AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 4.16 /5 (sur 34 notes)

Nationalité : États-Unis
Né(e) le : 27/10/1936
Mort(e) le : 07/01/2021
Biographie :

Neil Sheehan a été élevé dans une ferme du Massachussetts. Il est diplômé de Harvard University. Il a servi dans l'armée américaine de 1959 à 1962. Il a couvert la guerre du Vietnam au bureau de Tokyo de United Press International.
En 1964 il a été engagé au New York Times, travaillant quelque temps à New York puis retournant en Indonésie et au Vietnam. Il a rendu compte de la guerre au Vietnam comme d'une guerre de libération nationale, version qui déplaisait au Pentagone et au Département d'Etat.
Il a obtenu le prix Pulitzer (non-fiction) pour A Bright Shining Lie, un livre sur la vie du Lieutenant Colonel John Paul Vann. Il a mis 16 ans pour écrire ce livre qui retrace le parcours de John Paul Vann. Arrivé au Vietnam en 62, c'est un modèle d'officier à la personnalité compliquée, un meneur d'homme qui échappe toujours à la mort. Trois ans après il démissionne. Il y retourne comme conseiller de pacification, mais l'homme de guerre est le plus fort. Il mourra aux commandes de son hélicoptère aux derniers mois d'une guerre considérée comme une affaire personnelle.
+ Voir plus
Source : http://www.achievement.org
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de

Interview de Neil Sheehan sur son expérience de journaliste spécialiste des événements au Vietnam dans les années 70-80.


Citations et extraits (6) Ajouter une citation
Hulot   05 octobre 2020
L'innocence perdue. Un Américain au Vietnam de Neil Sheehan
Les règlements officiels permettaient à l'observateur aérien de décider que toute personne qui courait était un Vietcong. La présence vrombissante de l'avion incitait la plus part des paysans à prendre la fuite.



Après avoir mitraillé les fuyards, les pilotes comptaient les morts. Le compte des tués venait s'ajouter au nombre de morts qui constituait la mesure fondamentale de l'évolution favorable de la guerre.
Commenter  J’apprécie          200
Hulot   12 octobre 2020
L'innocence perdue. Un Américain au Vietnam de Neil Sheehan
J'ai pu demander au général Westmoreland s'il n'était pas préocupé par le grand nombre de pertes civiles provoqués par les bombardements d'artillerie et aériens.

Il me répondit : " Bien sur, c'est un problème. Mais cela prive l'ennemi de l'aide de la population, n'est ce pas ?"



Ce même général déclarait un peu plus tard : " Nous allons continuer à les saigner jusqu'à ce que Hanoï admette le fait que nous avons rendu leur pays exsangue pour plusieurs générations ".
Commenter  J’apprécie          192
Hulot   09 octobre 2020
L'innocence perdue. Un Américain au Vietnam de Neil Sheehan
Le 11 juin 1963, un bonze de 73 ans, Quang Duc, s'assit au milieu d'un carrefour de Saigon. Il croisa les jambes dans la position méditative du lotus tandis qu'un autre versait sur sa tête le contenu d'un bidon d'essence.



Les mains du vieux bonze s'élevèrent pour gratter l'allumette qui transforma son corps en un brasier, symbole de colère et de sacrifice.
Commenter  J’apprécie          180
Hulot   04 octobre 2020
L'innocence perdue. Un Américain au Vietnam de Neil Sheehan
Pendant les huit ans de stratégie de "représailles massives" du président Eisenhower, la mission qui avait été confiée à l'armée de terre, semblait la destiner simplement à occuper les décombres radioactifs de l'Europe de l'Est, de la Russie et de la Chine après que l'Aviation et la Marine auraient gagné la Troisième Guerre Mondiale en déchainant leurs avions et leurs missiles dans un holocauste thermonucléaire.
Commenter  J’apprécie          140
nadiouchka   04 avril 2017
L'innocence perdue. Un Américain au Vietnam de Neil Sheehan
AVANT-PROPOS

Ce livre m'a contraint à affronter intellectuellement la tragique réalité de la guerre du Vietnam et à constater que nous ne l'aurions jamais gagnée. Dans le passé, la guerre avait toujours été une expérience positive de la culture américaine, une croisade morale qui renforçait l'unité des participants.

Commenter  J’apprécie          50
PEG67   08 janvier 2016
Commenter  J’apprécie          30

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Listes avec des livres de cet auteur