AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Note moyenne 3.65 /5 (sur 82 notes)

Nationalité : France
Né(e) à : Paris , le 1/11/1636
Mort(e) à : Paris , le 13/3/1711
Biographie :

Nicolas Boileau, dit aussi Boileau-Despréaux, ou encore le « législateur du Parnasse » est un poète, écrivain et critique français.

Les premiers écrits importants de Boileau sont les Satires (composées à partir de 1657 et publiées à partir de 1666), inspirées des Satires d'Horace et de Juvénal. Il y attaque ceux de ses contemporains qu'il estime de mauvais goût, comme Jean Chapelain, Philippe Quinault ou encore Georges de Scudéry. Au contraire, il est un admirateur de Molière et, plus tard, de La Fontaine et de Jean Racine. Sa première satire paraît dans un temps où, malgré les succès de Pierre Corneille et de Molière, Jean Chapelain est encore la principale autorité en littérature. Les sept premières satires, qui paraissent en 1666, obtiennent un succès considérable qu'accroit encore la haine maladroite des auteurs que le jeune poète avait critiqués. Il leur répond dans une nouvelle satire, la neuvième, où se trouvent réunies élégance du style et plaisanterie piquante.

La douzième satire, Sur l’Équivoque, a été interdite par Louis XIV sur l'intervention du père Le Tellier, confesseur du roi, malgré les démarches contraires du duc de Noailles. Elle circula cependant, après avoir été imprimée clandestinement sur instruction de l'abbé Boileau qui se vengeait ainsi des Jésuites, en même temps que pour venger son frère. François-Marie Arouet (le futur Voltaire) s'en procura un exemplaire.

Parvenu à l'âge de la maturité, il compose ses Épîtres, parues de 1669 à 16953 dans un style peut-être plus mûr et plus serein. Parallèlement, il traduit en 1674 le Traité du sublime du pseudo-Longin. Il commence la même année son Art poétique ainsi que Le Lutrin, œuvre entreprise sur un défi du président de Lamoignon où Boileau fait référence à Accurse. Il définit les différents genres avec précision, et donne les règles du beau en même temps qu'il en offre le modèle.
+ Voir plus
Source : Wikipédia
Ajouter des informations
étiquettes
Videos et interviews (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de
Nicolas BOILEAU – Qui était Boileau ? (Cours audio, 2013) Une présentation de Nicolas Boileau au détour d'un cours d'Histoire de la Littérature française enregistré, en 2013, grâce à l'association de Frémeaux & Associés, de PUF et de la SCPP. Extrait du troisième cours dans lequel Alain Viala, professeur émérite à l’université de Paris Sorbonne, accompagné de Daniel Mesguich, lecteur d'exception, présente un Boileau sans ressentiment romantique

Citations et extraits (141) Voir plus Ajouter une citation
Nicolas Boileau
dancingbrave   18 octobre 2016
Nicolas Boileau
Chaque âge a ses plaisirs, son esprit et ses mœurs.
Commenter  J’apprécie          323
Nicolas Boileau
genou   02 septembre 2015
Nicolas Boileau
"Dans l'art dangereux de rimer et d'écrire, Il n'est pas de degré du médiocre au pire."
Commenter  J’apprécie          300
Nicolas Boileau
blanchenoir   08 juillet 2014
Nicolas Boileau
Un sot trouve toujours un plus sot qui l'admire.
Commenter  J’apprécie          290
Nicolas Boileau
Rogues   10 juin 2020
Nicolas Boileau
Ce que l'on conçoit bien s'énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément.
Commenter  J’apprécie          263
gavarneur   11 décembre 2016
Art poétique de Nicolas Boileau
Je hais ces vains Auteurs, dont la Muse forcée,

M'entretient de ses feux toûjours froide et glacée,

Qui s'affligent par art, et fous de sens rassis

S'érigent, pour rimer, en Amoureux transis.

Leurs transports les plus doux ne sont que phrâses vaines,

Ils ne sçavent jamais que se charger de chaînes,

Que bénir leur martyre, adorer leur prison,

Et faire quereller les sens et la raison.

Ce n'estoit pas jadis, sur ce ton ridicule

Qu'Amour dictait les vers que soûpiroit Tibulle,

Ou que du tendre Ovide animant les doux sons,

Il donnoit de son Art les charmantes leçons.

Il faut que le cœur seul parle dans l'Elegie.

(Chant II, vers 45 et suivants)
Commenter  J’apprécie          221
Alexein   10 novembre 2015
Satires, épîtres, art poétique de Nicolas Boileau
L’ouvrage le plus plat a, chez les courtisans,

De tout temps rencontré de zélés partisans ;

Et, pour finir enfin par un trait de satire,

Un sot trouve toujours un plus sot qui l’admire.

Chant premier (vers 229 à 232)
Commenter  J’apprécie          220
Nicolas Boileau
ladesiderienne   29 mars 2020
Nicolas Boileau
Et quel fâcheux démon,

Durant des nuits entières,

Rassemble ici les chats

De toutes les gouttières ?

L'un miaule en grondant

Comme un tigre en furie

L'autre roule sa voix

Comme un enfant qui crie.

Commenter  J’apprécie          220
Nicolas Boileau
Aurel82   13 octobre 2017
Nicolas Boileau
Vers à mettre en chant



Voici les lieux charmants où mon âme ravie

Passait à contempler Silvie

Les tranquilles moments si doucement perdus.

Que je l’aimais alors, que je la trouvais belle !

Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle :

Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus ?



C’est ici que souvent, errant dans les prairies,

Ma main des fleurs les plus chéries

Lui faisait des présents si tendrement reçus.

Que je l’aimais alors, que je la trouvais belle !

Mon cœur, vous soupirez au nom de l’infidèle :

Avez-vous oublié que vous ne l’aimez plus ?
Commenter  J’apprécie          200
Nicolas Boileau
Cularo   16 novembre 2013
Nicolas Boileau
Le monde,à mon avis,est comme un grand théâtre,

Où chacun en public l'un par l'autre abusé,

Souvent,à ce qu'il est joue un rôle opposé.

Tous les jours on y voit,orné d'un faux visage,

Imprudemment le fou représenter le sage;

L'ignorant s'ériger en savant fastueux;

Et le plus vil faquin trancher du vertueux;

Mais, quelque fol espoir dont l'orgueil les berce,

Bientôt on les connaît,et la vérité perce;

[Satire XI]
Commenter  J’apprécie          180
Nicolas Boileau
Cularo   29 mai 2013
Nicolas Boileau
Tout conspire à la fois à troubler mon repos,

Et je me plains ici du moindre de mes maux:

Car à peine les coqs,commençant leur ramage,

Auront des cris aigus frappé le voisinage

Qu'un affreux serrurier,laborieux Vulcain,

Qu'éveillera bientôt l'ardente soif du gain,

Avec un fer maudit,qu'à grand bruit il apprête,

De cent coups de marteau me va fendre la tête.

J'entends déjà partout les charrettes courir,

Les maçons travailler,les boutiques s'ouvrir:

Tandis que dans les airs mille cloches émues,

D'un funèbre concert font retentir les nues[Les embarras de Paris]
Commenter  J’apprécie          170

Acheter les livres de cet auteur sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Lecteurs de Nicolas Boileau (174)Voir plus


Quiz Voir plus

Littérature et poésie japonaise du XIXe et XXe siècle

Atsushi Nakajima a écrit

La bête au clair de lune
Histoire du poète qui fut changé en tigre
Le livre de la jungle

7 questions
1 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature japonaise , poésie japonaise , xixème-xxème sièclesCréer un quiz sur cet auteur

.. ..