AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

4.2/5 (sur 184 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) à : Portland , le 09/02/1951
Biographie :

Mikal Gilmore est né en 1951.
Un long silence a remporté le National Book Critics Circle Award.
Frère de Gary Gilmore, condamné à mort et éxecuté en 1976 en Utah. En 1995 mémoire de Mikal Gilmore, de tir dans le Cœur , détaille sa relation avec Gary et leur famille souvent troublée, à commencer par les colons mormons origine et tout au long de l'exécution de Gary et ses conséquences.

Prise de vue dans le coeur a reçu des critiques positives, y compris une USA Today commentaire qui indique que le livre est «l'un des plus magnifiquement écrit...". Le livre de Gilmore a remporté le Los Angeles Times Book Prize et les National Book Critics Circle Award

Ajouter des informations
Bibliographie de Mikal Gilmore   (1)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
Lire est devenu l’une des activités que j’aimais le plus dans la vie. C’était quelque chose que je pouvais faire seul, et, bien sûr, c’était un moyen idéal d’échapper à la réalité de la vie qui m’entourait.
Commenter  J’apprécie          140
Prends un gamin qui a des problèmes - peut-être des problèmes émotionnels, peut-être des problèmes familiaux -, enferme-le dans l’une de ces maisons de redressement ou de ces prisons scandaleuses et monstrueuses, et il y a de grandes chances pour que ce gamin finisse comme notre frère.
Commenter  J’apprécie          120
Mon père était mort. Il avait souvent été un homme déraisonnable et violent – plus envers mes frères qu'envers moi – et il s'était arrangé pour engendrer une famille et subvenir à ses besoin en même temps qu'il avait bousillé les âmes et les espoirs de ses membres.
Commenter  J’apprécie          121
La tradition de l’Utah - et peut-être aussi sa loi - veut qu’un peloton d’exécution soit constitué de cinq hommes, mais que seuls quatre d’entre eux aient des fusils chargés. Le cinquième a une balle à blanc. Comme ça, si l’un des hommes a des problèmes de conscience, il peut toujours raisonnablement douter d’avoir véritablement tiré sur le condamné.
Commenter  J’apprécie          100
Ce qui m’a donc bouleversé sur ces photos, c’est le fait qu’il y avait de l’espoir sur son visage à l’époque où elles ont été prises. Pas des tonnes (moins que de la fierté), mais juste assez pour comprendre combien le manque d’espérance peut modifier l’apparence de quelqu’un en près de cinquante ans.
Commenter  J’apprécie          80
Dans un monde meilleur, mes parents ne se seraient pas rencontrés - ou du moins ils ne se seraient pas mariés et n'auraient pas fondé un foyer. Dans un monde meilleur, je ne serais pas né. Franck Gilmore et Bessie Brown étaient deux êtres pitoyables et misérables. Je les aime, mais je dois dire ceci : c'est une tragédie qu'ils aient eu des enfants.
Commenter  J’apprécie          70
Ce n’était pas un simple monstre imbécile, comme les journaux décrivent souvent quelqu’un qui a commis un acte violent. C’était un type bien qui s’est fait baiser. En grande partie, je l’admets, il s’est baisé tout seul. Mais pas tout le temps. Pas tout le temps, loin de là.
Commenter  J’apprécie          70
parfois nous acceptons une liaison malheureuse, et que nous ne nous imaginons pas en dehors de ce malheur. Il fait partie de notre identité. L’idée d’abandonner le malheur devient plus effrayante que la perspective de vivre avec. On risque de ne plus savoir qui on est si on quitte cette dynamique, on risque de devoir se reconstruire entièrement. Ou alors, on va devoir trouver quelqu’un d’autre avec qui reproduire les mêmes erreurs.
Commenter  J’apprécie          60
« J’ai une histoire à raconter. C’est l’histoire de meurtres : des meurtres de la chair et de l’esprit ; des meurtres nés de la douleur, de la haine, du châtiment. C’est l’histoire de la genèse de ces meurtres, de la manière dont ils ont pris forme et déteint sur nos actes, dont ils ont transformé nos vies, dont ils ont imprégné le monde et l’histoire autour de nous. Et c’est une histoire qui raconte comment la soif de violence et le meurtre prennent fin – pour autant, certes, qu’ils prennent jamais fin.
Je connais bien cette histoire, car je suis coincé dedans. […] »
Commenter  J’apprécie          50
« Les Lancton, tout comme les Brown, étaient des gens pauvres avec plusieurs enfants. Ils ont fréquemment déménagés durant leurs années à Lincoln, habituellement en bordure de la ville, passant d’une petite maison à une autre. En roulant à travers leurs anciens quartiers, j’ai découvert que les zones lugubres où ils avaient vécu n’avaient probablement guère changé. Ce devait être un environnement sinistre pour une jeune personne, et ça l’est encore aujourd’hui. Pour y survivre, il fallait soit être aussi terne que la terre qui vous enterrait, soit avoir une imagination capable de transcender sa platitude. »
Commenter  J’apprécie          40

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Mikal Gilmore (258)Voir plus

Quiz Voir plus

Expressions québecoises

Les Québécois disent couramment le mot « Bienvenue ». Quel mot les Français emploieraient à la place ?

je vous en prie
bonjour
à bientôt

12 questions
90 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..