AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

3.97/5 (sur 119 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Nathalie écrit depuis…depuis qu’elle sait écrire, ses pièces de théâtre ont été jouées de nombreuses fois. Elle écrit également des romans et des nouvelles. Nathalie est professeur de théâtre, blogueuse, metteur en scène, comédienne, auteure, directrice d’une compagnie.

Ajouter des informations
Bibliographie de Nathalie Sauvagnac   (3)Voir plus

étiquettes
Videos et interviews (5) Voir plusAjouter une vidéo

Citations et extraits (34) Voir plus Ajouter une citation
Un jour, les riches achèteront des bouts de ciel. Pour y mettre de la publicité, pour qu’on achète encore d’autres choses. Même le ciel n’empêchera pas ça.
Commenter  J’apprécie          130
Capturés en plein vol, libérés du poids du monde, leurs deux corps flottent dans les stries du soleil qui glissent du toit.
Commenter  J’apprécie          100
Debout ou assis, Jean-Mi a une forme de 5 , tout rétréci en son centre. Le dos arrondi, les reins qui s’excusent et, en dessous, les jambes zigzaguent autour des genoux pliés, zig au-dessus, zag en dessous. Gaston Lagaffe en vrai.
Commenter  J’apprécie          90
Quand j’étais petite, je pensais que les gens n’existaient qu’en ma présence, qu’en quittant la pièce où je me trouvais, ils s’arrêtaient de vivre, se figeaient derrière la porte dans l’attente de revenir dans la pièce.Je pensais que les autres n’étaient animés que par mon regard sur eux. En grandissant j’ai compris que c’était faux et qu’on pouvait rire, pleurer, vivre loin de moi sans que ça ne perturbe personne ; j’ai appris que je n’était pas indispensable.
Commenter  J’apprécie          60
C’est quand les gens ne sont plus là qu’on se rend compte qu’ils remplissent un vide.
Commenter  J’apprécie          70
Tu sais ce qu'il y a, ici, qui tue à petit feu ? C'est le vertical. Tout est vertical quand tu regardes autour de toi. Y a plus d'horizontal. Ils ont bouffé l'horizon ici.
Commenter  J’apprécie          60
Un gamin interdit de rêver, interdit d’ennui, un gamin façonné pour faire partie de l’élite. Shooté jusqu’à la nausée de bonne éducation.
Commenter  J’apprécie          60
Aimer le même livre, ça vaut plus que toutes les confidences.
Commenter  J’apprécie          60
Elle tire un paquet froissé de sa poche, en extrait une
cigarette qu’elle allume.
— Ça fait longtemps.
— Tu dormais ?
— Tu veux du thé ?
— Si t’as que ça.
Elle traîne ses savates jusqu’au camping-gaz posé sur
une table basse, bancale envahie de paquets divers, pâtes, purée, lait, sucre, thé. Elle allume le feu sous la casserole et s’appuie contre le mur en tirant sur sa cigarette.
— Qu’est-ce que tu deviens ?
Je retire mon blouson et m’assois sur le bord du matelas
défait, je pousse du pied des vêtements féminins ; une
culotte, des collants.
— Oh, la routine ! T’as une clope ?
J’allume la cigarette qu’elle m’a envoyée. J’aime venir
chez Flora. C’est sombre et doux comme un ventre de
femme. Elle n’ouvre jamais ses volets parce qu’elle habite
au rez-de-chaussée.
Commenter  J’apprécie          31
— Elle avait une robe noire qui allait de son cou jusqu’à ses genoux. Pas de quoi fantasmer des masses. Mais mon pote, je peux pas te dire !
— Et après ?
— La fille, elle continuait à me sourire. Sympa et tout. P’tit Louis il était de plus en plus nerveux. Il lui disait : « Alors, tu viens ? », mais elle continuait à me regarder sans bouger.
— Mais oui !
— Je te jure ! La main sur le cœur ! Attends, là, P’tit Louis, il s’est franchement énervé et il a commencé à vouloir me casser la gueule, mais elle l’a retenu, elle lui a pris la main et ils se sont barrés. Moi, je suis resté là comme un con. Et puis, elle est revenue.
— Mais non !
— Si. Elle me prend la main et elle m’entraîne.
— Mais bien sûr !
— Je te promets mon pote, elle m’a entraîné.
— Tu déconnes ? Entraîné comment ?
— Attends. Moi je l’ai suivie évidemment. On s’est arrêtés derrière le Casino, dans la cour où ils mettent les poubelles, tu sais, là où on a acheté de la beuh à La Belette la dernière fois. Tu vois ?
— Oui, je vois. Le local à poubelles du Casino.
— Alors, là, la fille m’appuie contre un mur et elle me roule un patin !
— Mais oui. Je vais te croire !
Commenter  J’apprécie          20

Acheter les livres de cet auteur sur
Fnac
Amazon
Decitre
Cultura
Rakuten

Listes avec des livres de cet auteur
Lecteurs de Nathalie Sauvagnac (515)Voir plus

Quiz Voir plus

Percy Jackson, le voleur de foudre

Qui est le père de Percy Jackson?

Poséidon
Zeus
Hadès

26 questions
38 lecteurs ont répondu
Créer un quiz sur cet auteur
¤¤

{* *}