AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.29 /5 (sur 83 notes)

Nationalité : Iran
Né(e) à : Téhéran , 1970
Biographie :

Naïri Nahapétian est née à Téhéran de parents arméniens. Elle a quitté l'Iran à l'âge de 9 ans, après la Révolution islamique. Elle vit à Paris.

Journaliste free-lance durant plusieurs années, elle travaille actuellement pour le mensuel Alternatives économiques.

Elle est l'auteure de l'essai L'Usine à vingt ans paru dans la collection « Bruits » (Les petits matins/Arte éditions, 2006) et publie régulièrement des nouvelles, notamment dans les revues Rue Saint Ambroise, Brèves, etc

Qui a tué l'ayatollah Kanuni ? est son premier roman.


Autobiographie pour Quais du Polar (2016):

À mon ami R, à Téhéran,
Voilà déjà 35 ans que j’ai quitté l’Iran et depuis peu, je suis devenue auteure de polars iraniens. Je t’entends t’exclamer d’ici : « Ah ah ! C’est une chose bien extraordinaire ! Mais comment peut-on être auteure de polars iraniens ? » Eh bien, figure-toi, mon ami, que le polar, fût-il français, suédois ou américain, nous parle souvent de cet autre, si bizarre, qui n’est jamais qu’un double de nous-mêmes.

Polars fétiches
- Un livre : L’évangile du bourreau d’Arkadi et Gueorgui Vaïner, dont le héros est un ancien bourreau du KGB.
- Un film : The Human factor, d’Otto Preminger, car il est question de séparations douloureuses et d’amours impossibles.
- Un auteur : Ake Edwardson, parce que c’est le plus bizarre des auteurs suédois. Mais je peux aussi citer Agatha Christie, parce que c’est un amour de jeunesse.

+ Voir plus
Source : L'Aube + Quais du polar
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
3e Lettres nomades - ITW Naïri Nahapétian

Citations et extraits (45) Voir plus Ajouter une citation
mesrives   31 octobre 2017
Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian
Ignorant toujours Narek, Shadi s'installa près d'un garçon à la chemise blanche immaculée. Celui-ci lui tendit de minuscules capsules bleues

- Tu dois te demander ce que c'est? murmura Vladimir. Tu as déjà entendu parler des larmes d'Allah?

- Les larmes d'Allah?

- C'est une drogue de synthèse très répandue dans les milieux huppés. On y fume beaucoup d'opium à l'ancienne, associé à des remontants. Les larmes d'Allah, précisa-t-il, sont un excitant.

Vladimir ajouta ensuite avec un drôle de sourire:

- Tu voudrais essayer? Si tu veux, tu m'en parles et je t'arrange ça...
Commenter  J’apprécie          280
nadiouchka   22 mai 2019
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian
Un officiel iranien réagit à l’écran : De toute évidence, il s’agit d’un complot du Mossad et de la CIA pour enlever un scientifique iranien de haut niveau à Paris.

P.91
Commenter  J’apprécie          110
Taraxacum   10 juillet 2013
Qui a tué l'ayatollah Kanuni ? de Naïri Nahapétian
Elle savait qu'une grande partie de la jeunesse iranienne, y compris dans les classes populaires, ne rêvait que d'une chose: vivre aux États-Unis. C'étaient les enfants de la Révolution. Ils étaient nés avec elle, leurs parents s'étaient battus contre l'impérialisme, leurs frères étaient morts sur le front irakien. Et eux rêvaient de quitter l'Iran. N'était-ce pas là leur pire défaite?
Commenter  J’apprécie          60
brigittelascombe   01 septembre 2012
Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian
-Marjan,expliqua le policier,a étudié la psychanalyse à l'université de Téhéran...

