AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 4.18 /5 (sur 20 notes)

Nationalité : Allemagne
Né(e) à : Fürth , le 08/12/1945
Biographie :

Natascha Wodin est une écrivaine allemande d'origine ukrainienne.

Fille de travailleurs ukrainiens déportés en 1944 en Allemagne pour y travailler, elle est née et a grandi dans un camp pour personnes déplacées. Après le suicide de sa mère, elle a été élevée dans un foyer catholique pour filles.

Elle a travaillé comme téléphoniste et sténographe avant de devenir interprète et traductrice de russe au début des années 1970.

Natascha Wodin a été mariée avec le poète et romancier Wolfgang Hilbig (1941-2007).

Source : Wikipédia
Ajouter des informations
Bibliographie de Natascha Wodin   (2)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
HordeduContrevent   28 juin 2022
La ville de verre de Natascha Wodin
Au soleil, ses yeux étaient verts, maintenant ils avaient pris la couleur foncée du sucre candi. L'odeur de sa peau me rappelait une sensation de mon enfance. Je ne savais pas laquelle. Le malt, peut-être, ou la levure. Une saveur de terre entre les dents, un parfum d'humus. Une moitié de moi ravagée par la peur sauvage de cet étranger, de ce colosse, l'autre qui se sentait si bien avec lui, ayant retrouvé le chemin d'une chaleur perdue, d'un instinct oublié. Quelquefois son visage me paraissait complètement familier, presque fait de ma propre substance, ou comme si je l'avais déjà vu en rêve, il y avait très longtemps, je ne savais plus quand.
Commenter  J’apprécie          280
HordeduContrevent   27 juin 2022
La ville de verre de Natascha Wodin
Dehors, les feuilles se détachent des branches, avec un léger craquement, semblable à de la porcelaine fine. Le bruit m'en parvient par la fenêtre fermée. Je les entends arriver sur le sol, s'ajouter aux autres, avec un léger soupir. Quelque chose gratte, sautille sur le toit. Une branche qui tape, un chat, un écureuil. Dans la pièce voisine, le réfrigérateur se met à bourdonner. Et les craquements, les crépitements du bois partout dans la maison, le chuchotement nocturne des poutres, des lames et des jointures du parquet. Je recueille les bruits comme si je devais collecter les indices de mon fiasco. La maison n'a d'existence qu'acoustique.
Commenter  J’apprécie          275
HordeduContrevent   28 mai 2022
Elle venait de Marioupol de Natascha Wodin
La pénurie catastrophique de logements en Russie n'avait jamais disparu, elle maintenait souvent les gens emprisonnés toute leur vie dans un espace très confiné avec l'ensemble de la tribu familiale et en avait poussé plus d'un vers la folie. Même Mikhaïl Boulgakov, dans son roman "Le Maitre et Marguerite", fait dire à Satan que les Moscovites sont des gens comme les autres, ni mieux ni pire, mais que le manque de logements a causé leur dépravation.
Commenter  J’apprécie          452
HordeduContrevent   31 mai 2022
Elle venait de Marioupol de Natascha Wodin
On est en 1932, c'est le début de la famine biblique connue sous le nom d'Holodomor. Récemment encore, l'Ukraine avec sa terre noire et fertile, était considérée comme le grenier à blé de l'Europe, elle devient une morgue. Holod est le mot ukrainien pour la faim, mor vient de moritj - user, torturer. La plus grande expérience de collectivisation de Staline, qui entrera plus tard dans l'histoire comme le génocide du peuple ukrainien.



