AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.49 /5 (sur 451 notes)

Nationalité : Canada
Né(e) à : Montréal , 1955
Biographie :

Avant de se mettre à l’écriture,Michèle Marineau a fait des études en médecine, en histoire de l’art et en traduction à l’Université de Montréal. C’est justement la traduction qui l’a menée à l’écriture, son rêve longtemps repoussé.

Marineau a toujours aimé lire et raconter des histoires. Elle a commencé en traduisant et en corrigeant les œuvres des autres auteurs, puis elle s’est décidée à faire publier son premier roman, Cassiopée, ou L’été polonais, en 1988, chez Québec-Amérique, qui lui a valu la Palme des livres préférés des jeunes de Communication-Jeunesse (12 à 17 ans) et le Prix littéraire du Gouverneur général du Canada (Littérature jeunesse - Texte). La suite, L’Été des baleines, est sortie l’année suivante.

Son plus grand succès fut sans doute La Route de Chlifa qui lui a permis de remporter pour une deuxième fois le Prix littéraire du Gouverneur général du Canada (Littérature jeunesse - Texte) en 1993, le Prix du livre Alvine-Bélisle, ainsi que le Prix 12-17 Brive/Montréal, et qui fut traduit et publié dans plusieurs pays comme la France, le Danemark, les Pays-Bas, la Suède et l’Espagne.

Elle est mariée à l'écrivain François Gravel et a deux enfants, Philippe et Catherine.

+ Voir plus
Source : lectureado.com
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Vidéo de Michèle Marineau


Citations et extraits (86) Voir plus Ajouter une citation
tcomeau   25 mars 2011
La Route de Chlifa de Michèle Marineau
c'est l'histoire d'un petit obsedée sexuel qui tombe amoureux d'une fille parce qu'il voit son sein mais après il la trompe avec sa soeur quand il lui touche sein avant que la chèvre explose

Commenter  J’apprécie          450
iarsenea   29 octobre 2010
Rouge Poison de Michèle Marineau
Sans curiosité, le monde serait probablement encore à l'âge de pierre.
Commenter  J’apprécie          280
iarsenea   01 octobre 2010
La Route de Chlifa de Michèle Marineau
Je ne sais pas encore pourquoi on vit. Je ne le saurai peut-être jamais. Mais il me semble qu'on a pas le droit de se laisser mourir. Ne serait-ce que par simple respect pour tous ceux qui meurent et qui auraient voulu vivre.
Commenter  J’apprécie          240
Cielvariable   13 avril 2013
Rouge Poison de Michèle Marineau
Après les deux drames, une atmosphère

morbide flottait autour du « parc

de la Mort », comme disaient les gens.

Une atmosphère faite de peur, de

curiosité, de suspicion. Des policiers

patrouillaient constamment les lieux.

Les parents interdisaient à leurs enfants

de jouer dans le parc. Les enfants y

allaient quand même, curieux de voir s’il

allait se passer quelque chose, et persuadés

qu’ils sauraient se garder de tout

danger, eux.

Pourtant, ce n’est pas au parc des

Indiens, mais à une quinzaine de rues de

là, à côté de la piste cyclable, tout près

de la voie ferrée du CP, qu’a été retrouvé

le corps de la troisième victime, Mathieu

Lozier, douze ans.
Commenter  J’apprécie          120
Cielvariable   13 avril 2013
Rouge Poison de Michèle Marineau
Dans une petite salle attenant à la basilique, les garçons de la chorale achèvent d’enfiler leur aube, de nouer leur ceinturon, de rattacher leurs lacets. Félix Corriveau et Benoît Doucet ne retrouvent pas leurs cartables de musique. Louis-Albert Sauvageau-Goyette a perdu un soulier. Jérôme Fafard et Mathieu Lozier sont en retard, comme d’habitude. André Chamberland, le directeur de la chorale, peste et tempête, comme d’habitude.

« Ces deux-là, grogne-t-il, au prochain retard, je les expulse… »

Jérôme fait irruption, rouge et essoufflé, au moment où les autres commencent à prendre leurs rangs.

« Ce n’est pas trop tôt, ironise M. Chamberland. Et ton copain Mathieu, tu l’as oublié dans un ascenseur? »

« Non, monsieur, non. Il… il est… mort », souffle Jérôme, tête baissée.

Le temps semble se figer un moment. Les garçons se regardent les uns les autres, incapables de déterminer s’il s’agit d’une blague. Seule la respiration oppressée de Jérôme trouble le silence. Paul-Alexandre Toupin est le premier à réagir :

« Hé Fafard, le premier avril, c’est demain, au cas où tu ne le saurais pas. Tes poissons d’avril, garde-les donc pour plus tard. »

Jérôme relève la tête d’un coup sec.

« Puis toi, tes farces plates, garde-les donc pour toi! » lance-t-il avant d’éclater en sanglots.

