AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.63 /5 (sur 139 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 08/03/1964
Biographie :

Nathalie Quintane est une poétesse et performeuse française.

En 1993, elle rencontre Stéphane Bérard et Christophe Tarkos à Marseille. Ils fondent RR, une revue (en fait, une feuille au format A3 photocopiée) qui parodie les textes et les mœurs de la poésie contemporaine et est distribuée essentiellement "en interne", aux principales figures de la poésie de l'époque.

Elle publie alors dans d'autres revues de poésie (Action Poétique, Nioques, Doc(k)s, Java ou encore la Revue de littérature générale) et participe à de nombreuses lectures publiques, en France et à l'étranger.

Elle est l'actrice principale des films de Stéphane Bérard (Mortinsteinck, 1998).

Nathalie Quintane a également publié de nombreuses recensions et articles critiques. Elle a contribué à la redécouverte de l'œuvre de Raymond Federman en France.

Ses six premiers livres, publiés entre 1997 et 2001, sont constitués d'un assemblage ou montage de phrases, proses courtes ou fragments de récits, qui portent un regard humoristique et critique sur des lieux communs (Jeanne Darc, P.O.L., 1999 ; Saint-Tropez, P.O.L., 2001) ou des genres littéraires, savants ou populaires, eux-mêmes lieux communs de la littérature ou du commerce, comme la "poésie du quotidien" (Remarques, Cheyne, 1997 ; Chaussure, P.O.L., 1997), l'autobiographie (Début, P.O.L., 1999), les livres associés à la sortie d'un film (Mortinsteinck, 1999).
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Quintane   (26)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Sous les feux de la Critique cette semaine, deux livres : "Un hamster à l'école" de Nathalie Quintane (La Fabrique) "Le Colibri" de Sandro Veronesi (Grasset). Pour en parler aux côtés de Lucile Commeaux : Elisabeth Philippe, journaliste et critique littéraire à L'Obs et Philippe Chevilley , chef du service culture aux Echos.

Podcasts (18) Voir tous


Citations et extraits (26) Voir plus Ajouter une citation
Nastasia-B   31 décembre 2020
Un hamster à l'école de Nathalie Quintane
C'est là que d'un coup, à un moment, j'ai réalisé que mes meilleurs amis étaient nuls en orthographe et que je vivais avec un dyslexique qu'on avait pris pour un abruti pendant toute sa scolarité et qui finalement avait fait des études supérieures — tout comme mes amis nuls en orthographe. Mais alors, s'il y avait des gens nuls en orthographe et capables de développer une pensée et une appréhension sensibles du monde, ça impliquait a contrario qu'il y avait des gens à l'orthographe impeccable qui pensaient comme des pommes ou qui étaient vraiment cons. On connaît tous des cons qui font pas de fautes, non ?
Commenter  J’apprécie          525
SZRAMOWO   05 avril 2021
J'adore apprendre plein de choses de Nathalie Quintane
Des coups violents et la voix de la DGSI : "Allah ouakbar ! Ouvre, mécréant !"

- "Allah ouakbar ! Ouvre !

- Les enfants, vite ! l'armoire ! vite vite ! La chaise ! l'armoire !

- Ouvre, mécréant ! Ou je te tranche la gorge !

- Descends les stores ! Tous contre les murs ! Sous les tables ! Silence !

- Ouvre ou je te décapite et je balance ta tête au milieu de la cour !

- Chuuuuuuuuuuuuuut par pitié ! Silence ! Absolu !

- Je te coupe les deux mains et je les accroche aux poignées de la fenêtre !

- Eteins ton portable ! Eteins le il va voir la lumière !

- Allah oukbar tu parles trop, je vais te couper la langue !

Fin de l'alerte

- Fin de l'alerte. C'était qui qui faisait le terroriste ?

- Le principal de collège.
Commenter  J’apprécie          60
IreneAdler   25 juillet 2018
Antonia Bellivetti de Nathalie Quintane
Antonia avait souvent essayé d'établir le classement des lieux où elle s'ennuyait le plus - on s'ennuyait le plus mais on ne pouvait pas s'ennuyer le mieux. Ce trajet entre sa maison et la cité naviguait dans les cinq premières places et seul le jeu de ses jambes sur lequel elle parvenait de temps à autre à se concentrer, variant les vitesses, tentant l'essoufflement, troublait un peu la tristesse indifférente qui prenait dans ces parages, comme on dit qu'un confiture prend lorsqu'elle se fige.
Commenter  J’apprécie          60
Tandarica   18 mars 2015
Remarques de Nathalie Quintane
En balayant, on fait l'expérience concrète de la superficie.
Commenter  J’apprécie          70
Nathalie Quintane
armand7000   21 janvier 2021
Nathalie Quintane
Le ressentiment est une révolte qui a mal vieilli et c'est dommage, bien dommage pour celles et ceux qui en sont les victime.
Commenter  J’apprécie          60
steka   23 janvier 2017
Que faire des classes moyennes ? de Nathalie Quintane
Revenons brièvement sur la réduction de l'école au travail, puis à l'emploi : ce fut une sombre tactique, et mauvaise; une tactique de classe moyenne. (...)

