AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.61 /5 (sur 221 notes)

Nationalité : Espagne
Né(e) à : La Coruña, Galice , le 16 juillet 1958
Biographie :

Miguelanxo Prado étudie l'architecture pendant quatre ans, écrit des nouvelles et se voue à la peinture avant de mettre son fabuleux talent au service de la bande dessinée.

Révélation de la BD espagnole en 1988 avec son premier album, "Chienne de vie" (Humanoïdes Associés), il récoltera au fil des années toutes sortes de récompenses.

En 1988, il se révèle un conteur de science-fiction remarquablement inventif avec "Demain les dauphins". En 1989, il publie "Manuel Montano" chez Casterman et revient à ses chroniques délirantes et féroces, en couleur cette fois, avec "C'est du sport" (Humanoïdes Associés).

En 1990, paraît une compilation d'histoires courtes, "Stratos", suivie en 1991 de l'album "Y a plus de justice" (Humanoïdes), caricature futuriste d'un système économique contemporain.

En 1993, Casterman publie l'album "Trait de craie", pour lequel Prado reçoit Le Prix des libraires BD 93, l'Alph-art du meilleur album étranger d'Angoulême 94 et le Prix spécial du jury du Festival de Sierre 94.

En 1995, Prado fait son entrée dans la bandes dessinée pour enfants chez Casterman en adaptant le célèbre "Pierre et le loup" écrit et composé par Prokofiev en 1936.

En 1996 paraît chez Casterman "Quotidien délirant".

Les Éditions Mosquito, chez qui il publie "Fantasmagorie", lui consacrent une monographie, rédigée par cinq auteurs français et espagnols.

En 2013, il obtient le Prix national de la bande dessinée pour "Ardalén"
+ Voir plus
Source : www.bedetheque.com/
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Hace unos meses tan sólo pudimos imaginar cómo arrancaría la última aventura gráfica de Miguelanxo Prado.

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
marina53   26 novembre 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
Nous, les vieux, inspectrice, on a tout le présent mais il nous manque le futur. Ou, ce qui revient au même, on a tout notre temps mais il nous manque la vie.
Commenter  J’apprécie          260
Sebthocal   07 mai 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
- Vous voyez, chef, le fric, ça n'empêche pas de finir sous une voiture.

- C'est sûr, Sotillo, mais ne pas avoir de fric multiplie les chances de clamser, écrasé par une voiture ou de n'importe quelle autre manière.



Page 12
Commenter  J’apprécie          110
Sebthocal   07 mai 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
- Il considère que nous sommes inutiles, coupables de la faillite du système des retraites et de la couverture sociale parce que nous ne mourons pas assez tôt ! Que nous méritons qu'ils nous volent nos économies pour le bénéfice, non de la collectivité, mais de quelques entreprises privées parasites et de leurs actionnaires ! Cela entraîne la rupture du contrat social, et la mort de personnes désespérées, dépouillées de tout ce qu'elles avaient gagné honnêtement après une vie d'efforts.



Page 88
Commenter  J’apprécie          100
Sebthocal   07 mai 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
Actions préférentielles, titres préférentiels, dette subordonnée, dette structurée, clauses plancher... Autant de termes pour se servir une grosse tranche des biens de tous ceux qui ont des revenus, aussi minimes soient-ils, et se gaver dans l'appétissante bourse des petits épargnants qui ne se sont jamais assis à la table des jeux de l'économie spéculative.

Et la prétendue morale de ce conte pervers, raconté par ceux qui battaient les cartes et les distribuaient, était que les responsables de cette regrettable situation n'étaient autres que les perdants eux-mêmes. C'est aussi simple que ça. Dans cette époque troublée pour plein de raisons, nous savons que la la stratégie, dans la dialectique du prédateur, repose sur un principe : convaincre la victime qu'elle est l'unique responsable de ce qui lui arrive. C'est l'aboutissement suprême, le coup de maître qui garantit l'impunité et la pérennité de la soumission.



Pages 4-5
Commenter  J’apprécie          80
Lilou789   17 janvier 2016
Ardalén, vent de mémoires de Miguelanxo Prado
Et autre chose encore... je te suis éternellement reconnaissant de ne pas m'avoir oublié... même si je ne sais pas si c'est toi ou quelqu'un d'autre qui m'a réellement connu. Au point où on en est, je ne suis plus sûr de rien et ça n'a aucune importance. Toi tu conserves dans ton cerveau déglingué la dernière trace de ce qu'était ma vie, et tu me sauves ainsi du naufrage ultime... Le dernier de tous.
Commenter  J’apprécie          60
Lilou789   16 janvier 2016
Ardalén, vent de mémoires de Miguelanxo Prado
J'ai été dans des endroits dont les noms résonnent comme un conte de fées : Maracaibo... Valparaiso... Antofagasta... Cayenne... Tamatave... Farafagana... C'est beau n'est-ce pas... ?! Lorsque je les prononce, j'ai les yeux qui se remplissent de couleurs de fête et j'ai soudain envie de rire. Tous ces souvenirs sont plutôt... salés. J'ai dû être très heureux là-bas...
Commenter  J’apprécie          60
Presence   16 mai 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
Quand le système cesse de remplir ses fonctions, quand il laisse les citoyens sans protection et qu'il permet les expulsions en les justifiant avec son baratin de vendeur, alors il perd sa légitimité.
Commenter  J’apprécie          40
folivier   28 novembre 2013
Ardalén, vent de mémoires de Miguelanxo Prado
"J'ai été dans des endroits dont les noms résonnent comme un conte de fées : Maracaibo... Valparaiso.... Antofagasta... Cayenne... Tamatave... Farafangana...

C'est beau, n'est-ce pas ? Lorsque je les prononce, j'ai les yeux qui se remplissent de couleurs de fête et j'ai soudain envie de rire"
Commenter  J’apprécie          30
alouett   15 février 2017
Proies faciles de Miguelanxo Prado
Quand le système cesse de remplir ses fonctions, quand il laisse ses citoyens sans protection et qu’il permet les expulsions en les justifiant avec son baratin de bon vendeur, alors il perd sa légitimité
Commenter  J’apprécie          30
alouett   10 juillet 2013
Ardalén, vent de mémoires de Miguelanxo Prado
Il y a quelques mois, j’ai justement lu un article où une scientifique déclarait que nous ne possédions ni notre avenir ni notre présent, et qu’en fin de compte tout ce qui nous reste, c’est notre passé
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Miguelanxo Prado (224)Voir plus


Quiz Voir plus

Les BD de notre enfance ...

Tintin de Hergé, le premier tome ...

Vol 714 pour Sydney
Le Secret de la Licorne
Le Lotus bleu
Tintin au pays des Soviets

20 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , humour , bande dessinée françaiseCréer un quiz sur cet auteur

.. ..