AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.08 /5 (sur 19 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Mulhouse , le 10/07/1960
Biographie :

Michèle Finck est née le 10 juillet 1960. Elle est la fille d’Adrien Finck, universitaire, mélomane et poète. Elle se forme à la littérature et à la musique, en France et en Allemagne. Elle entre à l’École normale supérieure en 1981 et continue à travailler la musique à Cologne. Elle consacre sa maîtrise puis sa thèse à Yves Bonnefoy. Elle fonde en 1988, avec Laury Granier, l’association culturelle Udnie qui réunit des poètes et des artistes de toutes disciplines. Depuis 1987, elle enseigne à l’Université de Strasbourg.
Son domaine de recherche privilégiée est le dialogue entre la poésie contemporaine (française, allemande, italienne, espagnole, russe) et les arts (musique, danse, cinéma, peinture)
Elle publie des livres de poésie mais aussi des traductions (Trakl) et des essais consacrés aux rapports de la poésie et des arts.

+ Voir plus
Source : poezibao.typepad.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Michèle FINCK – Entretien sur ‘Balbuciendo’ (France Culture, 2013) L’émission « Ça rime à quoi ? », par Sophie Nauleau, diffusée le 27 janvier 2013. Invitée : la poétesse en personne.

Podcast (2) Voir tous


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
coco4649   10 octobre 2017
Connaissance par les larmes de Michèle Finck
3.





Sentir que la mer, son appel lancinant, est le seul vrai terreau mélodique et rythmique.



Aimer que, chaque fois, elle nous ramène, soudain plus vivants, à l'origine des sons et des larmes.



Prendre le pouls de la mer, c'est prendre le pouls du cosmos et peut-être de la musique des sphères. Faire un retour au plus intense réservoir de sons sacrés du monde.



On le pressent le jour, quand le soleil fait la roue du paon sur la plage, parmi le marmonnement des vagues, et que l'archet des hauts mâts fait vibrer la ligne mate de l'horizon.



Mais on le sent encore plus à la tombée du soir, quand on est au bord de l'eau et des ténèbres de l'être, presque dans le noir, et que l'âme saute à cloche-pied dans le blanc de l'écume pour s'y laver. Alors on entend la sonorité de la mer en son tréfonds.



La mer est l'utopie de toute musique, de toute poésie. Même au sommet extatique d'elles-mêmes, elles n'atteignent jamais, quoi ? — Son flux et son reflux. Sa psalmodie. Sa scansion. Son silence qui tremble entre deux arpèges sourds de l’écume.



La mer pour extrême onction.



Seule la leçon de musique de la mer fait monter les larmes aux yeux des mots.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   29 janvier 2020
Sur un piano de paille Variations Goldberg avec cri de Michèle Finck
 

 

Même   votre mort   est une leçon   de   vie.
Commenter  J’apprécie          50
coco4649   13 mars 2019
Connaissance par les larmes de Michèle Finck
Celle qui neige

ou l’alchimiste des larmes





Quand j’étais enfant, on me demandait ce que je voulais

 faire plus tard.

Je répondais : NEIGER.

On ne me comprenait pas.



Maintenant : je neige, j’écris.

Par alchimie des larmes.



Ma neige de mots est blanche à force d’être noire.

Ma neige de mots est éternelle à fore d’être éphémère.

Ma neige de mots est universelle à force d’être anonyme.

On ne me comprend pas.



Mais aujourd'hui un enfant, qui est passé à côté de moi,

 a dit à sa mère :

« Regarde cette femme elle neige.



– Pourquoi ? A demandé la mère.

– Pour moi pour toi pour nous tous.

Pour que tu neiges à ton tour.

Essayez vous aussi. »



Êtrécrire, neiger.
Commenter  J’apprécie          30
Partemps   01 octobre 2020
Connaissance par les larmes de Michèle Finck
LE DIT DE LA CATHÉDRALE DE STRASBOURG



Quatrième vitrail

Labyrinthe



Qui n’a pas regardé

L’autre pleurer

Ne le connaît pas.



Aimer un être

Pour la façon

Unique

Qu’il a de pleurer.



Le reconnaître

À l’odeur

De ses larmes



Toucher les traces

Que tes larmes laissent

Sur mon visage.

Cartographie étrange

Dont nul n’a la clé.



Dans le labyrinthe

De tes larmes

Avancer

À tâtons :

Éblouie.



Tes larmes

Nous élèvent

Au-dessus

De la poussière.



Tu pleures je ferme les yeux

Pour t’écouter pleurer

À nos pieds la cathédrale

De grès rose

Lentement tournoie.



L’essentiel est invisible

Aux sans-larmes.



Visage contre visage

Savons-nous encore

Qui de nous deux pleure ?
Commenter  J’apprécie          30
coco4649   28 mai 2019
Poésie Shéhé Résistance de Michèle Finck
CETTE FOIS NOUS PARVENONS À TRAVAILLER…





Extrait 3



Bouchée  par bouchée  fille  venue

D’enfer  je te fais  aimer  Duras

Sarraute  Ernaux.   Tu me fais

Aimer  Hala Kodmani.

Livres   ouvrent   les murs.

Nous  luttons   mot   par   mot.

Toi   sur les échasses rouges sang   de l’Histoire.

Toi    femme-saxifrage.

Mais   le jour de la   délibération

(« Et mon grand-père a un âne »)

Mes collègues   comprennent-ils

(Shéhé   Hors   Shéhé)

Que ton   diplôme est   un cri ?

Un mémoire   sans rien

De commun   avec ceux

Des étudiants   qui n’ont pas  bu

Le noir   de l’Histoire ?   Qui n’ont pas

Porté   L’Ange de l’Histoire

Sur leur épaule ?   Ton diplôme :

Un mémoire  écrit   avec ton sang.

Un diplôme   pour   « sortir du noir » dis-tu.

Un ovni   conquis   de haute   lutte

Commune.   Toi et moi :   Ensemble.

Toi et moi     psalmodions  en chœur :

« Et mon grand-père a un âne ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   29 janvier 2020
Sur un piano de paille Variations Goldberg avec cri de Michèle Finck
Peux plus   écouter   les Variations Goldberg…





Peux plus   écouter   les Variations Goldberg

Sans entendre   entre chaque variation   un cri effrayant.

C’est ça   pour moi   la vie maintenant :   Choc.

Choc   du rêve selon Bach   et du cri.

Ce qu’on appelle   condition humaine   c’est ça :

Chair   prise au piège :   choc   de musique

Contre cri   et de cri   contre musique.

Vie : Variations Goldberg avec cri.
Commenter  J’apprécie          10
Partemps   15 octobre 2020
Connaissance par les larmes de Michèle Finck
Nageuse - chamane



Nager lentement dans le placenta

Que tisse et détisse la mer.



Nager par spirales gutturales

Utérus aquarellé d'azur

Limaille attirée par l'aimant du large

Jusqu'à ce que le cirque des montagnes

Se mette à tournoyer au-dessus des têtes.



Eau de mer eau de mémoire salée des songes

Bue à la gourde lacrymale de l'écume

Zébrée de soleil rythmique.



Faire la planche âcre archaïque et léviter

Sans plus distinguer le ciel des vagues

Les vivants des morts et des non-nés

Dans les brumes de chaleur aux profils de fœtus.



Nageuse - chamane
Commenter  J’apprécie          10
coco4649   10 octobre 2017
Connaissance par les larmes de Michèle Finck
À la patience





Mais nous boitons     de la langue

Langue maternelle :    la musique.

Langue paternelle :     le mutisme.



Notre miroir :    la poussière.



En rêve  nous cherchons  un tableau

Peint   à la salive   de phénix.



Nous nous ébrouons  de mémoire.



Nous nous immolons  par la patience

Car patience  est ce qui reste de feu.



Nous allons seuls  avec sur la langue le sel

Éternel des larmes  de nos morts

Commenter  J’apprécie          10
coco4649   17 janvier 2020
Sur un piano de paille Variations Goldberg avec cri de Michèle Finck
VARIATION 9

À GLENN GOULD 1981





Extrait 2



                    –

                    –



Gustav Leonhardt

Grand paon   au clavecin.

Fait  la roue.

Toutes plumes  superbes   déployées.

Aristocratie    du   toucher   scintille.

Orfèvrerie sonore. Offrande d’orpailleur.

Monde  passé à l’or   le plus fin.

Horlogerie  musicale  savante   brillante

Règle l’univers.   Miniaturiste   des sons.

Chaque ornement   flamboie.   Impeccable.

Révérence devant   les conventions   d’époque.

Transmission   d’un savoir   séculaire.

D’une vision de l’univers   rêvé

Ordre.   Orgueil.   Élitisme du grand Prêtre

Perruqué poudré   dans le film de Straub-Huillet.

Virtuosité.   Perfection.   Dévotion.

Ce songe   ne désaltère   pas  la soif de l’oreille.

« La musique  savante

Manque   à notre désir. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
EosMayonnaise   19 juin 2013
Balbuciendo de Michèle Finck
Poème: fil de funambule tendu entre pierre tombale et perce-neige.
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




.. ..