AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.88 /5 (sur 197 notes)

Nationalité : Corée du Sud
Né(e) à : Séoul , 1978
Biographie :

Nam-joo Cho est une écrivaine sud-coréenne.

Nam-joo Cho est une ancienne scénariste de télévision. Dans l'écriture son troisième roman "Kim Jiyoung, née en 1982", elle s'est en partie inspirée de sa propre expérience de femme qui a quitté son emploi pour rester à la maison après avoir donné naissance à un enfant.
Il a eu un impact profond sur l'inégalité des sexes et la discrimination dans la société coréenne et a été traduit en 18 langues.

Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Kim Jiyoung est une jeune femme coréenne, trentenaire, mariée, maman d'une petite fille. Comme beaucoup de Coréennes, elle a été contrainte de quitter son emploi pour s'occuper de son enfant. Banal ? Peut-être. Mais quelque chose d'étrange bouleverse son quotidien... La voilà qui - sans s'en rendre compte - parle avec la voix d'autres femmes, dit ce qu'elle n'oserait jamais dire. Et si la réponse à ce trouble se trouvait dans son passé ? Venez découvrir comment l'héroïne de Cho Nam-joo, devenue un symbole de la femme sud-coréenne - et de toutes les injustices sexistes qu'elle subit - a complètement bouleversé la société coréenne !

+ Lire la suite

Citations et extraits (64) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24   28 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
Pourtant, à chaque étape décisive de la vie, l'étiquette -femme- revenait pour brouiller la vision, retenir la main tendue, faire marche arrière. C'était tout à fait déroutant.

(p. 82)
Commenter  J’apprécie          190
fanfanouche24   29 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
La somme ridicule qu'elles gagnaient en s'épuisant nuit et jour, le visage jauni par le sommeil qu'elles combattaient à coups de pilules, allait pour l'essentiel servir à payer les études du grand ou du petit frère. Dans ce temps-là, tout le monde pensait que le fils ferait la réussite et le bonheur de la famille, qu'il allait l'élever dans l'échelle sociale. Ainsi les filles se chargeaient-elles volontiers du soin de leurs frères. (p. 39)
Commenter  J’apprécie          170
Eve-Yeshe   07 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
C’était l’époque où le gouvernement mettait en œuvre toute une série de mesures pour contrôler les naissances, au nom du planning familial. Dix ans plus tôt, l’IVG pour raison médicale avait été rendue légale. Comme si avoir une fille constituait une raison médicale, l’avortement des fœtus filles était pratiqué de façon massive. Cette tendance allait persister durant toutes les années quatre-vingt, jusqu’au début des années quatre-vingt-dix où la population atteignit le point culminant du déséquilibre des naissances garçon/filles.
Commenter  J’apprécie          160
Eve-Yeshe   11 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
Sa mère regrettait sa vie manquée et regrettait d’être devenue la maman de Kim Jiyoung – une pierre, ferme et lourde, quoique petite, qui pèse contre un pan de sa longue jupe. Kim Jiyoung avait d’un coup l’impression d’être cette pierre et ça la rendait triste. La mère, percevant sa peine, de ses doigts, tendrement, a remis de l’ordre dans les cheveux de sa fille.
Commenter  J’apprécie          160
Annette55   04 décembre 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
«  Sa mère tenta de la dissuader . Elle avait connu cette expérience , sacrifier son rêve pour sa famille et ses frères , mieux que personne elle savait ce qui attendait sa fille. Cela faisait des années que sa mère ne fréquentait plus guère ses frères . Son sacrifice , qui n’était pas de sa propre volonté, qui avait été brutal, avait généré regrets et rancunes.

Une amertume en était née qui avait fini par dénouer les liens familiaux » ....
Commenter  J’apprécie          110
thedoc   27 juillet 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
C'était l'époque où le gouvernement mettait en oeuvre toute une série de mesures pour contrôler les naissances, au nom du planning familial. Dix ans plus tôt, l'IVG pour raison médicale avait été rendue légale. Comme si "avoir une fille" constituait une raison médicale, l'avortement des foetus filles était pratiqué de façon massive. Cette tendance allait persister durant toutes les années quatre-vingt, jusqu'au début des années quatre-vingt-dix où la population atteignit le point culminant du déséquilibre des naissances garçon /filles.
Commenter  J’apprécie          90
Bazart   30 septembre 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
"Quand on servait un bol de riz bien chaud, tout juste cuit, l'ordre normal de la distribution était d'abord le père, puis le petit frère et la grand mère. Il était normal que le petit frère mangeat des morceaux de tofu frit, des raviolis et des galettes de viande, tandis que que Kim Jiyoung et sa soeur se contenteraient des morceaux effrités ou de miettes."
Commenter  J’apprécie          80
fanfanouche24   29 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
- D'habitude je ne commence pas ma journée en prenant une femme, mais ça se voit que vous vous rendez à un entretien alors pour vous j'ai fait une exception.

Une exception ? Sur le coup, Kim Jiyoung crut qu'il allait lui offrir la course. Puis elle comprit ce qu'il voulait dire. Elle prenait un taxi, elle payait le trajet avec son argent, et en plus il faudrait remercier ce type de la prendre ? Des gens tenaient de tels propos en croyant en plus faire preuve de gentillesse. (p; 117)
Commenter  J’apprécie          70
Asako   23 février 2021
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
Sur les poussières sentimentales accumulées, une étincelles était tombée, et la plus belle époque de sa vie brûla vainement pour ne laisser qu'un tas de cendres.
Commenter  J’apprécie          20
fanfanouche24   28 mars 2020
Kim Jiyoung, née en 1982 de Nam-joo Cho
Quand on servait un bol de riz bien chaud, tout juste cuit, l'ordre normal de distribution était d'abord le père, puis le petit frère et la grand-mère. Il était normal que le petit frère mangeât des morceaux de tofu frit, des raviolis et des galettes de viande, tandis que Kim Yiyoung et sa soeur se contenteraient des morceaux effrités ou de miettes. (p.27)
Commenter  J’apprécie          70

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

Quiz anatomico-littéraire (1)

Emile Zola: "Le ... de Paris"

ventre
dos
cerveau
poumon

10 questions
216 lecteurs ont répondu
Thèmes : corps humain , littératureCréer un quiz sur cet auteur