-Vous voulez dire la psychologie mon cher Abbas,corrigea la profileuse d'un ton sec.En Iran, nous nous inspirons davantage du comportementalisme que de Freud ou de votre incompréhensible Lacan.Je ne porte que peu de foi à toutes ces questions d'Oedipe.un bon musulman ne saurait tomber amoureux de sa mère!Les règles de la charia sont là pour empêcher de telles perversités...
Commenter  J’apprécie          50
GeorgesSmiley   04 octobre 2018
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian
"Vous connaissez la dernière, mon ami ? lança-t-il avec un clin d'oeil à Dimitri. Le jour où Ahmadinejad a dit "Les coiffures de notre jeunesse sont un problème ! Mais je vais plutôt m'occuper des questions économiques...", on a été soulagé d'apprendre qu'il ne s'occuperait pas de nos cheveux, car on serait tous chauves maintenant !"
Commenter  J’apprécie          40
Sasha1979   05 juin 2015
Qui a tué l'ayatollah Kanuni ? de Naïri Nahapétian
Seul à l'arrière d'un taxi, dans la chaleur poussiéreuse de la ville, il revoyait sa première rencontre avec Kanuni, après l'arrestation de son ami Farshad Omidi, cet homme aimable et précautionneux, spécialiste de langues anciennes, qui s'était opposé à l'islamisation des programmes universitaires. On était en 191. Deux jours après que les gardiens de la Révolution l'eurent arrêté sur le campus, Farshad avait eu la mâchoire décrochée lors d'un interrogatoire. Sa femme Simin avait alors reçu un appel lui réclamant de l'argent pour la remettre en place. Puis c'était le tibia qu'on lui avait fracassé, demandant encore plus d'argent pour le soigner, avant de s'attaquer à d'autres parties de son corps, exigeant chaque fois des sommes plus élevées. Simin et Mirza avaient entrepris d'innombrables démarches, se perdant dans l'opacité de la bureaucratie naissante de la République islamique. Et Kanuni les avait finalement reçus, petit homme voûté au visage étroit. plein de morgue, il avait menacé à demi-mot la femme d'Omidi, injurié son avocat parce qu'il portait une cravate, à peine écouté Mirza, avant de les congédier d'un geste, faisant mine de les balayer de la main. Ils avaient appris quelques jours plus tard que Farshad avait été exécuté la veille de leur visite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
cleomine   08 août 2012
Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian
Dans un royaume où les ignorants sont rois, un homme a volé la voix des femmes. Il a emporté leur chant, semé des tulipes sur leur chemin, et la joie s’en est allée.
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaoui   20 février 2016
Dernier refrain à Ispahan de Naïri Nahapétian
À Kerman, le tueur infiltrait des soirées clandestines afin de repérer ses victimes parmi la jeunesse dorée. Il gagnait leur confiance, avant de les assassiner. À Mashad, ville sainte des confins orientaux de l’Iran, le serial killer s’en prenait à des prostituées. La presse l’avait baptisé l’Araignée, car il entraînait ses victimes chez lui pour les violer avant de les étrangler. Le serial killer de Téhéran quant à lui était surnommé la Chauve-souris. C’était un chauffeur de taxi. La nuit, il conduisait ses clientes dans des terrains vagues où il les étranglait avec leur foulard.

Commenter  J’apprécie          20
tiben   08 avril 2015
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian
Mais comment croire un homme qui avait fait du mensonge son métier? Un homme qui n'était en réalité qu'un démon envoyé par Satan pour défendre une société étourdie de divertissement et gorgée de superflu...
Commenter  J’apprécie          30
benleb   30 juin 2015
Un agent nommé Parviz de Naïri Nahapétian
"Qu'est-ce qui vous a décidé à accepter notre proposition, ce matin à l'aube ?"



En réponse, l'ingénieur ôta ses lunettes pour la regarder droit dans les yeux.



"Je suis proche de la tendance des réformateurs iraniens, dont beaucoup se trouvent désormais en prison. Or les luttes politiques sont, depuis quelque temps, devenues extrêmement violentes dans mon pays; la méfiance est grande vis-à-vis de ceux qui prônent un rapprochement avec l'Occident.



Aussi, continua-t-il d'une voix soudain tranchante, après que votre agent nommé Parviz nous a abordés, moi et ma femme, dans cette foule réunie devant la Cité de la Musique, je pouvais difficilement prendre le risque de rentre en Iran ! Dans l'ambiance de suspicion actuelle, le simple fait d'avoir été en contact avec les services secrets français m'obligeait à devenir une taupe ou à passer en Occident. Vous ne me laissiez pas d'autre choix, en réalité, et vous le savez."
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Il fait chaud

Cet auteur suisse a signé un polar intitulé Chaleur:

C. F. Ramuz
Joseph Incardona
Martin Suter

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thèmes : chaleur , canicule , soleil , ete , littérature , romans policiers et polars , adapté au cinéma , cinema , Actrices , acteur , vacancesCréer un quiz sur cet auteur