AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.51 /5 (sur 161 notes)

Nationalité : France
Biographie :

Nathalie de Broc est une écrivaine française.

Après avoir beaucoup voyagé entre États-Unis et Angleterre, elle a vécu quelques années aux Antilles, à terre et également sur un voilier, dans la droite lignée d’une famille de marins notamment son cousin Bertrand de Broc (1960), avant de poser ses bagages en Bretagne.

Elle a été reporter à France Inter avant de devenir journaliste indépendante pour France 3 Ouest. Avant de signer son premier roman aux Presses de la Cité, elle a été traductrice chez Plon et a publié des guides touristiques aux Éditions Gallimard.

Depuis son premier roman, "Le Patriarche du Bélon" (2004), elle a publié "La Dame des forges" (2005), "La Tresse de Jeanne" (Presses de la Cité, 2007) et une trilogie sur une saga familiale: "Loin de la Rivière" (2008), "La rivière retrouvée" (2008) et "L'adieu à la rivière" (2011).

"La Tête en arrière" (2009) a reçu le Prix des Ecrivains bretons.

Depuis septembre 2012, elle est animatrice d'une émission hebdomadaire "De bric et de broc", sur France Bleu Breizh Izel, où elle s'entretient avec des invités qui se confient sur leur actualité et leur vie.

Elle anime chaque vendredi à 18h40 sur RCF Alpha (Rennes) ou Rivages (Brest) ou Vannes, ou encore Lorient la chronique "Ces femmes qui ont fait la Bretagne" (qui est aussi un livre, publié en 2019).

Nathalie de Broc habite Quimper.

son site : https://nathaliedebroc.fr/
+ Voir plus
Source : www.pocket.fr
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (2) Voir plusAjouter une vidéo
Citations et extraits (80) Voir plus Ajouter une citation
isajulia   13 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
Mais à quoi bon tourner le passé dans tous les sens?

Ca ne servait qu'à vous tournebouler l'estomac et vous empêcher de reprendre le travail. On oublierai. Tout s'oublie (...)

Un jour, le lierre s'emparerait du "château", en étoufferait les ruines. Ce n'était qu'une question de temps.
Commenter  J’apprécie          310
NathalC   28 août 2018
La sorcière de Locronan de Nathalie de Broc
Curieuse chose que la vie. On perd des années en rêveries, à espérer jusqu'à l'obsession le moment où l'on croisera enfin l'objet de ses recherches. Et lorsque la réalité se fait, déjà le temps en est passé. On se dit :

"Ainsi, ce n'était que cela ?"
Commenter  J’apprécie          290
NathalC   30 août 2018
La sorcière de Locronan de Nathalie de Broc
Si un air de violon vous surprend au détour de la campagne, c'est que mon esprit continue de flotter sur Saint-Théleau, qu'il se promène dans les bois du Duc, qu'il danse encore sur la place de l'église, qu'il s'attarde dans les branches de l'arbre de mai. Ne craignez rien, allez votre chemin, mais gardez-vous de vous en prendre à différent de vous. La haine n'a jamais fait bon ménage avec la musique...
Commenter  J’apprécie          240
Zebra   21 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
page 133 [...] Les idées se bousculent, rapides couperets. Parer à toutes les éventualités. Retrouver son couteau. Quelques jours après son arrivée, Madame Flavie le lui a subtilisé, avec un rire qui sonnait feint :

"S'il te venait l'idée de me trancher la gorge dans mon sommeil ... je le mets en lieu sûr."

Les deux se sont jaugées. Lucile a cru lire un soupçon de crainte alors qu'elle s'efforçait de cacher son exaspération devant cet ajout inutile à sa condition de prisonnière potentiellement dangereuse. A l'époque, elle n'avait pas osé rappeler à Madame Flavie que le risque de la trucider dans son lit n'était pas bien grand puisqu'elle s'enfermait dans sa chambre à double tour.