Bien que ce soit la période des semailles, personne ne travaille dans les champs, tout est laissé en friche. L'expropriation des paysans a détruit toute l'agriculture ukrainienne. Les paysans chassés de leurs fermes errent sans but, dorment sur la terre mouillée, la plupart du temps des femmes avec leurs enfants décharnés, malades. Les hommes qui ont refusé de sacrifier leur propriété à la collectivisation et d'entrer dans un kolkhoze ont été déportés dans des camps ou tués. La faim a décimé des contrées entières. Il n'y a plus personne pour enterrer les morts. Ils se décomposent sur place. C'est le règle de la folie et du cannibalisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          428
HordeduContrevent   27 mai 2022
Elle venait de Marioupol de Natascha Wodin
Bien que la Russie ait émergé au Moyen-Âge de l'Ukraine, de Kiev la russe, qu'on appelait le berceau de la Russie, la mère de toutes les villes russes, mes parents eux aussi parlaient de l'Ukraine comme si elle faisait partie de la Russie - le plus grand pays du monde, disait mon père, un vase empire qui s'étend de l'Alaska à la Pologne et occupe un sixième de la surface de la terre. L'Allemagne en comparaison n'était qu'une petite tache sur la carte.

La langue ukrainienne pour moi était le russe, et quand j'imaginais ma mère dans son ancienne vie à Marioupol, je la voyais toujours dans la neige russe (.....) J'ai appris que c'était une ville au climat remarquablement doux, une ville portuaire sur la mer d'Azov, la mer la plus plate et la plus chaude du monde. Il était question de longues et larges plages de sable, de vignobles et de champs de tournesols infinis.
Commenter  J’apprécie          392
HordeduContrevent   27 mai 2022
Elle venait de Marioupol de Natascha Wodin
Si j'ai tapé le nom de ma mère dans le moteur de recherche de l'internet russe, c'était un peu par jeu. Au fil des décennies, j'avais essayé à maintes reprises de retrouver sa trace, j'avais écrit à la Croix-Rouge et à d'autres services d'investigation, à des archives et à des instituts de recherche compétents, à des personnes en Ukraine et à Moscou qui m'étaient complètement étrangères, j'avais consulté des listes de victimes et des fichiers jaunis, mais je n'avais jamais réussi à trouver la moindre trace de sa vie en Ukraine, de son existence avant ma naissance.

(incipit)
Commenter  J’apprécie          370
HordeduContrevent   28 mai 2022
Elle venait de Marioupol de Natascha Wodin
Plus j'avançais dans mes recherches, plus je rencontrais des monstruosités dont personne ne semblait avoir entendu parler auparavant. Je n'étais pas la seule qui ignorais tant de choses, parmi mes amis allemands que je tenais pour des gens éclairés et disposant d'une bonne culture historique, personne ne savait combien il y avait eu de camps nazis autrefois sur le territoire du Reich allemand. Certains parlaient de 20, d'autres de 200, certains estimaient qu'il y en avait eu 2000. D'après une étude du Holocaust Memorial Museum à Washington, leur nombre s'élevait à 42 500, sans compter les camps de petite et de moyenne importance. 30 000 d'entre eux étaient des camps de travailleurs forcés.
Commenter  J’apprécie          303
kielosa   14 mai 2020
La ville de verre de Natascha Wodin
" Ils ne cessent de vivre, ceux dont on parle. "



(page 9).
Commenter  J’apprécie          291
HordeduContrevent   27 juin 2022
La ville de verre de Natascha Wodin
L'éveil en pleine nuit. Un éveil qui s'amorce dans la pointe des pieds et remonte lentement, centimètre par centimètre. La moitié supérieure de mon corps est rêve, la moitié inférieure se matérialise déjà. Ça n'a encore rien à voir avec la conscience. Je deviens substance, masse encore inerte. Puis, une sorte de décharge électrique, la masse tressaille, secouée par une crampe, se ratatine, se fige. Une boule de souffrance. Pareille à du lait ou du sang caillés.

(incipit)
Commenter  J’apprécie          40
LambertValerie   11 mars 2021
La ville de verre de Natascha Wodin
Le temps s'est arrêté dans un roman russe du siècle dernier. Nulle part, dans ce pays, je n'ai perçu avec autant d'acuité qu'en cet endroit précis la rencontre du passé et du présent, cet étrange mélange de temps et de monde apparemment incompatibles.
Commenter  J’apprécie          210

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura



Quiz Voir plus

Du tac au tac !! 😂 🤐

Mes mots ont dépassé ma pensée ...

eh bien, ils n'ont pas dû aller bien loin !
pas de beaucoup ...

10 questions
23 lecteurs ont répondu
Thèmes : humour , art de la conversation , réparties , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur