AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.27 /5 (sur 103 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Montpinier , le 06/08/1928
Mort(e) à : Gaillac , le 21/02/2009
Biographie :

Michel Clouscard est un sociologue et philosophe français. Proche du Parti communiste français, il est notamment connu pour sa critique du libéralisme libertaire en tant que stade actuel du capitalisme.

Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Clouscard   (14)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Tout est permis mais rien n'est possible - Michel Clouscard - 2 . Editions Delga


Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
JustinLapostolle   29 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
De l'enfance à l'adolescence, de celle-ci à l'âge adulte. L'enfant doit être un pseudo-adulte. L'adolescent infantile. Et l'adulte un éternel adolescent. Tel est le processus de l'infantilisation d'une société : faire de l'immaturité un adulte irresponsable. Par la médiation de l'adolescence, d'une contestation qui n'est qu'une voie d'accès à la consommation mondaine. Pour cela, produire un enfant à la coule, un usager averti et difficile. Écarter de l'éducation les conduites d'apprentissage du procès de production. Ainsi que toutes les valeurs qui s'y rattachent. Ne proposer que les conduites de consommation ludique et marginale, libidinale.

Pour que l'adolescent reconduise cet univers ludique dans la société adulte. En tant qu'immaturation devenue irresponsabilité civique. Mais, nous l'avons vu, irresponsabilité prise en charge par le système : irresponsabilité programmée du consommateur, lequel ne fait qu'accomplir le plan du néo-capitalisme qui conquiert ainsi un immense et nouveau marché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JustinLapostolle   27 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Le cul est devenu une silhouette. Et quelle silhouette ! Celle de l'archétype Hollywoodien. Les jeans à l'origine tenue de travail, permettent de camoufler cette promotion mondaine, du derrière. La tenue de vulgarisation Hollywoodienne pourra même être proposé comme mépris de toute sophistication mondaine (constante inversion des significations de la réalité par les signifiants mondains). Hollywood est descendu dans la rue, et les idéologies diront que la jeunesse tourne le dos au passé, qu'elle méprise les modes !

Promotion du derrière : il est devenu enfin une silhouette et celle-ci est celle de la mode. Une matière a pris forme. Ce qui était en puissance est devenu en acte. La sexualité a revêtu la mode.

Quelle séduction ! Quel triomphe narcissique ! L'objet lourd, gros, obscène, la femme encombrée de son derrière, culpabilité secrète, pesante, pendante au dos (étalée sur la poitrine) s'efface et devient la silhouette longue, fine, souple, galbée, élégante "sans le vouloir", nonchalante, décontractée. Libre, l'unisexe. Pour revendiquer l'identité, (laquelle ?).

Le couturier vous faisait porter la toilette : toute une civilisation. Et celle-ci s'avérait non seulement incapable de résoudre le problème mais aussi de le poser. Que faire d'un derrière qui révèle, dans le moindre geste, à travers la sexualité, la maternité ? Cet élargissement du bassin, cette disposition de l'os iliaque, qui proclame la fonction de l'espèce en même temps que le désir de la créature ?

Le couturier ne savait comment s'y prendre : le cacher ou le révéler, le révéler en le cachant ? Ce qui s'avérait alors c'est l'ambiguïté du statu de la femme : objet de désir et moyen de reproduction, et à mesure que la bourgeoisie accède à la société civile - à la sphère des besoins - l'idéologie du désir se développe de telle manière que le derrière, moyen de reproduction est de trop (de Rubens, Fragonard, Delacroix, Renoir à Van Dongen et Modigliani)

Le nouveau bourgeois devenu le parfait consommateur ne veut que d'un derrière objet de désir. Le derrière de la pondeuse doit s'effacer pour ne plus être que la silhouette inventée par la libido capitaliste.

Cette opération est réalisée par les blue-jeans. L'eurêka de la mondanité : l'uniforme du désir, l'objectivation de la phallocratie. Voici le nouveau corps prêt à porter, le corps du désir. Les couturiers peuvent aller se rhabiller. Les modélistes doivent se soumettre au modèle.

Certes, déjà la mode était descendue dans la rue. L'élégance des modélistes était devenue celle du prêt-à-porter. L'imitation de Chanel pour un dernier combat d'arrière-garde, une banalisation chère.

