AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.66/5 (sur 82 notes)

Nationalité : Maroc
Né(e) à : Tafraout , 1941
Mort(e) à : Rabat , le 18/11/1995
Biographie :

Mohammed Khair-Eddine est l'un des grands écrivains de la littérature francophone marocaine.

Il est né en 1941 à Tafraout, petite ville de la région Sous-Massa-Drâa, Province de Tiznit, au sud du Maroc, à 180 km au sud d'Agadir dans une famille de commerçants.

Très marqué par le séisme de 1960, il s’installe à Agadir en 1961 et y vit jusqu’en 1963. Il est chargé par la Sécurité sociale d'enquêter auprès de la population.

Jeune écrivain, il fréquente ensuite le cercle des Amitiés littéraires et artistique de Casablanca. En 1964, il fonde, avec Mostafa Nissaboury, le Mouvement "Poésie Toute".

Il s'exile volontairement en France en 1965, et devient, pour subsister, ouvrier dans la banlieue parisienne.

A partir de 1966, il publie dans la revue Encres vives et collabore en même temps aux Lettres nouvelles et à Présence africaine. En 1967, c'est la révélation de son roman Agadir, salué par le prix Enfants terribles, qu'avait fondé Jean Cocteau. Il y publie beaucoup et anime pour France-Culture des émissions radiophoniques nocturnes, il se marie et a un fils.

Il rentre au Maroc en 1979. En 1989, il est à nouveau à Paris où il renoue avec le théâtre.

Ses œuvres, interdites aux Maroc de son vivant, ont commencé à être rééditées en 2002.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Mohammed Khair-Eddine   (13)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Testament d'un livre de Abdellah Baida (Maroc), Editions Marsam Enfermé dans la bibliothèque d'al Quaraouiyine à Fès, dans un abandon total, un livre sent la fin de sa vie approcher. Il prend la décision d'écrire son « testament » avant l'extinction de son espèce. Abdellah Baïda, romancier, nouvelliste et essayiste marocain, décoré en 2012 des insignes de Chevalier de l'Ordre des Arts et des Lettres et la République Française. Il a publié entre autres Les Voix de Khaïr-Eddine (essai, 2007), Au fil des livres, chroniques de littérature marocaine de langue française (essai, 2011), le dernier salto (roman, 2016). --------- Promouvoir les talents littéraires africains et l'édition locale : c'est aussi l'un des objectifs de la Fondation Orange qui a organisé cette année et pour la deuxième année consécutive, le Prix Orange du Livre en Afrique. Avec le soutien de l'Institut Français, ce prix récompense un roman écrit en langue française par un écrivain africain et publié au cours de l'année précédente par une maison d'édition basée sur le continent africain. Pour cette deuxième édition, trente-huit romans ont été proposés par vingt-huit maisons d'édition basées dans quatorze pays différents. Ces romans ont été lus par des comités de lecture basés en Tunisie, au Sénégal, en Guinée, au Cameroun, en Côte d'Ivoire et au Mali. Six finalistes ont été désignés le 27 février, qui représentent bien la diversité et la richesse de la littérature africaine francophone : découvrez-les ! Rendez-vous sur https://www.lecteurs.com/prix-orange-du-livre-afrique

