AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 4.23 /5 (sur 15 notes)

Nationalité : Brésil
Né(e) à : São Paulo , le 09/10/1893
Mort(e) à : São Paulo , le 25/02/1945
Biographie :

L'écrivain brésilien Mário de Andrade a été l'artisan d'une ample réinterprétation de la culture de son pays, culture qu'il a contribué à renouveler en profondeur.

Poète, romancier, musicologue, folkloriste, critique d'art, épistolier, collectionneur, il est devenu non seulement la conscience d'une génération clef, celle des modernistes, mais aussi une référence fondatrice pour les générations suivantes.

Il est l'un des fondateurs du modernisme brésilien avec la publication de Paulicéia Desvairada en 1922. Il a eu une énorme influence sur la littérature brésilienne dans le XXe et XXIe siècle, et en tant que chercheur et essayiste, il a été un pionnier du domaine de l'ethnomusicologie.

Avec Dina Lévi-Strauss, il fonda la première société d'etnologie du Brésil; et ce fut grâce à son influence que Dina et Claude Lévi-Strauss obtinrent la permission d'entreprendre de missions de recherche dans l'intérieur du pays
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Mário de Andrade   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (9) Ajouter une citation
Mário de Andrade
ange77   16 février 2018
Mário de Andrade
《 J’ai compté mes années et j'ai découvert qu’à partir de maintenant, j’ai moins de temps à vivre que ce que j’ai vécu jusqu’à présent…



Je me sens comme ce petit garçon qui a gagné un paquet de friandises: la première il la mangea avec plaisir, mais quand il s’aperçut qu’il lui en restait peu, il commença réellement à les savourer profondément.



Je n’ai plus de temps pour des réunions sans fin où nous discutons de lois, des règles, des procédures et des règlements, en sachant que cela n’aboutira à rien.



Je n’ai plus de temps pour supporter des gens stupides qui, malgré leur âge chronologique n’ont pas grandi.



Je n’ai plus de temps pour faire face à la médiocrité.



Je ne veux plus assister à des réunions où défilent des égos démesurés.



Je ne tolère plus les manipulateurs et opportunistes.



Je suis mal à l´aise avec les jaloux, qui cherchent à nuire aux plus capables, d’usurper leurs places, leurs talents et leurs réalisations.



Je déteste assister aux effets pervers qu’engendre la lutte pour un poste de haut rang.



Les gens ne discutent pas du contenu, seulement les titres.



Moi, mon temps est trop précieux pour discuter des titres.



Je veux l’essentiel, mon âme est dans l’urgence… il y a de moins en moins de friandises dans le paquet…



Je veux vivre à côté de gens humains, très humains, qui savent rire de leurs erreurs, qui ne se gonflent pas de leurs triomphes, qui ne se sentent pas élu avant l’heure, qui ne fuient pas leurs responsabilités, qui défendent la dignité humaine, et qui veulent marcher à côté de la vérité et l’honnêteté.



L’essentiel est ce que tu fais pour que la vie en vaille la peine.



Je veux m'entourer de gens qui peuvent toucher le cœur des autres… des gens à qui les coups durs de la vie leurs ont appris à grandir avec de la douceur dans l’âme.



Oui… je suis pressé de vivre avec l’intensité que la maturité peut m'apporter.



J’ai l’intention de ne pas perdre une seule partie des friandises qu´il me reste…



Je suis sûr qu’elles seront plus exquises que toutes celles que j´ai mangées jusqu’à présent.



Mon objectif est d’être enfin satisfait et en paix avec mes proches et ma conscience.



J’espère que la vôtre sera la même, parce que de toute façon, vous y arriverez… 》



Mário de Andrade ; 1893/1945 (São Paulo)

["Le temps précieux de la maturité"]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          453
VACHARDTUAPIED   05 avril 2013
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
Macunaima, futur héros du peuple brésilien, naît laid et noir dans une pauvre hutte, en pleine forêt tropicale. Il est nommé comme cela par sa mère car les noms qui commencent par Ma portent malheur. Paresseux, restant allongé toute la journée, il ne prononce pas un seul mot pendant six ans, tuant des fourmis. Il vit avec sa mère et ses deux frères, Jiguê, dans la force de l'âge et Manaape plus âgé. Macunaima s'intéresse de très près à sa belle-sœur Sofara. Un jour, insupportable une fois de plus, il oblige Sofara à l'emmener faire une promenade dans la forêt. Après avoir confectionné un piège avec lui, elle tire de son sexe une cigarette. A peine en a-t-il fumé une bouffée que Macunaima se transforme en un beau prince : ils jouent tout l'après-midi. Son piège attrape même un tapir. Jiguê ne tarde pourtant pas à les découvrir un jour tous les deux et chasse Sofara pour épouser la belle et coquette Iquiri.
Commenter  J’apprécie          80
strummer   17 février 2017
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
Chacun s'en fut chez lui mettre une alèse sous son drap, car d'avoir tant pris des vessies pour des lanternes ce soir-là, sûrement qu'ils allaient pisser au lit.
Commenter  J’apprécie          60
frandj   28 novembre 2021
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
(dernières phrases du roman)