C’est à ce moment-là que tout le monde comprend hors de tout doute que Mathieu est vraiment mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          111
iarsenea   13 août 2010
Cassiopee Intégrale de Michèle Marineau
Depuis des années, je déplorais l'absence de passion dans ma vie, sans me rendre compte que j'en avais une depuis toujours. Qu'est-ce que j'aimais faire plus que tout ? Lire, plonger dans des mondes inconnus, me mettre dans la peau de personnages différents, vivre toutes sortes d'émotions, apprendre des tas de choses utiles ou inutiles... Ça faisait tellement partie de moi que je ne voyais même pas ça comme une passion.
Commenter  J’apprécie          120
iarsenea   12 août 2010
Cassiopee Intégrale de Michèle Marineau
Quand j'ai le malheur de me plaindre de mon nom, maman me rappelle que j'ai quand même de la chance d'être une fille parce que, pour un garçon, elle et papa hésitaient entre Neptune et Triton. Bon, d'accord, j'ai échappé au pire. N'empêche que je suis affublée d'un nom que je traîne comme une malédiction. Cassiopée Bérubé-Allard. ABC à l'envers. J'en ai mal au ventre à chaque début d'année. Il faut voir la légère hésitation des profs avant de prononcer mon nom. Leur ton presque interrogateur. (Non, mais, c'est pas une blague ?) Et leurs yeux curieux qui fouillent la masse d'élèves effoirés devant eux. (À quoi peut bien ressembler une fille de douze, treize, quatorze ans qui porte un nom pareil ?) Dans ces moments-là, je regrette tellement de ne pas être grande, mince, avec des cheveux au moins bicolores, des vêtements aux couleurs électriques et des talons hauts comme ça. Pourquoi pas un fume-cigarette, tant qu'à y être ? Ou encore de longs cheveux vaporeux et un petit air romantique et mystérieux. Au lieu de ça, j'ai une tête (et tout le reste) à m'appeler Nathalie ou Isabelle. Grandeur moyenne, grosseur moyenne, cheveux bruns, yeux bruns, lunettes, ni très jolie ni particulièrement laide. Anonyme. Ajoutez à cela des résultats moyens à l'école (sauf en français, mais j'aime ça, je n'ai pas de mérite) et une timidité qui me fait dire des bêtises ou des banalités à peu près chaque fois que j'ouvre la bouche et vous aurez une image assez nette de moi. Déprimant.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Cielvariable   21 mai 2012
Les vélos n'ont pas d'état d'âmes de Michèle Marineau
S'ils savaient! Si seulement ils savaient! Mais Laure préfère ne pas y penser. C'est tellement difficile de se tenir constamment sur ses gardes, de mentir, d'afficher une gaieté et une insouciance qu'on est loin de ressentir... Elle a de plus en plus l'impression de s'enliser dans des sables mouvants. Tout comme Jérémie, Laure Lupien est en quatrième secondaire. Avant d'aboutir dans cette polyvalente, elle fréquentait une école privée particulièrement huppée, à la campagne, avec cours de ski, d'escrime, de tennis, d'équitation, bref tout ce qui est chic et qui coûte cher. Pas du tout le genre de fille qui pourrait s'intéresser à un garçon comme Jérémie, fils aîné d'une famille de neuf enfants! Un certain nombre de détails troublants à son sujet intriguent pourtant Jérémie. Toujours très élégante, impeccablement vêtue, maquillée et coiffée, il n'en demeure pas moins qu'elle semble cacher quelque chose sous ses airs de petite princesse... Puis il y a aussi Tanya, une amie d'enfance de Jérémie, qui agit depuis peu d'une manière étrange. Tanya qui subitement s'éloigne de lui, préférant «prendre ses distances», comme elle dit. Décidément, Jérémie commence à les trouver bien compliquées, ces deux-là. Ce n'est pas comme les vélos, sa passion. Et heureusement! Car contrairement aux filles, les vélos, eux, n'ont pas d'états d'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
iarsenea   13 août 2010
Cassiopee Intégrale de Michèle Marineau
Malgré quelques moments de découragement, jamais je n'ai regretté d'avoir choisi l'enseignement. Le métier de prof continue de m'apparaître comme l'un des plus beaux- et des plus essentiels- qui soient. Je ne vois pas comment on pourrait envisager de transformer le monde sans commencer pas l'éducation.
Commenter  J’apprécie          110
kade_read   17 juin 2018
La troisième lettre de Michèle Marineau
Il ne suffit pas d’aimer quelqu’un très fort et de souhaiter que toutes ses peines s’envolent pour que cette personne soit miraculeusement soulagée.
Commenter  J’apprécie          110

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

la rivière à l'envers tome 2

Pour qui Hannah veut de l'eau de la rivière de Qjar?

son père
son oiseau
sois même
sa famille adoptive
Tomek

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : aventure , littérature jeunesse , documentaireCréer un quiz sur cet auteur

.. ..