AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.65 /5 (sur 17 notes)

Nationalité : Algérie
Né(e) à : El Hamel , 1955
Biographie :

Mohamed Kacimi (ou Mohamed Kacimi-El-Hassani) est un auteur, poète, romancier, dramaturge et essayiste algérien. Il est par ailleurs traducteur

Après des études en littérature française à l’École Normale Supérieure de Kouba, il effectue son service militaire à l'Académie Inter-armes de Cherchell entre 1980 et 1982.

En 1982, il quitte l'Algérie pour s'installer à Paris. Il publie ses premiers textes dans la revue "Iztok", revue libertaire consacrée aux dissidents4 des pays de l'Est.

En 1987, il publie son premier roman, "Le Mouchoir", aux éditions l'Harmattan. Il écrit ensuite, en collaboration avec Chantal Dagron, deux essais : "Arabe, vous avez dit arabe ?" paru en 1990, et "Naissance du désert" deux ans plus tard. Son deuxième roman, "Le Jour dernier", ouvrage sur l’exil et la solitude, est publié en 1995.

En 1995, il écrit son premier spectacle "Le Vin, le Vent, la Vie" qui sera mis en espace au lycée Saint Joseph par Ariane Mnouchkine dans le cadre du Festival d'Avignon. Il écrit ensuite "1962" (1998), évocation de l'Algérie qui remportera le prix Lugano du Théâtre.

En 2001, il élabore L’Encyclopédie du monde arabe et, en 2005, il reçoit le prix SACD (Société des Auteurs et Compositeurs Dramatiques) de la francophonie. Il a coécrit le scénario du film documentaire "A la Recherche de l'Emir Abd-el-Kader" (Mohamed Latrèche, 2004).

Devenu président de l'association Écritures Vagabondes (Écritures du monde), association organisant des résidences d’écritures internationales, il parcourt le monde pour mettre en place des chantiers d'écriture. Il travaille à Toronto, Montréal, Anvers, Damas et Alep aux côtés d'Olivier Py ainsi qu'à Beyrouth.

En 2014, il achève sa pièce "La Table de l'éternité".

+ Voir plus
Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Mohamed_Kacimi
Ajouter des informations
Bibliographie de Mohamed Kacimi   (23)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Mohamed Kacimi présente "Des roses et du jasmin", écrit et mis en scène par Adel Hakim.


Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Ziliz   23 février 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
[ prison pour femmes ]

- C'est quoi ces cris de bébés ?

- C'est la maternité.

- Y a des bébés avec nous ?

- En pagaille.

- Ils sont où, les bébés ?

- A l'entrée du bâtiment. […] C'est des bébés de toutes les couleurs. T'as de tout : des Russes, des Arabes, des Roumains, des Bulgares, des Colombiens, des Africains et même des Tamouls.

- Ils sont derrière les barreaux, les bébés ?

- Ils sont à la nurserie.

- Et ils restent là ?

- Un peu. A 18 mois le bébé est enlevé à sa mère par la justice et confié à une famille…

- Qu'est-ce qu'elles font, après, les mamans ?

- La grosse Bertha [infirmière] leur donnera du Xanax à la place du bébé.
Commenter  J’apprécie          160
Ziliz   17 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
- Quand une femme passe la porte de cette maison, elle n'existe plus. Ni pour ses enfants, ni pour ses parents, ni pour son mec. T'es plus une femme, t'es plus qu'un trou de mémoire.
Commenter  J’apprécie          140
Ziliz   28 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
[ à une nouvelle détenue ]

- Tu fumes ?

- J'essaie d'arrêter.

- Donc tu fumes... (Elle sort un paquet de cigarettes.) Tiens, je partage avec toi mon paquet.

- C'est gentil... Faut pas... Je peux pas te payer... Ils m'ont pris tous mes sous.

- C'est le règlement, ils nous dévalisent. Tu me les rendras plus tard... Tu veux une petite ligne ? Ça remonte le moral.

- Une ligne de quoi ? Ils m'ont pris mes stylos.

- Elle est drôle ! Mais qu'est-ce qu'elle est drôle !

(p. 37)
Commenter  J’apprécie          131
Ziliz   15 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
[ en prison, six femmes ]

- Bonsoir !

- C'est qui ?

- Elle sort d'où celle-là ?

- On la connaît pas !

- Ah non, c'est la première fois.

- Sa tête me dit rien.

- Je sais pas si je suis vraiment en pris...

- Nan !

- Y a des mots qu'on prononce pas, ici !

- On dit jamais qu'on est en p... ?

- NAN !!! C'est pas la peine ! Faut pas en rajouter.

- Ça se voit pas mais on est pudiques.

- Très pudiques.

- On ne parle pas des choses qui nous rendent tristes.
Commenter  J’apprécie          120
Juin   30 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
Tu lis quoi ?

L'Alchimiste.

T'en as pas marre de Coelho ?

J'adore Coelho. Cela se termine toujours bien.

Lily, ça fait un mois que t'es à la première page. T'es tombée en panne ?