La Grande Ourse, c’est Macounaima. Regardez là-haut, c’est bien notre héros unijambiste qui, après avoir tant souffert sur cette terre chiche de santé de fourmis hantée, dégoûté de tout, s’en est allé dans le vaste champ du ciel où désormais il méditera solitaire.
Commenter  J’apprécie          50
VACHARDTUAPIED   08 avril 2013
Aimer, verbe intransitif de Mário de Andrade
Carlos, ces trois jours, vécut? Je ne sais si atteindre au bonheur



extrême, en être transporté, éprouver que l'extase bien que superlative continue d'augmenter et constater qu'elle peut augmenter encore, je ne sais... si cela c'est vivre. Le bonheur a si peu à voir avec la vie que, nageant dans le bonheur, on oublie qu'on vit. Une fois enfui, il ne nous reste ensuite, qu'il ait peu ou beaucoup duré, que l'impression d'une seconde. A peine; l'impression d'un hiatus, d'une erreur de syntaxe vite corrigée, vertige où se perd la confiance de soi. Et nous reste en prime le sentiment que nous sommes derechef retombés dans la vie et ne connaîtrons plus désormais des portes du Paradis que la souffrance de l'interdit. Carlos ces trois jours, j'en ai la conviction, ne vécut pas
Commenter  J’apprécie          30
strummer   25 janvier 2017
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
C'était la Machine qui tuait les hommes mais les hommes qui commandaient la Machine...
Commenter  J’apprécie          50
Mijouet   25 juin 2013
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
[…]

Et la cascade leur conta ce qui lui était arrivé.

-Sachez que je m'appelle Naïpi et je suis la fille du cacique Mexo-Mexoïtiqui, nom qui dans ma langue signifie Aquatquatpattes. J'etais un beau brin de fille et tous les caciques du voisinages désiraient dormir dans mon hamac et goûter mon corps plus moelleux que le fromager. Mais quand l'un d'eux s'approchait, je le mordais, je lui donnais des coups de pieds, car je voulais mettre à l'épreuve sa force. Du reste pas un ne fut à la hauteur et ils s'en allaient fort déconfits.

[…]

Quand le vieux sorcier une fois de plus tira la nuit de son antre, Titçaté cueillit une brassée de fleurs et les porta au hamac de ma dernière nuit de liberté. Alors je mordis Titçate.

Le sang jaillit du poignet mordu, mais le guerrier n'y prit point garde. Il gémit de fureur amoureuse, me remplit la bouche de fleurs pour étouffer mes morsures. Sauta dans le hamac et Naïpi se soumit à Titçate..

Nous nous amusâmes comme des déments parmi le sang ruisselant et les fleurs de catalpa. Ensuite mon vainqueur me chargea sur son épaule, me jeta dans une pirogue amarrée dans une crique pleine d'atourias et partit comme une flèche dans le courant du Rio Furieux pour fuir la boïouna.

[…]

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Mijouet   25 juin 2013
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
Version brésilienne

[…]

E a cascata contou o que tinha sucedido pra ela. –Não vê que chamo Naipi e sou filha do tuxáua Mexê-Mexoitiqui nome que na minha fala quer dizer Engatinha-Engatinha. Eu era uma boniteza de cunhatã e todos os tuxáuas vizinhos desjavam dormir ne munha rede e provar meu corpo mais molengo que embiroçu. Porem quando algum vinha eu dava dentatas e coutapés por amor de experimentar a força dele. E todos não agü entavam e partiam sorumbaticos

[…]



Quando o pajé velho tirou a noite do buraco outra vez, Titçaté ajountou as florzinhas perto dele e veio com elas pra rede de minha última noite livre. Então mordi Titçaté.

O sangre espirrou na munheca mordida poém o moço não fez caso não, gemeu de raiva amando, me encheu a boca de flores que não pude mais morder.Titçaté pulou na rede e Naipi serviu Titçaté.

Depois que brincamos feito doidos entre sangue escorrendo e as florzinhas de ipê, meu vencedor me carregoi no ombro me jogou na ipeigara abicada num esconderijo de aturiás e flechou pro largo rio Zangado, fugindo da boïúna.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
JeffreyLeePierre   21 mai 2020
Macounaïma : Le héros sans aucun caractère de Mário de Andrade
Oui, voilà pourquoi je suis devant vous. Je me suis accroupi sous le feuillage, j'ai délogé mes tiques, j'ai gratté ma guitare et, égrenant ses accords et chantant dans un parler impur, j'ai proclamé au monde les dits faits et gestes de Macounaïma, héros de chez nous.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Mon 200ème Quiz

Il a une tête d'oeuf et un nom polonais. Le Grand Maître de la Confrérie des Sphinx Or se nomme:

Varsovie
Wrocław
Szramowo,

11 questions
43 lecteurs ont répondu
Thèmes : quizz , chiffres , fêtes , célébration , jeux , culture générale , littérature , cinema , joueursCréer un quiz sur cet auteur