AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 3.65 /5 (sur 680 notes)

Nationalité : Grèce
Né(e) à : Rome , le 17/01/1939
Biographie :

Michel de Grèce, prince de Grèce et de Danemark, est un écrivain de langues française et anglaise ainsi qu’un historien.

Il est le fils unique du prince Christophe de Grèce (1889-1940) et de sa seconde épouse, la princesse française Françoise d’Orléans (1902-1953).

Son père meurt l'année de ses deux ans. Il passe son enfance entre le Maroc et l'Espagne avant que sa mère ne vienne vivre à Paris où elle meurt en 1953.

En 1960, Michel de Grèce obtient, à Paris, un diplôme de Sciences politiques. Une fois ses études terminées, il s’engage dans l’armée grecque, où il sert quatre années durant.

En 1965, il épouse Marina Karella, la fille d'un industriel grec, une artiste peintre, aquarelliste et sculpteur dont il aura deux enfants. Le couple s’installe aux environs d’Athènes et c’est durant ces années que Michel de Grèce commence à écrire.

Au début de la Dictature des colonels, Marina et Michel sont les seuls membres de la famille royale de Grèce à recevoir l’autorisation de rester vivre dans leur pays. Le couple choisit cependant de quitter la Grèce en 1972 et s’installe alors à Paris avec ses deux filles. Puis, en 1980, ils émigrent à New York où ils restent pendant 13 ans.

Son premier ouvrage "Ma sœur l’histoire, ne vois-tu rien venir ?" reçoit le prix Cazes en 1970. Mais c’est surtout grâce à ses nombreux romans historiques, fortement inspirés par son histoire familiale, que le prince parvient à se faire connaître.

Il vit avec sa famille entre Monaco, Paris, Athènes, Patmos.

son site : http://www.princemichaelschronicles.com/?lang=fr
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Michel de Grèce   (33)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

« […] toute chose vraie est prophétique et inonde son temps de lumière, et c'est à la poésie qu'il incombe de répandre cette lumière ; c'est pourquoi l'esprit ne doit et ne peut surgir qu'à travers elle. L'esprit ne surgit qu'à travers l'inspiration… » (Bettina von Arnim, Begeisterung) « Hölderlin (1770-1843) a seize ans. […] déjà, c'est de poésie surtout qu'il se nourrit […]. […] ce sera toujours immédiatement, antérieurement à toute réflexion, à tout vouloir, au désir même, que le monde bourré de sa charge de sacré l'assaillera, indubitable, indéchiffrable. […] […] Hölderlin méditera longtemps, et avec quelle profondeur, sur la Grèce ; mais il ne l'aurait pas fait, ni de cette manière, s'il n'avait été d'abord emporté, ravi (au sens le plus fort). […] » (Philippe Jaccottet, avant-propos) « […] Jamais peut-être la haute tristesse méditante n'a été si magnifiquement exprimée. Parfois ce génie devient obscur et sombre dans le puits amer de son coeur ; mais le plus souvent, son apocalyptique étoile Mélancolie brille, merveilleusement touchante, au-dessus de la vaste mer de ses émotions. […] » (Clemens Brentano à Philipp Otto Runge, le 21 janvier 1810) « […] je parle comme quelqu'un qui a fait naufrage. On est alors porté à conseiller aux autres de rester au port jusqu'à l'arrivée de la saison propice au voyage. J'ai de toute évidence voulu m'élancer trop vite, j'ai aspiré trop tôt aux grandes choses, et je l'expierai sans doute tant que je vivrai ; il est peu probable que je réussisse parfaitement en quoi que ce soit, faute d'avoir laissé mûrir ma nature dans la tranquillité d'une modeste insouciance. […] » (Friedrich Hölderlin à son frère, Francfort-sur-le-Main, le 12 février 1798, traduction par Denise Naville) « Durant toute la première moitié de sa vie, Hölderlin est resté presque inconnu ; la démence, durant la deuxième moitié de cette vie, l'a maintenu dans une étrange absence où, du monde des hommes, il ne voyait plus que les images des saisons. […] » (Philippe Jaccottet, avertissement) « […] […] Il affirme que la source de la sagesse est empoisonnée aujourd'hui, que les fruits de la connaissance sont des noix creuses, une tromperie. […] » (Fragments de l'entretien du menuisier Zimmer avec l'écrivain Gustav Kühne, qui rendit visite à Hölderlin au cours de l'été 1836) « […] C'est ainsi : qui hante de trop près les dieux, ils le condamnent à la misère. […] » (Bettina von Arnim, Die Günderode, 1840) 0:00 - le Laurier (poème) 0:18 - Lettre à Neuffer Hypérion ou l'ermite De Grèce : 0:57 - 1er extrait (Hypérion à Bellarmin) 1:45 - 2e extrait (Hypérion à Bellarmin) 2:29 - 3e extrait (Hypérion à Bellarmin) 2:56 - 4e extrait (Hypérion à Bellarmin) 4:24 - 5 extrait (Hypérion à Bellarmin) 5:14 - Lettre à son frère 5:46 - Lettre à Johann Gottfried Ebel 7:05 - Lettre à Neuffer 7:22 - Lettre à son frère Empédocle : 7:54 - La mort d'Empédocle (extrait) 8:11 - Lettre à Suzette Gontard Période des grands poèmes : 8:57 - Vocation du poète 10:14 - le pain et le vin 11:25 - L'archipel 12:13 - Comme au jour de repos 13:51 - L'esprit du Temps 14:18 - Générique Référence bibliographique : Friedrich Hölderlin, Oeuvres, édition publiée sous la direction de Philippe Jaccottet, Éditions Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 1967 I

