AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.71 /5 (sur 417 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 20/4/1901
Mort(e) à : Saint Hilaire, Essonne , le 30/9/1990
Biographie :

Michel Leiris est un écrivain, ethnologue et critique d'art français.

Né dans une famille bourgeoise, il délaisse ses études de chimie, préférant fréquenter les milieux d’avant-garde littéraire et artistique, rejoignant les surréalistes avant de se consacrer à une écriture plus personnelle.

De 1931 à 1933, il est secrétaire-archiviste de la mission ethnographique et linguistique Dakar-Djibouti. Il devient ensuite ethnologue au sein du Musée de l’Homme jusqu’en 1971, et, surtout, il publie "L’Afrique fantôme" (1943). Il prolonge ensuite sa psychanalyse dans son livre "L’Age d’homme" (1939), livre autobiographique dans lequel il s’engage à tout dire et ne rien cacher afin de voir plus clair en lui-même, dans une structure non pas chronologique mais thématique.

Son oeuvre "La Règle du jeu", se compose de quatre tomes : "Biffures" (1948), où il évoque l’importance du langage, "Fourbis" (1955), qui nous livre ses considérations sur la mort ainsi qu’une histoire amoureuse, "Fébrilles" (1966), tissage complexe entre l’amour, la mort et l’art, et "Frêle Bruit" (1976), où la poésie et l’esthétique du fragmentaire priment sur la logique et la continuité.

"Aurora", son unique roman, paraît en 1946. Michel Leiris est également l’auteur d’essais sur André Masson, Picasso, Wilfredo Lam, Bacon ou Giacometti.
+ Voir plus
Source : Evene
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Leiris   (64)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (43) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Une institutrice ? Une femme de pasteur ? Une jeune divorcée ? Une femme de ménage ? Une écrivaine de génie. Une inconnue. La vie d'Hélène Bessette (1918-2000), autrice de treize romans et d'une pièce de théâtre, tous parus chez Gallimard en seulement vingt ans, de 1953 à 1973 (et tous épuisés), semble avoir été faite de rendez-vous manqués et d'incompréhensions. Son premier roman, Lili pleure, obtient le prix Cazes en 1954. Plus tard, ses romans seront régulièrement inscrits sur les listes du prix Goncourt et l'admiration de nombreuses personnalités (Michel Leiris, Simone de Beauvoir, Dominique Aury, Jean Dubuffet, Claude Mauriac, Alain Bosquet, André Malraux) laisse présager une reconnaissance à la hauteur de son talent et d'un style entièrement nouveau qui ne ressemble à aucun autre. Par ces trois lettres aussi : GRP, ou Gang du Roman Poétique, l'occasion pour Bessette d'exprimer une théorie nouvelle et exigeante du roman. Par Laure Limongi, autrice et éditrice, enseignante en création littéraire à l'École nationale supérieure d'arts de Paris Cergy. Lecture par Anaïs de Courson, comédienne. En savoir plus sur le cycle Autrices oubliées : https://www.bnf.fr/fr/agenda/autrices-oubliees-de-lhistoire-litteraire

+ Lire la suite
Podcasts (15) Voir tous


Citations et extraits (226) Voir plus Ajouter une citation
Michel Leiris
milamirage   23 juin 2013
Michel Leiris
M'alléger

me dépouiller

réduire mon bagage à l'essentiel

Abandonnant ma longue traîne

de plumes

de plumages

de plumetis et de plumets

devenir oiseau avare

ivre du seul vol de ses ailes
Commenter  J’apprécie          440
Michel Leiris
sabine59   23 avril 2020
Michel Leiris
Jour et nuit,

dans la foule et dans le désert,

aux tempes un vertige flûté d'opéra ,

je vais à pas de funambule.
Commenter  J’apprécie          380
Tandarica   25 avril 2020
Fibrilles de Michel Leiris
Traduction presque littérale d'un enracinement qui semble préfigurer la fixité dernière vers quoi l'engrenage des saisons nous mène, ce jardin serait donc le berceau à l'ombre trop noire dont je me suis écarté chaque fois que, rompant pour un temps avec ceux qui me touchent du plus près, je suis parti en voyage.



(p. 59)
Commenter  J’apprécie          370
Michel Leiris
sabine59   02 mars 2020
Michel Leiris
Au creuset de ma tête

où kilos et kilos de souvenirs

font un bruit de feuilles sèches,

dès que ta forme jaillit,

je sens couler de l'or.
Commenter  J’apprécie          374
lecassin   10 mars 2014
L'âge d'homme de Michel Leiris
Je ne conçois guère l’amour autrement que dans le tourment et dans les larmes.
Commenter  J’apprécie          340
Michel Leiris
sabine59   06 avril 2020
Michel Leiris
Cumulus



Voguant au plus bleu de ma tête

les beaux flocons

que je m'attache à capter

mais qui, bulles de mots,

se volatilisent

à l'instant où je crois les avoir fixés.
Commenter  J’apprécie          290
Michel Leiris
Nastie92   30 juin 2017
Michel Leiris
À la base de toute introspection, il y a le goût de se contempler et au fond de toute confession, il y a le désir d'être absous.
Commenter  J’apprécie          260
Meduzantic   10 mai 2011
L'âge d'homme de Michel Leiris
Une des grandes énigmes de mes premières années, en dehors de l'énigme de la naissance, fut le mécanisme de la descente des jouets de Noël à travers la cheminée. J'échafaudais des raisonnements byzantins à propos des jouets trop grands pour pouvoir logiquement passer dans la cheminée, le Père Noël les ayant lâchés d'en haut. [...]

Lorsque j'appris que les enfants se formaient dans le ventre et que le mystère de Noël me fut révélé, il me sembla que j'accédais à une sorte de majorité [...]. Dès que je sus ce qu'était la grossesse, le problème de l'accouchement se posa pour moi d'une manière analogue à celle dont s'était posé le problème de la venue des jouets dans la cheminée : comment peuvent passer les jouets ? comment peuvent sortir les enfants ?
Commenter  J’apprécie          240
Kittiwake   25 juillet 2014
L'âge d'homme de Michel Leiris
Mettre à nu certaines obsessions d'ordre sentimental ou sexuel, confesser publiquement certaines des déficiences ou des lâchetés qui lui font le plus honte, tel fut pour l'auteur le moyen – grossier sans doute, mais qu'il livre à d'autres en espérant le voir amender – d'introduire ne fût-ce que l'ombre d'une corne de taureau dans une œuvre littéraire.

Commenter  J’apprécie          220
Tandarica   25 avril 2020
Fibrilles de Michel Leiris
Dans de telles conditions je risquais fort, à vouloir coûte que coûte terminer mon ouvrage, de décevoir ceux qui m'avaient jusque-là suivi attentivement et dont les signes de sympathie m’avaient prouvé qu'on peut, sans se leurrer, croire à une communication.



(p. 95)
Commenter  J’apprécie          200

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox