AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.92 /5 (sur 49 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Toulouse , le 09/06/1942
Mort(e) le : 20/08/2018
Biographie :

Michel Cazenave est un philosophe et écrivain français, spécialiste de l'œuvre de Jung.

Ancien élève de l'École normale supérieure, il a consacré une grande part de son activité à la production d'émissions sur la pensée philosophique et la spiritualité, collaborant entre autres aux Océaniques de FR3.

De 1977 à 1997, il a été conseiller à la direction de France Culture pour la coordination des programmes. Entre 1997 et 2009, il a produit sur cette radio l'émission Les vivants et les dieux, diffusée le samedi en fin de soirée. Il a reçu en 1997 le grand prix de la SCAM pour l'ensemble de son œuvre radiophonique.

Il a présidé le Groupe d'études C.G. Jung de Paris, de 1984 à 1990. Depuis 2005, il est membre fondateur et président du Cercle Francophone de Réflexion et d'Information sur l'œuvre de C.G. Jung, dont il dirige la traduction française aux éditions Albin Michel.

Il est aussi connu pour s'être engagé, dès ses années d'études, dans le gaullisme de gauche. Il a été secrétaire général de l'Union démocratique du travail, et fut responsable, avec Olivier Germain-Thomas, du cahier de L'Herne sur le Général, paru en 1973 (n° 21). En 1983, il a aussi dirigé celui d'André Malraux (n° 43)...

son site : https://www.michelcazenave.fr/
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Cazenave   (60)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

POÉSIE INDIENNE – La Bhagavad Gita : Enjeux d’un chant (France Culture, 1997) L’émission « Les vivants et les dieux », par Michel Cazenave, diffusée le 27 décembre 1997 sur France Culture. Invités : Ysé Masquelier et Michel Hulin.

Podcasts (1)


Citations et extraits (107) Voir plus Ajouter une citation
Michel Cazenave
petch   27 mai 2013
Michel Cazenave
Si vous voyagez vers l'au-delà, apprenez le latin, c'est une langue morte.
Commenter  J’apprécie          241
Christian_Attard   06 septembre 2018
Jung : L'expérience intérieure de Michel Cazenave
L'instant où la lumière se fait est Dieu. Cet instant apporte la délivrance. C'est l'expérience originelle du moment vécu et elle est déjà perdue et oubliée quand on pense que le soleil est Dieu.
Commenter  J’apprécie          100
Christian_Attard   01 septembre 2018
Angèle de Foligno de Michel Cazenave
"Si l'être humain était toujours vierge, il ne produirait aucun fruit. Pour qu'il soit fécond, il est nécessaire qu'il soit femme. "Femme" est le mot le plus noble que l'on puisse adresser à l'âme, bien plus noble que vierge."

Maître Eckhart - Sermons
Commenter  J’apprécie          60
AuroraeLibri   26 juillet 2016
Jung revisité : Tome 1, La réalité de l'âme de Michel Cazenave
(...), il n'y a de "coincidence des opposés" que dans le sein de la divinité inconnaissable -les humains n'ayant accès qu'à la conjonction, qui manifeste la Déité, l'Ungrund, le "Fond sans fond" de Maître Eckhart.) (...), c'est à l'existence, au-delà de nos évidences sensibles, d'un Unus Mundus (d'un monde unifié) où les contraires ne sont pas encore différenciés, et en particulier, le physique et le psychique, de même que le spirituel- qui s'affirment dans notre expérience commune sous des traits distincts, sans qu'on ne puisse pourtant les y confondre. (...)

C'est aussi, en grande partie, l'équivalent de ce monde imaginal qu'a théorisé Henry Corbin à partir des réflexions d'un Ibn'Arabi sur la réalité d'une imagination créatrice : découverte et invention sont elles-mêmes une nouvelle fois réunies, dans une conjonction des opposés qui légitime, philosophiquement et épistémologiquement, toutes celles qui en découlent.

Bien entendu, ces réflexions n'ont cependant de sens que si l'on adopte l'idée de plusieurs niveaux de réalité : y aurait-il seulement possibilité d'un tiers inclus si l'on en restait aux couples de contraires de la logique classique et aux oppositions sans espoir auxquelles nous condamnerait l'unique existence de notre monde phénoménal ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibri   04 juillet 2016
Jung revisité : Tome 1, La réalité de l'âme de Michel Cazenave
(...) à partir des années 1930, c'est la totalité de son oeuvre qui prend un tour décisif dans sa rencontre avec l'ancienne alchimie et dans sa participation constate aux séances d'Eranos qui se tenaient tous les ans dans la Suisse italienne.