+ Lire la suite
Podcasts (2) Voir tous


Citations et extraits (44) Voir plus Ajouter une citation
Apoapo   26 novembre 2022
La Femme Sacrée de Michel de Grèce
« - Ne reculez pas comme des lâches ! Que ceux qui veulent se battre me suivent, hurla-t-elle.

Puis, sans attendre, elle chargea les artilleurs du Maharajah de Gwalior à la tête de deux cents cavaliers patans. Elle fonçait sur l'ennemi, craignant à chaque instant le boulet qui l'emporterait, la balle qui la blesserait. Pour la première fois, elle avait peur, si peur qu'elle ferma les yeux, laissant son cheval galoper au hasard. Akbar et les cavaliers qui l'encadraient poussaient le cri de guerre de la révolution. "Din ! Din !" entendait-elle à ses côtés. Soudain, le même cri s'éleva en face. Stupéfaite, Lakshami ouvrit les yeux. Les soldats de Gwalior ne tiraient plus. Ils hurlaient "Din ! Din !", ils riaient, ils agitaient joyeusement leurs fusils en l'air et fraternisaient avec les rebelles. La Rani était déjà sur leur première ligne, entourée de dix, vingt, cinquante soldats du Maharajah. Un instant elle se demanda s'ils voulaient la jeter à bas de son cheval et la tuer. Dans un réflexe de défense, elle se débattit comme un diable. Mais non, ses assaillants voulaient simplement l'approcher, la toucher.

- Vive Lakshmi, vive la Reine de Jansi, criaient-ils.

