AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.32 /5 (sur 513 notes)

Nationalité : Canada
Biographie :

Michel Jean est journaliste et auteur canadien.

Après un baccalauréat en histoire et sociologie et une maîtrise en histoire, il commence sa carrière à la radio en 1986, à CJSO à Sorel. Quelques mois plus tard, il passe à la télévision, au réseau Radio-Nord à Rouyn-Noranda d'abord, puis en 1988 à Radio-Canada à Regina, où il devient courriériste parlementaire à l'Assemblée législative de la Saskatchewan. De 1990 à 1995, il travaille pour la société Radio-Canada à Toronto, à Montréal et à Québec.

En 1995, il occupe le poste de chef d'antenne de Québec en direct à RDI, où il couvre pendant huit ans divers événements qui ont marqué le Québec, des inondations du Saguenay au Grand Verglas, en passant par les attentats du 11 septembre 2001 à New York. En 2002, Michel devient reporter national au Téléjournal/Le Point. Il y commente notamment la guerre en Irak, le départ du président Aristide, le désastre des Gonaïves en Haïti et le tsunami au Sri Lanka.

Depuis 2005, Michel Jean a le plaisir de coanimer l'émission JE à TVA, en compagnie d'Annie Gagnon. Le succès de ces enquêtes hebdomadaires donne lieu à la publication de son premier ouvrage aux Éditions du Trécarré, "J.E. : Le guide de survie du consommateur québécois", en 2007.

Dès lors, le goût de l'écriture saisit Michel Jean, qui fait paraître "Envoyé spécial" l'année suivante chez Stanké. Il y décrit son métier de reporter avec brio et sensibilité. Cet ouvrage, chaudement salué par la critique, est réédité dans la collection de poche "10/10" en 2011.

Puis il se tourne vers la fiction, chez Libre Expression, avec "Un monde mort comme la lune" en 2009 et "Une vie à aimer" en 2010. Dans "Elle et nous" (2012), l'auteur livre un récit poignant inspiré de la vie de sa grand-mère.

En mars 2017, il a été invité au Salon du livre de Paris, grâce au titre "Amun", un recueil de nouvelles dont il a assuré la direction. "Tsunamis" (2017) est son sixième roman.

Issu de la communauté de Mashteuiatsh, au Lac-Saint-Jean, il a publié son livre "Kukum" en 2019.

page Facebook : https://www.facebook.com/micheljeanecrivainjournaliste/
+ Voir plus
Source : http://www.editions-libreexpression.com/michel-jean/auteur/jean1062
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Jean   (15)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Au print­emps 2021, l'animateur Michel Jean dévoilait le pre­mier recueil de nou­velles d'an­tic­i­pa­tion autochtone au Québec. Ce sont 14 voix issues des nations Innue, Crie, Atikamekw ou Wen­dat qui pren­nent vie dans ce livre phare rem­pli d'espoir, Wap­ke. Trois d'entre elles se retrou­veront autour de Michel Jean pour dis­cuter de leur créa­tion, Joséphine Bacon, Isabelle Picard et J.D. Kurt­ness. À ne pas man­quer! L'événement est présen­té en col­lab­o­ra­tion avec le Salon du livre des Pre­mières Nations. Avec: Isabelle Picard, Auteur·rice J. d'Kurtness, Auteur·rice Joséphine Bacon, Auteur·rice Michel Jean, Animateurrice Livre: Wapke Le Site Web du #SalonDuLivreDeMontreal : https://www.salondulivredemontreal.com/ Retrouve-nous sur tous nos réseaux sociaux INSTAGRAM: https://www.instagram.com/salonlivremtl/ TIKTOK: https://www.tiktok.com/@salonlivremtl TWITCH: https://www.twitch.tv/lismoimontreal DISCORD: https://discord.gg/7MP3veRP FACEBOOK: https://www.facebook.com/salondulivredemontreal/ #slm2021

+ Lire la suite

Citations et extraits (203) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   14 juillet 2018
Amun de Michel Jean
La foi, je l'ai. Croire plus loin que ce que mes yeux peuvent croire. Surtout lorsque je suis triste, surtout lorsque je suis fragile, surtout lorsque je ne comprends pas cette vie injuste et cruelle, qui épargne les criminels et méprise les mères tranquilles. Je crois qu'il y a plus grand que cette vie, et si j'ai tort, si tout ce qui existe est perceptible, au moins toute ma vie durant j'aurai eu l'espoir.



in NEKA
Commenter  J’apprécie          260
dedanso   07 février 2020
Kukum de Michel Jean
J'ai vécu la maternité comme une grande responsabilité qui m'était confiée. La vie en territoire pouvait paraître fragile et elle l'était souvent. La survie des humains dépendait de leur capacité à s'adapter au monde, à vivre en harmonie avec la nature, comme le font les autres espèces. Nous y avions notre place. C'est ainsi que j'en suis venue à comprendre notre existence en forêt.
Commenter  J’apprécie          240
Erik35   29 juin 2022
Maikan de Michel Jean
C'est le hasard et une bonne action qui ont conduit cette femme sophistiquée entre les murs lugubres du bureau du coroner pour identifier le cadavre d'un itinérant. Le barreau incite chaque année ses membres à accepter et à plaider sans honoraire une cause. Une forme de charité qui a l'avantage de donner accès à la justice à des gens qui n'en auraient pas les moyens. Surtout au tarif horaire exigé par Audrey. Cela permet en même temps à la profession d'avoir la conscience tranquille.

