AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.31 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Saint-Etienne, Loire , 1952
Biographie :

Michel Lacombe est l'auteur de plus d'une vingtaine de romans.

Il a exercé plusieurs métiers variés, d’ouvrier à conducteur de chaudières à Manufrance, de dépanneur électroménager à vendeur de meubles, de livreur-monteur à guide de grotte, son dernier métier.

Sa vie professionnelle l’a conduit de Saint-Étienne à Roanne, puis à Lyon et Bourgoin-Jallieu, avant qu’il ne quitte définitivement la ville pour l'Ardèche méridionale où il vit depuis plus de trente ans.

Depuis octobre 1999, date de la parution d’un premier ouvrage aux Éditions du Mot Passant, il enchaîne les romans appelés "du terroir".

Il se consacre aujourd'hui entièrement à l'écriture.


Source : Babelio
Ajouter des informations
étiquettes

Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
djdri25   07 août 2012
Barjac au Fil du Temps de Michel Lacombe
C"est l'été, sous le soleil méditerranéen...Beaucoup trop pressés de se rôtir sur le sable chaud des plages, les touristes négligent trop souvent les charmes de cette belle petite cité pittoresque, coincée entre deux départements, deux régions, à la limite des contreforts des Cévennes et du Bas-Vivarais avec d'un côté le canyon de l'Ardèche, et celui de la Cèze toute proche...

Commenter  J’apprécie          90
nelly76   16 décembre 2018
Les brûlots de paille de Michel Lacombe
Non,ce n'était pas toujours simple ,la vie!Surtout seul....À chaque instant où que ce fût, il ressentait l'absence d'Ėlise comme une présence réelle :la présence du vide qui l'habitait !Au moindre bruit ,à la plus petite ombre ,il sursautait,s'attendait à la voir, là , face à lui,les bras ouverts et le sourire aux lèvres....Chaque heure au cadran ,le soir,se décomposant en minutes qui pesaient des siècles...Et le sommeil,dans ce grand lit trop froid était si long à venir !Comment ne s'était- il pas rendu compte ,fil des ans ,combien était essentielle pour lui la tiédeur du corps de sa femme sous les draps? Son souffle discret lorsqu'elle dormait.... La façon si attendrissante qu'elle avait de se coller contre lui,en glissant ses pieds sous ses cuisses pour réchauffer les siens....Souvent ,il la cherchait pour lui prendre la main ,et ne trouvait plus que la toile froide et raboteuse! Souvent ,il se réveillait en sursaut pour palper la couche près de lui,et se recroquevillait dans sa deception,frustré d'avoir cru à un miracle:Élise n'était pas là !Où pouvait-elle être d'ailleurs?Toujours avec cet escroc ,ce charlatan cet aigrefin?Où bien seule et abandonnée dans une grange,désemparée, éperdue, regrettant la lubie qui l'avait poussée à fuir la Besancière et un époux qui l'aimait?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ladesiderienne   11 février 2017
Retour au mas de Michel Lacombe
Il fallait avoir vu le jour dans ces montagnes afin d'user d'un pas mesuré, adopter un rythme lent et régulier pour apprivoiser la pente, la faire plier à l'opiniâtreté humaine. Il fallait aussi être avare de paroles pour ménager sa peine, pour conserver son souffle... (...)

Il avait envie de crier sa rancoeur, sa rancoeur contre ce pays de gagne-petit, contre ses efforts quotidiens de bagnard, contre cette sueur versée sans relâche pour si peu de profit, contre l'injustice qui l'avait fait naître ici...
Commenter  J’apprécie          30
nelly76   15 décembre 2018
Les brûlots de paille de Michel Lacombe
La Besancière



PAS UN RAI DE LUMIÈRE....Seulement la mėlasse de l'obscurité. Et ces souffles réguliers qui rythmaient le silence....L'air était oppressant, dans ce lit de montagne aux portes mal fermées. Rien ,dans la torpeur de la nuit assoupie ,ne pouvait laisser deviner l'heure qu'il était :les respirations du couple de dormeurs

se mêlaient en une même houle ,dans un flux et un reflux incessants qui cherchaient à s'accorder sur un même tempo lent et cadencé.......
Commenter  J’apprécie          30
nelly76   16 décembre 2018
Les brûlots de paille de Michel Lacombe
Ne rien répondre.... Et regarder le soleil se coucher derrière la crête dentelėe des montagnes brumeuses.Puis imaginer ,à l'intérieur de ces murs ,une femme se courber dans le lit sur le dos de son époux pour lui susurrer à l'oreille :

《Mon Maximun...tu vas être enfin papa! Et moi,maman!