Autour d'elle, ses cavaliers formaient la même vague d'enthousiasme. Les soldats des deux armées se jetaient dans les bras les uns des autres, s'étreignaient, s'embrassaient, et tous en chœur hurlaient : "Din ! Din !" Alors la Rani éclata de rire et, se joignant à la liesse générale, s'écria, elle aussi : "Din ! Din !" » (p. 429)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
krzysvanco   18 mai 2021
L'impératrice des adieux de Michel de Grèce
La réalité mexicaine n’est jamais d’un seul tenant. Formée d’éléments contradictoires ficelés Dieu sait comment, elle échappe à toute unité, à toute unanimité, et demeure sujette aux opinions les plus opposées, dont seulement l’addition permet de la cerner.
Commenter  J’apprécie          130
litolff   28 avril 2012
La nuit du sérail de Michel de Grèce
Un soir de novembre, l'ordre laconique fut apporté par le Kizlar Aga : il apparut, laissa tomber un mot, un seul, mon nom : Nakshidil. Ce fut une explosion de joie de la part de Vartoui qui convoqua aussitôt les instances féminines du Harem, la Maîtresse des Robes, la Gardienne des bijoux, la Gardienne des Bains et même la Grande Trésorière, sa rivale détestée. Heure après heure, elles se succédèrent autour de ma personne et dirigèrent les opérations qui leur incombaient.
Commenter  J’apprécie          120
TCHITAT92   06 octobre 2014
La Femme Sacrée de Michel de Grèce
- Je l'ai toujours dit, Reine ! Le seul homme parmi nous, c'est toi !
Commenter  J’apprécie          130
litolff   28 avril 2012
La nuit du sérail de Michel de Grèce
Les baigneuses m’enseignèrent ensuite les divers rites du bain turc dans une confusion de rires, d’appels et d’exclamations. Je fus successivement soumise au bain de vapeur pour nettoyer la peau – je crus étouffer – puis aux jets d’eau froide qui fouettent le corps – je me tordais sous cette douche glacée – puis aux jets d’eau chaude, pour activer la circulation, et enfin au massage à l’huile parfumée – je gémissais sous les coups de battoir des masseuses expérimentées, je croyais qu’elles allaient me rompre les os.



Commenter  J’apprécie          100
TCHITAT92   06 octobre 2014
La Femme Sacrée de Michel de Grèce
- La grande révolte de l'Inde est en passe d'échouer, elle a déjà échoué. Je n'ai pas voulu y participer, les Anglais m'y ont forcée. Elle est devenue ma cause et c'est une cause perdue.Tout de même, cent cinquante millions d'Indiens contre quarante-cinq mille Anglais !
Commenter  J’apprécie          90
euphemie   06 février 2014
La Femme Sacrée de Michel de Grèce
- Non pas maintenant , je suis trop énervée

Il l'a rattrapa, se jeta avec elle sur les coussins et commença à lui arracher ses vêtements . Elle se débattait, se tordait en tous sens, le griffait mais sa résistance céda, elle se laissa déshabiller et caresser puis elle l'attira vers elle et l'enserra doucement dans ses bras

Plus tard, il tourna la tête et posa sur elle ses yeux bleus et rieurs.

- Je t'aime, je t'admire, c'est pour cela que je veux que tu sois la meilleure toujours.
Commenter  J’apprécie          80
krzysvanco   21 mai 2021
L'impératrice des adieux de Michel de Grèce
Bientôt il revient et silencieusement emmène Charlotte dans le bureau où Pie IX est en train en effet de prendre un repas frugal. Charlotte le salue à peine et se rue sur la tasse de chocolat fumant qu’il vient d’entamer. Elle y trempe ses doigts et les suce : »J’ai tellement faim, je n’ose rien prendre, ils veulent tous m’empoisonner. »
Commenter  J’apprécie          70
carnac   29 août 2012
La nuit du sérail de Michel de Grèce
J'ai tellement adoré ce récit, que je l'ai prété a plein de personnes et la derniere ne me la pas rendu!! et je ne me souviens plus qui est-ce!!! quelqu'un peu me transmettre l'editeur afin que je puisse le leur commender! merci

Commenter  J’apprécie          70
Aela   13 mars 2011
La Conjuration de Jeanne de Michel de Grèce
Je vous le répète, nous nous sommes aimés de toute notre âme, nous avons connu ce qui approche le plus du bonheur, grâce à quoi nous pouvons poursuivre notre existence le sourire aux lèvres et la lumière dans l'âme..
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Cinna

Qui est amoureux de Cinna ?

Auguste
Maxime
Emilie
Lydie

10 questions
30 lecteurs ont répondu
Thème : Cinna de Pierre CorneilleCréer un quiz sur cet auteur