AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Note moyenne 4.01 /5 (sur 37 notes)

Nationalité : Kenya
Né(e) à : Kamiriithu (Kenya) , le 05/01/1938
Biographie :

Ngugi wa Thiong'o est un écrivain kényan de langue kikuyu et anglaise.

Il est le premier romancier de l'Afrique de l'Est avec son premier roman '' Enfant, ne pleure pas'' publié en 1962, à la veille de l’indépendance du Kenya.

En 1986, il publie "Décoloniser l'esprit", un manifeste pour la littérature africaine en langue africaine, et annonce abandonner l'anglais pour se consacrer uniquement à l'écriture en kikuyu.

En 1987, il va publier ''Matigari''. Un roman qui aborde un sujet sensible au Kenya notamment sur la confrontation d'un ancien guérillero mau mau et des nouveaux dirigeants politiques du pays. Aussitôt, le gouvernement kényan manifeste son indignation. D'ailleurs il se permettra de lancer un mandat d’arrêt contre un des personnages du roman.

Ngugi wa Thiong`o sera obligé de prendre le chemin de l'exil où il se rendra d'abord à Londres ensuite en Californie. En rentrant d'exil, il publie "Mũrogi wa Kagogo" (Sorcier du corbeau) qui est le livre le plus long jamais composé dans une langue de l'Afrique subsaharienne.

Parmi ses autres œuvres les plus connues, on cite: "Pétales de sang", "La Rivière de vie", "Décoloniser l'esprit".

Il est actuellement professeur et directeur de l'International Center for Writing & Translation à l'Université de Californie à Irvine.
+ Voir plus
Ajouter des informations
Bibliographie de Ngugi wa Thiong`o   (11)Voir plus