--Qu'est-ce que tu dis Élise ?

--Rien ,mon Maxou.... Après tout ,tu as raison :ça peut bien attendre demain!》.
Commenter  J’apprécie          30
marlene50   13 juillet 2016
Les brûlots de paille de Michel Lacombe
Même si l'on pense que la merde des autres est toujours meilleure, on revient toujours chier sur son tas de fumier ! Surtout lorsque l'on a de quoi vivre sans y tremper les mains...



Tous les mêmes, ces hommes ... Et quel que soit l'âge, d'ailleurs : faut toujours qu'ils aient honte de montrer leurs sentiments.
Commenter  J’apprécie          30
domdu84   18 octobre 2018
La sauvageonne des Maures de Michel Lacombe
Elle parvint vite sur les hauteurs de la colline de la Roquette et hésita à s’engager sur le chemin menant directement aux premières maisons de Gonfaron. Mieux valait opter pour la pente la plus abrupte sur une improbable sente de chèvres propre à se rompre le cou ! Odette connaissait bien le terrain et elle n’hésita pas à prendre ce risque. Plus qu’une descente, une véritable dégringolade...
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaoui   31 mars 2020
La Berceuse de sang de Michel Lacombe
Il cogna et cogna encore, ivre de rage, fou de révolte, sans ressentir les rares coups portés en riposte par ses adversaires. Il frappait sans relâche, les doigts en sang, les tempes battantes, le souffle emballé. Jamais il ne se serait cru si vif, si habile, et ses phalanges faisaient mouche presque à chaque coup : le craquement du cartilage d’un nez, une arcade qui éclatait sous son poing, le hurlement d’un homme se tenant le bas-ventre, et enfin cet éclair chaud sur son bras, le choc d’un couteau tombant sur le dallage… Des souffles, des gémissements rauques, des vociférations ! Puis cette fuite précipitée des deux agresseurs dans la gueule insondable du soir.
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   31 mars 2020
La Berceuse de sang de Michel Lacombe
Entre petits trafics et misérables deals, entre guerres de quartiers et défis stupides, la vie imbécile des ténèbres au pied des immeubles gris… Les rues étroites et tortueuses se faisaient plus raides et s’imbriquaient en un filet qui emprisonnait la colline d’un maillage compliqué. Ignorant les panneaux d’interdiction, les automobiles s’accumulaient en désordre, bancales, avec une ou deux roues sur les bordures de granit, comme des épaves rejetées par la tempête de chaque jour sur la grève des trottoirs de la nuit…
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaoui   31 mars 2020
La Berceuse de sang de Michel Lacombe
Que faisait-il dans cette ville qui n’était pas la sienne, dans cette vie qui n’était pas la sienne, sinon oublier les rais de soleil d’un passé révolu ? Oui, il avait connu le luxe et l’aisance, l’argent et les femmes faciles ! Oui, il s’était étourdi dans des fêtes futiles et des orgies au goût de bile… Oui, il avait fumé des mégots de nirvanas illusoires, avalé des comprimés de rêves égarés, s’était enfariné le nez de bonheurs pulvérisés et piqué les neurones de folies éphémères !
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Le parler des Ardennes

Ce n'est pas sur Babelio que je rencontrerai un dabaud

un poète
un amateur de bons livres
un gars un peu sot
un esprit curieux

18 questions
7 lecteurs ont répondu
Thèmes : Régionalismes , Français (langue) , patoisCréer un quiz sur cet auteur

.. ..