AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.69 /5 (sur 300 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Detroit
Biographie :

Michael Zadoorian est un auteur américain.

Il écrit dans divers magazines littéraires tels que The North American Review, Beloit Fiction Journal, The Literary Review ou encore American Fiction.

Michael Zadoorian est l'auteur de deux romans et d'un recueil de nouvelles. Le Cherche-bonheur (The Leisure Seeker, 2009) est son deuxième roman.

Il a reçu plusieurs prix, dont : Columbia University’s Anahid Literary Award, The Michigan Notable Book Award et The Great Lakes Colleges Association New Writers Award.

Il vit avec son épouse à Ferndale, dans le Michigan.

Site internet : michaelzadoorian.com.














né et a grandi à Detroit, Michigan. Il est l'auteur de deux romans, THE LEISURE SEEKER (William Morrow, 2009) et SECOND HAND (W. W. Norton, 2000). Il vit avec son épouse à Ferndale, Michigan.Site internet : michaelzadoorian.com.


+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Bande annonce du film The Leisure Seeker (2017), adaptation du roman de Michael Zadoorian (paru en français sous le titre Le cherche bonheur).


Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
caro64   30 janvier 2011
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
On raconte qu’ Ambrose Bierce – dont j’avais adoré les nouvelles, terrifiantes quand j’étais jeune -, à soixante-dix ans passés, avait décidé sur un coup de tête de partir pour le Mexique. « Je me rends bien compte qu’il est possible, voire probable, que je ne revienne pas. » Il a aussi écrit : « Il s’agit de couper l’herbe sous le pied à la vieillesse, à la maladie, et aux chutes dans les escaliers de la cave. » Moi qui connais bien les trois, je ne peux qu’applaudir avec chaleur ce cher Ambrose.

Bref, nous n'avons rien à perdre. J'ai donc décidé d'agir.
Commenter  J’apprécie          190
HuguetteM   04 février 2019
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
Les ruines sont là pour raviver la mémoire du passé, mais elles ne sont pas éternelles. Lentement le temps efface toutes les traces, morceau par morceau, jusqu’a ce que même les villes fantômes aient disparu.
Commenter  J’apprécie          161
gouelan   21 septembre 2017
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
Le cliché suivant montre justement cela, un bouquet de feuilles sur la table, et je me rends compte que tout le problème des photographies est là : est-ce qu'on se souvient de l'instant en soi ou du moment où la photo a été prise ? À moins que l'image ne soit l'unique raison pour laquelle on se souvient de l'instant ? ( Non, je refuse de le croire.)
Commenter  J’apprécie          140
Litterature_et_Chocolat   02 mars 2012
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
Vieillir ensemble, c’est aussi cela :

.

Que nous ne disions rien me va très bien. Parler romprait le charme. L’espace d’un instant, je suis si heureuse que je pourrai pleurer. Voilà exactement le genre de chose qui fait que j’aime tant voyager, et que j’ai désobéi à tout le monde. Nous deux réunis comme nous l’avons toujours été, sans rien dire, sans rien faire de particulier, simplement “en vacances”. Je sais bien que rien ne dure mais, quand on sait que le film va bientôt se terminer, on a parfois la possibilité de rembobiner et d’en prendre un peu sans que personne ne le remarque.
Commenter  J’apprécie          120
Chouchane   11 mai 2012
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
Au bout d'un moment, même rester en vie est un boulot à temps complet.
Commenter  J’apprécie          120
HuguetteM   03 février 2019
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
C’est ça que j’apprécie dans les vacances... Le ralentissement des choses. Toutes ces découvertes dans une si courte durée. La marche du temps se relâche comme dans un rêve.
Commenter  J’apprécie          112
MarquePage   17 août 2014
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
Nous sommes attachés à l'endroit où nous vivons. On peut se poser cette question : alors pourquoi est-ce qu'on voyage ?

Il n'y a qu'une seule réponse possible : on voyage pour apprécier son foyer.

Que l'on ait un métier, qu'on s'occupe de ses enfants et de son intérieur, le quotidien n'échappe pas à une certaine monotomie. En vieillissant, on désire cette monotomie, on la recherche. Les enfant ne le comprennent pas. Ils n'ont de cesse que de bousculer l'ordre des choses : remplacer les vieilles affaires confortables et familières, comme la voiture rodée à sa main ou la bouilloire qui fait un drôle de bruit quand l'eau frémit. Mais la monotomie est un piège. Elle participe au rétrécissement de son propre espace, elle crée des oeillères. Quand se produisent des nouvelles choses, difficile de les considérer comme agréables. Ce qui signifie qu'il est impossible d'apprécier les moments de grâce ou de chercher les endroits où ils pourraient surgir. Ou encore que ces moments de grâce se présentent et qu'on est incapable de s'en rendre compte.

C'estb pourquoi il faut voyager.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
AnaisValente   11 septembre 2012
La boutique de la seconde chance de Michael Zadoorian
Plus on prend de l'âge, plus on possède d'objets. Pourquoi ça ? Parce que les objets ont un pouvoir de protection. Ils agissent comme un lest, une sorte de système passif d'entrave à la mortalité. Que l'on songe à ce que l'on ressent au moment d'acheter quelque chose. Ce petit flash. Comme un éclair d'éternité.
Commenter  J’apprécie          90
keisha   22 avril 2012
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
On peut se demander si c'est la meilleure idée possible. Ce couple de vieux débris, l'une avec plus de problèmes de santé qu'un pays du tiers-monde, l'autre sénile au point de ne pas savoir quel jour on est, partant sillonner les routes du pays.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   14 juin 2012
Le cherche-bonheur de Michael Zadoorian
John est éveillé maintenant, je l'entends grommeler dans sa barbe. Il engueule quelqu'un. Me parviennent des chuchotements obscènes, des menaces à on ne sait quel ennemi, des imprécations. Durant toute notre vie commune, John a été un homme calme et docile. Mais depuis que son esprit s'est mis à battre la campagne, il dit aux gens ce qu'il a toujours souhaité leur dire. Personne n'y échappe.
Commenter  J’apprécie          80

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur



.. ..