Car l'école ne peut procurer un emploi que s'il y a des emplois, somme toute. Et l'école ne peut instituer une vie bonne que si l'organisation dans son ensemble s'est fixé pour but le bonheur de la population (pas seulement sa satisfaction immédiate), et s'en est donné les moyens - ou qu'au moins elle ne se contente pas d'aménager le malheur, avant de finalement s'en foutre. Quand l'organisation sociale, dans son ensemble, se fixe pour but de chiffrer les coûts et bénéfices, eh bien l'école chiffre les coûts et bénéfices comme tout le monde.
Commenter  J’apprécie          40
Tandarica   18 mars 2015
Remarques de Nathalie Quintane
Retournée, une table atteint sa stabilité maximale.
Commenter  J’apprécie          60
steka   23 janvier 2017
Que faire des classes moyennes ? de Nathalie Quintane
Le ressentiment est une révolte qui a mal vieilli et c'est dommage, bien dommage pour celles et ceux qui en sont les victimes.
Commenter  J’apprécie          40
SamA   10 novembre 2010
Une oreille de chien de Nathalie Quintane
J’aimerais, ici, m’attarder – et comme m’absenter – sur un détail ; aussi bien les détails n’en sont-ils pas, ou pour quelques-uns mais pas pour d’autres, et c’est à ces derniers que je m’adresse, les premiers étant autorisés à passer au paragraphe suivant, manger un morceau, langer un nourrisson, récupérer un chat dans un arbre.

Commenter  J’apprécie          30
Charybde2   13 août 2018
Un oeil en moins de Nathalie Quintane
Les lycéens sont six dans le kiosque, soucieux.

Ils ont tenté ce matin le blocus du lycée, blocus partiel, laissant passer les terminales.

Ils étaient entre trente et cent.

Trente pour la direction, qui les photographiait dissimulée depuis son bureau.

Cent pour eux-mêmes.

Dix pour les camarades qui sont allés en cours.

L’un d’eux a dû jeter un œuf, qui aurait blessé quelqu’un.

Dégagez ou je défonce vos petites gueules ! a dit le CPE (conseiller principal d’éducation) secouant pêle-mêle la grille et les lycéens accrochés, puis :

J’ai pris tous les noms !

cependant que la direction, soudain moins sûre, farfouillait dans le BO (Bulletin officiel) pour savoir s’il est légal ou non de défoncer des lycéens contestataires.

Nous venons aux grilles du kiosque, levons la tête vers eux qui la penchent, non, on ne convoque pas un conseil de discipline pour ça, on n’a jamais convoqué de conseil de discipline pour un mouvement de contestation, et l’intersyndicale peut expliquer ça à la direction si besoin.

On s’explique l’assez simple attitude du CPE, qui confond le bâtiment avec sa propre personne ; la réaction de la direction, totalement paumée dès que quelque chose sort de l’ordinaire.

Errants, inquiets, de stage de formation en stage de formation, les personnels de direction tentent d’adopter le comportement managérial, fébriles ou affolés à l’idée de sortir des clous.

Idem, les enseignants, sommés à l’autonomie, terrifiés à l’idée de ne plus pouvoir reconnaître les clous desquels il ne faut pas sortir.

Idem, les parents, collectionnant année après année les images des clous dans lesquels leurs enfants doivent s’inscrire s’ils ne veulent pas se faire défoncer.

Ces lycéens locaux me rappellent que depuis quelques semaines, nous sommes tous entrés dans l’ère de la défonce.

Qui se risquerait à partir en manif sans ses lunettes de ski, son sérum physiologique et son jus de citron, ses protections tibias, cuisses, dos, ses grosses chaussures et son casque ?

Si tu sors, tu sais que tu risques de te faire défoncer : cela, deux géographies l’ont expérimenté pour nous 2 : d’abord les banlieues qui sont, de mémoire, des lieux défoncés, perpétuellement en chantier ou à exploser, coulissant de là aux habitants des banlieues, perpétuellement défoncés dans l’imaginaire des autres, et à exploser.

La façon précise et patinante qu’ont les forces de l’ordre d’extirper, dans les manifs blanches, les corps un à un qu’ils ont nassés (mot nouveau dans le vocabulaire) vient des opérations menées en extérieur depuis trente ans – dans le quatre-vingt-treize par exemple. Car il faut faire des interpellations (chiffres).

La deuxième (mais non la seconde) est la campagne, horrible référence où des jeunes non autochtones se sont entendus avec les paysans du coin, c’est-à-dire qu’ils se sont mis à se parler sans intermédiaire et à se comprendre sans médiateur, dubitatifs tous à l’idée que ce serait mieux d’avoir un aéroport et des avions plutôt que des champs à cultiver, le travail qu’on aime, et de la nourriture qui ne vous envoie pas au CHU.

C’est là, en banlieue et à la campagne, que l’État a trouvé la solution miracle : la défonce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

La ferme des animaux

Qui est Mr Jones en Russie?

le tsar Nicolas I
le tsar Nicolas II
Trotski
Lénine

8 questions
1320 lecteurs ont répondu
Thème : La ferme des animaux de George OrwellCréer un quiz sur cet auteur

.. ..