AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.17 /5 (sur 41 notes)

Nationalité : France
Né(e) le : 30 oct. 1929
Mort(e) à : La Réole (33) , le 13 fév. 2010
Biographie :

Née dans une petite ville de la Gironde où sa famille paternelle a fait un saut de cinq kilomètres, il y a trois cents ans, Michèle Perrein fait ses études au collège classique de La Réole puis à la faculté de droit de Bordeaux. A Paris, elle gagne sa vie tout en Suivant le soir les cours du Centre de formation des journalistes, décroche une chronique à La Vie judiciaire, hante le palais de justice, interviewe pour Combat entre à Elle fait parler qui lui plaît pour Arts et Spectacles. Son premier roman La Sensitive obtient le Prix des Quatre-Jurys en 1957. A propos de son troisième, Barbastre, le critique du Monde, Emile Henriot, la comparera à Flaubert et son quatrième, La Flemme, constituera une partie de la traîne du film,La Vérité, que H.-G. Clouzot tournera avec Brigitte Bardot. Une pièce, L'Hôtel Racine, a été jouée en 1966 à la Comédie des Champs-Élysées. Mariée, divorcée, l'auteur de La Chineuse et du Buveur de Garonne (Prix des librairies 1974) a fait de nombreux voyages dans le désert du Sahara dont elle n'oublie pas la lumière, en Israël, aux Etats-Unis, en Extrême-Orient. Tout ce qui touche à la Méditerranée lui est apparenté, mais elle aime aussi infiniment la sauvagerie des Landes, les cerveaux indépendants, les enfants qu'on ne traite pas en enfants.

Source : Le Livre de Poche, LGF
+ Voir plus
Ajouter des informations
étiquettes
Video et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo

Régine
Anne SINCLAIR annonce l'invitée du jour, RÉGINE, puis présente les invités qui vont débattre de sa personnalité : Christiane COLLANGE, journaliste et éditorialiste à France Soir, Françoise SAGAN, écrivain, Louis NUCERA, écrivain, Edgar SCHNEIDER, chroniqueur à Jours de France, et Michèle PERREIN, journaliste et écrivain. L'émission débute par un autoportait conçu par RÉGINE....

Citations et extraits (10) Ajouter une citation
zabeth55   14 novembre 2012
La sensitive, ou, L'innocence coupable de Michèle Perrein
J’ai été bouleversée par les larmes de ma mère. C’était la première fois que je me sentais en insécurité. Si une grande personne, ma mère à moi, pleurait, jamais on ne serait à l’abri de rien. Et je pleurais les larmes de maman qui me serrait contre elle sans comprendre que c’était sa peine qui m’étouffait.
Commenter  J’apprécie          70
fanfanouche24   06 décembre 2016
La chineuse de Michèle Perrein
Je pense à Katherine Mansfield. Oui, plantée sur ma terrasse comme la sentinelle de je ne sais quel conflit, face à ce travail qui m'absorbe mais ne m'abstrait pas du monde, je ne fais que penser à elle. Elle est née en Nouvelle-Zélande, ce n'est pas si loin après tout, et puis elle a couru comme je le fais aujourd'hui, Véritable rat empoisonné, dans tous les coins, pour voir comment étaient les gens. Elle y a trouvé des petites joies sur le fond de tristesse. (Julliard, 1971, p. 224)
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24   06 décembre 2016
La chineuse de Michèle Perrein
A mes propres yeux, j'avais besoin de me reconstituer, de savoir une fois pour toutes si j'étais accessoire ou être humain. Une femme, un homme, pour moi, il fallait que ce soit la même chose. Je pouvais vivre en mauvais état. Je ne pouvais pas vivre niée. (Julliard, 1971, p. 170)
Commenter  J’apprécie          40
fanfanouche24   06 décembre 2016
La chineuse de Michèle Perrein
Déjà à Paris, autrefois, je grimpais sur ce qui se présentait: Tour Eiffel, Génie de la Bastille, Arc de Triomphe, Notre-Dame. C'était une manière de remettre les choses dans leurs proportions. Il n'y a pas foule sur les sommets . (Julliard, 1971, p. 160)
Commenter  J’apprécie          30
LoongAlain91   28 octobre 2020
La chineuse de Michèle Perrein
A droite, à gauche, une femme reste une femme : sa place est mesurée. Il n'y a pas de différence pour moi entre une femme d'Hanoï qui meurt sous une bombe américaine, une femme de Saigon qui meurt sous une bombe vietcong et la jeune fille qui vient de laver ses longs cheveux noirs au bord de l'eau. Rêveuse, lente, douce, elle les a rincés trois fois. Sa bombe à elle, qui la lui lancera ? J'en ai assez des histoires d'hommes. Pour eux il y a de bonnes bombes et de mauvaises bombes. (p. 87)
Commenter  J’apprécie          20
feanora   22 avril 2014
Entre chienne et louve de Michèle Perrein
J'ai décrit ce livre , avec minutie,la violence qui est faite aux femmes dans la rue, violence simple et impunie si elle ne va pas jusqu'au viol (et encore le viol doit-il se prouver). J'ai dit les attaques larvées, sournoises, les mains au panier- à la vulgarité du geste correspond la vulgarité du terme- j'ai dit la complicité des hommes appelés normaux lorsqu'on raconte devant eux ces histoires de mains baladeuses.
Commenter  J’apprécie          20
RollMeFurther   17 août 2018
Comme une fourmi cavalière de Michèle Perrein
Il y a des moments obscurs dans la vie, complètement opaques même, où l'on est sûr d'accomplir ce qu'on va accomplir, tout en sachant qu'une prudence devrait faire tourner bride , s'échapper à temps. S'échapper avant que l'inconnu à connaître, à comprendre ne vous rattrape, parce que cet inconnu ne se pliera pas à vous, mais vous à lui.
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24   06 décembre 2016
La chineuse de Michèle Perrein
C'est ridicule cet entêtement que tu as à vouloir me faire dire que l'égalité des hommes et des femmes implique leur similitude. Je ne me suis jamais prise pour ta semblable. Je ne me suis pas prise pour ton inférieure non plus. (Julliard, 1971, p. 95)
Commenter  J’apprécie          20
LoongAlain91   28 octobre 2020
La chineuse de Michèle Perrein
Les femmes sont belles. Elles ont des visages épanouis sous les cheveux noirs, de grands yeux, des lèvres ouvertes. Quelques unes sont de vrais Gauguin, les petites filles, des chefs d'oeuvre aigus : on dirait qu'un crayon d'une finesse extrême s'est penché sur elles pour dessiner leur contour, sans reprise, sans l'ombre d'une hésitation. Leur beauté touche au génie. (p. 22)
Commenter  J’apprécie          10
fanfanouche24   06 décembre 2016
La chineuse de Michèle Perrein
-Si vous étiez un homme...

- Depuis longtemps, je sais que je ne suis pas un homme. Sous une bombe, je ne vois pas à quoi peut bien servir le sexe d'un cadavre. (Julliard, 1971, p. 66)
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Le carcan d'une rose

Quel âge à Perrine, au début du livre?

12 ans
16 ans
17 ans
14 ans

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thèmes : amours impossibles , amour , romanceCréer un quiz sur cet auteur