Pas du tout, comme ça se termine toujours bien chez Coelho, je suis pas obligée d'aller au bout.
Commenter  J’apprécie          110
Dosamuse   09 janvier 2017
L'Orient après l'amour de Mohamed Kacimi
De tournées en périples, j'ai découvert Le Caire, Damas, Sanaa, Jérusalem, Fès, Tunis, Casablanca, Tel Aviv et combien de fois Beyrouth. Au fil des ans, j'ai vu aussi comment les femmes et les hommes de ces pays, à force de manque de libertés, de répressions, de prohibition de l'amour, ont fini par renoncer au bonheur pour faire de la catastrophe une religion et de la religion une catastrophe.
Commenter  J’apprécie          90
Ziliz   23 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
[ bibliothèque d'une prison ]

- Putain... Où j'ai mis les médocs... Ils sont là... Un Temesta, un Xanax, un Lexomil... Je secoue le cocktail.

[...]

- Pourquoi tu prends tous ces médocs ?

- J'ai fait un malaise à l'atelier... J'ai été à l'infirmerie, j'ai demandé de la vitamine C, l'infirmière m'a dit qu'on ne donnait que des médicaments remboursés, elle m'a refilé tout ça.

- T'es tombée sur qui ?

- Sur la grosse Bertha.

- Mais la grosse Bertha, elle donne du Valium même pour les hémorroïdes...
Commenter  J’apprécie          70
Ziliz   24 janvier 2019
Tous mes rêves partent de gare d'Austerlitz de Mohamed Kacimi
- Qui étaient les femmes avec lesquelles vous avez travaillé ?

- Des femmes condamnées à des peines très lourdes, des destins exceptionnels. Parfois de très grandes criminelles, mais est-ce une raison pour les traiter ainsi qu'elles sont traitées ? Elles sont exploitées lorsqu'elles travaillent : 50 euros pour 70h de travail. Pas de retraite. Le pire scandale concerne les mères : une femme enceinte, prête à accoucher, est conduite menottée et accouche menottée. Quand l'enfant a 18 mois, il lui est enlevé. On entend les enfants hurler dans la nurserie, dans ma pièce ['Tous mes rêves...'] mais c'est aussi tiré directement du réel obsédant.



(p. 69 - postface, propos recueillis par Armelle Héliot)

___



• extrait d'un article de Libé :

Une fiche de paie : 56 heures effectives de travail… Et tout en bas, dans la case « salaire » : 78 euros net.

Cette personne travaille bien en France de manière légale, elle cotise même si elle n’aura pas de retraite, ni droit au chômage, vu ses faibles revenus.

Cherchez l’erreur.

Elle bosse, oui, mais en prison. Le droit du travail en milieu carcéral est quasi inexistant.



>> https://www.liberation.fr/france/2015/09/25/travail-en-prison-que-font-les-detenus-et-combien-gagnent-ils_1389920
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
amartia   20 janvier 2013
La confession d'Abraham de Mohamed Kacimi
Mais qu'est-ce qu'il nous veut à la fin, ton bon Dieu ? Cela fait des siècles maintenant qu'il s'acharne sur la famille. Pour une malheureuse pomme, il expulse du Paradis les pauvres Adam et Eve, comme des sans-papiers. Il nous déverse sur la tête des bassines d'eau pour nous noyer comme des chiens, heureusement que grand-père Noé a joué au pompier durant quarante jours et quarante nuits. Ensuite, il fout la zizanie dans la langue parce que Monsieur ne supporte pas la vue d'un HLM à Babel. Après, il nous déloge de Mésopotamie pour nous donner en échange une volée de pierres. Il rase sous nos yeux deux villes pour un orgasme qu'il juge mal placé. Il met quarante ans avant de me donner un enfant et maintenant qu'il et là, il veut en faire un barbecue. Si jamais il touche à un seul cheveu de mon petit, je te le jure, sur la tête de ta mère Emtelaï la fille de Karnabo, je lui arrache les yeux. Je le traînerai dans la boue, je l'écorcherai et je ferai de sa peau un tambour. Je me mettrai nue et je danserai sur son ventre durant mille ans, ou même quatre mille s'il le faut, jusqu'au grand matin où l'un de mes petits-enfants viendra me dire : "C'est bon, Sarah, tu peux arrêter. Il est mort. On respire mieux de Médine à Jérusalem.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Dosamuse   22 janvier 2017
L'Orient après l'amour de Mohamed Kacimi
Le Yemen, malgré la crise, a choisi la reconnaissance des partis politiques, l'instauration d'une certaine liberté de la presse et la garantie des droits civiques. L'enjeu est de taille : déjà l'existence d'une république en plein coeur de cette péninsule colonisée par Dieu, son prophète et ses monarques était une hérésie. Alors comment qualifier une expérience démocratique ?
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Mohamed Kacimi (378)Voir plus


Quiz Voir plus

Mais où c'est que ça se trouve ?

Les Étonnants Voyageurs

St Rémy de Provence
St Maur
St Malo
St Etienne

13 questions
36 lecteurs ont répondu
Thèmes : Salons littéraires , livres , plaisirCréer un quiz sur cet auteur