AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.94 /5 (sur 816 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Béziers , le 17/12/1954
Biographie :

Michel Piquemal a fait des études supérieures de lettres, de littérature comparée et de sciences de l'éducation.
Après avoir fait des études de lettres modernes, il a été instituteur dans une école primaire.

Instituteur, parolier, scénariste de BD et scénariste télé, il est aussi l’auteur de plus d’une centaine de livres jeunesse.

Spécialiste reconnu des Amérindiens, il a créé les collections Carnets de Sagesse aux éditions Albin Michel. Il se passionne aujourd’hui pour la philosophie… et la lutte contre le néo-libéralisme.

Michel Piquemal est un boulimique de lecture. Il a publié plus d'une centaine de livres destinés aussi bien aux enfants qu'aux adultes.

En 1989, il obtient le grand prix du livre de jeunesse avec son roman "Le Jobard".
+ Voir plus
Source : charte.repertoire.free.fr
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel Piquemal   (205)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

A l'occasion du salon du livre et de la presse jeunesse de Montreuil, rencontre avec Michel Piquemal qui nous présente son ouvrage "L'éléphante qui cherchait la pluie" aux éditions Albin Michel-Jeunesse. Notes de musique : Youtube Audio Library Visitez le site : http://www.mollat.com/ Suivez la librairie mollat sur les réseaux sociaux : Facebook : https://www.facebook.com/Librairie.mollat?ref=ts Twitter : https://twitter.com/LibrairieMollat Instagram : https://instagram.com/librairie_mollat/ Dailymotion : http://www.dailymotion.com/user/Librairie_Mollat/1 Vimeo : https://vimeo.com/mollat Pinterest : https://www.pinterest.com/librairiemollat/ Tumblr : http://mollat-bordeaux.tumblr.com/ Soundcloud: https://soundcloud.com/librairie-mollat Blogs : http://blogs.mollat.com/

+ Lire la suite

Citations et extraits (304) Voir plus Ajouter une citation
mariech   06 janvier 2013
Les philo-fables de Michel Piquemal
Il y avait un homme très riche . Il y avait un homme très pauvre . Chacun d'eux avait un fils et chacun d'eux vivait de part et d'autre d'une grande colline . Un jour , l'homme très riche fit monter son fils au sommet de la colline et , embrassant tout le paysage d'un grand geste du bras , il lui dit :

-Regarde, bientôt tout cela sera à toi !

au même instant , l'homme très pauvre fit monter son fils sur l'autre versant de la colline et , devant le soleil levant qui illuminait la plaine , il lui dit simplement :

-Regarde !
Commenter  J’apprécie          421
Verdorie   05 mai 2013
Les philo-fables de Michel Piquemal
Un pauvre mendiant frappa un jour à la porte d'une maison pour implorer l'aumône d'un bout de pain. Mais le maître des lieux le reçut avec agressivité :

- comment veux-tu que je te trouve du pain ? Tu prends donc ma maison pour une boulangerie ?

- alors, fais-moi don d'un peu de gras de viande.

- que je sache, il n'y a pas devant ma porte une enseigne indiquant boucherie.

- donne-moi au moins une poignée de farine.

- où vois-tu donc les ailes d'un moulin ?

- alors, un simple verre d'eau.

- ce n'est pas non plus une rivière, ici.

Alors le mendiant baissa son pantalon et fit tranquillement ses besoins sur le pas de la porte.

- mais que fais-tu là ? Hurla le maître de maison scandalisé.

- s'il n'y a ici rien à boire ni rien à manger, comment quelqu'un pourrait-il y vivre ? J'en déduis qu'il s'agit d'une ruine, propre à servir de fosse d'aisance !





Conte du poète mystique persan Rûmi (1207-1273)
Commenter  J’apprécie          300
jsgandalf   04 juin 2012
Paroles indiennes de Michel Piquemal
Quand tu te lèves le matin,

remercie pour la lumière du jour,

pour ta vie et ta force;

Remercie pour la nourriture

et le bonheur de vivre.

Si tu ne vois pas de raison de remercier,

la faute repose en toi-même.
Commenter  J’apprécie          310
Amakir   09 avril 2022
Paroles indiennes de Michel Piquemal
Pour faire tomber glands et pignons, nous secouons les branches. Nous ne coupons pas les arbres. Nous n'utilisons que du bois mort.

Mais les Blancs retournent le sol, abattent les arbres, massacrent tout. L'arbre dit : "Arrête, j'ai mal, ne me blesse pas." Mais ils l'abattent et le découpent en morceaux.

L'esprit de la terre les hait. Il arrachent les arbres, en faisant trembler la terre au plus profond.

Comment l'esprit de la terre pourrait-il aimer l'homme blanc ? Partout où il la touche, elle est meurtrie.

Une vieille femme wintu.
Commenter  J’apprécie          254
Amakir   12 avril 2022
Paroles indiennes de Michel Piquemal
Quelle femme blanche ai-je jamais capturée ou insultée ? Pourtant ils disent que je suis un mauvais Indien.

Qui est jamais venu à moi affamé et reparti le ventre vide ?

Qui m'a jamais vu battre mes femmes ou maltraiter mes enfants ?