étiquettes

Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
Sachenka   16 mars 2017
La rivière de vie de Ngugi wa Thiong`o
Les deux collines étaient allongées côte à côte. L'une s'appelait Kameno, l'autre Makuyu. Entre elles, il y avait la vallée. On l'appelait la vallée de la vie. Derrière Kameno et Makuyu s'étalaient sans ordre beaucoup d'autres vallées et d'autres collines. Elles étaient pareilles à de nombreux lions endormis qui ne s'éveillaient jamais. Elles dormaient simplement du grand et profond sommeil de leur Créateur.
Commenter  J’apprécie          250
de   21 mars 2012
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
On continue, un peu partout dans le monde, d'empêcher de nombreuses communautés de s'exprimer dans leur langue. On continue de les railler et de les humilier, d'apprendre à leurs enfants à avoir honte et à faire comme si le respect et la dignité ne pouvaient se gagner qu'en rejetant leur langue maternelle et en apprenant la langue dominante, celle du pouvoir. 
Commenter  J’apprécie          70
Nuageuse   20 mai 2022
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Le véritable objectif du colonialisme était de contrôler les richesses : contrôler ce que les gens produisaient, mais aussi la façon dont ils le produisaient et se le répartissaient. Contrôler, en un mot, l’ensemble des relations entretenues par les habitants dans la vie de tous les jours. Ce contrôle, le colonialisme l’imposa par la conquête militaire et la dictature qui s’ensuivit. Mais le champ le plus important sur lequel il jeta son emprise fut l’univers mental du colonisé : les colonisateurs en vinrent, par la culture, à contrôler la perception que le colonisé avait de lui-même et de sa relation au monde. L’emprise économique et politique ne peut être totale sans le contrôle de l’esprit. Contrôler la culture d’un peuple, c’est contrôler la représentation qu’il se fait de lui-même et de son rapport aux autres.
Commenter  J’apprécie          50
Nuageuse   20 mai 2022
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
D’autres questions auraient pu s’imposer à nous : comment enrichir notre propre langue ? Comment emprunter au riche héritage humaniste d’autres peuples, habitant d’autres pays, à d’autres époques, de quoi enrichir notre propre patrimoine ? Pourquoi ne pas traduire Balzac, Tolstoï, Brecht, Lu Xun, Neruda, Kim Chi Ha, Marx, Lénine, Einstein, Galilée, Eschyle, Aristote et Platon en langue africaine ? Pourquoi ne pas bâtir des monuments littéraires dans nos propres langues ? Par quelle impossibilité, en un mot, un Gabriel Okara ne pourrait-il pas se tuer à la tâche pour bâtir son œuvre en ijaw, langue dont il est le premier à accorder qu’elle recèle des abîmes de philosophie et un fonds inépuisable d’idées et d’expériences ? Quelle est notre responsabilité dans la lutte des peuples africains ?
Commenter  J’apprécie          30
Thelx   11 juin 2019
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Le véritable objectif du colonialisme était de contrôler les richesses : contrôler ce que les gens produisaient, mais aussi la façon dont ils le produisaient et se le répartissaient. Contrôler, en un mot, l'ensemble des relations entretenues par les habitants dans la vie de tous les jours. Ce contrôle, ce colonialisme l'imposa par la conquête militaire et la dictature qui s'ensuivit. Mais le champ le plus important sur lequel il jeta son emprise fut l'univers mental du colonisé : les colonisateurs en vinrent, par la culture, à contrôler la perception que le colonisé avait de lui-même et de sa relation au monde. L'emprise économique et politique ne peut pas être total sans le contrôle de l'esprit. Contrôler la culture d'un peuple, c'est contrôler la représentation qu'il se fait de lui-même et de son rapport aux autres.
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13   03 février 2022
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Triste ironie: les forces politiques les plus réactionnaires d'Afrique, les dirigeants les plus décidés à brader leur continent à l'Europe, ont souvent été ceux qui s'exprimaient le plus volontiers en langue africaine; les missionnaires européens les plus résolus à arracher l'Afrique à elle-même et au paganisme de ses langues n'en ont pas moins toujours maîtrisé ces langues à la perfection, à tel point qu'ils les ont mises par écrit.
Commenter  J’apprécie          10
de   21 mars 2012
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Le choix d'une langue, l'usage que les hommes décident d'en faire, la place qu'ils lui accordent, tout cela est déterminant et conditionne le regard qu'ils portent sur eux-mêmes et sur leur environnement naturel et social, voire sur l'univers entier 
Commenter  J’apprécie          10
Thelx   11 juin 2019
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Le découpage de 1885 fut imposé par l'épée et le fusil. Mais le cauchemar de l'épée et du fusil fut suivi de la craie et du tableau noir. A la violence physique du champ de bataille succéda la violence psychologique de la salle de classe.
Commenter  J’apprécie          10
Acerola13   03 février 2022
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
Nous autres, écrivains africains, ne cessons de nous plaindre des relations économiques et politiques néocoloniales qu'entretiennent nos pays avec l'Europe et les États-Unis. Mais en continuant d'écrire dans la langue de ces pays, en continuant de rendre hommage à ces langues, ne contribuons-nous pas, sur le plan culturel, à perpétuer la servitude néocoloniale et les réflexes de soumission? La différence est-elle si grande entre un politicien qui affirme que l'Afrique ne peut s'en sortir sans l'aide des États impérialistes et l'écrivain qui affirme que l'Africain ne peut se débrouiller sans les langues européennes?
Commenter  J’apprécie          00
de   21 mars 2012
Décoloniser l'esprit de Ngugi wa Thiong`o
ces langues étaient parlées dans la vie de tous les jours, les cérémonies, les meetings politiques, et par dessus tout à travers le riche patrimoine de la littérature orale, proverbes, contes, poèmes et devinettes 
Commenter  J’apprécie          10

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox



Quiz Voir plus

👵🏻 « Tant'Gytha raconte ... » L'amour 💖

Dans ma rue, depuis l'arrivée de la belle Cunégonde, c'est une épidémie de cœurs transis. Le premier atteint a été Arthur, ...?...

il en est baba
il en est morgane

8 questions
31 lecteurs ont répondu
Thèmes : amour , associations d'idées , argot , historiettes , séduction , baba yagaCréer un quiz sur cet auteur