AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.99 /5 (sur 36 notes)

Nationalité : France
Né(e) : 1933
Mort(e) : 2008
Biographie :

Michel Random (Stefano Balossini, dit) (1933-2008), est un écrivain, critique d'art, journaliste, cinéaste, photographe et conférencier français.
Auteur d’une quinzaine d’ouvrages, notamment des essais sur la littérature, l’art et l’Extrême-Orient, ainsi que des ouvrages de poésie et de philosophie, réalisateur de 25 heures de films pour la télévision, Michel Random a été également reporter, producteur de radio et éditeur, mais aussi photographe.
Mais c’est son grand ouvrage, illustré de photos originales : Les arts martiaux où l’esprit des budo (1977), traduit en trois langues et véritable best-seller en France et aux États-Unis, qui a rendu Michel Random célèbre, tandis que son film sur le même sujet fut programmé par plus de 70 télévisions. Dès 1968, M. Random avait réalisé en France la première grande émission télévisée sur le Japon, suivi de nombreuses émissions radio et de deux autres ouvrages : Japon (1986, publié en sept langues) et La stratégie de l’invisible (1985).
Passionné par la physique quantique et les sciences du vivant, Michel Random publie en 1987 : La Tradition et le vivant. Il a consacré aussi à la pensée islamique un bel ouvrage illustré de ses photos : Mawlana, le soufisme et la danse (1980).
Michel Random a aussi participé à de nombreux symposiums internationaux, dont celui de Tsukuba (1984). Co-signataire de la “Déclaration de Venise” (1985), il en a rédigé la présentation dans La science face aux confins de la connaissance (1987). Il est aussi signataire de la “Déclaration de Vancouver” sur la survie de la planète (1989).


+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Ce documentaire sur les arts martiaux traditionnels du Japon a été réalisé par Michel Random dans les années 70.


Citations et extraits (25) Voir plus Ajouter une citation
Danieljean   13 décembre 2016
Rumî, la connaissance et le secret de Michel Random
La patience ce n'est pas s'asseoir et attendre, c'est voir ce qui n'est pas encore. C'est regarder l'épine et voir la rose, regarder la nuit et voir le jour.

Les amants sont patients et savent que la lune a besoin de temps pour devenir pleine
Commenter  J’apprécie          90
TheTeaCha   15 juillet 2015
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
Un jour, alors que Maître Rikyu officiait au cours d'une cérémonie du thé, Hideyoshi fit remarquer à ses généraux : "Regardez bien Rikyu préparer le thé et vous constaterez que son corps est rempli de Ki, que ses gestes précis et mesurés sont comme ceux d'un grand guerrier, ils n'offrent aucune ouverture. Sa concentration est sans faille."



(INFAILLIBLE CONCENTRATION - p.48)
Commenter  J’apprécie          50
breizhbutter   31 mai 2020
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
Pour laisser la Nature se manifester à fond, il est nécessaire de vous débarrasser de toute contrainte mentale. Quand la nature suit son propre chemin et agit à sa guise en vous, il n’y a plus aucune ombre, aucun flottement, aucune faille dont puisse profiter l’adversaire…

Bien que n’étant qu’un simple chat qui ne connaît pas grand-chose des affaires humaines, permettez-moi d’évoquer l’Art du sabre pour exprimer quelque chose de plus profond. L’Art du sabre ne consiste pas seulement à vaincre l’adversaire. C’est avant tout l’Art d’être conscient, au moment critique, de la cause de la vie et de la mort. Un samouraï doit s’en souvenir et s’exercer à un entraînement spirituel aussi bien qu’à la technique du combat. Il doit donc essayer de pénétrer la cause de la vie et de la mort. Quand il a atteint ce niveau d’être, il est libre de toute pensée égoïste, il ne nourrit aucune émotion négative, il ne calcule ni ne délibère. Son esprit est alors non résistant et en harmonie avec ce qui l’entoure.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Ravi   10 mai 2017
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
La vraie compréhension se trouve en dehors de tout enseignement écrit. Une transmission speciale d'homme à homme est nécessaire, mais de toute façon la vérité ne s'atteint que par soi-même.
Commenter  J’apprécie          40
brigittelascombe   22 mai 2012
Japon : Vision des formes et des lumières de Michel Random
Combien de oui et de non?

Oui est un rêve.

Non est aussi un rêve .



