AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.68 /5 (sur 14 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Chennevières-sur-Marne , le 21/06/1955
Biographie :

Psychiatre et psychothérapeute spécialisée en psychotraumatologie et victimologie, la Dr. Muriel Salmona est présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie.
Elle est l'autrice de plusieurs ouvrages de vulgarisation scientifique sur les conséquences psychotraumatiques des violences, particulièrement des violences sexuelles, et est sollicitée comme experte par les médias sur les questions des droits des femmes et des enfants et sur l'amélioration de la prise en charge médicale et psychologique des victimes de violence.

Site : http://memoiretraumatique.org/
Blog : http://stopauxviolences.blogspot.fr/
Facebook de l'association : https://www.facebook.com/Association-M%C3%A9moire-Traumatique-et-Victimologie-179148186174/
Twitter : @memoiretrauma
+ Voir plus
Source : http://blogs.mediapart.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (48) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Muriel Saloma : "Les psychotraumatismes : leur impact sur la santé et la scolarité", AFPSSU Colloque 2016. MURIEL SALMONA, psychiatre spécialisée en psychotraumatologie et victimologie, présidente de l'association Mémoire Traumatique et Victimologie.

Citations et extraits (101) Voir plus Ajouter une citation
Muriel Salmona
Harmonide   28 janvier 2018
Muriel Salmona
La position éthique de respect de l'intégrité de son prochain, la capacité de s'indigner et d'entrer en empathie avec lui, l'absence de recours à une position dominante, la recherche de la vérité, le développement d'une pensée centrée sur la cohérence et l'universalité des droits, tels sont les facteurs fondamentaux permettant de ne jamais être en position d'agresseur, et une majorité opteront pour cette position.
Commenter  J’apprécie          157
Pavlik   26 mars 2019
rhizome bulletin national santé mentale et précarité de Muriel Salmona
L'absence d'émotion apparente d'une victime dissociée désoriente toutes les personnes qui sont en contact avec elle. En conséquence, le processus d'empathie automatique n'est pas activé par les neurones miroirs de ses interlocuteurs, qui seront d'autant plus rares à se mobiliser pour la personne et à la protéger, alors qu'elle est gravement traumatisée et en danger.
Commenter  J’apprécie          130
Harmonide   10 décembre 2017
Le livre noir des violences sexuelles de Muriel Salmona
Les conséquences sur la vie personnelle sont très lourdes. Quand les violences ont un impact psychotraumatique, elles opèrent une rupture dans le cours de la vie des personnes, rien n'est plus comme avant, leur vision du monde, la confiance qu'elles avaient en elles, en ce qu'elles étaient, en ce qu'elles pensaient, en ce qu'elles croyaient, en leur intelligence, en leur force de caractère, en leur capacité à aimer, à réaliser des projets, la confiance qu'elles avaient dans la vie, dans le monde, dans les gens, dans leur entourage, dans ce que leur réserverait l'avenir, tout est balayé. Les victimes ne se reconnaissent plus, elles ne sont plus les mêmes à leurs yeux et très souvent aux yeux de leur entourage, un moteur vital intérieur s'est arrêté, et même si elles se battent comme c'est le cas pour toutes, même si elles développent des trésors d'énergie, d'ingéniosité, de créativité pour avancer courageusement coûte que coûte, même si elles arrivent à s'en sortir, parfois remarquablement bien de l'avis de tout le monde, avec des réussites personnelles, professionnelles, artistiques exemplaires, quelque chose de profond ne fonctionne pas et donne à toutes ces réussites un goût profondément amer, un goût d'étrangeté, d'irréalité, d'inauthenticité, d'imposture même, devant des succès et des hommages pourtant ô combien mérités !

Que leur vie soit pour elles un échec total ou au contraire une réussite apparente, ce n'est de toute façon pas vraiment leur vie, ce n'est pas la vie qu'elles auraient voulu avoir, ce n'est pas la vie à laquelle elles se destinaient, ce n'est pas la vie qu'elles méritaient, CE N'EST PAS LEUR VIE. C'est la vie de l'étrangère à elle-même qu'elles sont devenues, une vie de SURVIE, construite de bric et de broc, avec souvent l'énergie du désespoir, sur un terrain tellement miné qu'elle se retrouve, cette vie, constituée d'innombrables morceaux posés là, sans sensation d'unité, en vrac. Une vie tellement morcelée, qu'une grande partie de l'énergie vitale disponible est occupée à en donner un semblant de cohésion d'une grande fragilité, le reste étant occupée à maîtriser et à contrôler un sentiment d'insécurité permanent. Une vie faite d'automatismes, « parce qu'il faut bien vivre », suivre les autres, faire comme les autres, en les observant faire, en les jalousant d'y arriver, eux. Une vie où il faut essayer d'avoir l'air de tout faire sans problème, sans effort, alors que tout est si difficile, si compliqué, si épuisant ! Une vie, qui ne ressemble qu'à une mise en scène absurde où l'on joue un personnage factice, la personne réelle qu'on était ayant disparu lors du traumatisme. Une vie où tout est incompréhensible, et d'une absence de sens totale si ce n'est celui de souffrir et de souffrir encore et encore. Une vie où peut régner le vide absolu, une vie de solitude, une vie sans espoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
Pavlik   27 mars 2019
rhizome bulletin national santé mentale et précarité de Muriel Salmona
On observe une forme de contradiction dans la conception même de l'accueil de ces jeunes, lequel oscille entre protection et insécurité dans la mesure où, en tant que mineurs, les MNA [Mineurs Non Accompagnés] sont protégés au titre de la protection de l'enfance, mais qu'ils restent exposés lorsqu'ils deviennent majeurs [...] à la menace d'une reconduite aux frontières. Le paradoxe entre protection et insécurité exerce à ce titre une pression maximale chez les MNA en les poussant à démontrer, de façon exemplaire, leur volonté de s'intégrer en réponse à l'injonction sociale qui leur est faite. Le coût psychique de cette quête de légitimité sociale se solde par une internalisation de leur détresse dans dans la mesure où le symptôme viendrait contredire leurs efforts d’adaptation.
Commenter  J’apprécie          110
Prudence   31 décembre 2017
Le livre noir des violences sexuelles de Muriel Salmona
Et si malgré tout les victimes portent plainte, ce n'est certainement pas par désir de vengeance et pour que les violeurs croupissent toute leur vie en prison, c'est avant tout pour protéger d'autres victimes et éviter d'autres viols.

