AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.91 /5 (sur 115 notes)

Nationalité : Royaume-Uni
Né(e) à : Northamptonshire , le 25/10/1948
Mort(e) à : Kettering , le 31/03/2009
Biographie :

Michael Cox est un biographe et romancier.

Après un diplôme à l'Université de Cambridge en 1971, il intègre le monde du spectacle musical, en tant que parolier et musicien, et enregistre deux albums et quelques singles pour EMI sous le pseudonyme de Matthew Ellis et un autre album sous le nom de Obie Clayton, chez DJM Records.

En 1977, il travaille dans l’édition au Thorsons Publishing Group qui appartient aujourd’hui à Harper Collins. En 1989, il rentre à l’Oxford University Press où il est nommé Senior Commissioning Editor, Reference Books.

Son premier livre qui est une imposante biographie élogieuse de M.R. James, écrivain érudit médiévaliste, auteur de ghost stories, est édité à l’OUP en 1983. Il est suivi par un certain nombre d’anthologies oxfordiennes de nouvelles, comme par exemple "The Oxford Book of English Ghost Stories" (1986) et "The Oxford Book of Victorian Ghost Stories" (1991).

En 2004 il se hâte d’écrire le roman qui lui tenait à cœur depuis une trentaine d’années et qui n’existait qu’à l’état d’ébauche, sous forme de notes éparses, de brouillons et de premiers chapitres à peine élaborés.

Après une opération, il continue à écrire ce qui est aujourd’hui "La Nuit de l’infamie" (The Meaning of Night, 2006). En janvier 2005, après d’âpres enchères, le livre est finalement publié par John Murray.

Son premier roman est aussitôt suivi d'un second, tout aussi victorien : "Le Livre des secrets" (The Glass of Time, 2008).

Michael Cox travaillait au troisième volet de ce qui était en passe de devenir une saga lorsqu'il est mort d'un cancer incurable.

+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (7) Ajouter une citation
Dravot   31 octobre 2011
Le livre des secrets : La vie cachée d'Esperanza Gorst de Michael Cox
- Que lisez-vous? me demanda-t-elle ensuite.

...

"J'aime beaucoup Stendhal, dis-je en réponse à la question de Lady Tensor, avec cet empressement spontané dont je fais toujours montre quand je parle de mes auteurs favoris, et Voltaire.

- Voltaire! m'interrompit Lady Tansor avec un rire amusé. Le stade supérieur, assurément. Quoi d'autre?

- Eh bien j'adore M.Balzac et George Sand; ah, et puis Mr Dickens, et Mr Collins, sans oublier Miss Braddon..."

A nouveau, elle m'interrompit, levant la main pour m'empêcher de poursuivre.

"Vos goûts semblent quelque peu inconséquents et indisciplinés,dit-elle, mais cela est peut-être excusable chez quelqu'un d'aussi jeune, et puis le goût est quelque chose qui se corrige aisément."
Commenter  J’apprécie          50
Violette19   23 septembre 2014
La nuit de l'infamie : Une confession de Michael Cox
Il faut que vous compreniez qu'il n'est pas dans ma nature de tuer, et que mon meurtre était le fruit d'une décision ponctuelle et mûrement réfléchie. Je ne l'avais commis qu'à titre expérimental et je n'avais nul besoin de répéter l'expérience. J'avais prouvé ce qui me tenait à cœur : ma capacité à accomplir un tel acte. L'innocent rouquin avait accompli sa mission, et j'étais prêt maintenant pour la tâche qui m'attendait.
Commenter  J’apprécie          50
Dravot   30 octobre 2011
La nuit de l'infamie : Une confession de Michael Cox
Après avoir tué l'homme aux cheveux roux, je suis allé chez Quinn m'offrir un souper d'huîtres.

(incipit)
Commenter  J’apprécie          60
indiana69   22 décembre 2009
Le livre des secrets : La vie cachée d'Esperanza Gorst de Michael Cox
Je vis alors qu'il existait un chemin pour l'enfer depuis les portes memes du paradis



____________



Des avis différents sont le signe que la vérité existe quelque part à condition de savoir où la chercher
Commenter  J’apprécie          50
booksareourlife   08 août 2014
La nuit de l'infamie : Une confession de Michael Cox
Puis je me réveillai et me mis à pleurer: non sur ce que j'avais perdu, ni sur ces moments qui jamais ne reviendraient ; pas même sur mon pauvre cœur brisé ; moins encore sur la mort de mon ennemi ; non,, je pleurai sur Lucas Trendle, l'homme aux cheveux roux, cet étranger innocent qui n'enverrait plus jamais de bibles ni de chaussures aux Africains.

Commenter  J’apprécie          30
lauranns   28 mai 2017
La nuit de l'infamie : Une confession de Michael Cox
Je passai maître dans l'art de trouver les points faibles d'un accusation et de fournir ensuite les outils susceptibles de saper les fondements d'un procès intenté à un client. J'étais particulièrement doué pour flairer la simple fragilité humaine- ces petites graines de bassesse et d'intérêt personnel qui, une fois sorties de terre et bien arrosées, donnent des pousses d'autodestruction. Je contribuais ainsi à la prospérité de l'étude et à l'élargissement du sourire angélique de mon employeur.
Commenter  J’apprécie          00
booksareourlife   08 août 2014
La nuit de l'infamie : Une confession de Michael Cox
- M'aimerez vous pour toujours? demanda-t-elle.

- Est-il besoin de le demander?
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Il fait chaud

Cet auteur suisse a signé un polar intitulé Chaleur:

C. F. Ramuz
Joseph Incardona
Martin Suter

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : chaleur , canicule , soleil , ete , littérature , romans policiers et polars , adapté au cinéma , cinema , Actrices , acteur , vacancesCréer un quiz sur cet auteur