Sôhô Takuan

Maître zen XVII° siècle.
Commenter  J’apprécie          40
breizhbutter   31 mai 2020
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
Pour les maîtres, les véritables obstacles qui empêchent l’élève de progresser sont ceux qui sont dressés par sa personnalité artificielle. L’homme ordinaire, étouffé dans un carcan d’habitudes physiques et mentales, sa vision du monde déformée par un écran d’illusions, est un infirme coupé de son être profond dont les possibilités sont inexploitées. Le travail à accomplir consiste donc à faire sauter les blocages, physiques et psychologiques, pour que les forces latentes de l’homme puissent s’épanouir librement. Le Budo, la Voie du Combat, comme toute Voie authentique, a pour but la régénération de l’individu. Mais cette réalisation de soi ne peut être atteinte que par une lutte contre ses propres défauts, ses faiblesses, ses illusions.
Commenter  J’apprécie          20
breizhbutter   31 mai 2020
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
Les idéogrammes pour désigner l’Art Martial sont identiques en Chine et au Japon. Seule la prononciation diffère : les Chinois disent Wu-Shu, les Japonais Bu-Jutsu. « Art Martial » ou « Art de Combat » est une traduction qui trahit un peu l’ « esprit » de l’idéogramme originel qui se décompose en deux caractères : « arrêter » et la « lance ». Originellement compris comme l’ « Art d’arrêter la Lance », l’Art Martial prend ainsi sa signification essentielle. D’autant plus que cette formule peut s’interpréter à la fois comme l’ « Art d’arrêter la lance de l’adversaire » et l’ « Art d’arrêter sa propre lance ». Le grand Art de la pacification extérieure et de l’harmonie intérieure.
Commenter  J’apprécie          20
brigittelascombe   22 mai 2012
Japon : Vision des formes et des lumières de Michel Random
Traversant aujourd'hui

Les limites du monde apparent

Je ne verrai plus de rêves flottants

Et n'en serai plus énivré.

Kûkai
Commenter  J’apprécie          30
breizhbutter   31 mai 2020
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
La Science ésotérique, commune à toutes les grandes Traditions, enseigne que l’homme est un microcosme, c’est-à-dire un modèle réduit de l’Univers, du macrocosme. L’être humain contiendrait à l’état latent toutes les dimensions de l’Univers, il obéirait aux mêmes lois, aux mêmes rythmes. L’art de viser son propre cœur conduirait à s’harmoniser soi-même en vue de se « brancher » à la source du Ki originel. On dit que les grands Maîtres ont déchiré l’écran étouffant de l’ego pour laisser le souffle de l’Univers traverser leur être. La magie du Tao opère à travers eux. Par le wu-wei, ils maîtrisent l’ « Art sans artifice ».

« Sur le passage d’un maître, les chiens n’aboient pas », dit un proverbe oriental. Réconcilié avec l’Univers et avec lui-même, « il absorbe l’autre dans son propre cœur » nous confie Maître Ueshiba. La présence d’un tel Homme harmonise ce qui l’entoure.

« D’une extrémité de son arc, l’archer perce le Ciel, de l’autre, la Terre, et la corde qui les relie lance la flèche au cœur de la Cible visible et invisible. » L’Archer, c’est l’Homme véritable qui selon le livre des rites chinois joue un rôle dans la Création, au même titre que le Ciel et la Terre : « Le Ciel engendre, la Terre nourrit et l’Homme accomplit. » L’Homme qui pratique l’Art de viser son Cœur réintègre sa vraie place : être un trait d’Union entre l’esprit et le corps, le Ciel et la Terre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
breizhbutter   31 mai 2020
Contes et récits des arts martiaux de Chine et du Japon de Michel Random
« La véritable cible que l’archer doit viser est son propre cœur » nous dit une maxime du Kyudo, la Voie du tir à l’arc. Kokoro signifie en japonais le cœur, mais aussi l’esprit, l’être. Comme le cœur physique est ancré dans le corps, le kokoro est ce centre de l’homme qui fait palpiter son être profond, sous l’écorce.

Comme des guides de haute montagne, les Maîtres indiquent le chemin, les étapes pour parvenir à viser son propre cœur. Takuan, célèbre maître Zen, enseignait à son non moins illustre disciple Tajima no Kami, professeur de sabre du shogun, que la Voie du cœur commence par la « non-dispersion de l’énergie », la véritable « con-centration ». Il explique en effet que si le Ki est dirigé contre les mouvements de l’adversaire, il est hypnotisé par eux ; s’il est dirigé sur la défense, il est pris par l’idée de la défense. Le Ki prisonnier, on est à la merci de l’adversaire. Pour le libérer, Takuan préconise de le laisser remplir tout le corps, le laisser traverser la totalité de l’être. Alors, s’il est nécessaire d’utiliser les mains ou les jambes, aucun temps ni aucune énergie ne seront perdus. La réponse adaptée aux circonstances sera instantanée, immédiate comme l’étincelle. Si la fluidité du Ki est préservée en le gardant libre des délibérations mentales et des réactions émotionnelles, il agira là où il est nécessaire, avec la rapidité de l’éclair.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

L'évangile oublié de Jacobovici & Wilson : culture générale

Le temple d’Artémis

Se trouve à Éphèse
Est l’une des Sept Merveilles du monde
Réponse 1 et 2
Aucune de ces réponses

25 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : jésus christ , religion , histoireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..