AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Note moyenne 3.55 /5 (sur 609 notes)

Nationalité : Belgique
Né(e) le : 5/02/1982
Biographie :

Myriam Leroy est une journaliste belge.

Elle est l'auteure de la pièce de théâtre "Cherche l'amouré, jouée à guichets fermés au Théâtre de la Toison d'Or à Bruxelles ainsi qu'en Wallonie en 2016 et 2017.

Son premier roman, "Ariane", paraît en janvier 2018 aux éditions Don Quichotte. C'est le récit d'une amitié toxique entre deux adolescentes qui font l'apprentissage de la séduction et de la cruauté dans la bourgeoisie de province belge des années 1990.

Son deuxième roman, "Les yeux rouges", paraît en août 2019. C’est un roman partiellement autobiographique qui traite d’un insidieux et inexorable harcèlement à l’heure du numérique.

Ajouter des informations
Bibliographie de Myriam Leroy   (8)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (9) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Librairie Filigranes - Muriam Leroy - Les yeux rouges


Citations et extraits (112) Voir plus Ajouter une citation

Oui, en son for intérieur, Ludmilla le sentait : l'attaque de l'avenue Marnix, celle du 7 décembre, c'était un coup des hommes. C'était brouillon, inconséquent, c'était dangereux... ça ne pouvait venir d'une femme, encore moins d'une mère, non. Les mères savaient cela, à travers le monde et les époques, elles partageaient cet organe inconnu, cet appendice dont il n'était fait mention dans aucun traité d'anatomie, se manifestant par un grésillement douloureux quand elles étaient confrontées à ce que les mères ne feraient jamais. Et ce que les mères ne feraient jamais, se disait Ludmilla, c'était se fourrer de sa propre initiative dans des situations dangereuses pour leurs enfants, les abandonner à un homme immature, prendre le risque d'en faire des orphelins et de leur infliger la douleur du deuil. Ce qu'elles ne feraient pas, c'était laisser croire à leurs petits que la patrie importait plus qu'eux.

Commenter  J’apprécie          30

Etait-ce cela, était-ce ce qu'on appelait "amour", qui grésillait dans l'abdomen de Marina ? A 23 ans, elle ne l'avait encore jamais goûtée, cette sensation d'aspiration entre les cuisses, de vide à combler, cette brûlure difficile à soutenir mais dont on ne veut pourtant pas se débarrasser. Elle n'était pas sotte, elle savait que le désir d'une femme pour un homme existait, elle l'avait lu, mais celui-là était si intense, si nouveau, qu'il engendrait un certain désarroi. C'était de l'amour, oui, certainement, et c'était même le grand, celui d'une vie, ce ne pouvait être autre chose.

Commenter  J’apprécie          00

Tu lui prêtes tes affects. Tu ne te préoccupes pas de ceux qui vont taxer ce parallèle d'obscénité, parce que s'il y a une chose dont tu ne doutes plus, c'est qu'il existe un lien d'humiliation unissant toutes les femmes, comme un cordon, qui se déploie de cou en cou à travers les âges. Une communauté secrète dont les archives, qu'on s'emploie à détruire, dégoulinent de pisse, de bave et de sperme. Tu ne sais plus où tu as lu que le point commun entre les femmes, le seul peut-être, c'est qu'on les traite comme des femmes. Tu ne saurais mieux dire.

Commenter  J’apprécie          00

Plus tu remues le passé, plus tu comprends que ce qu'on appelle vérité est la version du dernier qui a parlé. Et que le dernier qui a parlé est généralement un militant, car le militant a ce muscle, cette énergie, celle de revenir sur les lieux que l'on croyait désertés pour y inscrire sa pensée et faire murmurer les reliques

Commenter  J’apprécie          00

L'armée la plus puissante au monde allait se cogner au peuple le plus fier du monde, à moins que ce ne fut l'armée la plus fière du monde qui s'apprétait à frapper le peuple le plus puissant au monde.

Commenter  J’apprécie          00

Tu as la certitude que la violence jamais rendue devient feu et qu'il n'y a pas trente-six manières de l'éteindre. Il en existe deux, au fond : l'implosion et l'explosion.

Commenter  J’apprécie          00

...tu étais terrorisée par l'oubli dans lequel Marina avait sombré, car s'il y avait quelque chose qui te faisait peur, ce n'était pas de mourir, mais de vivre pour rien...

Commenter  J’apprécie          00

Ils meurent tous ceux qui ont connu la guerre, y ont participé ou en ont été affectés. Et leurs archives en noir et blanc ont déjà un goût d'irréalité.

Commenter  J’apprécie          00

Elle découvrait que le malheur était un chapeau de magicien et que si l'on frappait la calotte avec vigueur, elle révélait un double fond.

Commenter  J’apprécie          00

Oui, ça c'était terrible, mourir dans l'espoir que triomphe un monde, et que celui-ci vous néglige, vous oblitère.

Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur
LirekaFnacAmazonRakutenCultura


Quiz Voir plus

Le faucon déniché de Jean-Côme Noguès

Comment se prénomme le jeune héros ?

Martin
Jacquou
Brichot
Guilhem

20 questions
696 lecteurs ont répondu
Thème : Le faucon déniché de Jean-Côme NoguèsCréer un quiz sur cet auteur