Pourquoi est-ce important? Parce que c'est là que Rudolph Otto, le philosophe néokantien du "numineux" qui en fut le premier mentor, et avant que le falmbeau n'en passât au néoplatonicen Corbin qui en fut le troisième et dernier inspirateur (...), c'est donc là que Jung fut à la fois, pendant un quart de siècle, le point de référence et le spiritus rector d'un cercle où se réunissait et confrontait ses idées tout ce que comptaient comme spécialistes de renommée mondiale l'histoire et la science des religions, l'ethologie, l'anthropologie générale et la philosophie : Zimmer et Tuci pour L'inde et le Tibet Quispell ou Puech pour la gnose, Daniélou pour le christianisme des origines, Kérényi pour la philologie et la mythologie grecques, combien d'autres encore parmi lesquels Layard, Neumann, Van der Leeuw et Radin, en attendant Corbin pour le platonisme perse ou Scholem pour la kabbale, ont ainsi, profondément, échangé avec Jung et l'ont nourri de toute leur science et de leur puissance herméneutique !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibri   12 février 2016
Jung revisité : Tome 1, La réalité de l'âme de Michel Cazenave
Sinon que, s'inscrivant dans la tradition de la théologie négative de l'Occident, et particulièrement de Maître Echart ou de Nicolas de Cuse dont il se réclame ouvertement, Jung pose que l'inconscient comme il l'entend est aussi un supra-conscient (ou un trans-conscient comme proposera de l'appeler Henry Corbin), auquel nous n'avons pas accès, sinon par des images symboliques, et qu'il introduit à un inconnaissable dernier que nous ne pouvons "définir" que comme impensable et irreprésentable, bref, comme un "vide gros de toute plénitude" qui échappe par nature à toutes las catégories dans lesquelles on voudrait l'enfermer.

On constate à quel point, ici, on est proche du brahman, du total inconditionné comme il a été négativement circonscrit par la plus haute et la plus authentique métaphysique indienne, du nirvana du Bouddha ou du Tao suprême de quelqu'un comme Lao-zi ("Le tao que l'on peut nommer n'est pas le Tao" -à quoi fait écho la parole du Père grec de l'Eglise: "Si tu peux définir Dieu, alors, tu es sûr que ce n'est pas Dieu.")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
AuroraeLibri   26 juillet 2016
Jung revisité : Tome 1, La réalité de l'âme de Michel Cazenave
(...); processus de la psyché déclenché généralement au solstice de la vie pour tous ceux qui rencontrent le tremendum du mystère et s'expliquent avec lui, qui assument leur âme, et dans la métamorphose impliquée, dans le surgissement du Soi et la lente construction, la difficile découverte de leur "homme intérieure", dans la religo accordée à ce mystère insondable; (...).
Commenter  J’apprécie          50
AuroraeLibri   03 août 2016
Jung revisité : Tome 1, La réalité de l'âme de Michel Cazenave
l'imagination, quant à elle, je la définis d'abord comme puissance de l'âme. (...)

C'est une puissance de création de formes. Il ne s'agit donc pas d'éléments reçus du monde dans lequel nous vivons. Au contraire, l'imagination crée son propre monde d'images réelles et subsistantes, tout en étant, et c'est fondamental, réceptrice de ce qui lui vient d'un plan supérieur. Elle est donc à la fois active et passive. Mais il faut savoir ce qu'est cette passivité, je dirais même cette "passion". Il ne s'agit plus, comme dans le cas de l'imaginaire, de recevoir ce qui vient de l'environnement ou des illusions de notre propre moi. Il s'agit de la façon dont nous recevons en nous, et recueillons dans notre âme, l'Intellect divin; la façon dont nous tendons vers lui par la création d'un monde d'images (ce que Henry Corbin appelle L' "Imaginal"). Ces images ne renvoient pas à la réalité physique du monde, mais à la réalité divine.

Lorsque Jung parle d'imagination active, il essaie de désigner une imagination de cet ordre, de l'ordre du phénomène visionnaire, par la mise en oeuvre d'images souvent mythologiques. Ces dernières, elles sont de l'ordre de l'énigme du divin. Cette méthode permet alors de se trouver au-delà du moi, en découvrant que le moi n'est qu'une sorte de complexe, certes pratique quand il s'agit de vivre au quotidien, mais sans aucune vérité profonde. Se "trouver" signifie alors avoir emprunté un chemin de retrouvailles du Soi, de l'image divine en nous, qui est notre Je véritable. L'imagination est donc l'accession au véritable Je, au-delà du moi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Tatooa   05 juillet 2020
La Science et l'âme du monde de Michel Cazenave
Il est peut-être temps que chacun trouve une étoile à l'abri du monde. Quand les étoiles sont touchées par le regard, un ciel nocturne s'éveille déjà en nous.
Commenter  J’apprécie          50
chrislav   10 juin 2015
Anthologie de la poésie de langue française du XIIe au XXe siècle de Michel Cazenave
De Christine de Pisan dans "ballades" : Seulete sui



Seulete sui et seulete vueil estre,

Seulete m'a mon douz ami laissiee,

Seulete sui sanz compaignon ne maistre,

Seulete sui dolente et courroucee,

Seulete sui en langueur mesaisiee,

Seulete sui plu que nulle esgaree,

Seulete sui sanz ami demouree



Commenter  J’apprécie          41

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Avez vous lu Le petit prince

Quelle est la profession du narrateur qui rencontre le petit prince dans le désert?

Journaliste
Aviateur
Berger
Taxidermiste

9 questions
7640 lecteurs ont répondu
Thème : Le Petit Prince de Antoine de Saint-ExupéryCréer un quiz sur cet auteur

.. ..