Lucile s'y précipite. Drôle comme elle a attendu avant de s'y rendre. Un reste d'éducation? Non. A demeurer prisonnière si longtemps, les craintes vous viennent. On croit entendre continuellement les pas de ses gardiens. Un courant d'air se fait votre ennemi. Des ombres malveillantes vous entourent. Des voix vous accompagnent. Celle de Madame Flavie, à la fois doucereuse et impérieuse, habite les lieux. Savant mélange qu'elle module à son gré. Il est difficile de ne pas s'incliner, les volontés plient malgré soi. Lucile l'a vérifié à maintes reprises, détestant sa propre faiblesse. [...]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Eve-Yeshe   01 octobre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
Elle s'y est perdue volontairement (dans la ville). Avec cette vigilance que quatre années dans les rues ont aiguisée. Elle sait combien elle fait illusion. Non qu'elle se sache belle. Qui aurait pu le lui dire? Peut-être certains coups d'œil masculins, un peu trop appuyés. Mais elle y voit une surveillance à éviter à tout prix, plutôt que l'admiration qu'elle est à cent lieues d'envisager. p 72
Commenter  J’apprécie          160
Eve-Yeshe   27 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
Derrière le cordon de baïonnettes qui s'effiloche sous la pression des curieux, on se bouscule; c'est à qui jouera le mieux des coudes. On veut tout voir. Même si le spectacle est devenu routinier: la "baignoire de la République" ne désemplit plus depuis un mois... La Convention lui ayant donné l'ordre de déméphitiser (désinfecter) la ville, il s'y emplois à tour de bras avec une scrupuleuse conscience dépourvue de tout état d'âme. pas le temps. p 12
Commenter  J’apprécie          150
Eve-Yeshe   30 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
La belle esclave - depuis longtemps affranchie - avait débarqué à dix huit ans du ventre de la massive "Thémis", trois-mâts de trente mètre doublé de cuivre jaugeant trois cent vingt tonneaux, revenu à Nantes alourdi de sucre, café, cacao, indigo, coton et rocou, et une petites centaines de pièces d'Inde qui, comme elle, avaient tâté de la mer depuis Point-Noire au Congo... au fond d'une cale à peine ventilée par les manches à air et où l'on ne pouvait se tenir qu'accroupi, le cou enserré dans un carcan de bois. p 37
Commenter  J’apprécie          130
Annette55   10 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
C'est que la vengeance est douce à tous les cœurs offensés, il leur en faut une, il n'y a que cela qui les soulage, les uns l'aiment cruelle et les autres généreuse.....
Commenter  J’apprécie          110
Domichel   16 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
Le mobilier est à l'image du compromis. Conjugaison discrète et diplomate de naguère et d'aujourd'hui : les merveilles de l'ébéniste Jacob, bergères aux courbures en forme de sabre côtoient celles aux pieds cannelés. On a mis à la disposition de Lucile un exquis boudoir tendu de broché de soie bleu Nattier attenant à sa chambre que l'on fleurit tous les jours. Un bureau de noyer à cylindre placé derrière un paravent, une chaise longue au dossier renversé, languissant devant une cheminée à l'écran de feu peint d'une scène romaine, un fauteuil à l'étrusque au cannage de bois et aux pieds croisés.
Commenter  J’apprécie          80
Domichel   16 septembre 2014
Et toujours ces ombres sur le fleuve de Nathalie de Broc
Derrière le cordon de baïonnettes qui s'effiloche sous la pression des curieux, on se bouscule ; c'est à qui jouera le mieux des coudes On veut voir. Même si le spectacle est devenu routinier : la « baignoire de la République » ne désemplit plus depuis un mois. Après les prêtres réfractaires, les nonnes, embarqués sur des gabarres, la « Thérèse », la « Gloire », la « Marie-Emilie », aux sabords intentionnellement percés et qui couleront consciencieusement dans les tourbillons du « fleuve révolutionnaire », s'ajoute tout ce qui pourra vider les cachots, les hôpitaux gavés de réfugiés vendéens, de faux brigands, de vrais condamnés, de malades du typhus dont Carrier ne sait que faire et apprécierait de ne laisser aucune trace comptable.

Commenter  J’apprécie          60
Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur


Quiz Voir plus

quyz ou quiz ?

Qu'est-ce qu'on s'ennuie à l'hôpital quand on doit subir une

dyalise
dialyse
dialise

11 questions
37 lecteurs ont répondu
Thèmes : vocabulaire , mots , lettre , langue française , humourCréer un quiz sur cet auteur
.. ..