Quelle loi ai-je violée ?

Ai-je tort d'aimer ma propre loi ?

Est-ce mal pour moi parce que j'ai la peau rouge ?

Parce que je suis né là où mon père a vécu ?

Parce que je suis prêt à mourir pour mon peuple et mon pays ?



Sitting Bull, chef sioux hunkpapa (1831-1890)
Commenter  J’apprécie          251
Tandarica   13 avril 2022
Paroles de fraternité de Michel Piquemal
Qu'une place soit faite à celui qui approche,

Personnage ayant froid et privé de maison.



Personnage tenté par le bruit d'une lampe,

Par le seuil éclairé d'une seule maison.



Et s'il reste recru d'angoisse et de fatigue,

Qu'on redise pour lui les mots de guérison.



Que faut-il à ce cœur qui n'était que silence.

Sinon des mots qui soient le signe et l'oraison.



Et comme un peu de feu soudain la nuit.

Et la table entrevue d'une pauvre maison ?



(Yves Bonnefoy)
Commenter  J’apprécie          250
Amakir   14 avril 2022
Paroles indiennes de Michel Piquemal
L'air est précieux à l'homme rouge car

la bête, l'arbre, l'homme, tous partagent le même souffle.

Attribué au chef Seattle (1786-1866)
Commenter  J’apprécie          250
Tandarica   03 avril 2022
Paroles de révolte de Michel Piquemal
LETTRE AUX RECTEURS DES UNIVERSITÉS EUROPÉENNES.

 

Monsieur le Recteur,

Dans la citerne étroite que vous appelez « Pensée », les rayons spirituels pourrissent comme de la paille. [Assez de jeu de langue, d’artifices de syntaxe, de jongleries de formules, il y a à trouver maintenant la grande Loi du cœur, la Loi qui ne soit pas une loi, une prison, mais un guide pour l’Esprit perdu dans son propre labyrinthe. Plus loin que ce que la science pourra jamais toucher, là ou les faisceaux de la raison se brisent contre les nuages, ce labyrinthe existe, point central ou convergent toutes les forces de l’être, les ultimes nervures de l’esprit. Dans ce dédale de murailles mouvantes et toujours déplacées, hors de toutes formes connues de pensée, notre Esprit se meut, épiant ses mouvements les plus secrets et spontanés, ceux qui ont un caractère de révélation, cet air venu d’ailleurs, tombé du ciel.]

Mais la race des prophètes s’est éteinte. L’Europe se cristallise, se momifie lentement sous les bandelettes de ses frontières, de ses usines, de ses tribunaux, de ses universités. L'Esprit gelé craque entre les ais minéraux qui se resserrent sur lui. La faute en est à vos systèmes moisis, à votre logique de 2 et 2 font 4, la faute en est à vous, Recteurs, pris au filet des syllogismes. Vous fabriquez des ingénieurs, des magistrats, des médecins à qui échappent les vrais mystères du corps, les lois cosmiques de l’être, de faux savants aveugles dans l’outre-terre, des philosophes qui prétendent à reconstruire l’Esprit. Le plus petit acte de création spontanée est un monde plus complexe et plus révélateur qu’une quelconque métaphysique.

Laissez-nous donc, Messieurs, vous n’êtes que des usurpateurs. De quel droit prétendez-vous canaliser l’intelligence, décerner des brevets d’esprit ? Vous ne savez rien de l’Esprit, vous ignorez ses ramifications les plus cachées et les plus essentielles, ces empreintes fossiles si proches des sources de nous-mêmes, ces traces que nous parvenons parfois à relever sur les gisements les plus obscurs de nos cerveaux.

Au nom même de votre logique, nous vous disons : la vie pue, Messieurs. Regardez un instant vos faces, considérez vos produits. À travers le crible de vos diplômes, passe une jeunesse efflanquée, perdue. Vous êtes la plaie d’un monde, Messieurs, et c’est tant mieux pour ce monde, mais qu’il se pense un peu moins à la tête de l’humanité.



[le présent livre indique simplement Antonin Artaud comme auteur. Selon d'autres sources cependant il s'agirait d'un extrait de « La Révolution surréaliste n°3 -1925. Texte collectif sur une proposition originale d’Antonin Artaud »]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          201
Amakir   07 avril 2022
Paroles indiennes de Michel Piquemal
La vie c'est l'éclat d'une luciole dans la nuit. C'est le souffle d'un bison en hiver. C'est la petite ombre qui court dans l'herbe

et se perd au coucher du soleil.

Crowfoot, chef blackfeet (1821-1890)
Commenter  J’apprécie          220
colimasson   15 août 2013
Paroles de paresse de Michel Piquemal
Ne pas dire un mot de toute la journée, ne pas lire le journal, ne pas entendre la radio, ne pas écouter de commérages, s’abandonner absolument, complètement à la paresse, être absolument, complètement indifférent au sort du monde, c’est la plus belle médecine qu’on puisse s’administrer.



Henry Miller

Commenter  J’apprécie          218

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Michel Piquemal

Quel métier a exercé Michel Piquemal ?

professeur de français
libraire
instituteur

20 questions
3 lecteurs ont répondu
Thème : Michel PiquemalCréer un quiz sur cet auteur