AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Note moyenne 3.82 /5 (sur 58 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Nathalie écrit depuis…depuis qu’elle sait écrire, ses pièces de théâtre ont été jouées de nombreuses fois. Elle écrit également des romans et des nouvelles. Nathalie est professeur de théâtre, blogueuse, metteur en scène, comédienne, auteure, directrice d’une compagnie.

Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Sauvagnac   (2)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Découvrez le deuxième épisode du tout nouveau podcast des éditions du Masque : Conversation dans le noir. Chaque jeudi, nous vous proposons une conversation téléphonique entre éditrice et auteure, à écouter sur l'ensemble de nos réseaux sociaux. Dans cet épisode, Nathalie Sauvagnac se livre dans une conversation très touchante autour de la norme, des marges, mais aussi de son roman Les Yeux fumés et de la littérature en temps de confinement. Nous vous souhaitons une bonne écoute ! Extrait lu : https://www.editions-jclattes.fr/sites/default/files/webmaster/lyf.pdf Oeuvres citées : Colette Philippe DjianVirginie DespentesClaire CastillonCharles Bukowski Salinger Boris VianKate Tempest CRÉDITS : Conversation dans le noir est un podcast des éditions du Masque. Réalisation : Paul Sanfourche. Générique : Longing - Joachim Karud.

+ Lire la suite

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
Chloe55   12 septembre 2019
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
Tu sais ce qu'il y a, ici, qui tue à petit feu ? C'est le vertical. Tout est vertical quand tu regardes autour de toi. Y a plus d'horizontal. Ils ont bouffé l'horizon ici.
Commenter  J’apprécie          50
EthanAli   10 octobre 2018
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
Elle tire un paquet froissé de sa poche, en extrait une

cigarette qu’elle allume.

— Ça fait longtemps.

— Tu dormais ?

— Tu veux du thé ?

— Si t’as que ça.

Elle traîne ses savates jusqu’au camping-gaz posé sur

une table basse, bancale envahie de paquets divers, pâtes, purée, lait, sucre, thé. Elle allume le feu sous la casserole et s’appuie contre le mur en tirant sur sa cigarette.

— Qu’est-ce que tu deviens ?

Je retire mon blouson et m’assois sur le bord du matelas

défait, je pousse du pied des vêtements féminins ; une

culotte, des collants.

— Oh, la routine ! T’as une clope ?

J’allume la cigarette qu’elle m’a envoyée. J’aime venir

chez Flora. C’est sombre et doux comme un ventre de

femme. Elle n’ouvre jamais ses volets parce qu’elle habite

au rez-de-chaussée.
Commenter  J’apprécie          21
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
— Elle avait une robe noire qui allait de son cou jusqu’à ses genoux. Pas de quoi fantasmer des masses. Mais mon pote, je peux pas te dire !

— Et après ?

— La fille, elle continuait à me sourire. Sympa et tout. P’tit Louis il était de plus en plus nerveux. Il lui disait : « Alors, tu viens ? », mais elle continuait à me regarder sans bouger.

— Mais oui !

— Je te jure ! La main sur le cœur ! Attends, là, P’tit Louis, il s’est franchement énervé et il a commencé à vouloir me casser la gueule, mais elle l’a retenu, elle lui a pris la main et ils se sont barrés. Moi, je suis resté là comme un con. Et puis, elle est revenue.

— Mais non !

— Si. Elle me prend la main et elle m’entraîne.

— Mais bien sûr !

— Je te promets mon pote, elle m’a entraîné.

— Tu déconnes ? Entraîné comment ?

— Attends. Moi je l’ai suivie évidemment. On s’est arrêtés derrière le Casino, dans la cour où ils mettent les poubelles, tu sais, là où on a acheté de la beuh à La Belette la dernière fois. Tu vois ?

— Oui, je vois. Le local à poubelles du Casino.

— Alors, là, la fille m’appuie contre un mur et elle me roule un patin !

— Mais oui. Je vais te croire !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Boulibooks   02 octobre 2019
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
Il y a des tas de chats sauvages par ici. Tellement esquintés qu'on se demande comment ils font encore pour exister. Moi, je n'aime pas trop qu'on martyrise les animaux. Les gosses les appâtent avec de la bouffe, puis les enferment dans des boîtes à chaussures dans lesquelles ils glissent des pétards. C'est vrai que ça passe le temps, mais c'est pas une raison.
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
— Un jour, j’étais sur le toit d’une maison en Inde. J’étais couché sur ce toit, tout seul. J’ai regardé le ciel, il était blanc, tout blanc. Pas un nuage, pas un putain d’avion, pas de cris de mômes comme on entend ici tout le temps… rien. Ils avaient annoncé une éclipse de lune dans la soirée. Et moi, j’attendais là. Il faisait encore jour. Le ciel était blanc, comme je te disais. Pas bleu, même pas bleu clair, blanc. Il n’y avait pas un nuage… Et alors, j’ai vu du rien… Il n’y avait pas un bruit, j’étais dans du silence et dans du rien. Tu sais pas ce que c’est de ne plus rien voir, ni de plus rien entendre de la vie des autres. Eh bien, je peux te dire que c’est quelque chose. Putain, Baboo, c’était le plus beau moment de ma vie.
Commenter  J’apprécie          10
Christophe_bj   05 octobre 2019
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
Je ne dérange personne, ça on peut pas dire, mais que je sois là ou pas ça ne change rien au monde. Il y a des tas de mecs qui rêvent de faire de grandes choses, et, même si ça n’arrivera jamais, qui croient que l’avenir sera rose – pas moi. Je rêve de rien. Qu’on me foute la paix. Je ne me construis aucun souvenir, je ne serai pas différent dans vingt ans, ni même le jour où je mourrai. Rien ne changera ce jour-là, pour personne. Je n’aurai simplement terminé une vie, un corps cessera de respirer et c’est tout. Pas besoin d’en faire un roman ; je ne suis pas un héros. J’aurai pas d’enfant, pas de descendance à cette vie de chiotte, personne ne me pleurera. Je ne veux embarrasser personne le jour où je crèverai.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
— Mais oui ! Arrête de te foutre de moi. Monsieur attend dans son lit que Pôle emploi l’appelle pour lui 15proposer du travail. C’est pas comme ça que ça marche ! Bouge tes fesses et va leur demander un stage, une formation, un travail, n’importe ! Dis-leur qu’il faut que tu touches les indemnités.

— J’ai jamais travaillé ! Comment ils me fileraient de la tune ?

— Le gouvernement, il arrête pas de dire qu’il va créer de nouvelles mesures pour les jeunes, va leur demander à Pôle emploi c’est quoi ces nouvelles mesures, peut-être que c’est donner de l’argent à ceux qu’ont jamais travaillé. Tu devrais toucher le pactole, si c’est le cas !

— J’y vais, si ça peut te faire taire.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
À son arrivée, il a vécu dans un des squats de la cité pendant un an. Celui de l’ancienne usine de cartons tout près du lac. Les autres squatters l’ont jeté dehors avant que les bulldozers ne s’en chargent. Parce que l’unique pécule de cet escogriffe réside dans ses souvenirs et ça ne pèse pas lourd dans la balance du pain quotidien.

Il a été hébergé encore six mois par des babas cool, très cool, qui ont si bien écouté ses histoires qu’ils ont libéré leur appartement, rempli leurs sacs à dos via l’Inde, ses villes mystérieuses, la religion omniprésente, le soleil et l’héroïne au prix de la baguette en France.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
C’était l’été alors, il a dormi à la belle étoile dans le parc Jean Jaurès, celui qui donne sur le centre commercial. « Les yeux dans les étoiles et le nez dans les capotes usagées », comme il dit. Quand il a fait plus froid, il a réussi, en versant une larme ou deux, à aller à droite à gauche, trouvant asile chez quelques pigeons fascinés par une vie qu’ils n’avaient même pas imaginé voir à la télé.

Pour l’instant, à ce qu’il paraît, il réside chez la sœur du patron du café des Sports, une vieille qu’il baise quand il a besoin d’argent.
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolar   25 janvier 2021
Les yeux fumés de Nathalie Sauvagnac
— Tu veux que je te raconte ma meilleure nuit passée en Thaïlande ?

— Là aussi t’as vu du blanc ?

— Non, pas du blanc. Une petite nana avec une peau dorée comme un croissant et qui sentait une odeur de sable. Ah non, toi, t’as jamais senti le sable. Euh… ben, qui sentait bon, quoi.

— Vas-y !

Bruno raconte, en rajoute, détaille pour me donner de quoi m’endormir, puis on glisse du capot de la voiture, Bruno tord le rétroviseur avant pour me faire marrer, on se tape la main et on se sépare.
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

Philippe BESSON

Quel est son tout premier roman ?

Un instant d'abandon
Se résoudre aux adieux
Un homme accidentel
En l'absence des hommes

12 questions
121 lecteurs ont répondu
Thème : Philippe BessonCréer un quiz sur cet auteur

.. ..