Alors la femme pauvre élégante. La toilette de la femme qui ne peut la porter. Quel style : la prétention petite-bourgeoise de sa maman, affichée, proclamée. La copie de la copie comme bonne tenue respectueuse.

Le blue-jeans permet de franchir d'un bond barrières et niveau de l'étiquette bourgeoise, pour revêtir le corps idéal, celui qu'Hollywood a mis si longtemps à forger dans son usine à rêver. Les jeans permettent de passer de la robe modèle au corps modèle. La toilette était valorisante du couturier de la mode. Elle revêtait le corps. Alors que les jeans donnent forme - parfaite - au corps. Le corps réinventé ! Une autre peau.

La forme culturelle, d'abord prototype de l'usine à rêver, est reproduite en série. C'est le modèle parfait qui devient prêt-à-porter. Il suffit de l'endosser pour se l'approprier.

Blue-jeans, rêve de femme ! À la portée de toutes, corps parfait revêtu en masse. Enfin une féminité désencombrée de la maternité, le sexe sans la reproduction, le désir sans le mariage et le mariage avec le divorce. Le corps libre, naturel, spontané ! Le corps sans la toilette ! Le corps sans la mode !

C'est toute l'idéologie de la libéralisation qui est endossée avec les jeans. Idéologie sans laquelle ces jeans ne seraient qu'un banal instrument de mode.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   28 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Tout en réalisant la catharsis de ses pulsions et de ses impuissances, le nouveau bourgeois contrôle et neutralise le monde d'en bas. Double normalisation. Double maitrise, par la bande, du libidinal, du ludique, du marginal. Contrôle de soi et contrôle des autres.

Cette culture de l'incivisme fait des parvenus qui n'ont rien de décadent. Ces bourgeois ont affronté le vice et ont su lui résister. Ils savent même le manipuler. C'est la force même du permissif, de la nouvelle élite bourgeoise.
Commenter  J’apprécie          10
JustinLapostolle   28 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
La modernité a inventé un temps étrangement absent à lui-même. Un temps du trop tôt ou du trop tard. Un temps qui se souvient trop et qui attend trop. Un temps d'entre deux temps : du passé et de l'avenir, de la nostalgie et de la prospective, de l'avenir du futur et de la maison de campagne, du futur antérieur et du passé composé.
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   27 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
L'occident féodal et bourgeois qui a perfectionné et sublimé ce processus est profondément "féministe" répétons-le. La psyché est la finalité de sa culture. Mais cela est de l'ordre de l'inconscient collectif. La stratégie culturelle se camoufle sous les apparences institutionnelles.
Commenter  J’apprécie          10
JustinLapostolle   27 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Deux terribles tares rongent la société traditionnelle, deux signes de la dégénérescence de classe : le débile et le dévoyé. Les deux faces de la même médaille. Tout ce que les parents bourgeois ont cachés resplendit sur la face de leurs rejetons. Tout le non-dit de leurs rapports intimes s'inscrit en lettres lumineuses sur le font de l'enfant "difficile", du caractériel.
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   27 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Trois moments du destin de la femme, trois promesses du capitalisme libéral. Avortement, divorce, travail-chômage. Pour certaines, trois figures du malheur. Pour d'autres, trois moyens de s'intégrer, d'arriver. Pour beaucoup les deux à la fois, tantôt l'un, tantôt l'autre. Et alors l'extraordinaire confusion idéologique du discours féministe.
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   27 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Et c'est en défaisant l'homme que la nouvelle femme se fera.
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   21 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
(...) l’intellectuel de gauche vient d’accéder à la consommation mondaine. Et il en est même le principal usager.

Pire, encore, il est devenu le maître à penser du monde. Il propose les modèles culturels du mondain. Non seulement il a accédé à la consommation mondaine, mais il en est l’un des patrons. Il a la toute-puissance de prescrire et de codifier l’ordre du désir.
Commenter  J’apprécie          00
JustinLapostolle   22 janvier 2023
Le capitalisme de la séduction de Michel Clouscard
Le capitalisme a viré à gauche — au niveau politico-culturel- et a viré à droite- au niveau économico-social.
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Quiz Harry Potter (difficile:1-7)

De quoi la famille Dursley a-t'elle le plus peur?

des voisins curieux
des hiboux
de Harry
de tout ce qui peut les faire paraître étranges

20 questions
6334 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur