AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.08 /5 (sur 6 notes)

Nationalité : Pakistan
Né(e) à : Sialkot, Penjab, inde Britanique, Pakistan , le 9 novembre 1877
Mort(e) le : 21 avril 1938
Biographie :

Sir Muhammad Iqbal (ourdou : محمد اقبال ) est un poète et philosophe.

Allama Iqbal est considéré comme un des poètes musulmans les plus influents du XXe siècle. Il est aussi vu comme le père spirituel du Pakistan

Lorsque le 21 avril 1938, Iqbal mourut, le sourire aux lèvres, il laissa ce quatrain devenu célèbre : « Lorsque je quitterai ce monde, Chacun dira « Je l’ai connu. » Mais la vérité est, hélas ! Que personne ne savait qui était cet étranger ni d’où il venait. ».

Surnommé le poète de l’Orient (Shair-i-Mashriq) et aujourd’hui vénéré et étudié partout au Pakistan et dans le monde entier, surtout dans le monde musulman, éveilleur des consciences endormies, rassembleur des ardeurs dispersées, il « reconstruit » la pensée religieuse dans une optique dynamique créatrice et heureuse. Son œuvre poétique, composée en ourdou et en persan, est remplie de l’exaltation des gloires passées de l’islam, de réactions contre le conservatisme soporifique des classes dirigeantes et surtout contre les doctrines négatives et mystiques qui, reprises selon lui dans le Védanta et le christianisme, ont amené l’Inde aux portes de l’humiliation.

Son œuvre maîtresse est sans aucun doute Reconstruire la pensée religieuse de l'islam. Ce livre magistral n'est pas un livre théologique comme le titre pourrait le faire penser.

Pour Iqbal, le but principal du Coran est « d’éveiller en l’homme une conscience plus haute de ses multiples relations avec Dieu et l’univers. » Il confirme l’homme dans le rôle qu’il doit jouer, « celui de coopérer avec Dieu afin d’aider l’humanité en marche ». Ce programme trouvera des échos dans la jeunesse musulmane pour qui « Iqbal est venu parmi elle comme un messie ressuscitant les morts. »

Le poète avait annoncé lui-même : « Je suis venu dans le monde comme un soleil neuf. » Cette philosophie originale trouve sa source dans le Coran et l’exemple du prophète Mahomet. Elle insiste sur l‘idée que l’homme ne peut s’épanouir que dans un climat de liberté, car l’esclavage empêche toute possibilité de création. Elle appelle l’homme à trouver le juste milieu entre sa vie spirituelle et sa vie temporelle. Code complet pour l’homme, guide précieux dans tous les domaines de la vie, politique, économique, social et culturel, le Coran n’en est pas moins un rappel à l’homme qu’il est également mortel. Ainsi, toutes les chances lui sont données pour s’épanouir dans les deux mondes, avec à la sor
+ Voir plus
Source : wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Muhammad Iqbal   (4)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
enkidu_   03 octobre 2016
Les Secrets du soi : Les Mystères du non-moi de Muhammad Iqbal
Au sein de la mer, la vague s’agite côte à côte avec la vague.

Chacune participe à l’émotion de l’autre.

Dans le ciel, l’étoile s’associe à l’étoile

Et la lune brillante pose sa tête sur les genoux de la nuit.

Le matin touche le flanc sombre de la nuit

Et Aujourd’hui se jette à la rencontre de Demain.

Une rivière se perd dans une autre rivière,

Une bouffée d’air se meurt en un parfum.

Il y a des danses dans chaque coin du désert,

Le fou danse avec le fou.

Parce qu’en Ton essence Tu es seul,

Tu as créé pour Toi-même tout un monde.

Je suis comme la tulipe dans le champ,

Au sein de la campagne, je suis seul,

J’implore de Ta grâce un ami qui me comprenne

Initié aux mystères de ma nature :

Un ami doué de sagesse et de folie,

Qui ignore la fourberie des choses vaines,

Pour que je puisse confier ma plante à son âme

Et voir mon visage reflété dans son cœur.

De ma propre argile, je façonnerai son image,

Je serai pour lui à la fois l’idole et l’adorateur. (pp. 82-83)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Danieljean   10 février 2018
Les Secrets du soi : Les Mystères du non-moi de Muhammad Iqbal
Le musulman, satisfait de la certitude de Dieu, est telle une étoile, sur le chemin de la Vie, il a toujours le sourire aux lèvres.

Si tu reconnais un Dieu, délivre-toi du chagrin, et libère-toi des vaines imaginations concernant ta destinée.

La force de la foi octroie une vie plus riche, *il n'y aura pas de peur sur eux : répète-le constamment ! La peur est un espion venu du monde de la Mort, son esprit est sombre et glacé comme le coeur de la Mort ;

Son oeil détruit l'action de la vie, son oreille capte comme une voleuse les nouvelles de la vie.

Quel que soit le mal caché dans ton coeur,

Tu peux être sûr que son origine est la peur.

La fraude, la ruse, la malice, les mensonges, tout cela se nourrit de terreur, qui s'enveloppe du voile de la fausseté et de l'hypocrisie, et qui serre sur son coeur la vile rébellion.

Comme elle n'est pas forte quand le zèle est grand, elle est plus heureuse dans la désunion.

Celui qui comprend ce qu'indique le Prophète aperçoit l'infidélité cachée dans la peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Muhammad Iqbal
dido600   20 décembre 2018
Muhammad Iqbal
«Les nations naissent dans le cœur des poètes, prospèrent et meurent entre les mains des politiciens»
Commenter  J’apprécie          70
enkidu_   04 novembre 2016
La metaphysique en perse de Muhammad Iqbal
La doctrine ismaélienne constitue le premier essai tenté pour amalgamer la philosophie contemporaine à une vision véritablement persane de l’univers, et d’énoncer à nouveau l’Islam en se référant à cette synthèse, grâce à une interprétation allégorique du Qor’ân, méthode que le soufisme adopta par la suite. Pour eux, l’Ahriman de Zoroastre (le démon) n’est pas le créateur pervers des choses mauvaises, mais c’est un principe qui viole l’unité éternelle et la morcelle en diversité visible. L’idée que quelque principe de différence dans la nature de l’existence ultime doit être postulé afin d’expliquer la diversité empirique a subi d’autres modifications ; jusqu’à ce que, au sein de la secte hurûfî (rejeton de l’ismaélisme) au 14e siècle, elle touchât le soufisme contemporain d’une part, et la Trinité chrétienne de l’autre.



Le « Sois », prétendaient les Hurûfis, est l’éternel verbe de Dieu qui, lui-même incréé, conduit à la création – le verbe extériorisé. « Sans le ‘’verbe’’ la reconnaissance de l’essence de la divinité aurait été impossible, étant donné que la divinité est au-delà de la perception des sens. » Le « verbe » est donc devenu chair dans le sens de Marie afin de manifester le Père. L’univers tout entier est la manifestation du « verbe » de Dieu, dans lequel Il est immanent. Chaque son dans l’univers est en Dieu ; chaque atome chante le chant de l’éternité ; tout est vie. Ceux qui veulent découvrir la réalité ultime des choses, qu’ils recherchent le « nommé » à travers le nom, qui cache et révèle à la fois son sujet. (pp. 53-54)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Muhammad Iqbal
TitiRobin   10 mars 2019
Muhammad Iqbal
Au delà des étoiles, il y a d'autres mondes encore

D'autres épreuves d'amour sont encore à venir.
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Lanfeust de Troy

Quel métier exerce Lanfeust ?

Aubergiste
Epéiste
Forgeron
Fermier

14 questions
96 lecteurs ont répondu
Thème : Lanfeust de Troy, tome 8 : La Bête fabuleuse de Christophe ArlestonCréer un quiz sur cet auteur