au-dessus de la volonté générale, et pour immoler le bien public à ses passions personnelles, si la vigueur de la volonté générale éclairée ne le relance dans les bornes qu’elle a mises à son autorité. Lisez l’histoire, et vous verrez partout des peuples crédules et esclaves, des délégués du peuple ambitieux et despotes : le fléau de la liberté n’est point l’indocilité des peuples, c’est l’injustice des tyrans.

C’est une vérité dure à l’oreille des ambitieux, et trop ignorée des hommes abrutis par l’esclavage : mais le premier objet des institutions politiques doit être de défendre la liberté des citoyens contre les usurpations du gouvernement lui-même. Je dirai plus : le premier soin du législateur doit être de se mettre lui-même en garde contre la tentation de faire des lois pour son intérêt personnel. Par la même raison, le but de l’éducation publique doit être de poser une nouvelle barrière autour des droits du peuple et des principes qui les garantissent.



OBSERVATIONS GÉNÉRALES SUR LE PROJET D’INSTRUCTION PUBLIQUE PROPOSÉ À LA CONVENTION NATIONALE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          424
Maximilien Robespierre
Iansougourmer   13 avril 2013
Maximilien Robespierre
La vertu produit le bonheur comme le soleil la lumière.
Commenter  J’apprécie          380
Iansougourmer   09 mars 2014
Ecrits de Maximilien Robespierre
Quand l’intérêt des riches sera t-il confondu avec celui du peuple ? Jamais !
Commenter  J’apprécie          270
Maximilien Robespierre
de   17 janvier 2013
Maximilien Robespierre
Donner au gouvernement la force nécessaire pour que les citoyens respectent toujours les droits des citoyens, et faire en sorte que le gouvernement ne puisse jamais les violer lui-même, voilà, à mon avis, le double problème que le législateur doit chercher à résoudre
Commenter  J’apprécie          250
Maximilien Robespierre
Iansougourmer   13 avril 2013
Maximilien Robespierre
Je ne suis pas le défenseur du peuple. Je n'ai jamais prétendu à ce titre fastueux ; je suis du peuple, je n'ai jamais été que cela, je ne veux être que cela ; je méprise quiconque a la prétention d'être quelque chose de plus.
Commenter  J’apprécie          210
Iansougourmer   11 avril 2013
Ecrits de Maximilien Robespierre
Crois-moi, jeune et belle Ophélie,

Quoi qu'en dise le monde, et malgré ton miroir,

Contente d'être et de n'en rien savoir,

Garde toujours ta modestie.

Sur le pouvoir de tes appas

Demeure toujours alarmée,

Tu n'en sera que mieux aimée

Si tu crains de ne l'être pas.
Commenter  J’apprécie          191
Iansougourmer   13 avril 2013
Ecrits de Maximilien Robespierre
Il faut toujours revenir au principe que les citoyens doivent avoir la faculté de s'expliquer sur la conduite des hommes publics, sans être exposés à aucune condamnation légale.
Commenter  J’apprécie          190
Iansougourmer   13 avril 2013
Ecrits de Maximilien Robespierre
Secte sublime des stoïciens qui eut des idées si hautes de la dignité de l'homme, qui poussa si loin l'enthousiasme de la vertu qui n'outra que l'héroïsme. Le stoïcisme enfanta des émules de Brutus et de Caton jusque dans les siècles affreux qui suivirent la perte de la liberté romaine. Le stoïcisme sauva l'honneur de la nature humaine dégradée par les vices des successeurs de César, et surtout par la patience des peuples.
Commenter  J’apprécie          141

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Jefferson de J-C Mourlevat

Quel plat Jefferson prépare-t-il en quittant sa maison ?

un hâchis Parmentier
un poulet rôti/pommes de terre
des pommes de terre à la crème
des petits biscuits

5 questions
16 lecteurs ont répondu
Thème : Jefferson de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur