AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.4/5 (sur 114 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1982
Biographie :

Mélanie Gaujon, née en 1982, a reçu le prix de l’imaginaire aux éditions Nouvelles Plumes en 2018 avec son livre Le Royaume d’Esiah.
Adepte de la photographie, de l’art et du voyage, elle travaille comme personnel administratif de l’éducation nationale dans la banlieue parisienne.
C’est grâce à son intérêt pour le cinéma et les jeux de rôles qu’elle a démaré l’écriture.

Ajouter des informations
Bibliographie de Mélanie Gaujon   (3)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
Almandin se demanda ce que le fleuve noir pouvait bien lui cacher. De toute évidence, ce lieu était plus protégé que le sanctuaire sacré. Seul un homme connaissant parfaitement le chemin pouvait réussir à atteindre cette mystèrieuse contrée. Le fait que son père décide de l'initier au mystère de ce lieu en ces jours incertains prouvait qu'il craignait pour sa vie et pour l'avenir de son peuple.
Le couloir déboucha sur une plage de terre boueuse plongée dans un brouillard de souffre. Le Prince remonta son modeste foulard au-dessus de sa bouche et avança jusqu'à la berge. Devant lui apparut, dans une atmosphère suffocante de fumée, le légendaire fleuve noir.
Par curiosité, le Prince pencha sa tête au-dessus de l'eau sombre. Le liquide rejetait un gaz d'une puanteur atroce. Le plus impressionnant restait sa couleur, aussi noire que le charbon, aussi miroitante que le fer ou l'étain. Pourtant, il ne vit pas le reflet de son visage, seulement celui de ses vêtements, comme si son corps avait disparu. Une angoisse démesurée le saisit aussitôt.
Il se frotta les joues, sentit sa peau sous ses doigts. Il approcha son visage au plus prés de l'eau, pencha une main devant lui, attiré par cette étendue maléfique. Ses muscles se figèrent et son corps devenu incontrolâble bascula en avant. Une force étrangement obscure l'entraînait vers le fond.
Son père le retint par le col et l'empêcha de sombrer dans l'abîme.
- Ne regarde jamais cette eau, lui ordonna-t-il en le ramenant à terre.
Almandin reprit ses esprits à genoux sur la berge en observant son père les yeux remplis d'effroi.
- Qu'y a-t-il dans cette eau?
- Des créatures que tu n'as sûrement pas envie de voir.
- Et comment se fait-il que je n'y aie pas de reflet?
Son père le fixa avec une profonde inquiètude et le pressa de se relever pour pencher sa tête au-dessus de l'eau noirâtre. Le visage d'Adel apparut en surface. L'ombre avait cependant changé. Son visage, marqué de rides, semblait avoir subit les ravages du temps. Almandin, quant à lui, n'avait toujours pas de reflet. Il comprit ainsi quel était le pouvoir de cette eau ensorcelée.
Le Roi le tira en arrière, avant d'être emportés par les flots.
- Qu'est-ce que cela signifie? demanda le Prince.
- On raconte depuis toujours que cette eau révèle notre destin.
Commenter  J’apprécie          40
- [...] Pensons à ceux qui ne sont plus ici, mais n’oublions pas ceux qui sont restés. Chaque événement, aussi tragique soit-il, a une fin. C’est en nous nourrissant de l’expérience apportée dans ces instants difficiles que nos choix seront plus réfléchis. Respectons la mémoire des êtres qui ont été emportés en assurant la paix et la survie de ceux qui sont restés parmi nous.
Commenter  J’apprécie          50
Dans le ciel volent aujourd'hui des phoenix aux ailes de feu, d'autres aux ailes argentées. Certains tourbillonnent autour du palais en faisant tantôt traîner derrière eux de la neige, tantôt du feu, ou même les deux. Jamais un tel événement n'avait réussi à rassembler nos peuples entiers. Et pourtant, ils sont tous présents. Les Siahnnas, les Eduins, et même les spectres de l'Haoma ont fait le déplacement. En ce jour, Mehiel et moi scellons donc notre destin. Nous offrons nos âmes et nos vies aux peuples réunis.
J'espère que nous serons à la hauteur, car même si les guerres ont cessé, j'ai appris que rien n'est acquis et que tout peut basculer. Mais nous avons une force bien plus grande que tous les pouvoirs du monde : la foi, la confiance en notre avenir, et l'union de notre famille.
Commenter  J’apprécie          40
- Je ne suis pas l'élu. Je suis le sauveur et mon fils est l'héritier. Je ne sais pas qui est l'élu, mais j'aimerais bien connaître son identité. Vois-tu, il est écrit que l'élu est de sang royal. Mais le mot qui a été effacé est dapal, impur, de sang mêlé. Cet être appartient à une lignée non officielle de la famille royale. Une lignée que je ne connais guère car il n'en existe pas à l'heure actuelle. A moins qu'elle ne se soit toujours cachée de nous.
Le phoenix se tut un long moment avant de relever la tête.
- Tu sais bien qu'il n'en existe pas. Ce mot a été effacé car la personne qui l'avait écrit s'était trompée.
- Ce que je ne comprends pas, c'est que le sauveur a pour tâche d'aider l'élu à retrouver les pierres sacrées. Alors je dois forcément le connaître...
Le Roi se mit à réfléchir en marchant. Pris dans ses pensées, il ignora l'oiseau, de plus en plus énervé. Ses queues, semblables à des tentacules de feu, entourèrent le torse d'Almandin pour l'immobiliser et capter son attention.
- Ton raisonnement est absurde ! lâcha-t-il. Tu es l'élu. Ton sang n'est plus aussi pur qu'autrefois. Ton corps est celui d'un mortel, ne l'oublie pas.
- C'est juste. Nous pouvons l'interpréter d'une autre façon. Mais je n'y crois pas beaucoup. Mon sang n'est plus pur, il est vrai. Cela ne fait pas de moi un bâtard pour autant.
- Qui a parlé de bâtard ?
- Le livre. Dapal signifie en premier lieu bâtard. Me crois-tu assez ignorant pour ne pas le savoir ?
Le phoenix tordit son bec sur le côté, fixant l'ouvrage avec curiosité, comme s'il y trouvait soudain quelque chose de mystérieux.
- Qu'y a-t-il, Mésilande ? demanda le Roi en remarquant son trouble. Je pensais que tu connaissais l'avenir, mais on dirait que tu as toi-même été trompée par Elohim.
- Tu es censé être l'élu, répondit l'oiseau avec hésitation. Qui d'autre pourrait l'être ?
- C'est ce que nous devons découvrir. Alors il serait peut-être intéressant de me dire ce que tu sais et qui tu es vraiment.
Commenter  J’apprécie          20
- […] Cependant, l’expérience nous amène parfois à ouvrir les yeux. Tout homme peut changer.
Commenter  J’apprécie          40
- Tu es décidément un bon parti pour ma fille ! s'exclama Almandin, et il passa un bras autour de son cou pour le ramener contre lui.
- J'espère à ce propos que tu ne lui as toujours rien dit, grommela le garde en le repoussant.
- Non, je te laisse ce plaisir.
L'oeil malicieux, le Roi frappa par affection le torse de Milo.
- Qui est au courant pour son lien de parenté avec Mylès ? demanda alors Pyrrhos.
- Nous quatre, Shimei, ta fille et Mehiel, répondit Almandin, et il retrouva d'un seul coup tout son sérieux. Je ne pouvais pas lui cacher la vérité.
- J'ai fait de même avec Veland, avoua Milo. Ton fils est aussi curieux que tous les membres de cette famille. Je n'ai jamais su mentir.
- C'est ça ! Moque-toi de nous ! s'exclama Adel. Veland est surtout ton meilleur ami.
- Qui l'aurait cru ? lança Milo, avec un semblant d'ironie dans la voix.
Et, narguant Pyrrhos d'un regard narquois, il ajouta :
- Fort heureusement, les fils ne ressemblent pas toujours à leur père génétique.
Pyrrhos envoya sa main droite à l'arrière de son crâne.
Milo se frotta la nuque :
- Si c'est cela, me protéger...
- Je ne sais peut-être pas lire dans tes pensées, mais je sais parfaitement bien interpréter ton petit sourire de gamin effronté. Décidément, Almandin a trop déteint sur toi...
Commenter  J’apprécie          10
Une brise emporta à nouveau le corps d'Almandin et il s'étala brutalement à plat ventre dans l'herbe. Anjali l'aida à se relever.
- Mais , bon sang..., grogna-t-il en s'époussetant. Comment faites-vous ça?
- Manipulation des éléments naturels, explique Nolan.
- Vous n'êtes certainement pas humains, à moins d'être des X-Men ?
La plupart d'entre eux affichèrent une mine d'incompréhension.
- Vous n'êtes pas des X-Men, rassurez-moi? demanda Almandin en absence de réponse.
Adel se demanda si son fils n'était pas un idiot de nature. La veste trouée, la chemise défaite, la cravate de travers, le pantalon à moitié déchiré, des feuilles dans les cheveux; il paraissait ridicule. L'ancien Roi se frotta les yeux, il avait les nerfs chauffés à blanc, et quand sa petite-fille elle-même s'interrogea sur l'identité des X-Men, il prit une grande inspiration pour réprimer ses pulsions assassines.
- Nous sommes venus te chercher, crétin, lâcha son père, en perdant patience. Tu es la résurrection de mon fils, le Roi Lucifel, qui a régné sur le Royaume des Morts en charge des âmes damnées. Nous sommes venus te chercher pour t'empêcher de te faire tuer encore une fois.
- Ah...
Commenter  J’apprécie          10
- C'est toujours comme ça quand on naît ? demanda Milo avec un air catastrophé. Parce que si c'est ça, je ne veux pas avoir de bébé !
- Ce ne sera pas toi qui souffriras, Milo, mais ta femme, signala Adel en finissant par s'asseoir. À moins qu'on ne trouve d'ici là le moyen de te faire porter un enfant.
- Pas question ! Je n'en veux pas ! Ça a l'air de faire beaucoup trop mal ! riposta Milo en faisant des yeux ronds.
- Si tu ne te tiens pas sage, je demanderai à Gamerron de nous inventer ça, et on testera sur toi, assura Adel en plissant les yeux avec un regard malicieux. Au lieu de commenter les lamentations de Mehiel, pourquoi n'essaies-tu pas de trouver un prénom pour le petit garçon qui va naître ?
- Parce que ce sera une fille, affirma l'enfant en hochant la tête.
- Un garçon !
- Une fille !
- Un garçon ! cria Adel en sortant de ses gonds, se relevant brusquement.
Commenter  J’apprécie          10
- Anjali ! Viens là, ma fille !
La Princesse s'arrêta et pivota sur la pointe des pieds telle une danseuse de ballet, faisant virevolter ses longs cheveux châtains.
- Oui, père ?
Almandin s'approcha d'elle et soupira :
- Pitié, ne fais pas comme moi. Je suis un très mauvais exemple. Appelle-moi papa.
- J'ai un peu de mal. Nous avons tous les deux le même âge, Almandin.
- Papa.
- Almandin.
Il plissa le front :
- Papa ! Tu peux vraiment être agaçante !
- Non. TOI tu es agaçant, lui reprocha sa fille en croisant les bras. Hier, vous êtes partis à Esiah sans me prévenir, comme si je n'avais pas mon mot à dire, mais je sais me battre mieux que certains de tes gardes. Tu me dis qu'il faut que j'apprenne à assumer mon rang mais comment veux-tu que je le fasse si tu ne m'en laisses pas la possibilité ?
Commenter  J’apprécie          10
- La mission de protéger le peuple mortel Maître Aristide.
L'homme se tut et céda la parole à sa collègue.
- Croyez-vous vraiment que les Siahnnas soient en mesure de les protéger ?
- Je le pense, car nous connaissons le peuple mortel aussi bien que vous. Cependant, nous voyons aussi en eux ce qui vous dérange, la cruauté et la peur.
- La cruauté et la peur sont réservées à ceux qui peuplent vos terres, lança le dénommé Raïken, le ton tranchant.
Tout ce qu'Almandin avait expliqué jusqu'ici lui avait à peine effleuré les oreilles. Le Roi d'Esiah sentait monter en lui une colère noire, capable de tout ravager.
- Je vois pourtant de la cruauté dans vos propos, maître Raïken, lança-t-il, avec aigreur.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Mélanie Gaujon (103)Voir plus

Quiz Voir plus

Terrienne

Par qui l'histoire est-elle perçu au début du roman?

Anne
Etienne Virgil
Gabrielle
Mme Stormiwell
Mme Colladi
Victor

18 questions
1042 lecteurs ont répondu
Thème : Terrienne de Jean-Claude MourlevatCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}