Audrey opte d'habitude pour des affaires qu'elle sait gagnées d'avance et qu'elle pourra mener rondement. Mais, cette fois, en lisant un article du Globe and mail de Toronto, elle est tombée sur une histoire qui l'a interpellée sans qu'elle ne sache trop pourquoi. Le journal racontait comment, au début du XXè siècle, les jeunes Autochtones avaient été envoyés de force par le gouvernement canadien dans des établissements d'enseignement. Au lieu de les éduquer comme on l'avait promis aux parents, les pensionnats visaient plutôt à assimiler les enfants. Le journal expliquait ainsi que plus de cent cinquante mille membres des Premières Nations, Inuit et Métis avaient été arrachés à leurs familles, délibérément coupés de leur culture et soumis à une forme de lavage de cerveau. Dans ce que le Canada appelait les pensionnats autochtones, beaucoup d'enfants avaient subis des sévices, et des agressions sexuelles.

Comme bon nombre de ses compatriotes, Audrey ignorait jusque-là que, sur cent trente-neuf pensionnats ouverts au pays, douze l'avaient été au Québec. Comment un peuple qui lutte contre l'assimilation depuis trois cents ans a-t-il pu lui-même tenter d'en acculturer un autre ? L'idée lui avait parue d'autant plus choquante que les pensionnats étaient dirigés par le même clergé qui, dans le passé, s'était imposé contre l'intégration forcée des francophones. L'article mentionnait, et cela avait frappé la curiosité de l'avocate, qu'une entente avait été conclue entre Ottawa et les Autochtones à la suite d'un recours collectif. Elle prévoyait une indemnisation totale de 1.9 milliard de dollars pour les anciens pensionnaires. Mais le journal rapportait qu'un certain nombre d'entre eux ne réclamaient pas leur dû, comme s'ils avaient disparu dans la nature.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
dedanso   09 février 2020
Kukum de Michel Jean
C'est difficile d'expliquer le territoire d'avant. Le bois d'avant les coupes à blanc. La Péribonka d'avant les barrages. Il faut imaginer une forêt sautant d'une montagne à l'autre jusqu'au-delà de l'horizon, visualiser cet océan végétal balayé par le vent, réchauffé par le soleil. Un monde où la vie et la mort se disputent la préséance et au milieu duquel coule, entre des berges sablonneuses ou des falaises austères, une rivière qui ressemble à un fleuve. C'est ardu à expliquer parce que cela n'existe plus. Les usines à papier ont dévoré la forêt. La Péribonka a été soumise et souillée. D'abord par la drave, puis par les barrages qui ont avalé ses chutes impétueuses et créé des réservoirs dont l'eau nourrit maintenant les centrales électriques.
Commenter  J’apprécie          200
Alexbeauregard   03 juillet 2022
Le vent en parle encore de Michel Jean
Au fond de la cave du grand bâtiment érigé au-dessus des galets, deux jeunes cœurs battent l'un contre l'autre dans l'obscurité.
Commenter  J’apprécie          30
julielitaulit   28 janvier 2016
Elle et nous de Michel Jean
Je ne blâme personne d’autre que moi. La vérité cruelle, c’est que j’avais la meilleure professeure devant moi et que je n’ai pas su en profiter. Je n’ai posé aucune question. Ou si peu. Je me suis contenté de suivre les autres et je le regrette amèrement maintenant. Encore une fois, je réalise mon erreur trop tard. On pense toujours qu’on a le temps. Et le temps finit toujours par nous manquer.
Commenter  J’apprécie          190
dedanso   30 janvier 2020
Kukum de Michel Jean
J'arrivais d'un monde où l'on estimait que l'humain, créé à l'image de Dieu, trônait au sommet de la pyramide de la vie. La nature offerte en cadeau devait être domptée. Et voilà que je me retrouvais dans un nouvel ordre des choses, où tous les êtres vivants étaient égaux et où l'homme n'était supérieur à aucun autre.
Commenter  J’apprécie          170
Michel Jean
leonce   09 juin 2021
Michel Jean
Je connais chaque lac et chaque montagne . Toujours pareils. Éternels . J'ai perdu mon père, plusieurs amis . Mais les lacs et les montagnes , eux, sont encore là.
Commenter  J’apprécie          170
dedanso   31 janvier 2020
Kukum de Michel Jean
Partout où il existe, les êtres humains aiment le printemps. Après des mois sans lumière, ils ont l'impression de renaître.
Commenter  J’apprécie          170
dedanso   10 février 2020
Kukum de Michel Jean
J'ai grandi dans un monde immobile où les quatre saisons décidaient de l'ordre des choses. Un univers de lenteur où le salut dépendait d'un bout de terre qu'il fallait travailler et retravailler sans cesse. Mes plus anciens souvenirs remontent à la cabane où nous vivions, guère plus qu'une modeste maison de colons en bois, carrée, avec un toit à deux versants et une seule fenêtre sur sa façade. Devant, un chemin de sable. Derrière, un champ arraché à la force des bras à la forêt. C'est un terroir rocailleux et, pourtant, les hommes le traitent comme un trésor, le retournent, l'engraissent, l'épierrent. Et il ne rend en retour que des légumes fades, un peu de blé et du foin pour nourrir les vaches, qui donnent le lait. La récolte serait bonne ou pas. Cela dépendrait du temps. Le Ciel en déciderait, disait le curé. Comme si Dieu n'avait que ça à faire.
Commenter  J’apprécie          140

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Bienvenu(e) en Autre-Monde #1

Avant la Tempête, Matt Carter vit à New-York, mais où exactement ?

Park Avenue
Lexington Avenue
Colombus Avenue
Amsterdam Avenue

20 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Autre-Monde - Intégrale 2 volumes de Maxime ChattamCréer un quiz sur cet auteur