AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.77 /5 (sur 75 notes)

Nationalité : Australie
Né(e) à : Angleterre , 1953
Biographie :

Morris Gleitzman est né en Angleterre en 1953 et a émigré en Australie en 1969. Il a écrit des scénarios pour des séries télévisées, collaboré comme éditorialiste à deux grands journaux australiens avant de se consacrer pleinement à l’écriture de romans pour la jeunesse. Ses livres sont aujourd’hui publiés aux Etats-Unis, en Angleterre, en Allemagne, au Japon et en Espagne.

Son site : http://www.morrisgleitzman.com/

Source : Le Livre de pcohe jeunesse
Ajouter des informations
Bibliographie de Morris Gleitzman   (11)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

MP 2014-10-17-380-003048BDD2D9.mp4 Payot - Marque Page - Morris Gleitzman - Menteur, menteur !


Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
La réplique préférée de Zelda "T'es bête ou quoi ?"
Commenter  J’apprécie          110

Et là, je m'aperçois qu'il y a quelqu'un d'autre dans la pièce.

Oh.

C'est un petit enfant, d'environ deux ans, dans une chaise haute.

Je ne peux pas dire si c'est une fille ou un garçon parce qu'il y a trop de sang sur son petit corps.

Oh.

Je hurle le nom de Barney.

Celui-ci arrive en courant et manque de tomber de tout son long en découvrant cet affreux spectacle, mais presque aussitôt il m'attrape et me traîne dans le couloir.

Je suis secoué de sanglots.

C'est un bébé, dis-je. On ne tire pas sur les tout-petits.

Commenter  J’apprécie          70

Les tétons du garçon passèrent aussitôt en mode "crevettes à l'ail". Pendant un instant, il fut complètement perdu. Comment un simple "bonjour" pouvait-il être un mensonge ?

Commenter  J’apprécie          80

- Ce n'est pas la faute de mes parents, lui dis-je. C'est celle de mon grand-père. Il était encore en vie quand j'étais bébé, et il les a obligés à le faire. Il disait que sinon je tomberais malade.

- Faire quoi? demanda Zelda?

- Couper un prépuce en parfait état, lui explique Génia.

Maintenant, Zelda aussi regarde mon zizi.

Mais très brièvement. Après quoi elle me jette la serviette en même temps qu'une œillade compatissante.

Genia, elle, ne compatit pas du tout.

Très malin ce grand-père, dit-elle en me prenant la serviette pour me frotter le dos. Désormais, tous les nazis qui tuent des juifs peuvent te repérer à un kilomètre. - Il était très religieux.

Il faut soutenir son grand-père, même quand il a mis votre vie en danger sans le faire exprès.

- Religieux, raille Genia. Ce n'est pas là mon idée de la religion.

( p 219)

Commenter  J’apprécie          50

Dehors, les gens hurlent, les chiens aboient, les soldats crient, mais le bruit le plus fort est celui des coups de feu.

Bang. Bang. Bang.

Et là, je me rends compte que ce ne sont pas des coups de feu. Je comprends ce que les soldats sont en train de faire. Ils clouent les portes des wagons.

Commenter  J’apprécie          40

Un jour, je me suis effondré en larmes dans la rue parce qu'il y avait des nazis partout et qu'aucun adulte ne pouvait nous venir en aide : ni papa, ni maman, ni mère Minka, ni le père Ludwik, ni Dieu, ni Jésus, ni la Vierge Marie, ni le pape, ni Adolf Hitler.

Commenter  J’apprécie          40

Vous voyez de quoi je veux parler, quand vous sautez d'un train en route pour un camp de la mort nazi, avec deux amies, et que vous manquez vous assommer mais que vous réussissez à garder toute votre tête, même que vos lunettes ne sont même pas cassées, mais que votre amie Chaya n'a pas cette chance et qu'elle est tuée, alors vous l'enterrez sous des fougères et des fleurs sauvages, ce qui demande beaucoup d'énergie, si bien qu'il ne vous reste plus beaucoup de forces pour courir et grimper ?

C'est tout à fait Zelda et moi en ce moment.

Commenter  J’apprécie          30

Oliver aurait voulu autre chose.

Pas des millions de dollars, ni des jets privés, ni un sac à dos à fermetures éclair en or massif.

.....

Mais tout de même, il aurait voulu mieux que ça.

Mieux que tenter d'être l'ami d'un chien derrière la vitrine d'une animalerie, au milieu d'un centre commercial bondé.

Ce qu'aurait voulu Oliver, c'était un éclair noir et blanc bondissant, jappant de joie, lui faisant la fête...

Commenter  J’apprécie          30

Pendant un instant, il se sentit si faible qu'il eut envie de demander une pilule à sa grand-mère. Puis il se força à se clamer, car elle avait quatre-vingt-trois ans et la mémoire presque aussi déglinguée que la voiture de son père.

Commenter  J’apprécie          30

Tout autour de moi, ces pauvres enfants pleurent leurs familles mortes.

Mes larmes à moi sont différentes.

Je me sens très chanceux, parce que quelque part, je le sais, mes parents sont encore en vie.

Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Morris Gleitzman (125)Voir plus


Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
4276 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur cet auteur