+ Lire la suite

Citations et extraits (40) Voir plus Ajouter une citation
Ils étaient une fois de plus sur la terrasse. L'été tirait presque à sa fin. Les moissons avaient été bonnes, la récolte des olives et des amandes aussi. Comme toujours, la vieille préparait son tagine pendant que le Vieux fumait et sirotait du thé. Et, comme toujours en été, l'espace était splendide. Des milliards d'étoiles illuminaient le firmament. De temps à autre, une météorite fendait l'atmosphère en un trait rouge qui s'évanouissait rapidement. « Dieu est en train de lapider le Diable... », disaient les Anciens à la vue des ces phénomènes cosmiques. Bouchaïb ne croyait pas à cela. Il connaissait bien l'astronomie. Il avait lu tant et tant de livres qu'il eût écrit lui-même si le sort ne s'en était mêlé... Mais il ne regrettait rien. Ses poésies berbères qu'on lirait peut-être un jour étaient son unique plaisir. Mais qui s'occupait de la poésie berbère ?
Commenter  J’apprécie          720
« Mais la modernité est contre moi. Je ne suis qu’un vieux croulant, un vieux chnoque qui écrit sur un saint aussi méconnu que lui. En marche vers une disparition complète, après quoi ne resteront que les choses solides, bien actuelles : le béton, l’argent, la télévision, la vidéo, les grosses voitures, etc. » (p. 85)
Commenter  J’apprécie          600
« Tu m’as rendue heureuse. Je suis vieille mais heureuse de vivre ces évènements en ta compagnie. J’ai toujours su que tu cachais une grande âme. C’est pourquoi je n’ai jamais souffert en ta compagnie. » (p. 126)
Commenter  J’apprécie          450
"Un chat n'est pas plus le diable que le diable n'est un chat. Et un nègre n'est pas un diable ! C'est un être humain de couleur ! Le diable est invisible, les jnouns également. Un chat ou un nègre sont bel et bien visibles. Les jnouns et le diable peuvent frapper quelqu'un quand ils veulent, il ne peut pas les voir. Il reçoit des coups, c'est tout. Mais un chat ne fait de mal à personne. Un nègre, si. Les coups du nègre sont tordus ! Mais il existe des nègres pacifiques.C'est rare, très rare, mais il y en a. Notre chat est un seigneur, il est supérieur à un chien. Il n'a jamais attrapé la gale, lui." (p. 37)
Commenter  J’apprécie          360
Allongé sur un tapis noir rugueux en poils de bouc ,le Vieux sirotait son verre de thé et fumait ses cigarettes qu 'il roulait lui-même .Ni l 'un ni l'autre ne parlaient à ce moment-là .Chacun appréciait ce calme crépusculaire qui baignait les environs
d'une étrange douceur et que seul le bruit des bêtes rompait par
intermittence .
Commenter  J’apprécie          280
Bouchaib n 'accordait aucun crédit aux ragots qu 'on colportait ,
qu 'il savait être la seule arme des ratés .
Commenter  J’apprécie          290
« Mon chat, tu comprends la poésie. Chaque fois que la plume court sur le papier, tu te redresses comme pour applaudir. Tu saisis tout rien qu’à ce bruit insolite. » (p. 67)
Commenter  J’apprécie          270
Qu 'y a-t-il de plus fascinant et de plus inquiétant que des ruines récentes qui furent des demeures qu 'on avait connues au temps où la vallée vivait au rythme des saisons du labeur des hommes qui ne négligeaient pas la moindre parcelle de terre pour assurer leur subsistance ?
Commenter  J’apprécie          242
L 'homme avait sillonné le Nord et même une partie de l 'Europe ,disait-on ,à la recherche d'une hypothétique fortune qu 'il n 'avait pas trouvée . Un sobriquet lui était resté de cette longue absence , Bouchaib ,car il avait dû travailler à Mazagan .De la femme ,on savait peu de choses sinon qu 'elle venait d 'un village lointain , d' une autre montagne sans doute .
Commenter  J’apprécie          210
Une de ces ruines dresse des pans de murs difformes par dessus un buisson touffus de ronces et de nopals et quelques amandiers vieux et squelettiques . Elle avait été la demeure d 'un couple âgé sans descendance qui n 'attirait guère l 'attention car il vivait en silence ,presque en secret au milieu des familles nombreuses et bruyantes .
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Lecteurs de Mohammed Khair-Eddine (213)Voir plus

Quiz Voir plus

Drôle d'oiseau !

Quel est l'oiseau qui pratique le vol stationnaire, mais qui est le seul capable de voler en arrière ?

la chevêche d'Athéna
la buse variable
le colibri
le circaète Jean-le-Blanc
la chouette hulotte
le faucon crécerelle
le grand duc Européen
l'aigle des steppes
le milan royal
l'urubu à tête rouge
le hibou des marais

1 questions
10 lecteurs ont répondu
Thèmes : oiseauxCréer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *} .._..