AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.22 /5 (sur 610 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , 1963
Biographie :

Nathalie Kuperman est une auteure française écrivant aussi bien pour les adultes que pour la jeunesse.

Nathalie Kuperman aime par-dessus tout regarder le temps passer. Quand elle était enfant, les professeurs lui reprochaient de rêver, de ne rien faire. "Si faire signifie être constamment en activité, je trouve ça dangereux", dit-elle.

Aujourd’hui, sans doute grâce à ces moments de rêveries qui la rendaient coupable de ne pas travailler ou même de ne pas s’amuser, Nathalie Kuperman vit en écrivant… des romans pour adultes ("Le contretemps" aux éditions Le Serpent à plumes, "Rue Jean-Dolent", "Tu me trouves comment", "J'ai renvoyé Marta", "Petit éloge de la haine", "Nous étions des êtres vivants" aux éditions Gallimard, "Petit déjeuner avec Mick Jagger" aux éditions de l'Olivier), des livres pour enfants et adolescents, de nombreuses histoires pour la presse jeunesse.

Mais aussi des pièces radiophoniques pour France Culture et des scénarios de bandes dessinées: "Olga" dans Les p’tites sorcières et "Les bobards d’Hubert" dans Je lis des histoires vraies.
+ Voir plus
Source : L'Ecole des loisirs
Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Kuperman   (47)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Avec Valérie Zenatti et ses invités. Entretien animé par Olivia Gesbert au Mucem le 18 juillet 2021. Écrivaine, traductrice, scénariste, Valérie Zenatti possède à l'évidence toutes les qualités pour se prêter à l'exercice du grand entretien façon Oh les beaux jours !. Alors que reparaît son premier roman, En retard pour la guerre, elle reviendra sur son parcours riche et éclectique qui a démarré avec l'écriture d'ouvrages pour la jeunesse, notamment Une bouteille dans la mer de Gaza (L'École des loisirs, 2005) pour lequel elle a remporté une vingtaine de prix, qui a été traduit dans une quinzaine de langues et adapté au cinéma par ses soins et par le réalisateur Thierry Binisti. L'oeuvre de Valérie Zenatti est marquée par l'enfance, ses possibles et ses peurs, par la guerre, la dimension géopolitique des conflits, mais aussi par la place qu'occupent l'individu et son histoire intime dans la sphère collective. C'est ainsi que dans Jacob, Jacob (L'Olivier, 2014 ; prix du Livre Inter) elle a exploré la mémoire algérienne de sa famille à travers le portrait de Jacob, jeune juif de Constantine enrôlé en 1944 pour libérer la France de l'occupation nazie. Valérie Zenatti est aussi une grande traductrice de l'hébreu, particulièrement de l'oeuvre d'un des plus importants écrivains de notre temps, l'écrivain israélien Aharon Appelfeld (disparu en janvier 2018). Elle a relaté leur relation littéraire et amicale extrêmement forte dans un récit intimiste, Mensonges (L'Olivier, 2011), mais aussi dans un essai brillant, Dans le faisceau des vivants (L'Olivier, 2019). Depuis peu, Valérie Zenatti a élargi sa palette avec l'écriture de séries. Au Mucem, elle évoquera tout cela mais aussi son goût des autres, sa passion pour la musique et pour les langues. À ses côtés, la comédienne Agathe Bonitzer, qui interprétait le personnage principal d'Une Bouteille à la mer, et l'écrivaine Nathalie Kuperman dont elle dit qu'elle est la personne au monde avec laquelle elle a « le plus de bonheur à ne pas être d'accord…». Accords et dissonances : oh le beau programme ! _____ À lire Valérie Zenatti, En retard pour la guerre, L'Olivier, 2021 ; Dans le faisceau des vivants, L'Olivier, 2019 (prix France Télévisions). _____ À voir Thierry Binisti, Une bouteille à la mer, Diaphana, 2019. _____ En coréalisation avec le Mucem. _____ Replay et podcasts ohlesbeauxjours.fr

+ Lire la suite
Podcasts (9) Voir tous


Citations et extraits (224) Voir plus Ajouter une citation
pyrouette   29 juin 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
Parfois, j'ai la désagréable impression que j'hésite entre vivre et survivre. Mais les mots vivre et survivre me donnent le vertige. Ils sont trop grands pour moi.
Commenter  J’apprécie          250
pyrouette   26 juin 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
Je suis le genre de fille à tenir la porte. Ce n'est pas par bonté d'âme, mais c'est seulement parce que je ne peux pas faire autrement. C'est une sorte de réflexe chez moi, prouver à l'autre que je suis en amitié avec l'espèce humaine.
Commenter  J’apprécie          222
pyrouette   27 juin 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
- Et toi, qu'est ce que tu deviens ?

Je n'ose pas leur répondre que j'essaie de devenir ce que je suis...
Commenter  J’apprécie          212
Annette55   30 juin 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
"Je suis le genre de fille à être complexée intellectuellement lorsqu' elle se retrouve en compagnie de gens très cultivés.

"Je suis le genre de fįlle qui se plaint beaucoup ."

" je suis le genre de fille qui ne supporte pas les phrases sur le bonheur ...."

"Je suis le genre de fìlle qui aime repasser .."
Commenter  J’apprécie          181
Cannetille   25 août 2021
On était des poissons de Nathalie Kuperman
La vie est faite de morceaux qui ne se joignent pas. Cette phrase est revenue me hanter tout au long du voyage. J’ai su, parce que je l’avais retenue tant elle m’avait troublée, qu’elle était attribuée à François Truffaut.
Commenter  J’apprécie          180
pyrouette   28 juin 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
Je préfère rire de mauvais coeur que ne pas rire du tout.
Commenter  J’apprécie          192
pyrouette   18 juillet 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
C’est drôle, les souvenirs. Ça vous rappelle que vous êtes fabriqué de bric et de broc, que vous avancez sous l’injonction : sachez qui vous êtes. Le temps vous y aura aidé, les années, et plus vous vieillissez, plus vous vous confrontez dans l’idée que ça y est, vous y êtes presque arrivé, vous êtes presque sûr de qui vous êtes. Vous ne doutez plus. Vous êtes vous. Enfin presque.
Commenter  J’apprécie          160
pyrouette   19 juillet 2018
Je suis le genre de fille de Nathalie Kuperman
Les métaphores, c’est un truc qui me tombe dessus quand je ne me souviens plus très bien des scènes. Mon orgueil a effacé ma mémoire.
Commenter  J’apprécie          150
ninachevalier   12 février 2021
On était des poissons de Nathalie Kuperman
Je le voulais entièrement à moi. C'est comme si je m'accrochais à l'amour qui vous tombe dessus tellement fort que vous ne savez plus où vous êtes, et que pour rien au monde vous ne voudriez le savoir. Rester ainsi, pour toujours, prostrée dans une supplique infinie. Vous n'imaginez pas que l'instant puisse prendre fin. C'est comme si votre vie entière se rétrécissait dans une seconde, et cette seconde-là, vous en êtes certain, déterminera votre existence.
Commenter  J’apprécie          131
Ziliz   26 juillet 2014
Les raisons de mon crime de Nathalie Kuperman
Quand ils ont tous voté Chirac au deuxième tour [en 2002], je me suis dit qu'on était vraiment dans un pays de lâches. Bon, en même temps, j'y croyais pas trop. Mais cette fois-ci, j'y crois. Pour dire 'Y en a marre', c'est le seul moyen. Et puis, qu'est-ce que tu veux, je l'aime bien, moi, Marine. Ça se discute pas. (p. 238)
Commenter  J’apprécie          134

Acheter les livres de cet auteur sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Lecteurs de Nathalie Kuperman (788)Voir plus


Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
1016 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur cet auteur