En vingt ans d'expérience de suivi thérapeutique de victimes de viol, je peux témoigner que la quasi-totalité de mes patient-e-s ont subi de graves maltraitances policières, judiciaires, médicales, sociales, familiales... Ces violences institutionnelles ont été telles que presque toutes les patientes regrettent d'avoir porté plainte, même si dans l'absolu elles restent convaincues de la nécessité que justice leur soit rendue, mais c'est tellement dur...
Commenter  J’apprécie          100
Pavlik   22 mars 2019
rhizome bulletin national santé mentale et précarité de Muriel Salmona
Lorsque l'on parle de traumatisme psychique, un modèle s'impose : celui d'un équilibre rompu par une surcharge de violence que l'on ne peut supporter. Or, celui-ci ne suffit pas. Le traumatique peut également se produire lorsque le sujet se trouve comme "jeté en dehors du monde". Il n'est pas ici victime d'une agression, mais d'une inattention totale qui l'exclut de la part des uns et des autres.
Commenter  J’apprécie          90
Pavlik   22 mars 2019
rhizome bulletin national santé mentale et précarité de Muriel Salmona
Tous les symptômes et les troubles du comportement rencontrés chez les victimes de violences subies dans l'enfance s'expliquent : ils sont des conséquences habituelles et universelles des violences. Ces conséquences psychotraumatiques sont liées à des mécanismes de sauvegarde neurobiologiques exceptionnels, mis en place par le cerveau pour échapper au risque vital que font courir les violences.
Commenter  J’apprécie          90
Muriel Salmona
Harmonide   22 janvier 2018
Muriel Salmona
Le mécanisme à l’origine des amnésie traumatiques est neuro-pathologique, non conscient lié au stress extrême déclenché par le traumatisme et ses réactivations. Ce mécanisme neuro-pathologique de sauvegarde est considéré par la grande majorité des spécialistes comme étant dissociatif, il est de mieux en mieux documenté.
Commenter  J’apprécie          90
Prudence   01 janvier 2018
Le livre noir des violences sexuelles de Muriel Salmona
Sans aller jusqu'à devenir artiste, il est déjà très important et très utile pour les personnes ayant été victimes de violences d'écrire leur histoire, de décrire ce qu'elles vivent, ce qu'elles ressentent (témoignage, journal intime), de traduire des émotions par des poèmes, des chansons, de la musique, des dessins ou des peintures. Ces représentations vont les aider à comprendre ce qui s'est passé, à s'analyser, et leur donner de meilleurs outils intellectuels pour moduler leur mémoire traumatique, pour se parler et s'auto-apaiser en cas d'angoisses déclenchées par des réminiscences.
Commenter  J’apprécie          80
Harmonide   27 janvier 2018
Le livre noir des violences sexuelles de Muriel Salmona
Dans ce système totalitaire fou, se revendiquer comme victime devient impossible. Soit elle a cherché la violence, elle y a consenti, voire elle en a joui, et dans ce cas elle n'est pas considérée comme une vraie victime, elle ment pour obtenir des bénéfices secondaires – pour se venger, se rendre intéressante, ou soutirer de l'argent. Soit elle a subi la violence et elle est bien reconnue comme une victime, mais cela devient une faute morale et une faiblesse que l'on peut lui reprocher : elle s'est forcément complu, « vautrée » dans cette position de victime (comme j'ai pu le lire dans des commentaires écrits par une psychologue sur une page facebook à propos de victimes de viols) par soumission ou par crédulité, alors qu'elle aurait pu se défendre ou anticiper que cela ne pouvait que mal se terminer. Être une victime est alors un état justifiant l'opprobre. La victime apprend rapidement qu'elle n'a pas le droit de se plaindre et encore moins d'être secourue, ni défendue. Elle est condamnée au silence et à la soumission face à ce système tyrannique, ce qui représente une torture supplémentaire qui lui est infligée dans l'indifférence générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Français ou Belge ?

Georges Simenon

Francais
Belge

10 questions
343 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature française , littérature belgeCréer un quiz sur cet auteur

.. ..